- LIVRES OCTOBRE 2013 -
 
 




 


12 femmes de têtes

L’historien Ivan Gobry nous arrive avec les portraits de 12 reines d’Europe qui ont changé l’Histoire. Et parmi elles Catherine de Médicis à la reine Victoria de Grande-Bretagne. Et l’angle qui est intéressant, c’est qu’elle ont dû se tailler une place et se maintenir en dépit de la vindicte des hommes et ensuite faire des enfants. C’est ainsi que l’Impératrice Marie-Thérèse d’Autriche a eu seize enfants! Alors quand on parle de conciliation travail famille on est bien servi.

12 reines d’Europe qui ont changé l’Histoire. Ivan Gobry. Pygmalion 364p.   

 




 

Dur le métier de musicien

Avec Love song le talentueux Philippe Djan nous entraîne dans les coulisses du monde de la musique et les bouleversements qui transforment cette industrie du disque.  Nous faisons connaissance avec un musicien prénommé Daniel qui a cartonné longtemps. Il est au sommet de son art. Sur un plan personnel c’est une toute autre histoire. Sa compagne Rachel lui fait des griefs et le quitte. Entretemps sa maison de disques lui assène un coup fatal, il n’est plus bankable. Du coup il s’effondre et cherche à revenir en tête des palmarès, appelant de tous ses vœux la Muse inspiration. Et pendant qu’il se creuse les méninges créatrices, sa femme revient. C’est une radiographie des aléas de la gloire dans un monde où la seule chose de stable est le changement.

Love song. Philippe Djan. Gallimard 236p.     

 




 


Le territoire du Québec à définir

Chez Leméac Marie-France Bazzo a entrepris depuis longtemps une réflexion sur le Québec en devenir et dans divers aspects. Cette fois paraît De quoi le territoire du Québec a-t-il besoin ? En compagnie de son équipe de penseurs on tente de définir physiquement l’espace territorial du Québec, à savoir qu’est-ce que le Nord, le sud, l’Est et l’Ouest puis au plan identitaire sur comment faire vivre une terre. Un bouquin qui plaira d’emblée aux nationalistes.

De quoi le territoire du Québec a-t-il besoin ? Collectif. Leméac 180p.   www.lafabri.ca/territoire

 




 


Le dernier Marie Laberge

Connaissant le vaste lectorat de Marie Laberge tout ce qui sort de son imaginaire d’écrivain est grandement attendu. Le dernier opus a pour titre Mauvaise foi. Elle joue ici les Agatha Christie avec un roman policier. Qui commence par le meurtre épouvantable d’une femme sans histoire dans la petite localité de Sainte-Rose-du-Nord. Un coupable est vite trouvé qui écopera d’une sentence d’emprisonnement à vie. Pour tous, l’affaire est close. Il se passera vingt-deux avant qu’un proche de l’accusé demande une révision de ce dossier un peu bâclé à ses yeux. Et c’est un commissaire français secondé par la détective Vicky Barbeau de la Sûreté du Québec qu’échoit de faire la lumière sur les faits réels. On ne brûlera pas ici le dénouement final. Mais sachez que Marie Laberge n’a pas perdu un iota de sa manière bien à elle de ficeler une histoire. Les fans ne seront pas déçus. Seul regret, il y a une fin, on en voudrait davantage.

Mauvaise foi. Marie Laberge. Québec Amérique 301p.   
www.quebec-amerique.com

 




 


Il était une fois les presbytères

On les voit encore à la campagne ces bâtiments imposants, souvent de style victoriens ou à la ville avec des airs d’hôtels particuliers, ce sont les presbytères. Qui ont toute une histoire. Serge Gagnon est un historien spécialisé sur les us et coutumes de notre clergé. Familles et presbytères est un regard sur la façon dont était attribué les postes de curé, qui en faisait partie. Et on apprend que très souvent ce dernier contribuait au bien-être d’un proche en le logeant dans le même bâtiment. Aussi le personnel domestique, assuré souvent par des religieuses. Quels étaient leurs rapports avec le patron ? C’est un album passionnant de notre passé qui s’ouvre à nous. Vous ne regarderez plus les presbytères de la même façon.

Familles et presbytères. Serge Gagnon. Presses de l’Université Laval 173p.    www.pulaval.com

 




 


Tristan et Iseult revisité

Des amours sous fond de décor celtique. Voici que Catherine Hemery-Vieille championne toute catégorie du roman historique revisite le mythe de Tristan et Ieult. Un roi trompé par sa reine et qui est assailli dans sa forteresse que viennent heurter les flots de la mer d’Irlande. L’important ici, qui donne toute sa saveur à ce Rivage des Adieux ce sont les sentiments exacerbés. Le mot passion a été tellement galvaudé par les critiques littéraires qu’on hésiterait à l’employer ici. Mais ça demeure le seul qualificatif qui colle à la tonalité de l’ouvrage.  Les amours celtes n’ont rien de banal.

Le rivage des adieux. Catherine Hermary-Vieille. Pygmalion 464p.   

 




 


L’admirable Anavélia

Si vous voulez vous prendre de sympathie pour un personnage, ce sera immédiatement le cas avec Tyffanie l’héroïne de la saga Anavélia de Kim Fournelle. Une fantasy où notre jeune femme vient de recevoir les enseignements de Karmina. Elle va donc entreprendre la mission qui lui est assignée. Reste que de nombreuses embûches l’attendent en cours de route. C’est écrit avec une rare maestria. C’est en deux tomes. Vous aimerez comme on a aimé énormément nous-mêmes.

Anavélia. 2 tomes. Kim Fournelle. SGNT média 498p.   www.ada-inc.com

 




 


Un bel amour au masculin, entre tendresse et cruauté

Le roman à thématique homosexuelle de grande qualité est encore en représentation timide en littérature française. C’est pourquoi il faut saluer tout haut la sortie d’Une année qui commence bien de Dominique Noguez. C’est un récit à la première personne de sa liaison avec un beau jeune homme répondant au nom de Cyril Durieux. Et pour ceux qui ne sont pas familiers avec les amours gai vous allez vous rendre compte que la relation de couple quelle soit hétéro ou homo, comporte les mêmes contingences de grandes joies suivis de grandes cruautés. Et pour se rappeler pleinement cette histoire, l’auteur a puisé dans ses carnets et ses photos. On appréciera de plus la superbe maîtrise de la langue française et la vaste culture qui la sous-tend.

Une année qui commence bien. Dominique Noguez. Flammarion 383p.   

 




 


Une analyse des lieux d’écriture de Proust

C’est presque un travail d’érudition d’Olivier Wickers qui a choisi de décrire les chambres, devenues lieux d’enfermement, où Marcel Proust a écrit plusieurs de ces œuvres dont ce monument « La recherche ». Qu’est-ce qui lui a fallu potasser de documentation pour s’imprégner de cette ambiance de reclus qui n’avait plus de contacts extérieurs mise à part sa servante. C’est un bijou de connaissance. Ceux qui aiment d’emblée le personnage de Proust vont jubiler. Chambres de Proust est un récit mais qui a des allures de roman de vie époustouflant.
Chambres de Proust. Olivier Wickers. Flammarion 301p.

 




 


Sur la détestation des allemands

Pour faire cliché, on pourrait presque dire que les français et les allemands sont des ennemis héréditaires. Du moins il y a entre ces deux peuples un contentieux permanent qui remonte bien plus loin que la guerre de 1870, celle de 14-18 ou la dernière de 39-45. Du temps même des Croisades nous dit Georges Valance réputé biographe, il y avait des sujets à friction. Les français reprochant aux allemands leur souci de l’ordre et ces derniers blâmant les français pour leur légèreté.

Petite histoire de la germanophobie. Georges Valance. Flammarion 244p.

 




 


Allende, une idée avant tout

Les éditions Eyrolles réédite cette biographie politique sur Salvador Allende réalisé par Thomas Huchon qui a été longtemps correspondant français pour différents médias au Chili. Il a mis trois ans d’enquête et rencontré une trentaine de proches du président assassiné pour en arriver à ce portrait Allende c’est une idée qu’on assassine. Qui est rééditée donc à l’occasion du 40èeme anniversaire du coup d’État qui a renversé son régime et où il a trouvé la mort.

Allende c’est une idée qu’on assassine. Thomas Huchon. Eyrolles 223p.  www.editions-eyrolles.com

 




 


Railleries sur l’absence de nombril

Voici une personne né sans nombril et qui pour cette raison fera l’objet de moqueries. Comme quoi tout est bon pour intimider quiconque ne correspond pas à la norme. L’homme qui n’avait pas de nombril est satyrique, car prenant prétexte de cette « anomalie » du personnage principal, il fait toute une démonstration que l’Homme est d’un naturel violent. Violence qui se manifeste dès la conception et qui prend des formes diverses tout au long de l’individu. C’est un roman qui a presque les allures d’un essai sur le fondement même de l’humanité. La lucidité est au rendez-vous à chaque page.
L’homme qui n’avait pas de nombril. Michel Leboeuf. Éditions Michel Quintin 317p.     www.editionsmichelquintin.ca

 




 


Une description d’une garde-robe qui n’a jamais servie

Côté livre divertissant il y a à coup sûr 21 robes de Lindsay Jacques-Dubé qui est désopilant au possible. L’auteure parle de ce qui lui est arrivée depuis qu’elle a perdu son poste de conseillère politique libérale au cabinet d’un ministre du gouvernement Charest. Elle revient en arrière pour parler de ce type de boulot singulier et qu’est-ce que lui réserve la suite, étant donné qu’elle est maintenant au chômage. Elle regarde ses robes, la majorité jamais portées et elle prend le parti d’en rire. Elle a un style très vivant et si on ne partage pas toujours ses élans de midinette quand elle voit un homme à son goût, on ne peut certainement pas lui reprocher sa grande franchise, surtout son sens de l’autodérision.

21 robes. Toutes les robes ont une histoire. Lindsay Jacques-Dubé. Recto Verso 220p.   

 




 


Bobinette écrit son premier roman

C’est un titre accrocheur, mais en réalité c’est celle qui prêta sa voix à la compagne de Bobino la comédienne Christine Lamer qui présente son premier roman Kateri Coulombe. Qui décrit dans une saga sans doute, puisqu’ici nous sommes au tome premier, le parcours d’une comédienne née à Laval-des-Rapides et qui est dotée d’une ambition démesurée. Et qui pour ce faire n’hésitera pas à faire preuve d’un opportunisme sans nom. Mme Lamer qui a joué la méchante Jackie dans l’Or du temps, sait très bien illustré ce que peut être une vache. Mais en même temps, l’humain étant multiple, Kateri n’est pas faite d’un seul bloc, mais il y a des accents de tendresse et de réel talent. C’est bien parti et on a déjà hâte au deuxième tome.

Kateri. Christine Lamer. Recto Verso 271p.    

 




 


Un demi-siècle de France Inter

Aujourd’hui les internautes québécois peuvent écouter en ligne et en direct les émissions de France Inter, une radio qu’ils apprécient de plus en plus. Et qui a une riche histoire. Un demi-siècle en réalité. C’est tout un bail avec le public. Que racontent avec brio Anne-Marie Gustave et Valérie Péronnet. Et comme pour toute entreprise s’il y a eu des pages glorieuses, d’autres infiniment moins. Tout est dit par ces deux journalistes de Télérama. Et ça tombe bien au moment où Michel Drucker a fait une sortie sensible et remarquée, rappelant qu’on est vite oublié dans ce métier de communicateur. Eh bien La saga France Inter permet de ressusciter des gloires du passé qui ont fait de cette radio, un outil d’information qui a fait ses marques.

La saga France Inter. Anne-Marie Gustave et Valérie Péronnet. Pygmalion 285p.    

 




 


Lectures des soldats en temps de guerre 14-18

Que pouvait donc lire ces soldats français de la Première guerre mondiale qu’on a surnommé les poilus ? A quelles lectures s’adonnaient-ils ? Benjamin Gilles nous livre un essai édifiant de ces moments rares et précieux, où entre deux bombardements ils avaient le loisir d’être confronté à la connaissance ou à des correspondances. Quel rôle jouait la censure alors ? Un champ d’investigation qui avait été négligé jusqu’ici et qui nous montre à quel point des combattants étaient attirés par le savoir.

Lectures de poilus 1914-1918. Benjamin Gilles. Autrement 328p.   www.autrement.com

 




 


Une magistrale histoire de la Poste

Camille Allaz est assurément le spécialiste de l’histoire de la Poste, lui qui nous a donné par le passé « La grande aventure de la poste et du fret aériens » aux Presses de l’Institut du Transport aérien. Cette fois c’est un pavé qu’il nous propose, son Histoire de la poste dans le monde. On peut dire d’emblée que c’est l’ouvrage qui fera autorité pour longtemps. L’historien rappelle que le service postal a été inventé pour alimenter d’abord les caisses des états. Et ce moyen de communication a connu son apogée entre 1875 et 1975. Maintenant la méthodologie a connu de grands chambardements et ce n’est plus tout à fait la même chose. Chaque fin de chapitre est suivi d’une bibliographie substantielle qui nous montre la rigueur du travail de recherche préalable.

Histoire de la Poste dans le monde. Camille Allaz. Pygmalion 685p.   

 




 


Amante experte au lit et mère presque parfaite

C’est un livre désopilant au possible ces Petites morts de Charlotte Roche qui se veut la radiographie de la conciliation amante et maman. Car si on a parlé beaucoup de la conciliation travail famille, comment harmoniser les contraintes inhérentes aux obligations de maman avec l’abandon requis pour se laisser aller au lit ? L’auteure a sa petite idée là-dessus et livre ses recettes à travers un personnage de fiction. Et pour décrire l’intimité avec le mari, il faut aller aux premières pages pour découvrir comment elle s’y prend l’épouse pour faire grimper son mari au septième ciel.

Petites morts. Charlotte Roche. Flammarion 337p.   

 




 


Un portrait décapant de la vie au Mexique

C’est un couple de québécois et leurs deux chérubins qui ont décidé d’aller vivre au Mexique. Ils se sont établis à Cuernavaca à 85 kilomètres au sud de Mexico. Ce devait être un voyage idyllique nourrit des fantasmes folkloriques entourant ce pays qui leur plaisait d’emblée. Mai arrive la réalité avec son cortège de contraintes. Robert Brown raconte tout ça avec un assaisonnement humoristique bien à lui. Ça donne Deux ans au Mexique avec ma famille. Des chroniques décapantes d’un pays qu’on ne connaît que lorsqu’on le vit comme ils le firent.

Deux ans au Mexique avec ma famille. Robert Bown. Béliveau éditeur 206p.   www.beliveauediteur.com

 




 


Reconquérir sa belle

Voici une histoire de reconquête amoureuse qu’il fait bon lire. Prague sans toi de Jean Lemieux débute par un concert à Prague. Un spectateur, Patrick Robillard, en pince pour la clarinettiste Eva. Il va tout faire pour s’emparer de son cœur. Et ses cabrioles font finir par donner le résultat souhaité. Et les années passent et deux enfants à la clé. Sauf que des nuages vont venir obscurcir cette union. Et sa douce moitié se laisse bercer peut-être par d’autres sirènes amoureuses. Toujours est-il que le mari n’entend pas laisser son couple aller au naufrage. Il se remet en selle et entend la reconquérir. Ce qui donne lieu à des pages époques de grande chevalerie contemporaine. Dire que ce roman est délicieux est un euphémisme.

Prague sans toi. Jean Lemieux. Québec Amérique 186p.    
www.quebec-amerique.com

 




 


Doit-on trainer son boulet de vie ?
Il est connu que tout ce qui se passe dans l’enfance sera capital pour le développement de l’individu. Et certains traînent ce boulet de vie tout le long de leur existence. André Marois puise dans des éléments de sa propre vie pour raconter cette fiction d’un garçon de dix ans qui se sent un peu coupable de la mort de son père, travailleur de la construction qui a perdu la vie accidentellement. Puis il y a le prétendant actuel de sa mère qu’il déteste et pour qui il fomente de sombres projets. L’auteur nous prévient 10 ans, pas méchant est un livre très noir. Sans doute, mais de mille couleurs psychologiques.

10 ans, pas méchant. André Marois. La courte échelle 80p.    www.courteechelle.com

 




 


Deux enquêtes sur les bras

La pauvre enquêteuse Judith Allison de la police régionale d’Arthabaska en plein les bras. D’une part on a découvert les ossements d’une femme que personne ne vient réclamer et de l’autre un garçonnet a été enlevé. Du travail plein les bras. Surtout que les indices se font rares. Maureen Martineau qui est aussi comédienne et qui travaille à monter des spectacles pour la fondation One Drop dans les pays en développement, sait y faire pour raconter une histoire. Ce thriller policier va vous emballer sans l’ombre d’un doute.

L’enfant promis. Maureen Martineau. La courte échelle 374p.   www.lacourteechelle.com

 




 


Trois destins se croisent dans une Espagne torride

Vous avez une femme dévouée au chevet de son mari, un contre-ténor homosexuel et une femme qui pratique la poterie en Catalogne. Il va arriver, comme ça se passe bizarrement dans la vie, que ces trois-là vont se croiser. La Mesquita de Luc Mercure est un hymne à la vie avec pour toile de fond l’Espagne. C’est un pays à tempérament. Et ces personnages que rien n’aurait pu se faire rencontrer vont cheminer et laisser exploser ce qui les retenait intérieurement. C’est un roman d’une force rare faits de sentiments exacerbés. C’est tout sauf la tiédeur.

La Mezquita. Luc Mercure. Québec Amérique 254p.   
www.quebec-amerique.com

 




 


Comment un auteur s’est fait ramasser par son livre

Il était une fois un écrivain, Pierre Jourde qui publia un ouvrage « Pays perdu » qui décrivait des faits concernant des habitants d’un petit coin d’Auvergne. Le livre fut très mal reçu par ces derniers qui lui firent des misères. La violence fut même au rendez-vous. Jourde a trouvé que la réaction à ce livre pouvait en elle-même faire la matière d’un autre bouquin que voici, La première pierre qui est le récit des événements. Qui nous montre que les écrits non seulement restent mais qui ont une force en eux-mêmes qui peuvent provoquer de terribles réactions et pas nécessairement celles que l,on souhaiterait.

La première pierre. Pierre Jourde. Gallimard 190p.

 




 


Une chanteuse suicidée parle à la première personne

Quel étrange procédé que celui d’une chanteuse suicidée qui parle de ce qui lui est arrivée et comment elle en est arrivée à commettre l’irréparable. Mélika Abdelmoumen avec Les désastrées nous décrit les affres d’une chanteuse et les coulisses du monde du spectacle. C’est un univers assez dur qui broie les êtres sensibles. Comme le personnage central de l’histoire. Et sa mort sera annoncée par un bref communiqué, c’est tout. C’est assez noir, où plutôt gris.

Les désastrées. Melikah Abdelmoumen. VLB éditeur 242p.    www.editionsvlb.com

 




 


Poésie du quotidien

Il est exceptionnel que nous référions à la quatrième de couverture d’un livre. Mais pour Théologie hebdo recueil de poésie de Thierry Dimanche valait mieux citer les intentions du poète. Nous citons donc, « En détournant les codes journalistiques et religieux, les vers et proses de Théologie hebdo explorent les limbes de l'événement, alors qu'à l'instant où Dieu, Je et Jeu se disputent leur trinité, le langage redevient notre sport le plus intime et ancien. Sous les rubriques de la météorologie, du courrier du coeur ou des affaires internationales, au détour d'éditoriaux et d'une nécrologie, ce texte de Thierry Dimanche malaxe un « quotidien » qui invite le lecteur à concevoir autrement l'information de soi. »

Théologie hebdo. Thierry Dimanche. L’Hexagone 149p.    www.editionshexagone.com

 




 


Rosemont d’hier à aujourd’hui

Voyageurs de passages de Pierrette Beauchamp dont le tome 2 arrive sur les rayons des libraires avec cet intitulé « Pour le temps qu’il nous reste » est un grand saut dans le temps d’une Janine de 1959 qui comme sur un claquement de doigt débarque en septembre 2000. C’est un souterrain qui fait le pont entre les époques, sorte de métaphore du temps qui passe. Nous voyons le lien affectif très fort entre Janine d’une autre époque et le Stéphane de maintenant. C’est le choc des style de vie aussi.

Voyageurs de pasages. Pierrette Beauchamp. Hurtubise 355p.    www.editionshurtubise.com

 




 


Plaidoyer pour le français par un caricaturiste

Les anglophones et les vendus à la langue de Shakespeare, veulent nous faire croire qu’hors de l’anglais point de salut. François Dimitri caricaturiste de son état, sort la grosse artillerie avec ses crayons de couleurs et riposte avec la plus formidable ironie. Vous allez voir que la langue française avec humour, n’a pas dit son dernier mot.

Les mauvaises langues. François Dimitri. Béliveau éditeur 44p.   www.beliveauediteur.com

 




 


Les grands principes de l’électricité en architecture

Dans sa collection sur l’architecture, l’architecte Marie-Pierre Petroff nous avec son carnet de conseils cette fois lié à tout ce qui touche à l’Électricité. Cette fée qui est essentielle pour la vie d’un bâtiment mais qui est impitoyable si on ne respecte pas les règles qui la concerne. Ce peut-être même très dangereux. Elle vulgarise les grandes notions et comment aménager les circuits. C’est surtout à titre indicatif car il va de soi que tout travail du domaine est du strict ressort d’un électricien.

Électricité. Marie-Pierre Dubois-Petroff. Massin 111p.    www.massin.fr

 




 


Un agenda sur la France au point de croix

Ah! Les brodeurs en tout genre vont aimer cette fine salutation à la France avec cet Agenda 2014 Promenades en France au point de croix. C’est un agenda pas tout à fait comme les autres puisque pour chaque mois de l’année, vous avez à gauche le détail des jours du mois et à droite un patron au point de croix représentant un coin de l’Hexagone. Avec des indications de réalisation et aussi des références de sites internet de gens qui s’adonnent à ce hobby si créatif.

Agenda 2014 Promenades au point de croix. Mango pratique

 






 


Le coin jeunesse

Aux éditions la Semaine Maxime Roussy nous fait la générosité de deux titres. D’abord la suite de son blogue perpétuel Namasté qui a pour titre « L’amour n’est pas mort ».  Le personnage principal s’est donné pour mission de trouver une amoureuse pour son grand frère. Puis chez le même éditeur l’épisode 2.2. Erreur 1976 du fabuleux Neoman. L’argument est le suivant, un mal mystérieux ne s’attaque qu’aux humains. Que va faire alors Mathieu Lazare qui se drape sous le pseudonyme de Neoman. Il doit sauver les siens, mais surtout lui-même. Et chez Fleurus l’édition à la jaquette pailletée et attendue du Dico des filles 2014 qui est en quelque sorte l’almanach des connaissances générales mises à la porté des jeunes filles de notre temps. C’est un éventail de toutes sortes de thèmes allant de la drogue à l’amour en passant par les méfaits de la cigarette. Comme Noël approche, c’est un beau livre à offrir aux enfants.

 






 


Le coin santé physique et psychique

Deux livres traitant du cancer sortent en même temps. Il y a De vous à moi de Noëlle Mesny Deschamps et du docteur Jacques Vilcoq. C’est aux éditions Feuilles. C’est une conversation entre une femme engagée, comédienne et cinéaste et un cancérologue. On y parle du cancer ouvertement et autrement. Et ceux que la hantise de ce mal vous taraude et ou mieux encore, ceux qui sont aux prises avec vont chacun y trouver leur compte. L’autre, c’est une « biographie » du cancer. Car au même titre que pour un personnage, une maladie a aussi son historique. Sous le titre de L’empereur de toutes les maladies le cancérologue Siddharta Mukherjee nous raconte comment le cancer s’est manifesté à travers les âges, la perception qu’on en avait et quels moyens on a tenté pour l’éradiquer. C’est une somme qui aurait pu être écrite à l’usage des spécialistes du domaine, mais c’est finalement un livre grand public passionnant au possible. Les deux suivants sont aux éditions AdA. Louise L. Hay la plus célèbre coach aux États-Unis se fait d’un grand optimisme avec Tout va bien. Où comment guérir le corps par la médecine, les affirmations et l’intuition. Cette neuropsychiatre a appris à combiner médecine classique et celles alternatives. Pour guérir il faut harmonier le corps et l’esprit. De son côté, Marc Babin nous présente La vie. Il tente en résumé de répondre aux grandes questions métaphysiques que nous nous posons, mais il dit d’emblée que les réponses ne se trouvent pas l’extérieur mais en nous. Aux éditions Odile Jacob, le psychiatre et psychologue Alain Braconnier s’autorise une réflexion sur la vocation parentale. Être parent aujourd’hui repose selon lui sur trois préceptes : la confiance en soi de l’enfant, le sens des responsabilités et le goût de sourire. En somme, amour, bon sens et logique. Les parents exaspérés vont trouver ici une bouée de secours.  Si vous êtes effarés de voir tous ces gens autour de vous accrochés à leurs textos et que vous vous sentez dépassés par le monde actuel, vous allez être intéressé au premier chef par Geek philosophie de Vincent Billard. C’est un philosophe qui se penche sur l’attrait qu’exerce les nouvelles technologies sur l’homo sapiens. C’est un texte mi-rigoureux, mi-amusé qui vous aidera à être en phase avec notre époque. C’est aux Presses de l’Université Laval. Et puis pour conclure deux ouvrages sur les fins dernières. Aux éditions du CHU Sainte-Justine un travail collectif sous la direction de Sylvie Fortin et Marie-Jeanne Blain, mourir à l’ère biotechnologique. Toute la question sur l’euthanasie, l’acharnement thérapeutique, les questions éthiques y est passée en revue. Nous les québécois affectionnons beaucoup de parler de maladie. C’est presque un sujet récurrent avec la météo. Mais aussi on peut dépasser les bornes lorsqu’on s’adresse à quelqu’un qui a été ou est malade. Vivre en mourant de Christopher Hitchens qui a été frappé d’un cancer de la gorge, c’est un récit de vie où il parle de la manière de vivre la maladie. C’est un british et très humoristique. Aux éditions Climats.

 




 


Le coin Miam miam

Voici une initiative qui va plaire énormément et qui risque de devenir un attendu annuel. Vous savez qu’ils se publient une kyrielle de bouquins présentant les sélections de vins de la part d’un sommelier vedette. Cette fois la sommelière Jessica Harnois que l’on voit dans des pubs à la télé et l’homme d’affaires et amateur de vins Alexandre Marchand ont eu l’idée de visiter 50 restaurants et de demander à leurs sommeliers attitrés, leurs coups de cœur. Cela donne Un sommelier à votre table avec plus de 200 vins à découvrir. C’est chez Québec Amérique. Puis demeurons chez le même éditeur et avec le même sujet du vin. C’est le sommelier Tom Vigeant qui propose vingt scénarios de dégustation. Comment démystifier le jargon des étiquettes, un tour d’horizon des principales régions productrices et les accords mets et vins. C’est ni plus ni moins un cours d’initiation au plaisir du vin.

 




 


Des portraits sucrés et amers de Nathalie Petrowski

Jadis nous appréciions les portraits de personnalités publiques, souvent des vedettes, que réalisait Nathalie Petrowski dans le Devoir. Ils étaient féroces et ont assis la réputation de la dame. Maintenant elle est à la Presse depuis plusieurs années maintenant et elle poursuit sa galerie de portraits chaque semaine ou presque. Dans Portraits retouchés elle a colligé ce qu’elle croit être ses plus belles prises. Et à la différence que cette fois, elle accole un commentaire qui est une mise en situation d’aujourd’hui par rapport au moment de leur rédaction. Ainsi sur Céline Dion elle revient sur son article en précisant que le couple célèbre qu’elle forme avec son agent, ne lui a plus adressé la parole. Elle est un peu plus sage qu’avant. Mais apprécions tout de même le fait que c’est un exercice périlleux ce genre de papier compte tenu que nous sommes si tricotés serrés dans ce gros village qu’est le Québec.

Portraits retouchés. Nathalie Petrowski. Les éditions La Presse 308p.    www.editionslapresse.ca

 




 


Revisiter Victor Hugo

Comme les écoles font fi de doter nos jeunes de culture générale, on doit saluer les éditions Fleurus de remettre sur le marché des grands classiques de la littérature française. Ainsi chez Fleurus nous participons avec Jules Verne au Voyage au centre de la Terre repris au grand écran. Les aventures d’Axel Lidenbroch n’ont rien perdu de leur intérêt. Et à défaut à l’époque de tout l’appareillage audiovisuel, il fallait que le romancier décrive comme pour un aveugle tout ce que lui voyait. Du grand art. Et l’édition est ici très soignée avec un cordon, eh oui, en guise de signet.

Voyage au centre de la Terre. Jules Verne. Fleurus
 




 


Renouer avec le plaisir des jeux de société

Même si les médias sociaux ont changé la donne et que les individus sont plus isolés les uns que les autres, en revanche il va s’en trouver d’autres qui sentent le besoin de préserver l’instinct grégaire qui est en tout homme. Ainsi Christianne Chaillé nous réapprend le plaisir des Jeux de société pour animer vos soirées. Du Ouija au Monopoly ils y sont tous.

Jeux de société pour animer vos soirées. Christianne Chaillé. Les éditions Québec-Livres 150p.     www.quebec-livres.com

 




 


Dans la peau d’un flic

Martin Prémont est enquêteur à l’Escouade des crimes majeurs de la Sûreté du Québec. Il nous livre un livre plus que passionnant qui détaille ce que c’est que d’être policier au quotidien. De l’autre côté de la matraque détaille par le menu la vie de flic au jour le jour, combien les agents sont payés, comment sont organisés les quarts de travail. C’est rare de mémoire d’homme qu’un policier ait levé le voile à ce point. Et on apprend qu’un policier n’est pas de marbre, mais avant tout un être émotionnel, sauveur parfois et souffre-douleur souvent. A lire sans excuse.

De l’autre côté de la matraque. Martin Prémont. Béliveau éditeur 185p.   www.beliveauediteur.com

 




 


Meurtres en série à Vancouver

Le quartier de Downtown Eastside à Vancouver, n’est pas celui que mettent de l’avant les organisateurs de tours opérateurs pour touristes. C’est un des quartiers les plus malfamés en Amérique. On y pénètre qu’à ses risques. Et il va s’y dérouler six homicides en l’espace d’une année. Rachel et son mari qui est policier à la GRC sont mis émotionnellement à contribution afin de s’arrimer à leur nouvelle situation. L’auteure de Terreur dans le Downtown Eastside, Jacqueline Landry est chef d’antenne au Téléjournal de Radio-Canada en Colombie-Britannique. Elle connaît très bien les milieux policiers. Ce premier roman est prometteur du reste. Et elle sait très bien décrire le sordide de ce district où la drogue a transformé la population locale en zombies.

Terreur dans le Downtown Eastside. Jacqueline Landry. Éditions David 307p.     www.editionsdavid.com

 




 


Icones du cinoche

Voici un gros pavé qui va faire plaisir aux accrocs des vedettes de cinéma. Movie Icons est constitué des 365 jours de l’année pour lesquelles vous avez une grande photo tirée d’un film culte du répertoire assortie sur la page de droite d’une pensée de l’acteur ou l’actrice qui figure. C’est un bel album de souvenirs qui trônera agréablement sur la table à café.

Movie Icons. Taschen.

 




 


Toutes les tendances de la mode du XXIème siècle

Les fashionistas et ceux qui oeuvrent dans le monde de la mode vont être heureux d’apprendre que Tery Jones a supervisé un travail collectif rassemblant toutes les tendances des grands créateurs de mode textile. Ce sont deux volumes présentés dans un coffret. Évidement, ce sont les photos qui dominent et qui rendent comptent de toutes les orientations possibles. Et on verra que ce siècle est celui de la libre expression. On se vêt comme on décide de vivre.

100 contemporary fashion designers. Édité par Terry Jones. Taschen.

 




 


Deux livres très coquins

C’est un fait qu’outre la diffusion de l’art visuel, les éditions Parkstone international se sont toujours fait un point d’honneur de rendre compte en photos et en peintures de l’activité sexuelle des humains. Deux petits livres bien garnis de photos font leur apparition pour le bénéfice des érotomanes, sans jeux de mots, de touts poils et des voyeurs patentés. L’origine du monde qui l’emprunte à la célèbre toile de Courbet. Vous avez là un assemblage de gravures et de photos qui ont illustré la vulve. Tout comme nous avons cet Éloge de la fesse. Dès l’arrivée de la photo on ne se contentera pas que de coquer des paysages, mais surtout l’intimité au sens strict du mot des hommes et des femmes. Instructif malgré tout.

 




 


Le Londres des sixties

Notre chanteuse Renée Martel entonnait « Je vais à Londres, je vais faire du cinéma » eh bien c’est une jeune fille des Cornouailles, fille d’un pasteur qui repéré par un producteur de disques qui aime sa voix. Elle va prendre ensuite la route de la capitale. Londres par hasard d’Eva Rice est la radiographie du Londres des Swinging sixties. En même temps c’est une étude de mœurs sociales sur la manière dont évoluait la vie musicale et ses principaux acteurs, musiciens, chanteurs, producteurs, agents etc. La romancière a évidemment puisé des éléments biographiques de sa vie car elle-même chante bien et elle est la fille du parolier Tim Rice qui a été à la source de comédies musicales comme Le Roi Lion, Evita ou Jesus Christ Superstar. Elle sait de quoi elle parle. Et c’est surtout le lecteur qui va suivre les péripéties de l’histoire pimenté d’intrigues amoureuses.

Londres par hasard. Eva Rice. Éditions Baker Street 489p.   

 




 


Biographie d’un géant montréalais du jazz

Enfin une biographie de Vic Vogel. Il le méritait bien, lui qui est une des figures emblématiques de la vie culturelle dans la métropole montréalaise. C’est Marie Desjardins qui s’est faite une spécialité dans la biographie, que revient de raconter les hauts et les bas de cette vie. Rien n’est caché des bons coups et des moins bons. C’est aussi la vie palpitante sur la Main, le monde des cabarets, leur contrôle par la pègre. Son amitié avec le compositeur André Mathieu à la fin de vie tragique, etc.

Vic Vogel. Histoires de jazz. Éditions du Cram 297p.     www.editionscram.com

 




 


Les horreurs de la dictature argentine

Heureusement que les écrits restent. Surtout lorsqu’il faut témoigner et perpétuer le souvenir des horreurs de la dictature argentine sous le général Videla. Dispariton et témoignage d’Alice Verstraeten rend compte de ce que fut ces années de tragédie pure. Et comment réinventer la résistance dans l’Argentine des Mères de la Place de Mai. Vous avez là des témoignages à glacer le sang.

Disparition et témoignage. Alice Verstraeten. Presses de l’Université Laval 158p.      www.pulaval.com

 




 


Le mouvement étudiant a une histoire

On n’oubliera pas de sitôt ce fameux « printemps érable » qui nous a montré que les étudiants unis pour une même cause, peuvent être des acteurs de bouleversements sociaux considérables. Est-ce cet événement qui a poussé l’historien Marc Simard à raconter l’Histoire du mouvement étudiant québécois ? Il survole les années 1956 à 2013. Il décortique les structures étudiantes, leurs idéologies.

Histoire du mouvement étudiant québécois. 1956-2013. Les Presses de l’Université Laval 312p.        www.pulaval.com

 




 


Un cinq jours crucial pour deux êtres en crise de couple

A gauche vous avez une technicienne en radiographie dans le Maine, qui se morfond dans une vie de couple aussi effervescente qu’un marais et de l’autre, un homme qui lui aussi est déçu de sa vie maritale. La première se rend à Boston et c’est là qu’elle fera la rencontre du second. Et Cupidon se mettra de la partie. Et il se passera cinq jours qui sera déterminant du reste. Que vont-ils faire, saisir la chance que le destin leur offre de refaire leur vie ? On ne dévoilera rien ici de la suite des choses, sinon de vous dire qu’encore une fois Douglas Kennedy fait merveille dans le descriptif des couples qui font naufrage.

Cinq jours. Douglas Kennedy. Belfond 370p.      www.belfond.fr

 






 


Deux albums sur l’art

Dans la catégorie beaux albums, deux parutions chez Parkstone, L’Art déco de Victoria Charles & Klause H. Carl et L’art de la guerre sur le texte classique sur le sujet du chinois Sun Tzu & Victoria Charles à nouveau. L’ouvrage sur l’art déco est nettement plus didactique et survole ce mouvement si reconnaissable pour le néophyte, que ce soit dans le mobilier ou l’architecture des immeubles. On observera d’ailleurs, et c’est la raison d’être de ces livres, la riche iconographie. L’autre qui touche l’activité la moins noble de l’homme la guerre, est basée sur le célèbre traité de Sun Tzu. Complété par des tableaux de diverses époques inspirés par le thème du conflit armé.

 




 


Le coin habileté manuelle

Si vous ne savez pas quoi faire de vos dimanches, reposez-vous sur les suggestions contenus dans deux livres très différents, mais qui peuvent se rejoindre. Le premier Le grand livre du cartonnage de Laurence Anquetin est l’art de savoir manier le carton. Vingt-quatre modèles sont proposés à partir desquelles vous pouvez extrapoler en terme de créativité. Aux éditions Fleurus. Vous attendez un enfant et vous voulez lui offrir un décor et des accessoires personnalisés ? Alors c’est tout trouvé avec Objets couture pour bébé de Sylvie Blondeau chez Mango. Où le coefficient de dextérité est un peu plus élevé, parce que vous avez des patrons de base avant toute chose à préparer avant d’arriver à la confection proprement dite. Vous avez trente suggestions au programme. Encore là des basiques qui vous permettront d’aller plus loin.

 




 


La fin justifie les moyens

24 heures de liberté est le premier roman, et réussi disons le tout de suite, de Pierre-Luc Bélanger. A la suite d’un accident la maman de Sébastien est plongé dans un coma. De sorte que fiston et sa petite sœur vont être distinctement séparés dans des familles d’accueil. Le paternel lui, est en tôle à Kingston. Mais Sébastien n’accepte pas que sa famille soit ainsi disloquée et il va tout tenter pour rassembler son monde. C’est un bel acte de foi envers la famille comme noyau souhaité de solidité et d’entraide. Le romancier fait son entrée en littérature de belle façon. Il est à suivre.

24 heures de liberté. Pierre-Luc Bélanger. Éditions David 200p.    www.editionsdavid.com

 




 


On repousse les limites du plaisir charnel

Si vous pensiez que Julie Bray avait épuisée toutes ses ressources imaginatives érotiques vous vous êtes largement trompé. Dans le premier tome des Nouvelles érotiques de femmes elle avait montré que le plaisir de un, n’avait pas de limites. Qu’on pouvait explorer d’autres avenues jouissives. Et c’est ce qu’elle fait avec le tome 2. Des expériences plus osées encore. Vous ferez connaissance avec cinq filles qui s’autorisent tout ce qu’il y a de plus permissif.

Nouvelles érotiques de femmes. Tome 2 Julie Bray. Québec-Livres 143p.  
www.quebec-livres.com

 




 


Des esquisses d’une vie

Paule Noyart a quelque chose d’une poétesse. Car elle a une façon de voir les choses, de les interpréter et de les traduire en mots qui la rapproche de l’état de poète. Les vertus du lait de poule est un récit de vie, déstructurée au sens que ce n’est pas une histoire linéaire. On passe d’un pays à l’autre. S’intéressant aux humains comme aux bêtes. Mais ce qu’on retiendra surtout c’est qu’elle sait manier le sujet, le verbe et son complément. C’est une classe de maître en matière de style à chaque page. Ce petit livre devrait être au programme des salles de cours en français.

Les vertus du lait de poule. Paule Noyart. Leméac 148p.  

 




 


Il est assez vieux, elle est très jeune…

Le désamour est une sorte d’étude mœurs d’Antonia Kerr qui met à l’avant-plan un vieil écrivain new-yorkais et une jeune fille dans la vingtaine. En partant c’est voué à l’échec dira t’on. Est-ce qu’ici ce le sera ? Nous ne vous en disons pas davantage pour ne pas gâcher votre plaisir. Les dynamiques des deux intéressés ne sont pas forcément les mêmes. Mais tout est possible du moment qu’on aime. Il y a longtemps que nous n’avions pas lu un ouvrage portant sur ce thème de l’amant vieillissant et d’une jeune femme. L’exercice littéraire est réussi.

Le désamour. Antonia Kerr. Gallimard 131p.

 




 


Un grand flic français livre ses souvenirs

Avec le sujet de l’Holocauste, le grand banditisme est cet autre thème qui demeure un filon de récits de vies hallucinant. Et René-Georges Querry qui a tout connu dans la police française, promu dans toutes les escouades de choc, ne fait pas exception à la règle. Il livre un bouquin qui se dévore tout seul. De Mesrine à DSK rassemble les vérités d’un grand flic. Quand on pense qu’il a été témoin de la mort de Mesrine ce n’est quand même pas rien. Et c’est un conteur remarquable. Vivement un tome deux monsieur le commissaire!

De Mesrine à DSK. René-Georges Querry. Jean-Claude Gawsewitch 250p.   www.jcgawsewitch.com

 




 


Un thriller pétrolier

Greg Palast est un journaliste d’enquête américain. Il lui est arrivé une histoire fantastique comme en rêve tout journaliste qui aspire à la notoriété. C’est que quelques jours après l’explosion de la plate-forme pétrolière BP dans le golfe du Mexique, c’était le 20 avril 2010, il va recevoir un message confidentiel l’enjoignant d’aller voir du côté du Kazakhstan. Et il va arriver que le journaliste va pouvoir établir la trame d’un vaste complot économique ourdi par les pétrolières qui dominent les gouvernements. Tout est raconté avec brio dans Le pique-nique des vautours. Très documenté, il confirme ce que nous pressentions à savoir que mû de façon frénétique par l’appât du gain, les pétrolières sont entrain de détruire la planète sans ménagement.

Le pique-nique des vautours. Greg Palast. Denoël 519p.    www.denoel.fr

 




 


Un fleuron du roman féminin

Les éditions Guy Saint-Jean nous remette en mémoire que l’écriture peut-être au féminin, où du moins cibler ce lectorat là. La maison d’édition a conclu un partenariat avec la Leduc.s éditions à Paris pour la diffusion en territoire québécois de romans féminins mais expurgés de toutes les références argotiques ou d’anglicismes. Car on le sait la France est atteinte d’anglomanie à l’américaine. On a un premier opus disponible La Villa rose une saga de Debbie Macomber qui a déjà à son actif 100 romans et 160 millions de livres vendus. Vous avez bien lu. Ce roman dont nous avons le tome1 « Retour à Cedar Cove ». vous ferez connaissance avec Marie qui a perdu son mari, Jo. Elle va ouvrir un gîte touristique à Cedar Cove, un petit bled de la côte Ouest. Et là, elle verra défiler une galerie de personnages. Nous faisons le pari que vous allez aimer.

La Villa Rose. Tome 1 Retour à Cedar Cove. Debbie Macomber coll. Charleston, Guy Saint-Jean éditeur 353p.    www.saint-jeanediteur.com

 




 


C’est ainsi que les hommes vivent

En parcourant ce recueil de nouvelles, nous avions en tête ce succès de Brassens, car comment résumer autrement Outsiders de Gisèle Villeneuve avec des accents surréalistes comme cette muette qui veut chanter ou bien cette centenaire qui ne lâche pas prise. Ce sont des petits portraits qui nous font voir l’homo sapiens dans sa diversité. Ces nouvelles sont autant de petits bijoux. Et encore une fois ça confirme le choix de l’éditeur de ne retenir que des textes qui collent à la définition de ce que la littérature peut nous offrir de mieux. Ici la nouvelliste tutoie l’excellence.

Outsiders. Gisèle Villeneuve. Lévesque éditeur 139p.   www.levesqueediteur.com

 




 


Une aventure de Jeannette et Jojo

Si vous êtes de fins connaisseurs des bandes dessinées le nom de Jean-François Kieffer ne vous est pas inconnu. En effet il est l’auteur des Aventures de Loupio. Il nous offre de faire la connaissance de Jeannette et Jojo un frère et sa sœur, tous deux dans la Meuse en France. Des frangins très sympathiques. Et là ils vont croiser sur leur route un évadé de justice qui va leur demander de l’aide. Que vont-ils faire ? A vous de lire « L’évadé ».

Jeannette et Jojo. L’évadé. Jean-François Kieffer. Mame 44p.   www.fleuruseditons.com

 








 


Le coin Miam miam

Les fines fourchettes vont être au comble du bonheur tant il y a de livres intéressants pour garnir la bibliothèque culinaire. Les sept prochains livres sont édités chez Mango. Les quatre premiers tous écrits par Jean Étienne, dans une collection sous-titrée « Y’a que ça de vrai ». Vous avez Le chocolat. C’est le chocolat présenté sous toutes ses déclinaisons en charlotte, en meringue, etc. Puis La cuisine du marché. Ce sont 50 recettes à réaliser facilement avec des produits frais, comme le burger au ris de veau ou la cocotte de légumes au lard. Et pour ceux qui n’ont pas d’aptitudes particulières pour le fourneau on présente La cuisine facile avec des recettes telles que le curry thaï de crevettes au lait de coco ou le fettucine sauce minute. Et La pâtisserie. Et là ce n’est pas la routine. Jugez vous-mêmes avec ces pavlovas citron-framboises. Puis voici, parlant de recettes simples un ouvrage que vous allez adorer car interactif, les Pâtes & raviolis d’Isabel Brancq-Lepage. Qui permet de recourir à son téléphone intelligent pour saisir le lien qui vous met en contact direct avec les méthodes visuelles de préparation. Nous avons craqué pour celle des raviolis vapeur aux crevettes. Maintenant place à ceux qui ont la dent sucrée avec Les spéculoos de Juliette des recettes de la plus charmante biscuiterie de Bruges. Le spéculoos si vous ne le savez pas encore, est un biscuit belge par excellence. Vous avez ici le spéculoos aromatisé et la pâte de spéculoos. A partir de ce matériau vous pouvez réaliser des tiramisu, cupcake, mousse, cheesecake et glace. Les deux qui suivent ont remporté le prix d’excellence de la cuisine : Recettes express de Marie-Laure Tombini et de la même auteure Sushis makis, yakitoris, onigris. Pour le premier titre, ce sont vraiment des recettes qui réclame peu de temps de préparation, comme ce rouleau de saumon et pamplemousse en guise d’entrée qui requiert 20 minutes. Ça ne dépasse jamais 30 minutes. Parfait pour qui veut recevoir à la dernière minute et qui panique pour ce qui doit être présenté. Le second nous offre 90 recettes pour découvrir le Japon dans toutes ces subtilités du goût. On ne recule pas devant un futomaki au canard. Les trois suivants sont publiés chez Guy Saint-Jean. Il y a ce classique Les meilleures recettes à la mijoteuse tome 2 de Donna Marie Pye. Vous retrouverez des classiques qui réconfortent, comme le bœuf braisé, les côtes levées à la sauce barbecue et le poulet citron à la gremolata. Chrissy Freer y va de Supercéréales soit plus de 100 recettes santé impliquant des ingrédients de première nécessité tels le quinoa, l’avoine, le riz brun, le chia, le millet, l’orge, le sarrasin, le kamut, l’épeautre, le farro, le frikeh et l’amarante. Voyez qu’il y en a à apprendre. Et ce livre merveilleux comprend 40 recettes sans gluten. Ceux qui ne veulent pas s’épuiser à popoter vous trouverez votre planche de salut avec Cuisine rapido de Liz Franklin. Un total de 175 repas savoureux prêts en 30 minutes ou moins, parfois en aussi peu que quinze minutes comme ce saucisson chorizo à la paysanne. Qui a dit que cuisiner devait être une souffrance ?  Un petit guide attendu pour les amateurs de sorties dans les restaurants Restos Montréal 2014 de Marie-Claude Lortie qui en est à sa septième édition. Qui présente les petites et grandes tables de la métropole et de la région. Elle a succédé à la célèbre Françoise Kayler en moins assassine, quoique elle est entrain de se forger elle aussi une réputation de critique gastronomique impitoyable. Et pour conclure et destiné aux obsédés du manger santé La simplicité alimentaire de Monique Poupart aux éditions Lanore. Bienvenue aux algues de mer et à la laitue rouge. Cette hygiéniste formée à la PNL veut qu’on se réapproprie les bons atomes.    

 






 


Le coin santé physique et psychique (1)

Préfacé par Brigitte Lahaie nous avons Mon carnet de coaching relations amoureuses de Robert Zuili chez Mango bien-être. Il s’est donné comme objectif de redonner du sens à nos relations affectives. Pour chaque page un mot comme bonheur et érotisme et des réflexions pour chacun. Les trois titres qui suivent sont chez Québec-Livres. Gisèle Frenette nous arrive avec L’hypothyroïdie expliquée. Cette pathologie a de multiples ramifications qui vont de la simple fatigue à l’obésité morbide. L’auteure qui est infirmière avec une spécialisation en santé holistique nous dit tout à son sujet et surtout comment l’identifier. Alors qu’en France on nous annonçait que 75% des français souffrent de détresse au travail, on se rend compte que l’harmonie au boulot est fondamentale pour l’équilibre. D’où l’intérêt de lire Nelson Bouchard et Savoir communiquer au travail une somme de lois de l’efficacité dans les relations interpersonnelles. Et puis une existence est faite de petites et grandes détresses, comme la perte d’un emploi ou la révélation d’une maladie chronique. Comment y faire face ? Bob Deits nous explique comment Revivre après l’épreuve, et retrouver son équilibre. Dis-moi comment tu baises et je te dirai qui tu es serait un peu le sous-thème de cet Atlas mondial des sexualités aux éditions Autrement. Ce sont des statistiques sur les mœurs sexuelles pratiquées sur la planète. On apprend entre autres que 7% pratiquent l’échangisme. Ici avec La douleur aux éditions des Presses de l’Université de Montréal par Pierre Beaulieu nous nous trouvons devant un guide pharmaceutique et thérapeutique rigoureux qui explique la pharmacopée appliquée aux petites et grandes douleurs. Travail universitaire qui intéressera les hypocondriaques ou bien les férus de médecine. Aux personnes qui sont aux prises avec le diabète, voici de quoi devenir expert dans la prise en charge de cette maladie sournoise avec ce Guide pour les patients atteints de diabète sous la direction de Claude Garceau aux Presses de l’Université Laval. Cette maladie complexe est expliquée par les meilleurs spécialistes du domaine.   

 









 


Le coin santé physique et psychique (2)

Le handicap et la vie en société, c’est l’exploration philosophique et sociologique de cette mise en retrait par rapport à la norme qui fait le corpus de Voies et voix du handicap sous la direction de Marlène Jouan aux Presses de l’Université de Grenoble. Et si la personne handicapée ne peut réussir à s’intégrer pleinement on y voit rien de moins qu’un déficit de la démocratie. Les Dr. Daniel Scimeca et Max Tétau se sont mis à quatre mains pour rédiger La santé par les plantes aux éditions Alpen. On détaille 60 affections et comment les contrer. C’est une présentation de ce que la nature a de meilleur à offrir.  Quand on dit que le cerveau est nettement sous-exploitée on en a la preuve avec le sophrologue Raymond Abrezol qui nous remet en mémoire que le cerveau comprend 100 milliards de neurones dont 10 milliards de cellules gliales pensantes. Alors comment augmenter ses performances neuronales ? Tout simplement en lisant La quête de l’excellence préfacée par le Dr. Guy Chedeau aux éditions Lanore. Nous sommes des êtres multidimensionnels ce que nous dit Alain Pénichot avec Les voyelles sacrées chez Lanore. Qui a sa pratique du visage intérieur. Qui passe par un yoga facial qui a des répercussions intérieures. Chez Lanore. Et chez ce même éditeur De la médecine traditionnelle à la médecine naturelle le parcours d’un médecin le Dr. Roland Di Sabatino. Il ne le cache pas, il a été déçu par les traitements classiques de la médecine occidentale. De surcroît il s’est découvert des dons de guérisseurs. Celui qui suit n’a pas besoin de présentation, le Dalaï-Lama qui chez Odile Jacob nous parle de La voie de l’éveil. Sa Sainteté expose à la multitude les subtilités du Grant traité des étapes de la voie vers l’éveil de Tsong-kha-pa, le fondateur au XIVème siècle de l’un des principaux courants du bouddhisme tibétain. Enfin Guy Biadatti chez Lanore y va avec Se magnétiser soi-même. Il fait remarquer que lorsque l’on a mal, on porte instinctivement la main à l’endroit précis comme pour atténuer la douleur. C’est la base même du principe d’auto guérison. Lui, va plus moins en nous transmettant des techniques d’énergie vitale qui ont traversé l’épreuve du temps.

 




 


Biographie romancée du fondateur de Baie-Comeau

Les éditions Hamac rééditent La Côte-Nord contre vents et marées de Pauline L. Boileau petite-fille de Napoléon-Alexandre Comeau le fondateur de Baie-Comeau et un des pionniers de la Côte-Nord. Ces géants qui savaient tout faire, de pêcher à soigner. C’est une adaptation romancée de la vie de cet homme multiple comme il ne s’en fait plus. Et pour rappeler aux jeunes générations à quels défis ces colonisateurs étaient exposés.

La Côte-Nord contre vents et marées. Pauline L. Boileau. Éditions Hamac 466p.       www.hamac.qc.ca

 




 


Hydro-Québec et son impact sur la société québécoise

Stéphane Savard est professeur d’histoire à l’Université du Québec à Montréal. Il publie un essai significatif sur le rôle qu’Hydro-Québec au eu sur l’édification de la société québécoise. La jaquette de la couverture est magnifique avec un René Lévesque devant un grand barrage de la Côte-Nord. L’époque des grands bâtisseurs du Québec. L’auteur nous montre l’impact de cette société d’État et comment elle a été instrumentalisée au plan politique. Ce livre fera date pour mieux comprendre l’importance d’Hydro-Québec sur nous et les Premières Nations.

Hydro-Québec et l’État québécois. 1944-2005. Stéphane Savard. Septentrion 435p.      www.septentrion.qc.ca

 




 


Le dernier tome de la saga Obnübilus

Louis Lymburner achève avec L’Ultime voyage la terminaison de sa sage Obnübilus. Nos trois héros, Jonathan, Pierrot et Jacob sont plongés en Transylvanie, la patrie des vampires. Ils vont en croiser puisqu’ils sont devenus malgré eux des chasseurs de ces êtres maléfiques. Ils apprendront des faits troublants concernant le violon stradivarius baptisé Obnübilus.

Obnübilus. L’Ultime voyage. Louis Lymburner. Hurtubise 242p.    www.editionshurtubise.com

 




 


La vie d’un gardien de phare au XIXème siècle

Que de plaisir présent et à venir avec une saga entourant la vie des gardiens de phare à l’Île d’Anticosti créée de toute pièce dans l’imaginaire de Michel Langlois qui a fait sa carrière comme généalogiste aux Archives nationales du Québec. Il démarre son roman historique en 1893 sur cette île longue de 220 kilomètres et où ne vivent que 400 personnes coupées du monde. On avait apprécié énormément sa première saga :La force de vivre » qui avait touché cent mille lecteurs, autant dire un triomphe. Qui sera le même nous en sommes certains. Car la vie des chargés du phare n’étaient pas banale. Que d’héroïsme en 1893 dans cette île isolée de tous les services où il fallait se débrouiller pour survivre.

Les gardiens de la lumière. Tome 1 Maîtres chez soi. Michel Langlois. Hurtubise 458p.      www.editionshurtubise.com

 




 


Le travail de presse en agence

Les Presses Universitaires de Grenoble se distinguent par une formidable collection consacrée aux métiers de la communication journalistique. C’est ainsi que paraît le dernier opus Journaliste d’agence de presse qui décortique ce qu’est le travail au sein d’une agence de presse. On voit le déroulement d’une journée de travail type et les mécanismes de transmission d’une nouvelle. Un rappel aussi que l’agencier est très souvent un traducteur. Puis au final comment le métier a été chambardé par l’arrivée d’Internet.

Journaliste d’agence de presse. Jean-François Richard. Presses Universitaires de Grenoble 144p.    www.pug.fr

 




 


La fille de « Jamais sans ma fille »

Vous vous souvenez sans doute du best-seller de Betty Mahmoody « Jamais sans ma fille » cette histoire d’une femme mariée à un iranien et qui sera séquestrée pendant plus d’un an par son mari, elle et sa fille. Ce récit s’est écoulé à trois millions d’exemplaires et adapté au cinéma. Maintenant c’est sa fille Mahtob Mahmoody qui décrit les effets collatéraux qu’a eu ce pan de vie dans son existence. Elle aussi a eu sa part de mauvais karma avec la maladie en prime. Aujourd’hui, celle qui a étudié en psychologie, travaille dans le système de santé aux États-Unis. Vers la liberté c’est un descriptif de ce qu’elle a éprouvé toute sa vie et comment elle s’en est sortie.

Vers la liberté. Mahtob Mahmoody. Jean-Claude Gawsewitch 460p.  

 




 


Revoir son ancienne souffre-douleur

Laura est mène en banlieue de Londres une vie de petite bourgeoise avec un mari avocat et ses enfants dignes d’une carte postale. Cette vie sans vagues est pourtant troublée le jour où elle reçoit un appel de la mère de Heddy. Cette dernière était camarade de classe de Laura et souffre-douleur de l’institution scolaire qu’elles fréquentaient. Maintenant elle est internée à l’asile et demande à la revoir. Comment Laura va-t-elle réagir ? Éprouvera telle de l’empathie désormais pour celle qu’elle prenait de haut jadis.  Comme quoi la vie est faite de surprises. Ce bonheur trop parfait de Suzanne Bugler est à sa façon une sorte de thriller psychologique.

Ce bonheur trop parfait. Suzanne Bugler. Presses de la Cité 343p.    www.pressesdelacite.com

 




 


Un journaliste devient facteur dans le fin fond de la Norvège

Au cinquième anniversaire de son mariage, un journaliste norvégien découvre sa femme avec un autre. Dégoûté jusqu’au tréfonds de lui-même, il ira noyer sa peine chez ses grands-parents. Et là il décide d’abandonner sa carrière pour devenir le facteur de ce petit village au fin fond de la Norvège. Et loin d’être un trou perdu, il découvrira une galerie de personnages extraordinaires dont une jeune femme nouvellement arrivée qui ne sort jamais de chez elle ou un monsieur d’une grande courtoisie qui l’invite à faire une halte chez lui. Les curieuses rencontres du facteur de Skogli de Levi Henriksen est un livre qui vous donne envie de vivre. C’est la meilleure qualité que l’on peut apposer à ce roman sur la résilience.

Les curieuses rencontres du facteur de Skogli. Levi Henriksen. Presses de la Cité 334p.       www.pressesdelacite.com

 




 


Un écrivain envieux et les sirènes du plagiat

Jesse Kellerman sait pondre des suspenses. Il ne souffre pas du syndrome de la page blanche. A preuve Best-seller. C’est un professeur d’université frustré de ne pas avoir été un écrivain renommé. Or son vieil ami lui l’est devenu qui a tout connu, gloire, fortune qui vient avec et en prime une femme belle comme un cœur. Mais il arrivera que William de Nerval, l’heureux élu disparaîtra en mer. Sa veuve se rapprochera de l’ami. Et ce qui va arriver c’est que l’écrivain renommé avait laissé un manuscrit. La tentation est grande pour Arthur Pfefferkorn de se faire enfin un nom en s’emparant du manuscrit et se l’approprié. On ne vous en dit pas plus mais c’est jubilatoire.

Best-seller. Jesse Kellerman. Flammarion Québec 393p.   

 




 


Librement inspiré de la vie de Chaplin

Il était une fois Charlie Chaplin âgée de 82 ans et son fils Christopher âgé de neuf ans. Le grand Charlot voit sa mort venir. Il établit alors un pacte avec son fiston. Si ce dernier parvient à le faire rire, Charlie gagnera une année de plus de vie. Et en échange il va lui écrire aussi une longue lettre décrivant ce que fut sa vie. La dernière danse de Charlot de Fabio Stassi est un prétexte pour raconter librement la vie du grand acteur et cinéaste qui s’exprime ici à la première personne. Tous les faits rapportés sont authentiquement biographiques. Une belle façon de connaître la vie de ce maître du spetième art.

La dernière dans de Charlot. Fabio Stassi. Denoël 310p.    www.denoel.fr

 




 


Bébé éprouvette cherche son père bio

Patrick Laurent ne peut pas mieux choisir comme thème contemporain pour sujet de son roman Comme Baptiste. C’est un mec qui va apprendre que le père qu’on lui a attribué n’est pas en vérité le vrai, mais qu’il est le fruit d’une insémination artificielle. Dès lors, l’inséminé nouvellement révélé n’a qu’une idée en tête, savoir qui a été le donateur de la semence qui lui a donné vie. C’est en toile de fond toute la question identitaire et à quel point cela peut devenir envahissant.

Comme Baptiste. Patrick Laurent. Gallimard 336p.

 




 


Une nuit en compagnie d’une fillette

C’est un livre qu’on ne pas mieux qualifier que de mignon. Le sujet de Nuit d’orage de Michèle Lemieux, c’est que nous entrons dans l’intimité de la chambre à coucher d’une fillette qui va faire sa nuit en compagnie de son chien. Et elle va nous autoriser à sonder son cœur et son esprit. Quelles sortes de réflexions peuvent habiter une si jeune tête ? Les dessins épurés sont attendrissants. Et on appréciera le soin apporté à l’édition du livre. Un bel ouvrage dont peut-être fier l’éditeur.

Nuit d’orage. Michèle Lemieux. Carré blanc/Les 400 coups

 




 


La page des amours

Le sentimentalisme est à fleur de pages avec Mélanie Fortin qui signe Dans de beaux draps. C’est une mère de deux enfants qui va découvrir dans les effets de son mari une lettre compromettante qui révèle que ce dernier a une liaison extraconjugale. La dame va être complètement chamboulée par cette affaire qu’elle n’aurait même jamais soupçonné, tant le mari était attentionné. Elle décide donc dans l’instant de prendre un bol d’air vers l’Italie en compagnie d’une amie. Et taratata, Cupidon va lui décocher une flèche, ce pays s’y prêtant si bien. Sur fond de mandoline il ne faut jamais désespérer.

Dans de beaux draps. Mélanie Fortin. Les éditions JCL 380p.    www.jcl.qc.ca

 




 


Dernier tome de la saga Les portes du passé

Une bonne ou une moins bonne nouvelle ? Tout dépend comment on accueillera l’annonce de la saga « Les portes du passé » de Marie-Bernadette Dupuy. C’est la conclusion avec L’Ange du lac. Ce sixième volet nous conduit à l’été de 1950. Notre Hermine Delbeau a atteint la renommée en art lyrique.  La France l’avait retenue passablement et c’est avec grande joie qu’elle revient au port d’attache, les terres de Toshan, le Métis. Mais ce qui devait être des retrouvailles dans l’harmonie s’avère beaucoup plus ardues. Il va se passer une série d’événements qui ont une note de tristesse. Encore ici la romancière peaufine son art de raconter des temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître, comme dit la chanson. Elle préparera sans doute une autre épopée.

L’Ange du lac. Marie-Bernadette Dupuy. Les éditions JCL 620p.    www.jcl.qc.ca

 




 


Elle a quinze ans et en trouble plus d’un

Graziella, est tout juste âgée d’à peine quinze ans, et a le fourneau ardent. Elle sait l’effet qu’elle provoque chez la gent masculine. Au point que ça gêne son patelin. La famille l’envoie donc comme servante dans une famille d’un autre village. Mais le chef de famille s’autorise des voluptés avec la nymphette. Quand le pot-aux-roses sera découvert c’est elle sur qui on jettera l’opprobre. Voilà l’essence de Graziella un roman de Nicole Villeneuve. Le sous-titre « Les premières notes » annonce sans doute une saga. C’est bien parti, la romancière sachant montrer qu’une fille dégourdie est vite rejetée et poussée vers la conformité sociale. Passionnant. Notons que l’histoire se déroule en 1913 dans la région du Saguenay.

Graziella. Les Premières notes. Nicole Villeneuve. Les éditions JCL 492p.    www.jcl.qc.ca

 




 


L’Ange Raphaël s’ennuie

Dans L’état du ciel de Pierre Péju on s’ennuie fermement au ciel depuis que Dieu est mort. Ne reste que l’ange Raphaël qui trouve le temps long. Pour tuer le temps il aimerait bien faire plaisir aux humains et alléger leur sort. C’est ainsi qu’il va repérer du haut de son nuage un couple qui se déchire, formé d’une artiste peintre et de son mari gynécologue. Il n’y aucune communication entre les deux sinon de partager leur fatigue de devoir se supporter, de survivre. L’ange décide donc de changer la donne. Amusant n’est-ce pas ? Surtout à lire.

L’état du ciel. Pierre Péju. Gallimard 253p.     

 




 


Un russe enquête sur qui fut au juste le Masque de fer

Toutes les légendes ont entouré la désignation de celui dont le surnom retenu par l’Histoire sera celui du Masque de fer. Parmi les hypothèses revenant le plus souvent, on croit qu’il s’agit de Fouquet le ministre dépensier de Louis XIV et interné par ce dernier pour ses extravagances à Vaux-le-Vicomte. Ou bien serait-ce le duc de Beaufort ? Quoi qu’il en soit, l’homme de théâtre russe Edvard Radzinsky se mue en Sherlock Holmes et va prendre l’initiative de mettre un point final. On ne vous en dit pas plus.

Le Masque de fer. Edvard Radzinsky. Cherche Midi 327p.   
www.cherche-midi.com

 




 


Deux femmes, deux époques

Voici un roman à saveur un tantinet ésotérique puisqu’il met en scène deux femmes de deux époques différentes, 350 ans d’écart pour être plus précis et qui vont se rencontrer, France qui s’élève par l’esprit et qui n’habite plus son corps, et Marianna une andalouse au sacré tempérament qui est de surcroît son amie imaginaire. Cette dernière vit dans une famille aux préceptes bétonnés. On accepte difficilement ses aspirations à l’émancipation. Alors qu’on veut la caser, elle de son côté ne soupire que dans les bras de son Romanichel. France pourra t’elle venir à son aide ? Bref La danse du temps dont nous avons le premier tome l’insoumise de Lila Solice nous déconcerte, avec ces sauts dans le temps et l’opposition entre les désirs de l’une et de l’autre. Mais on ne parvient que difficilement à décrocher.

La danse du temps. Tome 1 l’insoumise. Lila Solice. Clermont éditeur 392p.    www.clermontediteur.ca

 




 


Comment se porte le nationalisme québécois

Louis Balthazar avait publié un premier bilan du nationalisme québécois voici vingt-cinq ans de cela. Qui disait en gros, que celui-ci s’essoufflait. Les dernières années, la donne a suffisamment changé pour que ce professeur émérite du département de science politique à l’Université Laval se remette au travail et nous arrive avec une réédition revue et augmentée. Et il semble selon lui que le nationalisme connaît un regain en raison de la question identitaire.

Nouveau bilan du nationalisme au Québec. Louis Balthazar. VLB éditeur 317p.      www.editionsvlb.com

 




 


Tome III de la vieille laide

Si vous avez lu les deux premiers tomes excellents de La vieille laide de Lucy-France Dutremble vous adorerez cette continuité qui a pour titre De Marie-Anne à Anne-Marie. Elle nous plonge en Mauricie en 1940 avec une galerie de personnages pour revenir au final avec Anne-Marie dans la rang du Ruisseau. Ce pourrait faire une très belle saga télévisée. Avis aux scénaristes en panne de sujets.

La vieille laide. Tome III De Marie-Anne à Anne-Marie. Clermont éditeur 262p.   www.clermontediteur.ca

 




 


Le neveu d’Hitler à Auschwitz

On pourrait dire que l’histoire est étriquée, mais n’est-ce pas le privilège du romancier de s’amuser avec les faits. Ainsi Bob Martin a-t-il imaginé un Neveu d’Hitler. Ce neveu dans le livre, est le fils de la sœur du dictateur, Paula. Mais pour son malheur, cet August a des similitudes faciales avec la caricature que font les nazis des juifs. Par méprise il sera arrêté et torturé par la Gestapo et conduit à Auschwitz. Le romancier qui s’est énormément documenté sur le IIIème Reich et l’Holocauste, en profite pour raconter le climat qui prévalait socialement dans l’Allemagne nazie et sur la vie quotidienne dans le plus grand camp d’extermination. Dérangeant.

Neveu d’Hitler. Bob Martin. Pôle roman 414p.    www.ma-editions.com

 




 


Une mystérieuse recluse

C’est une petite ville qui a pour nom Mill River. S’y trouve une colline au sommet de laquelle est érigée une magnifique maison de marbre blanc. Dans ce petit palace vit seule Mary McAllister. Jusqu’ici on ne se posait pas trop de questions sur l’identité de la résidente. Mais un policier nouvellement arrivé, sa fille et son institutrice vont se poser des questions. Il y a par contre un religieux qui sait pourquoi cette dame vit recluse. Vous comprendrez qu’on ne lèvera pas ici le voile sur ce mystère qui fait l’intérêt d’Un ange à la fenêtre de Darcie Chan qui s’est vendu à un million d’exemplaires.

Un ange à la fenêtre. Darcie Chan. Pôle roman 295p.     
www.ma-editions.com

 




 


Amoureuse d’un allemand et résistante

Si le mot passion est largement galvaudé pour décrire un romancier on peut dire qu’il est justement le mot approprié en ce qui concerne Jacqueline Dana qui a écrit un bijou Gabrielle ou le désarroi. C’est une française sous l’Occupation allemande qui va avoir une liaison avec un officier allemand. Puis quand elle aura vent des atrocités qui sont commises, passera du côté de la Résistance pour expier sa trahison. Vous avez là un ensemble de matériaux de première grandeur.

Gabrielle ou le désarroi. Jacqueline Dana. Presses de la Cité 232p.    www.pressesdelacite.com

 




 


Un érudit québécois méconnu

Nous connaissons l’expression savoureuse « une tête à la Papineau » pour décrire un être doué intellectuellement. Mais en réalité l’expression devrait s’appliquer à Joseph-Charles Taché (1820-1894) qui est un intellectuel bourgeois totalement méconnu qui était reconnu unanimement par ses contemporains comme un « bolé », pouvant écrire sur des sujets aussi varié que l’Exposition universelle de Paris en 1855 ou bien la mouche à patate. Un collectif de chercheurs sous la direction de Julien Goyette et Claude La Charité avec la collaboration de Catherine Broué nous raconte cet homme à l’esprit universel.

Joseph-Charles Taché polygraphe. Collectif. Presses de l’Université Laval 366p.     www.pulaval.com

 




 


Chirurgie, la main contre la robotique

La seule chose qui est stable en ce monde c’est le changement. Et même la pratique médicale n’y échappe pas. Même la robotique s’est invitée en chirurgie supplantant le doigté du chirurgien. Et ce sera le drame du protagoniste du roman Incisions d’Éric de Belleval. On fait la connaissance d’un des grands neurochirurgiens au pays. Il a déjà eu une erreur médicale qui le hante et une maladie nerveuse ne lui donne plus la maîtrise de ses mains. Un robot lui fair compétition, sa femme veut le quitter et un collègue convoite son poste. Un malheur ne vient jamais seul dit-on. L’auteur qui a fréquenté le monde chirurgical s’est très bien documenté pour exprimer de nouvelles réalités en médecine qui bouleversent les tenants des anciennes méthodes.

Incisions. Éric de Belleval. L’Interligne 228p.     www.interligne.ca

 




 


Deux romans de Johanne Seymour

Ah! Ce qu’ils sont gâtés les admirateurs de Johanne Seymour qui nous arrive avec non pas une, mais deux enquêtes de son enquêteuse vedette Kate McDougall. Nous avons Le défilé des mirages qui s’ouvre sur la découverte du cadavre d’un psychiatre spécialiste de la déficience mentale. On essaie de brouiller les pistes. Quels motifs pour supprimer ce médecin ? Notre Kate est chargée de l’affaire supportée par sa nouvelle escouade des crimes violents. Et elle-même est dans la tourmente sentimentale causée par sa relation avec l’inspecteur Trudel. Puis autre opus avec Le cercle des pénitents. C’est étrange qu’au moment où le Québec débat de la Charte des valeurs québécoises, il y a dans ce roman une toile de fond d’intégrisme religieux bien de chez nous. Puis des meurtres bien sûr et réactiver aussi des dossiers de crimes non résolus depuis des années. Et toujours cette relation malsaine avec son supérieur le lieutenant Paul Trudel. Vous avez ici de quoi occuper des heures de distraction. Les deux sont publiés chez Libre Expression.

 




 


Un roman du Grand Nord

Un peu d’exotisme avec Le retour de l’ours, deuxième roman de Catherine Lafrance après celui remarqué de « La saison froide » il y a deux ans. Nous sommes encore dans le froid donc alors qu’à la suite d’un cataclysme climatique qui a détruit la planète, ne subsiste qu’un petit village nordique. Et avec un déséquilibre, de sorte que les morses dévorent les stocks de poissons restants. Il y a Aloupa, un vigile, qui a pour mandat de veiller au retour souhaité de l’ours polaire. Et il a amené sa petite-fille, Sakari, pour l’accompagner faire le guet. C’est un beau tableau du nord que nous présente la romancière qui est motivée par sa préoccupation de la sauvegarde de la nature. Et nous on gagne au change d’être au contact d’une écrivaine ferrée, portraitiste de grand talent.

Le retour de l’ours. Catherine Lafrance. Druide 257p.
www.editionsdruide.com

 




 


La découverte de l’Inde dans son salon

Le lancement de L’Inde et ses avatars a donné lieu à un magnifique cocktail dans le salon des Boiseries de l’Université du Québec à Montréal. C’est que cet ouvrage collectif, le premier du genre en langue française se veut une sorte d’Inde pour les nuls, tant les clichés abondent dès qu’il est question de ce pays continent et son milliard d’hommes. Et ce qui se passe là bas risque d’avoir des résonances chez nous. D’ailleurs l’établissement universitaire de chez nous, entretient des liens étroits avec les intellectuels indiens. L’objectif est de présenter l’Inde dans sa pluralité, sa globalité. Ce n’est surtout pas un pays homogène. On verra que l’hindi et l’urdu sont deux visions culturelles distinctes. Et pour un ouvrage de grande rigueur on a heureusement évité de sombrer dans l’hermétisme. De sorte que cet ouvrage de grande qualité est accessible au plus grand nombre. Enfin, l’Inde qui est autre chose que le curry, Bollywood et le Kama Sutra.

L’Inde et ses avatars. Pluralités d’une puissance. Serge Granger, Karine Bates, Mathieu Boisvert et Christophe Jaffrelot. Les Presses de l’Université de Montréal 486p.        www.pum.umontreal.ca

 




 


Les affres de la cyberintimidation

Au départ, Andrée Décarie est une spécialiste de la fraude informatique. Elle s’est intéressée ensuite à la cyberintimidation qui est en progression constante au Québec et surtout à caractère sexuel. Nous serions les champions en Amérique. Sur 1000 cas de suicide, 80 le sont en lien avec l’intimidation. Elle transpose donc ses connaissances des pratiques de ces fêlés du web dans un roman saisissant Alice au pays des cyber-criminels. Ici c’est un assassin très bizarre qui prend la peau de personnages pour enfants afin d’arnaquer ses victimes choisies dans le milieu financier. Elle lève le voile sur des méthodes de raffinements qui dépasse l’imagination.

Alice au pays des cyber-criminels. Andrée Décarie. Les éditions Révolte 285p.    www.andreedecarie.com

 




 


Le Traité de Paris qui changera la face du Québec

Dans l’Histoire de Québec insolemment non enseignée dans nos écoles, 1763 est ue année charnière, celle du Traité de Paris un accord scellé par l’Angleterre, l’Espagne et la France, où cette dernière cède l’Amérique du Nord qui devient britannique. Un accord qui s’il met fin à une guerre interminable, va avoir des répercussions considérables, car ça annonce l’Indépendance des États-Unis et l’avènement chez nous parlementarisme britannique. Comme il est dit en sous titre de cet essai écrit en collectif et sous la direction de Sophie Imbeault, Denis Vaugeois et Laurent Veyssière c’est le traité qui a bouleversé l’Amérique. Et en marge, on fait un tour d’horizon de ses effets sur la vie quotidienne.

1763. Le traité de Paris bouleverse l’Amérique. Septentrion 420p.   www.septentrion.qc.ca

 




 


Thriller historique dans la France du XVIIème siècle

Il a été beaucoup écrit sur l’Inquisition espagnole et très peu sur son influence en France. Pour avoir un avant-goût de comment s’appliquaient dans ce dernier pays les préceptes de la Sainte Mère l’Église, lisez le premier tome « La voie du livre » de la saga Malefica d’Hervé Gagnon. Nous sommes en 1639. Nous voyons vivre une famille de guérisseuses et de l’autre François un armurier. Va débarquer soudainement un curé qui entend restaurer l’ordre. Anneline la guérisseuse et François vont tenter d’échapper aux foudres du représentant de l’Église. Mais ils sont dépositaires d’un grimoire qui peut ébranler la légitimité du roi Louis XIII. Et vous avez en toile de fond, une chasse au trésor. Tous les ingrédients pour garder captifs le lecteur du chapitre premier jusqu’au dernier.

Malefica. Tome 1 La voie du livre. Libre Expression 432p.     www.edlibreexpression.com

 




 


Un amour contrarié

Dans le tome 3  Bethsabée de la saga L’héritière de Salem, la jeune Bethsabée, 17 ans, vit intérieurement des chambardements à caractère existentiel. C’est lors de la rentrée scolaire qu’elle fera la rencontre de Jamie. Qui ne sait pas à qui il a affaire. Mais toute vérité par se faire savoir ou éclater. De sorte que le jeune homme va se rencontre que sa Bethsie est la sorcière promise pour venger sa tante Emma. Caroline Barré l’auteure parvient bien à structurer l’écheveau de son récit avec une belle maîtrise de la langue française.

L’héritière de Salem. Tome 3 Bethsabée. Les éditions Québec-Livres 290p.   www.quebec-livres.com

 




 


Pour triompher aux échecs

Si vous avez l’ambition de devenir un Garry Kasparov ou simplement bien vous amuser aux dépens de vos adversaires, ce serait pas mal de consulter Les échecs d’Alain Le Guerrier. Il nous livre généreusement es trucs et astuces pour gagner. C’est un classique du genre, voire incontournable pour qui veut améliorer son niveau.

Les échecs. Trucs et astuces pour gagner. Alain Le Guerrier. Les éditions Québec-Livres 178p.    www.quebec-livres.com

 




 


Michel David post-mortem

Même mort Michel David est encore vivant. C’est-à-dire qu’avant son décès, il a eu le temps de compléter la rédaction des deux tomes de Mensonges sur le plateau Mont-Royal dont voici le premier « Un mariage de raison ». Celui qui avait produit cinq sagas colossales qui ont cartonné va être post-mortem condamné au succès. Nous sommes au lendemain de la deuxième guerre mondiale. Vous avez Jean Bélanger qui omplète son cours classique et dont le destin croisera celui de Reine Talbot fille du propriétaire d’une biscuiterie. Ils auront des liens charnels avant le mariage. C’était déjà audacieux, avec le risque qu’elle tombe enceinte. Ce danger va se réaliser au moment où leur amour vacillait et qu’il entreprenait une relation avec une autre. C’était souvent ça la vie à l’époque sous le diktat de l’Église. On comprendra que cette histoire est sous l’empreinte des passions les plus vives. Et c’est du David pur jus.

Mensonges sur le plateau Mont-Royal. Tome 1 Un mariage de raison. Hurtubise 589p.     www.editionshurtubise.com

 




 


Des bestioles hideuses

Tiens, est-ce un hasard, alors que le mois d’octobre est celui de l’Halloween, voici que l’éditeur Broquet met sur le marché Le top 100 des créatures effrayantes. Qui nous montre encore une fois à quel point la nature est fascinante. Comme cette créature qui asperge ses victimes du sang jaillit de ses yeux et qui contient de l’acide, ou l’autre qui avale le double de sa taille. Avec fiche descriptive pour chacun des animaux et des photos bien sûr qui ajoute à l’horreur.

Le top des 100 des créatures effrayantes. Broquet 112p.  www.broquet.qc.ca

 




 


Tout savoir sur les statues de l’Île de Pâques

L’Île Pâques ne cesse de fasciner les humains depuis sa découverte par un équipage hollandais en 1722. Ce sont ces marins qui lui donneront ce nom car la découverte coïncidait avec le dimanche de Pâques. Et quel ne fut pas leur stupéfaction d’apercevoir 400 statues de pierres, certaines hautes de 30 mètres et pesant 75 tonnes. De là est né toute sortes de légendes les entourant. Gilles Van Grasdorff qui est un reporter de guerre à la base, a mené son enquête. Vous saurez tout concernant l’île mystérieuse.

 

Secrets & mystères de l’île de Pâques. Gilles Van Grasdorff. Presses du Châtelet 346p.       www.pressesduchatelet.com

 




 


Le Bye Bye d’André-Philippe Côté

 

Le caricaturiste du Soleil de Québec nous présente sa forme de Bye Bye à lui avec De tous les Côté 2013. C’est sa revue de l’année bien à lui. Et comme l’actualité foisonne de sujets caricaturaux, ce n’est pas l’inspiration qui lui manque. De la Commission Charbonneau, au nouveau pape, à la première ministre Pauline Marois, tout y passe, avec parfois de la férocité dans le crayon et dans les bulles. Jubilation garantie.

De tous les Côté 2013. André-Philippe Côté. Les éditions La Presse 134p.

 






 


Cinq beaux titres aux éditions GID

C’est toujours avec grande fébrilité que nous attendons les sorties de la rentrée aux éditions GID qui mettent un soin jaloux à faire découvrir le Québec. Et nous ne sommes pas déçus. Jugez vous-mêmes. On débute avec Au royaume du Saguenay et du Lac-Saint-Jean de Gaston Gagnon. L’homme est historien et muséologue. Il arrive à point nommé au moment où ces deux grands territoires célèbrent leur 175ème anniversaire. Il ne pouvait pas offrir plus beau cadeau que de rappeler cette riche épopée des origines à nos jours. Autre bijou à explorer Le lac Saint-Charles dans la région de Québec C’est la source d’eau potable d’un grand nombre de citoyens de la Vieille Capitale. L’auteur, Francis Audet réside au Lac et il a réalisé à la fois les photos et les vignettes. Et côté clichés, on est gâtés, car il a déjà vu de ses œuvres retenus par la National Geographic Society, rien de mois. Et ici une image vaut vraiment mille mots. On vient d’évoquer Québec. Voici que Johann Cousinard un ressortissant français qui comme l’auteur du précédent ouvrage a fait les photos et les textes de Québec noctambule. Qui nous rappelle que cette ville au registre du patrimoine de l’Unesco a bien mérité cette appellation. Que de belles photos d’une ville qui respire le romantisme. On a de quoi être fier. C’est même une des belles villes du monde entier. Après Québec, voici Montréal, la rivale que magnifie en peinture Michel Barcelo. Si vous trouvez que ses toiles ont de vagues ressemblances avec la palette de Marc-Aurèle Fortin, vous avez vu juste car ce dernier est son oncle. C’est donc cet ancien urbaniste à la Ville de Montréal puis enseignant qui a portraituré Montréal dans tous ses recoins. Il y a une grande posée qui se dégage de ses toiles. Et pour chacune un texte descriptif du quartier. C’est une démarche amoureuse d’un artiste pour sa ville. Enfin, Les Wendats du Québec cette Première Nation décrite par Alain Beaulieu, Stéphanie Béreau et Jean Tanguay. C’est trois siècles de cette nation qui est détaillée au plan du territoire, de l’économie et de l’identité, entre 1650 et 1930. Cette communauté s’était très bien intégrée aux colonisateurs de la Nouvelle-France. Tellement qu’on a cru qu’elle disparaîtrait presque pour cause d’assimilation totale. Ce qui ne fut pas le cas. On appréciera le volumineux travail de recherche appuyé par une belle iconographie.

 




 


Le coin jeunesse

Deux titres craquants aux 400 coups. Monstres en vrac d’Élise Gravel. Vous allez faire connaissance avec une série de monstres aux mines patibulaires mais qui ne sont pas méchants pour deux sous. On ne savait pas que la confrérie monstrueuse comptait autant de congénères bizarres. Et ailleurs, c’est Nénette et les bilibilibongsbongs sur des textes et illustrations d’Élisabeth Eudes-Pascal. On demeure toujours dans le domaine des monstres puisque notre héroïne va en croiser un qui lui fera si peur qu’elle ira se cacher. Mais rassurez-vous, ça finit bien.

 




 


Le coin art visuel

Gisèle Rivard nous donne un cours magistral de perspective en peinture. Car le peintre à l’œil exercé, décompose ce qu’il voit dans des diamètres qui donne l’impression de dessins en architectures sur lesquels se complèteront le dessin proprement dit et la peinture. La perspective artistique vous dit tout ce qu’il faut savoir pour interpréter en termes de dimensions ce que l’on voit. C’est aux éditions Broquet. En 2011, le Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul portait sur cette thématique « Les conteurs ». A cette occasion, sept artistes ont participé à cet événement couru. Anne Beauchemin docteure en histoire de l’art moderne et chargée de cours en histoire de l’art à l’Université Laval, joue à la visiteuse et nous fait prendre du coup à l’importance du Symposium dont la première édition remonte à 1982. L’art en pensée et en actes, le Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul est un album publié aux éditions GID.

 




 


Savoir construire des habitats pour nos oiseaux

Si vous avez les mains habiles et ne savez pas trop quoi faire avec, pourquoi ne pas construire alors des Mangeoires et nichoirs. Alison Jenkins leur consacre un livre entier avec 20 modèles que l’on peut facilement réaliser. Vous avez ici des basiques que vous pouvez interprétez à l’infini, dans les formes et les coloris. Ce sont les gentils volatiles qui vous remercieront par leurs beaux chants.

Mangeoires et nichoirs. Alison Jenkins. Broquet 176p.    www.broquet.qc.ca

 




 


Cuisiner les classiques sans faire d’erreurs

Le bien connu chef Daniel Vézina n’a plus besoin de présentation. Et malgré ses horaires démentiels, notre mentor en cuisine, trouve le temps de faire partager son art du bien mangé. Ainsi donc le chef des Laurie Raphaël de Québec et de Montréal a trouvé le temps de rédiger Mes classiques préférés. En tout, 60 plats qui sont le fonds de commerce de la grande cuisine, tels le saumon poché et le sabayon. Non seulement donne t’il les recettes, mais il a identifié ce qui peut faire techniquement le succès ou l’échec de la préparation. Avec sa méthode, vous n’avez plus le droit à l’erreur, tant les démonstrations sont confondantes de facilité.

Mes classiques préférés. Daniel Vézina. Les éditions La Presse 239p.  

 








 


Le coin santé physique et psychologique

Le Dr. André Robidoux esr chirurgien oncologue et titulair de la Chaire Banwue Scotia en diagnostic et traitement du cancer du sein et professeur titulaire de chirurgie à l’Université de Montréal. Dans Les raisons d’espérer il fait l’état de la recherche sur ce cancer dévastateur. Pour donner la mesure de la dimension du problème, il faut savoir que le cancer du sein touche la moitié de la population. Mais des traitements diversifiés sont maintenant disponibles et adaptés aux degrés de propagation de ce mal sournois. C’est aux Presses de l’Université de Montréal. Parlant de cancer voici un roman Tu vivras pour moi d’Élisabeth Tremblay aux éditions de Mortagne qui pourrait avoir l’allure d’une histoire de cas vécu. C’est une adolescente sur qui tombe un diagnostic de leucémie. Débute trente mois de chimiothérapie. Elle va croiser un garçon aux prises lui aussi avec le cancer. Les deux tomberont amoureux. Mais la situation de Guillaume empire. D’où des tensions insoutenables. En duo, Hélène Renaud er Michel-Jacques Bergeron nous revient avec une édition revue et augmentée de leur livre à succès Je me lève de bonheur! Si on a parlé abondamment de l’estime de soi, il est question ici de l’estime de nous. Car le développement harmonieux des enfants passe par celui du couple. Aux éditions Québec-Livres.  Chez VLB un témoignage choc, celui de Jean-Sébastien Lozeau qui a été embrigadé par sa mère chez les Témoins de Jéhovah. Qui a tout tenté pour l’endoctriner. Mais lui ça ne passait pas. D’autant qu’il jugeait leurs mœurs rétrogrades. Réveillez-moi nous en dit long sur l’emprise des religions qui briment toute liberté. Aux éditions du Cherche midi, une sommité médicale le professeur Bernard Debré parle des relations tumultueuses entre la médecine et les religions dans Des savants et des dieux. Car il y a toujours eu un contentieux entre la Foi et la science, notamment pour les transfusions sanguines. Et malgré tout, la médecine a fait des progrès qui ont permis de sauver des vies. Voici cette fois une lecture singulière venant d’un grand médecin de Nancy Bernard Herzog qui coiffe plusieurs casquettes dont électroradiologie, psychothérapeute et psychanalyste. Il présente un essai L’esprit de la matière dans ses quatre états aux éditions du Cram où il privilégie l’inconscient comme clé de compréhension de notre développement. Qui comme il le dit, est la face cachée de nous-mêmes. Et pour terminer, dans la collection chronique sociale des Presses de l’Université Laval, deux titre : Art dramatique et déficience intellectuelle de Johane Doyon et Intervenir en situation de crise suicidaire des Christian Lafleur et Monique Séguin ce dernier étant complété par un DVD.  Dans le premier et par expérience, l’art dramatique peut-être un révélateur auprès de la personne et révélée des sentiments enfouis au plus profond de son être. Le second ouvrage met en scène une situation d’intervention auprès d’une personne suicidaire, en trois étapes.   

 




 


En poche cette semaine…

1492 Un monde nouveau ?  de Bartolomé Bennassar et Lucile Bennassar passe en revue les événements historiques qui se sont déroulés cette année là et où la découverte de l’Amérique n’est pas la moindre. Entre autres, c’est le rattachement de la Bretagne à la France et une foule d’autres faits qui ont changé la face du monde. Chez Tempus. Et dans la collection « Terres de France » aux Presses de la Cité, deux opus, d’Alain Dubos c’est La palombe noire. Nous sommes en juillet 14 dans un bled de Gascogne nommé Iéna. Vous ferez connaissance avec Adrien qui souffre de tuberculose et que la Grande Guerre va affecter car elle décimera les siens. Son beau-frère a des prétentions sur le domaine qu’Adrien va défendre bec et ongle. Et vient Jean Anglade et Le saintier. D’abord un saintier est un fondeur de cloches. Le romancier nous en fait connaître un qui jouit d’une telle réputation que Pierre le Grand lui commandera à Moscou, une cloche gigantesque de deux cent dix-huit tonnes. Mais en 1738 la dynastie va cesser de produire. On vous dit pourquoi.

 




 


Le chemin de croix de Patrick Drolet

Le comédien Patrick Drolet emprunte une démarche singulière pour traiter du thème de l’oubli, celui d’un chemin de croix. Et chaque station est une réflexion. Le temple religieux l’interpelle. Le mérite de Pour une dernière fois, je m’abaisserai dans tes recoins est un rappel par la bande que le patrimoine religieux peut encore servir à quelque chose. En tout cas, le chemin de croix agit avec puissance sur le narrateur. Nous vous le recommandons fortement. Qui sait ? Cela vous redonnera peut-être le goût de revoir les églises différemment.

Pour une dernière fois je m’abaisserai dans tes recoins. Patrick Drolet. Druide 123p.      www.editionsdruide.com

 




 


Rencontre entre une écrivaine et une peintre

Il était une fois une écrivaine, Danièle Vallée et une peintre Suzon Demers qui s’apprécient chacune dans leur domaine respectif. L’artiste visuelle a produit quatorze peintures, des portraits de femmes à la puissante force d’évocation. A partir de ce matériau de choix, la romancière trouvé l’inspiration pour quatorze nouvelles. Une démarche doublement créative qui ne bous laissera pas indifférents. Et vous pouvez comparer vos propres impressions de celles de la nouvelliste.

Sous la jupe. Danièle Vallée et Suzon Demers. David 87p.    www.editionsdavid.com

 




 


Nouvelles hyper réalistes

Il faut absolument Sur le fil de Maude Déry. Ce sont quinze nouvelles d’un réalisme saisissant sur la destinée humaine. Tous ne partent pas dans la vie avec les mêmes chances. Vous avez ceux qui font résilience de leurs malheurs et d’autres qui feront tout en sorte pour ne pas traîner leur passé comme un boulet. Le livre avec sa jaquette toute épurée semble innocent. Le contenu est terrible.

Sur le fil Maude Déry. Triptyque 103p.     www.triptyque.qc.ca

 




 


Douleurs sud-africaine

C’est curieux, en parcourant Un monde beau, fou et cruel de Troy Blacklaws on a dans sa tête comme une musique, soit des mélopées sud-africaines, pays où l’histoire se déroule ou bien des negro spirituals plaintifs. Car c’est pas jojo l’Afrique du Sud que découvre le protagoniste du roman qui quittait son Zimbabwe pensant découvrir un pays de l’ère Mandela où les belles valeurs humaines sont inspirantes. Il s’aperçoit que le racisme est toujours bien présent et son cortège de violences. Il y a beaucoup de poésie latente dans ces lignes qui disent bien qu’il va se passer encore un temps fou avant que l’Afrique du Sud s’arrache pour de bon à ses vieux démons.

Un monde beau, fou et cruel, Troy Blacklaws. Flammarion 292p.  

 




 


Cartographie du terrorisme

Mario Bettati est une autorité en droit international. Professeur émérite à l’Université Paris II il nous a donné un livre éblouissant qui fait autorité « Le droit international de l’environnement. Cette fois avec Le terrorisme, il dresse la cartographie du terrorisme mondial. Et comment pour l’instant les nations réagissent. Notamment la surveillance accrue des flux d’argent. Selon lui « seule la coopération internationale permettra de l’éradiquer définitivement ».

Le terrorisme. Les voies de la coopération internationale. Odile Jacob 299p.   www.odilejacob.fr

 




 


La Conquête vue par les petites gens

Quelle bonne idée de nous montrer un pan de notre histoire par l’autre bout de la lorgnette, à savoir les petites gens. Denis Vaugeois et Gaston Deschênes ont pensé qu’il serait intéressant de savoir comment la populace a vécu la Conquête. Ils ont mis à contribution une équipe d’historien qui a vraiment fouillée partout. Ça donne Vivre la conquête avec un premier tome. On a trouvé des témoignages de gens dits « ordinaires ». C’est la petite histoire qui fait la grande.

Vivre la Conquête. Tome 1. Collectif sous la direction de Denis Vaugeois et Gaston Deschênes. Septentrion 249p.     www.septentrion.qc.ca

 




 


Une page glorieuse de l’édition québécoise, le Bien public

Maude Roux-Pratte nous arrive avec la redécouverte d’un joyau du patrimoine imprimé au Québec, Le Bien public un hebdomadaire trifluvien fondé en 1909 par l’évêque de Trois-Rivières et quia cessé sa publication en 1978. Outre le journal vous aviez aussi les activités d’imprimerie. A un moment de son histoire, on a frôlé la faillite. Il aura fallu l’intervention d’Albert Tessier un des collaborateurs en vue de l’imprimé pour lui redonner un second élan. C’est émouvant de voir l’évolution de la pensée d’alors, car et c’est si vrai ici, les écrits restent.

Le Bien public. Maude Roux-PratteSeptentrion 323p.
www.septentrion.qc.ca

 




 


L’identité culturelle américaine

Parmi les textes fondateurs qui ont forgé l’identité culturelle des États-Unis d’Amérique, on range Le scholar américain de Ralph Waldo Emerson. Qui nous est présenté avec une traduction et annotée et commentée par Pierre Monette. C’est que des intellectuels comme lui voulaient s’affranchir du cordon ombilical européen. On prendra plaisir à lire ce document qui nous éclaire sur ce qu’a été la naissance de la sensibilité américaine.

Le scholar américain. Ralph Waldo Emerson. Trypique 209p.   www.triptyque.qc.ca

 




 


Un mariage loin d’être reposant

A Saint-Etienne en France on s’apprête à célébrer un mariage dans la famille Nerrouche qui unit un Kabyle à une arabe. L’atmosphère est très agitée. Surtout qu’une rumeur circule que le marié aurait des tendances homosexuelles. Le témoin de ce dernier est particulièrement fébrile. Il ne cesse de recevoir des courriels de son cousin qui le perturbe. Bref une union pas reposante. Ce sont Les sauvages de Sabri Louatah que l’animateur François Busnel de la Grande librairie compare à un Philip Roth arabe. Un roman qui ne manque pas de tempérament avec sa myriade de personnalités survoltées.

Les sauvages. Sabril Louatah. Flammarion 590p.  

 




 


Dérive dans le monde du jazz

Inspiré par la vie du musicien de jazz Bill Evans (1929-1980) Owen Martell nous présente son Intermède qui met en scène un pianiste Bill et son bassiste Scott qui est mort. Et le premier est inconsolable de la mort du second. Le théâtre de cette histoire est la Grosse Pomme. La peine du pianiste le mène vers une mauvaise tangente. Ses proches vont tenter de l’empêcher de commettre des bêtises. Vous dire que nous sommes ici dans l’intensité est un euphémisme. Et ceux qui aiment la poésie du jazz vont trouver leur bonheur servi par des phrases sublimes.

Intermède. Owen Martell. Éditions Autrement 181p.    www.autrement.com

 




 


Faber le cynique

Ce ne sont plus les enfants du lendemain de la Seconde guerre mondiale, ni ceux de la révolution. Plutôt ceux de la génération des baby boomers à qui on a prédit un monde qui valorise le « je ». Et côté identité, Faber est comme un personnage de Pasolini, destructeur. Il faut le voir ce Machiavel désabusé avec ses copains Madeleine et Basile qui habitent une ville de province française imaginaire. On sent que ces gens là respirent l’ennui. Mais sauf le romancier, Tristan Garcia qui les décrit, qui nous fait voir l’errance de ces personnes à qui on a promis un monde meilleur, mais qui, comme pour toutes les générations précédentes doivent gagner leur croûton en travaillant.

Faber le destructeur. Tristan Garcia. Gallimard 464p.    

 




 


L’étrange fils d’Einstein

Albert Einstein a bau avoir élaboré la théorie de la relativité et être à l’aise avec des schémas de physique complexes il avait un talon d’Achille, sa pauvre humanité. Il a eu un fils, Eduard, que sa mère ira conduire à l’asile lorsqu’il aura vint ans, et qui finira ses jours avec les fous. S’inspirant de cette vie tragique, Laurent Seksis a pris des libertés avec l’histoire réelle pour bâtir Le cas d’Eduard Einstein. Comme quoi être le fils d’Einstein ne garantissait rien, sinon son propre déséquilibre.

Le cas d’Eduard. Flammarion 294p.   

 




 


Vertus en temps de guerre
La guerre est l’occasion des extrêmes, des actes d’héroïsme, de grands sacrifices qui élèvent l’humain et de l’autre la barbarie la plus abjecte. C’est une variation sur ce même thème que nous donne Outre-Atlantique de Simon Van Booy. Une femme amoureuse est inquiète que l’élu de son cœur soit appelé au front. Nous sommes immédiatement après l’attaque surprise de Pearl Harbor. Il ira se battre oui et s’en sortira tout de même. C’est passionnant de voir les sentiments humains ici exacerbés. En même temps un vibrant plaidoyer contre la guerre.

Outre-Atlantique. Simon Van Booy. Autrement 219p.    www.autrement.com

 




 


La paranoïa des complots

Michel Lenoir a observé que bien des faits de l’actualité échappent que très peu à toutes sortes de spéculations aux allures de complots. Il fait remonter ce syndrome à l’assassinat du président John F. Kennedy, où on s’en est donné à cœur joie sur qui est le réel commanditaire de ce crime sans pareil. Complots passe en revue certains moment de notre histoire contemporaine avec tout ce qui s’est dit à leur propos.

Complots. Tout a commencé avec John F. Kennedy. Michel Lenoir. Broquet 168p.     www.broquet.qc.ca

 




 


Une metteure en scène harcelée

Comme le sujet de l’intimidation est dans l’air du temps, vous apprécierez L’ombre d’un doute de Norah McClintock. Deux personnages principaux attirent sur eux les projecteurs. Vous avez d’une part Robyn Hunter qui est participant à une pièce de théâtre et celle qui va la mettre en scène Madame Denholm. Cette dernière va recevoir un étrange colis contenant une poupée démembrée. Il y a de quoi s’inquiéter pour moins. Qui peut bien lui en vouloir à ce point. D’autres incidents s’ajouteront. Robyn découvrira aussi des pans de la personnalité de l’intimidée. Suspense garanti de bout en bout.

L’ombre d’un doute. Norah McClintock. Hurtubise 276p.   www.editionshurtubise.com

 




 


Séraphin dans le texte

Voici un véritable trésor, Séraphin oui, l’avare des Belles Histoires des Pays d’en haut de Claude-Henri Grignon, un inédit car c’est le collectionneur Rosaire Fontaine passionné par notre célèbre personnage, qui a retrouvé le feuilleton original dans une revue d’origine belge Bonnes soirées publiée par les éditions Dupuis. Il a rassemblé patiemment toute la série concernant Séraphin et nous livre le tome un 60 ans plus tard! L’homme de lettres a cessé de le publier dès qu’on le pressenti pour écrire la fameuse série télévisée en 1956. Vous avez des préfaces intéressantes qui racontent le contexte de création de ce roman rural si extraordinaire. Et Claude-Henri Grignon répond à la question, est-ce que Séraphin a réellement existé ? Pour le savoir allez lire l’ouvrage.

Séraphin. Nouvelles histoires des pays d’en haut. Tome 1. Texte inédit. Québec Amérique  492p.     www.quebec-amerique.com

 




 


Épopée au Moyen-Âge

Danie Blais est un diplômée en histoire de l’art et qui est une mordue de l’époque du Moyn-Âge. Une période de l’Histoire qui a tellement d’ingrédients pour alimenter mille et une épopées. La romancière ne s’en prive pas dans De chair et d’épée. Car en ces temps excessifs c’était l’amour ou la mise à mort. Nous sommes à l’automne 1304 où nous retrouvons un capitaine des armées du roi nommé William III, Bruges de Kircaldy. Il aura fort à faire. Mai entretemps il doit marier sa fille Manièvre. Et celle là traîne une réputation sulfureuse. Elle ne fait pas mystère de son goût des hommes. Bref, une belle plongée dans un monde que la romancière recrée avec une minutie comme si elle y avait déjà vécue dans une vie antérieure.

De chair et d’épée. Daniel Blais. Les éditions Québec-Livres 405p.   www.quebec-livres.com

 




 


Michel Beaudry vous en raconte des bonnes

Le chroniqueur sportif Michel Beaudry qui signe également tous les jours un billet d’humour dans le Journal de Montréal, a rassemblé ses perles humoristiques dans Mes meilleures blagues. Le gars ne manque pas d’esprit. Voici l’une de ces blague « La dernière fois que le prince Charles est venu dans une cabane à sucre au Canada, il se serait fait dire, hé les oreilles, décrisse ».

Mes meilleures blagues. Michel Beaudry. Les éditions Québec-Livres 198p. www.quebec-livres.com

 




 


Derrière le Népal de carte postale

Bernadette Pécassou a choisi de situer son roman Sous le toit du monde au Népal, à Katmandou même. Nous sommes un juin 2001. La famille royale népalaise est massacrée. Pendant ce temps toujours dans la capitale, on va retrouver Karan un français ressortissant du Népal. Dans son pays d’origine il a repéré Ashmi, une étudiante qui incarne dans son livre des valeurs la figure du nouveau Népal. Il sera son mentor comme journaliste. Mais ce ne sera pas un happy end. A l’ombre du géant nommé Everest, peut-être trop d’ombre sur de sombres réalités. L’auteure qui est journaliste vient de réussir son septième roman. Dépaysement garanti.

Sous le toit du monde. Bernadette Pécassou. Flammarion 306p. 
 




 


Comment sont morts les grands de ce monde ?

Grâce au Dr. Jacques Deblauwe on pénètre au premier sens du mot intimité alors qu’il nous décrit les agonies de quelques rois de France De quoi sont-ils morts ? est un travail de clinicien qui nous détaille les affres qui précédèrent la mort de ces monarques. Nous vous faisons grâce de la pourriture qui se logeait dans l’urètre de François 1er, mais rien ne vous sera épargné des termes souvent poétiques pour décrire d’atroces pathologies et les moyens pour les soigner la majorité du temps à froid. Vous vous sentirez mieux après lecture. Mais outre qu’il soit un excellent médecin l’historien médical est un sacré conteur.

De quoi sont-ils morts ? Dr. Jacques Deblauwe. Pygmalion 416p.   

 




 


Heureux qui suit les suggestions de la maison Ulysse

Car il pourra faire préparer de beaux itinéraires grâce au bel album Asie Afrique Océanie, 50 itinéraires de rêves. On a sélectionné arbitrairement une cinquantaine de lieux. Pour chaque localité on fixe le nombre de jours pour lesquels il faut consacrer son temps d’arrêt, les raisons de s’y rendre, et un ensemble de particularités qui devrait faire de cet itinéraire un moment inoubliable. Et on saluera la riche iconographie. Rien que la photo de début d’album avec un plongeur à Bora Bora en Polynésie française a de quoi nous laisser rêveur tant l’eau est cristalline.

Asie Afrique Océanie. Ulysse 207p.     www.guidesulysse.com

 




 


Nouvelles du monde et des hommes

Linda Amyot est une des forces de la rentrée littéraire avec ce recueil de nouvelles au si beau titre Les heures africaines. Qui nous promènent des Salines à Chichen Itza, à Nice, Venise, le Vietnam, à Galaway et dans le Bas-du-Fleuve à Rimouski. Une galerie aussi de gens. Car on a beau être de n’importe quel coin de la planète, il y a un dénominateur commun, le sentiment humain que la nouvelliste sait très bien relever. Et qui vous donnera aussi le goût du large. De son côté Françoise Major nous présente ses déambulations dans l’univers des hommes avec Dans le noir jamais noir. Dans une déclaration, l’écrivaine parle de tonalité de gris. Bref, on peut être lucide et apprécier d’être ici, car c’est ainsi que les hommes vivent. Ces deux auteures partagent ce même goût de la belle phrase, bien construite avec un sujet, un verbe et un complément.

Les heures africaines. Linda Amyot. Leméac 132p.
Dans le noir jamais. Françoise Major 128p.     www.editionslameche.com   

 




 


Comment fonctionne la finance ?

Omar Fassal est gérant de fonds d’investissement en Bourse à Casablanca au Maroc. D’entrée de jeu il rappelle que des sondages ont révélé que bien des gens auraient aimé recevoir un cours d’initiation à la finance, qu’ils en étaient même frustrés. Alors au lieu d’attendre que les ministères de l’éducation fassent le premier pas d’offrir des cours intelligents et alignés sur la réalité du monde, vous pouvez vous rabattre sur son guide merveilleux, Tout savoir sur la finance. Ouvrage de vulgarisation par excellence il fait progresser le lecteur en lui expliquant d’abord les mécanismes qui régissent les transferts d’argent, qu’est-ce qu’une action en Bourse, etc. Tout adolescent devrait avoir ce livre en main.

Tout savoir sur la finance. Omar Fassal. Liber 208p.   

 




 


Sixième tome de la saga Fanette

Prenez acte que le sixième tome de la saga Fanette de Suzanne Aubry est arrivé sur nos rayons. Voici quelques uns des ingrédients que vous trouverez. D’abord il y a le procès de l’empoisonneuse, son défenseur craint de voir ses chances s’amenuiser de lui éviter la pendaison. Ailleurs c’est Arsène Gagnon qui veut reprendre sa place de chroniqueur judiciaire. Dans le conflit qui oppose les révolutionnaire irlandais aux anglais, Ian s’enrôle auprès des Fenians. L’avocat Julien Vanier a le cœur qui bat la chamade pour Fanette mais ne parvient pas à lui faire partager ses sentiments. Et cette dernière a d’autres chats à fouetter car elle craint le sinistre Lenoir qui veut mettre la main sur un document compromettant. Et rien ne va l’arrêter. Bref, encore une fois c’est tout le portrait de la seconde moitié du XIXème siècle qui est décrit à chaque page, véritable fresque de notre petite histoire et des mœurs du temps servie par une langue maîtrisée et un talent pour les dialogues.

Fanette. Tome 6. Du côté des dames. Suzanne Aubry. Libre Expression 534p.    www.edlibreexpression.com

 




 


Un livre qui se voit plutôt qu’il ne se lit

Une mise en garde, ce livre est difficile d’accès pour un daltonien car 1500 nuances de couleur de Willam F. Powell est tout le répertoire des couleurs et coloris de l’huile, à l’acrylique et l’aquarelle. Ou plutôt il peut les aider oui, à identifier ces mêmes couleurs, surtout quand vient le temps de décorer. Car si ce guide qui comprend deux grilles de mélange de couleur est originellement destiné aux artistes en art visuel, il peut être d’une grande utilité pour tous ceux qui oeuvrent en décoration.

1500 nuances de couleur. William F. Powell. Broquet 176p.   www.broquet.qc.ca

 




 


On ne sait pas encore du monde et de ses mystères

Bill Price consacre un livre, Les plus grands mystères de l’histoire de l’humanité. Et en quatrième de couverture il souligne avec pertinence qu’en dépit de la médiatisation à outrance qui analyse et décortique à la seconde tous les phénomènes, l’histoire de la civilisation humaine recèle encore sa part de mystères qui n’ont jamais été résolus. Et lui de nous rappeler que le monde n’a pas encore livré tous ses secrets. Et de donner comme exemples les causes de la mort de Toutankhamon, la disparition de l’or des nazis, celle du musicien Glenn Miller et quoi encore. Vous adorerez la synthèse réalisée pour chaque mystère exposée. Un livre idéal pour les jeunes adolescents assoiffés de connaissances et de mystères.

Les plus grands mystères de l’histoire de l’humanité. Bill Price. Broquet 256p.     www.broquet.qc.ca

 








 


Le coin santé physique et psychique (1)

Voici un livre qui normalement aurait dû être traité comme un titre à part, mais comme la plupart des maux sociaux viennent d’une mauvaise éducation familiale et scolaire, nous avons cru bon l’insérer dans cette section-ci. D’autant plus que La carotte et la marguerite est un livre de profondes réflexions sur l’éducation. En raison de la qualité de l’intervieweur Jean-Louis Fleury un excellent journaliste qui sait poser les bonnes questions et Sœur Louise Bonta qui a dirigé durant 50 ans la Ville Marcelline. En complément un documentaire sous la forme d’un DVD nous la faisant voir avec des élèves. Que ce peut être noble l’instruction rendue à ces niveaux-là de détachement. Aux éditions du passage. Quiconque aime les pensées qui interpellent sera conquis par L’orgueil qu’on enferme de Christope Etemadzadeh qui est un ensemble d’aphorismes sur l’écriture et la vanité. C’est de lire avec délectation ce qu’il dit des vaniteux dont le défaut s’accroît avec l’âge.  Aux éditions Liber. Chez le même éditeur et cette fois sous la direction de Mathieu Scraire, Le monde est un miracle. Une équipe d’intellectuels se penche sur les thèmes de l’enfance, de la manière de se réconcilier avec le monde et le sens de la vie. Et il y a un passage éclairant sur la modernité et l’ennui. Comment lutter contre le désabusement. La rentrée automnale c’est aussi la sortie des horoscopes. Voici celui de Ginette Blais pour l’année 2014. Elle publie chaque semaine l’horoscope au magazine La Semaine et quotidiennement dans le journal Métro. Au éditions La Semaine. Les trois prochains titres sont édités au Dauphin Blanc. D’abord Le luthier d’Alain Williamson. C’est lors d’un voyage d’adoption en Colombie que l’auteur a eu cette idée de provoquer la rencontre entre un moine en plein questionnement et un luthier pétri de sagesse. L’artisan est en relation profonde avec le réel sens de la vie. Le moine est captivé. Ce qui n’a pas l’heur de plaire aux autorités ecclésiastiques locales. C’est un petit livre en nombre de pages mais une densité de richesse spirituelle inouïe. De son côté Line Chauvin nous arrive avec une histoire de courage pour surmonter les vicissitudes de l’existence. Ce sont Les cinq défis de Gabriel. C’est une histoire magique qui commence alors qu’un pompier, Gabriel, a la douleur de perdre femme et enfants dans un incendie. Alors qu’il est dans les abysses de la douleur, surgit un homme nommé Paul qui est en réalité un ange. Qui va lui proposer cinq défis à surmonter. S’il réussit le pari, sa vie s’en trouvera transformée. Deborah Heneghan en collaboration avec Linda Sivertsen y vont d’un guide pour entrer en contact avec les êtres aimés dans l’au-delà. Ça donne Plus près que vous ne le pensez.  Deborah a perdu sa sœur qui s’est mise en contact avec elle, malgré qu’elle soit rendue dans l’infinie. Troublant.

 




 


 
Le coin physique et psychique (2)

Les quatre titres suivant sont chez Québec-Livres. Élizabeth Dufour nous parle de La guérison par les anges. Ceux qui doutent de la présence des anges verront leur scepticisme confronté. Elle nous fait découvrir la hiérarchie dans le monde angélique et les responsabilités de chacun. Michèle V. Chatelier nous initie au tarot de Marseille, plus particulièrement A la rencontre des arcanes. Qui permet de prévoir l’avenir. La psychologue Marielle Richer. Elle utilise des métaphores pour nous montrer les enjeux de la vie à travers des animaux et même des objets. Il était une fois… est une succession de belles histoires pour grandir.  Et si nous pouvions organiser nos rencontres de vie sexuelle au moyen de l’astrologie. Quels sont les signes qui s’accouplent bien ? Voila ce que nous apprend Alexandre Aubry dans Compatibilités sexuelles par signes astrologiques. Chaque signe du zodiaque est décrit pour les deux sexes.  

 






 


Le coin Miam miam

Il y avait plein de beau monde au Commensal de la rue Saint-Denis pour le lancement de 4 saisons dans mes chaudrons de Joël Legendre. C’est un gros album de recettes réconfortantes sans viande. Et ça va de soi, lui l’ardent végétarien qu’il est. On se souviendra que son précédent livre « Ma biographie gourmande » s’était écoulée à plus d 35 mille copies. Du gratin de pommes de terre à la tarte au sucre de sa belle-maman, des recettes simples. En tout cas, au cocktail de lancement, les canapés strictement végétariens étaient tout sauf tristes en bouches. Aux éditions La Semaine. Puis sur un mode amusant Carol Beckerman nous surprend aux éditions Broquet avec Pop-corn soit 100 recettes éclatantes va sans dire. Ce qu’il y a d’ahurissant c’est que jusqu’à présent on se contentait du pop-corn tel qu’il nous arrive, nature, une fois éclaté. Mais saviez-vous qu’on pouvait les enrober de toutes sortes de garnitures. Vous allez voir c’est l’imagination au pouvoir. Philippe Wouters nous offre son classique Guide d’achat des bières au Québec. Et vu l’effervescence des micro-brasseries, chaque année voit de nouvelles marques nous arriver sur le marché. Il a établi un palmarès des 200 meilleures d’entre elles et aussi des accords avec des mets. Chez Broquet. Et un classique ATTENDU Le Montréal gourmand  de Philippe Mollé cuvée 2014. Il détaille 140 restos et 80 boutiques gourmandes. Et comme dans cet univers des restos ferment d’autres ouvrent, c’est grâce à ce merveilleux guide que l’on peut suivre l’actualité en restauration. Chez Ulysse.

 




 


Le coin jeunesse

Aux éditions Papier Plume, Monsieur H de Marc-André Poisson. Deux sœurs font la rencontre d’un homard hors norme, car il parle et dispense des leçons. C’est assez singulier, c’est lui Monsieur H. Puis elles ont la chance d’avoir un vrai prof, puits de sagesse.  Puis à la courte echelle Un verger dans le ventre de Simon Boulerice et Gérard Dubois. Deux amis, l’un mange des pommes. Et l’autre de lui faire peur que s’il avale un pépin, lui poussera un arbre dans le ventre. Une grande inquiétude naît alors. Enfin Léo Lalune et les sentiments d’Éric Péladeau aux éditions Vermillon. Le petit Lalune va à la fête de son ami Joshua. Il en pince pour sa petite sœur. Oh ce qu’il est chamboulé le gamin.

 




 


Conditions des couturières en Nouvelle-France

Oubliez les ateliers sordides des ouvrières de la rue Chabanel du XXième siècle. Les couturières qu’évoque Suzanne Gousse sont celles assez respectées que l’on trouvait en Nouvelle-France. L’essayiste poursuit présentement ses études aux fins d’un doctorat en histoire. Elle nous apprend en autres que le prêt-à-porter est apparu à Montréal uniquement dans le cas des fourrures destinées aux amérindiens. On saluera le travail minutieux de documentation sur la vie quotidienne de ces femmes et leur train de vie. Et aussi la conciliation travail famille.

Les couturières de Montréal au XVIIIème siècle. Suzanne Gousse. Septentrion 270p.    www.septentrion.qc.ca

 




 


Sur les québécois des souche

Paul Mikhail est un québécois d’origine égyptienne, arrivé chez nous en 1973. Il a grandi à Candiac. Il a eu amplement le temps de nous observer. Et il a des choses assez crues à dire sur ce que nous sommes, tolérants ou intolérants face à l’immigration. Dans l’ensemble il nous décrit assez bien. Ce monsieur qui a fréquenté le département de sciences politique de l’Université de Montréal, aurait intérêt à être invité sur des panels télévisés. Et on livre Les insolences d’un importé ne peut pas mieux tomber à l’heure du débat animé sur la Charte proposée des valeurs québécoises.

Les insolences d’un importé. Paul Mikhail. Carte blanche 245p.   www.carteblanche.qc.ca

 




 


Une avocate qui ne pense pas qu’au profit

Céline Vallières tient un discours qui est loin d’être corporatiste. Car contrairement à ses confrères avocats qui adorent faire durer les procès qui s’avèrent être très payants. Elle au contraire prône la médiation pour s’éviter des recours interminables en justice. Et pour appuyer sa vision médiatrice, elle use du moyen du roman. Ce qui nous donne L’avocate qui rêvait de justice. Une disciple de Themis qui voit son neveu perdre la vie et qui a une relation problématique avec sa propre sœur. Bel exercice de style pour cette réelle défenderesse de la veuve et de l’orphelin.

L’avocate qui rêvait de justice. Céline Vallières. Carte blanche 284p.    www.carteblanche.qc.ca

 




 


Une le ballet, l’autre le flamenco

Voici un roman avec pour toile de fond la vie adolescente. Vous avez Marjorie 16 ans, dont les rondeurs affichées lui attirent des remarques désobligeantes qui lui font quitter le monde du ballet. Elle se tournera alors vers le flamenco. Tandis que Béatrice évolue comme un cygne dans le monde du ballet classique. Deux ados qui chacune à leur façon vont s’affirmer et trouver leur correspondance. Ça donne Pas de deux de Sonia K. Laflamme.

Pas de deux. Sonia K. Laflamme. Hurtubise 241p.    www.editionshurtubise.com

 




 


L’amour de la Provence

Chantal Fortier adore la Provence et le mot est faible. On le voit très bien à la lecture d’Une lettre pour toi où elle livre une lettre posthume à sa sœur décédée du cancer. C’est comme un journal écrit de ce Sud de la France tant aimé. Et c’est le répertoire du vocabulaire utilisé qui rend très bien les odeurs et les couleurs de cette région si diversifiée. Quand on arrive à la dernière ligne de cette plaquette on a tout simplement le goût de prendre le premier vol pour Nice.

Une lettre pour toi. Chantal Fortier. Carte blanche 121p.    www.carteblanche.qc.ca

 




 


Mille climats poétiques

Antonio D’Alfonso écrit comme il respire puisqu’il en est à une trentaine de titres en carrière littéraire. Là c’est le poète qui s’exprime dans Un ami, un nuage. On chercherait vainement ici une cohésion entre un poème et un autre. Par contre il a un talent de nous faire emmener dans un univers différent à chaque poésie. Extrait «  Le diable ne veut pas son mal être, il veut marcher avec elle sur ce boulevard, A sa façon qui n’est pas différente de sa façon à elle ».

Un ami, un nuage. Antonio D’Alfonso. Éditions du Noroît 126p.     www.lenoroit.com

 




 


C’est ainsi que les hommes vivent

Jérémie Leduc-Leblanc qui dans son recueil La désolation a choisi de nous montrer des hommes et des femmes écrasés par leur destin et qui ne trouvent plus la force de s’affirmer, aurait pu prendre ce titre d’une chanson de Brassens, lui qui a choisi pour beaucoup de ses nouvelles des titres de chanson. Nous avons aimé entre autres « Aranjuez mon amour » écrite pourtant en 1973. Pourquoi nous a-t-il caché si longtemps ce trésor et ces autres nouvelles qui décrivent si bien à quel point la naissance, n’est pas désirée et que le passage terrestre est un pensum que seul la mot délivre.

La désolation. Jérémie Leduc-Leblanc. Triptyque 175p.    www.triptyque.qc.ca

 




 


Le Roi Soleil et l’alliance espagnole

Amateurs de romans historiques, voici un petit bijou du genre de la main de Frédérique Jourdaa qui s’intitule Le soleil et la cendre. On nous plonge au cœur du règne de Louis XIV qui n’est pas encore tout à fait le monarque absolu qu’il deviendra ensuite. Nous le voyons avec sa cour d’un millier de courtisans se rendre dans les Pyrénées où il prendra Marie-Thérèse pour épouse à la suite de nombreuses tractations qui n’ont que si peu à voir avec l’amour, davantage avec la comptabilité. Car les finances de la France sont à sec et cette union avec l’Espagne permettra de voir venir et de payer l’ordinaire du train fastueux de Versailles. Et c’est écrit de main de maître avec une parfaite connaissance des usages de l’époque et de la situation qui prévalait sous le règne de Louis XIV.

Le soleil et la cendre. Frédérique Jourdaa. Flammarion 462p.  

 




 


Une saga gaspésienne

Vous avez des auteurs qui lorsqu’ils terminent une saga en plusieurs tomes engendrent de la nostalgie chez leurs lecteurs. Mais la vie littéraire est ainsi faite qu’une saga s’achève à un endroit et une autre démarre ailleurs. C’est pourquoi nous saluons cette nouvelle épopée en cinq tomes Madame Tout-le-monde de Juliette Thibault originaire de Gaspésie et qui a choisi son coin de pays pour planter le décor de son histoire centrée au point de départ sur une héroïne, Marie. Cette dernière va épouser un prénommé Guillaume, marin de son état. Nous sommes en 1900. Et la série se prolonge sur plusieurs générations. A parcourir les deux premiers tomes que nous avons reçus « Cap-aux-Brumes » et « Jardins de givre » on voit bien le propos que tient la romancière qui est de nous faire voir qu’il n’y a pas au fond de gens dits ordinaires. Que tous et chacun possédons une histoire en propre, des sentiments qui méritent d’être rapportés. Vous vous éprendrez de Marie qui est une femme courageuse. Du coup, les jeunes générations au cœur de la civilisation technologique, prendront connaissance du courage de ces gens qui n’avaient rien et qui furent des bâtisseurs du Québec.

Madame Tout-le-monde. Juliette Thibault. Hurtubise.    www.editionshurtubise.com

 




 


Peintres à découvrir

Ce qu’on ignore des talents de chez nous, comme ce peintre Alberto Tommi qui contrairement au diction qui prend mari prends pays, a rencontré une québécoise qu’il a suivi à Gaspé et où il s’est établi. Pour découvrir son œuvre, on a publié un album qui a été édité en marge des célébrations du trentième anniversaire des activités artistiques du Musée Le Chafaud à Percé. Ce peintre pour l’essentiel figuratif a fait des incursions dans l’abstrait et vous verrez en ce sens le Rocher Pecé comme jamais, fruit de la transposition du peintre. C’est aux éditions Carte blanche. Et chez le même éditeur Yvette Boulanger, le paysage dans tous ses états  par Hélène Massé. Une autre artiste visuelle qui mérite un supplément de reconnaissance. Elle est née à Danville dans les Cantons-de-l’Est et son œuvre compte 5000 toiles qui témoigne d’une inlassable activité de paysagiste depuis quarante ans.

 




 


En apprendre plus sur Piaf

Les fans d’Édith Piaf apprendront l’arrivée de deux titres consacrés à la Môme. Pour commencer Christie Laume qui est la sœur de Théo Sarapo vient parler de ce qui a été Le dernier amour d’Édith Piaf. C’est aux éditions l’Archipel. De nombreuses rumeurs circulent qui racontent qu’en réalité le jeune grec qui épousa la Piaf n’était pas très attiré par la gent féminine. Mais de ça la sœur survivante n’en dit mot, qui est d’ailleurs l’héritière en titre de la chanteuse. Disons qu’elle s’en tient à l’histoire officielle du grand amour et nous montre la vie de Piaf derrière le rideau noir. L’autre c’est la réédition de Piaf secrète de Jean Noli préfacée par Charles Aznavour. Lui ne fait pas mystère de la femme pathétique au plan de la vie intime, perclus de maladies et fatiguée jusqu’à l’épuisement total de ses ressources. C’est chez le même éditeur.

 




 


Une québécoise bouleversée par l’adoption d’une haïtienne

Diane Lavoie est designer de costumes à Radio-Canada et son travail créatif lui a valu la reconnaissance. Mais sa vie elle ne la pas voulu dans les seuls honneurs, mais aussi de pouvoir manifester tout son amour. Qui prendra vie sous la forme de l’adoption d’une fillette haïtienne, rescapée du tremblement de terre. Avec un joli prénom, Mélodine. Autant ce sera un moment de joie de l’accueillir, mais il faudra que les deux s’apprivoisent. Et cette adoption sera le déclencheur de choses enfouies chez la mère adoptive. Un livre écrit avec une rare humanité et qui dit des choses pas toujours dans la rectitude sociale.

Tremblement de mère. Diane Lavoie. Flammarion Québec 187p.    www.flammarion.qc.ca

 




 


Josée Blanchette s’épivarde

Elle le fait tous les vendredis dans le Devoir. Si vous n’avez jamais lu de ces chroniques vous pouvez vous reprendre en parcourant Sans ménagement. Ça me semble un collage des chroniques qu’elle considère comme ses meilleures. Tout y passe, des hommes, du poil, de Pierre-Karl Péladeau qu’elle envoie promener avec tendresse. Bref chaque fait et geste de la vie, sa vie est passée en revue. Même si elle peut être irritante, il faut convenir qu’elle a du style, et surtout beaucoup d’humour. A lire le soir après une journée où on est vanné. Ça fait du bien.

Sans ménagement. Josée Blanchette. Flammarion Québec 199p.   www.flammarion.qc.ca

 




 


L’autre vie de Brel

On sait que Brel brutalement va rompre les amarres avec le monde artistique et se réfugier à Hiva Oa dans les Marquises où à bord de son avion, il fera dans l’humanitaire. En réalité il mettait à exécution tout son souhait pour améliorer la vie, sa vie. Il est alors dans l’antichambre de la cinquantaine. Fred Hidalgo qui s’intéresse depuis longtemps à la chanson française nous raconte cet autre Brel. Il est plus attachant que jamais. Et comment le créateur de « Quand on n’a que l’amour » a harmoniés on idéal à sa vie. Au final on ne peut que l’admirer davantage. Une belle vie d’homme.

Jacques Brel, l’aventure commence à l’aurore. Fred Hidalgo. L’Archipel 378p.   www.editionsarchipel.com

 




 


Meurtre à Saproville-sur-Mer

C’est le corps d’un héritier de la presse régionale que l’on découvre, qui aurait été tiré d’une balle à l’arrière de la tête. L’homme éprouvait de sérieuses difficultés financières, et sa vie personnelle n’était guère brillante. On s’est perdu en conjectures. Au même moment Michel Embareck qui signe Avis d’obsèques nous amène retrouver Victor Boudreaux, détective privé qui enquête sur des vols d’œuvres d’art dans des églises. Et ses investigations vont troubler passablement de gens qui voient leurs petites affaires ébranlées. On dirait une atmosphère à la Chabrol.

Avis d’obsèques. Michel Embareck. L’Archipel 297p.    www.editionsarchipel.com

 




 


Quand les animaux se rebellent

James Patterson tenez-vous bien, à titre d’auteur de thrillers le plus vendu au monde, a écoulé 260 millions de copies de ses livres. C’est stupéfiant. Il doit y avoir une méthode Patterson de l’écriture. En tout cas, Zoo son dernier opus, est une fiction assez originale. Jugez vous-mêmes. Il arrivera, pour une raison inexpliquée que soudainement les animaux de la Terre vont se montrer agressifs envers les humains. Sans raison un éléphant peut piétiner quelqu’un, des lions qui dans un zoo dévorent leur gardien. Le monde entier serait-il devenu un gigantesque zoo dominé par les bêtes. On ne vous dira pas comment ça se termine. Mais quelle affaire. On se plait à penser que c’est une fiction comme on dit à un enfant paniqué en pleine nuit, qu’il n’a fait qu’un cauchemar.

Zoo. James Patterson & Michael Ledwige. L’Archipel 365p.    www.editionsarchipel.com

 










 


Le coin  religion, spiritualité et philosophie
 
La liberté c’est notre destin!, est le titre choisi par Pierre Laurendeau  professeur de philosophie au cégep pour nous présenter des extraits de grands textes philosophiques puisés dans l’Antiquité et en Asie. Des textes qui nous pas gagné en poussière, puisque les préoccupations des hommes demeurent les mêmes depuis tout ce temps. Et on appréciera les notes introductrices, très simples. C’est aux Presses de l’Université Laval. Et à l’heure du grand débat sur la proposition gouvernementale d’une Charte des valeurs québécoises, voici que nous arrive deux titres sur le thème de la laïcité. D’abord aux Presses de l’Université Laval, un essai collectif dirigé par MM. Daniel Baril et Yvan Lamonde, Pour une reconnaissance de la laïcité au Québec avec tout ce que ça comporte d’enjeux philosophiques, politiques et juridiques. On trait de l’angle de la place des femmes dans cette idée de laïcité ouverte. Et aux éditions Médiaspaul, Quelle laïcité de Bruno Demers et Yvan Lamonde. Qui en grand partie met de l’avant le principe que la liberté des uns s’arrête là ou commence celle des autres. Que tout doit se faire dans le respect mutuel. Chez l’éditrice Louise Courteau, Don Marcelino a choisi un thème fort intéressant Les amérindiens et Jésus. Il nous dit que le Jésus présenté aux amérindiens était aux antipodes du prophète de l’amour d’autrui. Que la religion a détourné le message évangélique à son profit. Lui-même est amérindien. Chez la même éditrice c’est le deuxième volet « Le Dialogue intérieur » du vaste corpus de Daniel Leveillard « L’Aube d’un temps nouveau » comprenant un texte intitulé « Vers l’Espérance » adressé au pape émérite Benoît XVI. En résumé, si vous trouvez que tout change autour de vous, c’est que l’univers entre dans un monde nouveau. Tout est transformé, et même l’Église forte de ses deux mille ans de convictions assénées, doit se mettre au pas du renouveau. C’est vraiment d’espérance dont il est question ici. Et cet anthropologue revient sur des pans de notre histoire religieuse pour y dégager des messages novateurs. Et parlant de corpus, voici tout un pavé d’André Joseph Maillé aux éditions Carte blanche, La loi des contraires. Plus de mille pages. Si vous voulez et c’est difficile et honteux même de tenter de synthétiser cette pensée érudite, il s’agit ici d’une sorte de ying et de yang de la philosophie. Il passe en revue tout la philosophie antique occidentale et asiatique et expose le principe énoncé et son contraire. Il en a développé même une logique qu’il a baptisé d’énantiosélective. On saluera l’immense réflexion qui habite chaque page. Un autre défi c’est celui réalisé de haute main par Russell Re Manning, La Bible en 30 secondes. Il faut le faire. Le type a retenu 50 passages importants du livre le plus imprimé dans le monde et il explique chacun d’eux en une minute. C’est une véritable prouesse mais qui a le mérite d’extirper l’essentiel du message. Chez Béliveau un ouvrage de grande qualité alliant photos et petite pensée quotidienne. L’auteure Nathalie Lauzon qui est photographe, nous présente le fruit de ses réalisations, accompagné de petites pensées spirituelles. Dans le but avoué de nous faire du bien et de prendre réellement la vie au jour le jour. Et parlant de beaux livres, en voici un Des saints des hommes aux éditions Officina libraria. Sous la direction de Simone Baiocco et Marie-Claude Morand on traite de l’image des saints dans les Alpes occidentales à la fin du Moyen Âge. Est-ce utile de vous dire, que nous nous trouvons en face d’un bijou d’érudition et d’une richesse iconographique sans pareil. Et indépendamment de la place qu’occupe ou que doivent occuper les religions dans la société, force est d’admettre que le christianisme est fondateur de la culture européenne. Un beau livre à posséder et à offrir en cadeau à toute personne en quête spirituelle ou qui est amateur d’art sacré.  

 






 


Le coin littérature jeunesse

Une fille emprisonnée dans une prison de coton. Une métaphore pour expliquer que Noémie est enroulée de draps dont elle ne peut se défaire. C’est un peu loufoque comme histoire. Mais qui a dit qu’on voulait du sérieux. Noémie dans de beaux draps de Gilles Tibo se termine très bien rassurez-vous. Dans la collection Bilbo de chez Québec Amérique. Dans cette même collection vous avez Anne Bernard-Lenoir « Les pensionnaires de la Patoche » avec un épisode ayant pour titre « L’invasion des poupons ». Mademoiselle Nina prof de gymnastique voit surgir une horde de poupons à son cours qui n’ont pas été invités. D’où peuvent-ils bien provenir ?  Sylvie Payette la réputée auteure de « Chambres en ville à la télé », poursuit sur sa lancée, avec le tome cinq de Savannah. Ici la protagoniste est invitée à visiter les châteaux de la Loire. En soi c’est bien merveilleux. Mais tout ne se déroulera pas comme prévu. On se prend d’affection pour la pauvre fille qui aspire tant à la sérénité et qui voit son existence toujours chambardée par des aventures. Mais le lecteur lui en redemande. C’est aux éditions Recto Verso. On parlait tantôt de Gilles Tibo et de sa fille dans de beaux draps. Il est publié aussi chez Québec Amérique pour La fabuleuse histoire de Jeremy Leloup sur des illustrations de Jean-Luc Trudel. Qui met en scène un garçon impécunieux, une fillette nantie, un producteur de cinéma et un loup star. Vous allez beaucoup vous amuser, et même ici on le recommande aux adultes. Que diriez-vous en apprenant qu’un monstre vit dans le sous-sol ? C’est pourtant ce que vit un charmant personnage dans Un monstre dans la maison de Natalie Breton sur des illustrations d’Anne Marie Bourgeois. Plus de peur que de mal vous verrez. Aux éditions Carte blanche. Ensuite aux éditions Nord Sud, Sebastian Loth nous propose Est-ce bien toi, Petite oie ? C’est une oie bien gentille qui se demande ce qui lui adviendrait si elle était un autre animal. Ici une lecture pour adolescents, Le péril rose de Raoul Tennet chez H&O. Tenez vous bien on ne peut plus faire plus original que ça. L’homosexualité devient contagieuse ? Un bio terroriste va faire en sorte de jeter un sort aux politiciens homophobes pour qu’ils vivent ce que les gais subissent comme intimidation. Et cet anarchiste menace de répandre le « virus » gai à toute la France. Aux éditions Passe Partout, c’est Le Mystère des contes croqués de Caroline D’Angelo et Andrea Rivola. C’est un voyage drôle et original au cœur des contes de fées sur les traces d’un personnage affamé et bien sympathique de la littérature française, tel que mentionné en quatrième de couverture. Et enfin deux historiettes pour les tout-petits aux éditions des 400 coups Le monstrueux secret des légumes de Jeanne Painchaud sur des illustrations de PisHier qui lève le voile sur le fait que les légumes sont en fait des monstres. Et Le grand voyage de monsieur Papier d’Angèle Delaunois et Bellebrute. Un conte amusant sur ce que deviennent les journaux et cartons une fois qu’ils ont été déposés dans les bacs à recyclage. Une rare histoire écolo.    


 




 


Le courage d’Henrietta, défigurée

Elle s’appelle Henrietta. Lorsqu’elle eu trois ans, elle a vécu un terrible drame lors d’un incendie au cours duquel son visage a été défigurée. Et on imagine d’ici tout ce que ça entraîne. Du bonheur pour Henrietta de Denis Fortier nous met dans la tête de cette fillette qui va grandir et qui à force de résilience va chercher à quérir son droit au bonheur. Cette fille d’Hochelaga-Maisonneuve nous arrache toute notre admiration. Et quel talent celui du romancier que d’être en mesure de se mettre à la place de ce qu’elle a pu vivre.

Du bonheur pour Henrietta. Denis Fortier. Stanké 191p.    www.edstanke.com

 




 


Présence américaine dans la vie et l’œuvre de Sartre

Yan Hamel est professeur de littérature à la Télé universitaire du Québec. De plus il est embre du Groupe d’études sartriennes à Paris et de la North American Sartre Society. Il se fend d’un essai fouillé sur L’Amérique selon Sartre. Et de raconter que tout jeune l’auteur de la Nausée avait une fascination pour tout ce qui venait de l’Amérique. Et qu’au fil du temps et de son action, ça va se traduire dans son œuvre littéraire, sa philosophie et son action politique. Mais un intérêt non pas aveugle, car il critiquera sévèrement les États-Unis lors du procès des époux Rosenberg.

L’Amérique selon Sartre. Yan Hamel. Presses de l’Université de Montréal 267p.    www.pum.umontreal.ca

 




 


Quand Ottawa vantait l’armée auprès des jeunes canadiens

Isabelle Gusse est professeure au Département de science politique de l’Université du Québec à Montréal. Elle traite d’un sujet rarement abordé de notre histoire, celle de la communication à saveur de propagande menée par le gouvernement canadien pour vendre notre armée auprès de la jeunesse. Si elle distingue la propagande des pays totalitaires avec la communication des pays démocratiques, elle n’est pas loin de trouver des parentés. Dans les deux cas on montre partialement un côté idyllique et faussé bien sûr, de la vie dans les forces armées.

L’armé canadienne vous parle. Isabelle Gusse. Les Presses de l’Université de Montréal 292p     www.pum.umontreal.ca

 




 


Une œuvre méconnue de Geneviève Guèvremont

Pour les connaisseurs de notre littérature, l’œuvre de Germaine Guèvremont semble se résumer au Survenant et à Marie-Didace. Grâce à une édition critique établie par David Décarie et Lori Saint-Martin on découvre un feuilleton que la romancière a fait paraître dans la revue Paysana ayant pour titre « Tu seras journaliste » qui est aussi celui de l’essai dont il est question ici. Il faut savoir que Mme Guèvremont qui a été elle-même journaliste écrivait des rubriques dans diverses publications depuis 1914. Les essayistes nous font découvrir un petit trésor accompagné d’un appareil critique.

Tu seras journaliste. Et autres œuvres sur le journalisme. Collection « Les écrits de Germaine Guèvremont ». Édition critique établie par David Décarie et Lorie Saint-Martin. Les Presses de l’Université de Montréal 244p.    www.pum.umontreal.ca

 




 


Biographie romancée de Camillien Houde

Étrange cette sortie d’une biographie romancée de Camillien Houde en pleine campagne électorale municipale où le populiste et rondouillard Denis Coderre semble avoir le vent dans les voiles. A une autre époque, un maire ayant du gabarit avait tout pour plaire au peuple puisqu’il en était issu. Robert W. Brisebois s’inspire librement de ce que fut l’ex-maire Camillien Houde avec ce roman On dirait que je vous ai manqué. Député conservateur de Sainte-Marie, maire de Montréal et chef du Parti conservateur du Québec, c’était toute une pointure à tous les points de vue. Il a déjà accueilli des banquiers nu comme un vers à l’Hôtel de Ville et fut incarcéré par Ottawa pour son militantisme contre la conscription.

On dirait que je vous ai manqué. L’épopée de Camillien Houde. Robert W. Brisebois. Hurtubise 441p.     www.editionshurtubise.com

 




 


Une conquête romaine ardue

Si vous ne connaissez pas encore les ouvrages de Jean d’Aillon comparons le si vous voulez à une sorte de Christian Jacq qui aime situer ses aventures aux XIIèeme et XIII siècles, prenant à chaque fois une ville différente pour décor. Cette fois, son dernier titre Rome 1202 nous fait voir Guilhem d’Ussel à qui par testament, revient de droit la cité de Nina dans le Latium. Un bel héritage certes qu’il lui faudra revendiquer. Car de riches et puissantes familles romaine ne vont pas lui faciliter la tâche. Il faudra prendre les armes. Or un armateur a livré dans un camp des engins redoutables qui bénéficieront à qui ? Nous vous laissons le loisir de vivre avec intensité ces péripéties d’un autre temps. Et d’Aillon on le voit bien a appuyé son récit sur des exactitudes historiques qui donne un supplément de réalisme à son épopée.

Rome 1202. Jean d’Aillon. Flammarion 437p.    

 




 


L’élection québécoise du 4 septembre 2012 décryptée

L’essai Les Québécois aux urnes compte une lacune. C’est qu’on ne mentionne pas sur la jaquette qu’il s’agit de l’analyse fouillée de la dernière élection au Québec du 4 septembre 2012 qui a vu le Parti québécois porté au pouvoir avec une première, une femme comme première ministre. Une équipe sous la direction de Frédérick Bastien, Éric Bélanger et François Gélineau décryptent ce scrutin par tous les angles. C’était une élection particulièrement intéressante puisqu’elle est survenue alors que les québécois manifestaient une insatisfaction majeure envers le gouvernement libéral précédent. On verra aussi comment cet outil d’analyse, la Boussole québécoise, a permis de cerner l’identité des électeurs.

Les Québécois aux urnes. Collectif. Les Presses de l’Université de Montréal 353p.     www.pum.umontreal.ca

 




 


L’Australie et le Sri Lanka, vus autrement

Deux titres paraissent dans la collection « Dictionnaire insolite » chez Cosmopole. Pour commencer Dictionnaire insolite de Sri Lanka d’Anthony Goreau-Ponceaud et Delon Madavan. Les rubriques l’empruntent par ordre alphabétique tout comme un vrai dictionnaire. On explique pourquoi les gens dodelinent de la tête et la pêche sur échasses. Amateurs d’exotisme vous serez amplement servis. Tandis que de son côté Marie-Morgane Le Moël y va de son Dictionnaire insolite de l’Australie. Au pays de crocodile dundee elle nous fait voir un pays qui a la dimension d’un continent. Et bien que pays occidental, il ne manque pas d’éléments de dépaysement.

 




 


Peintre à la forte rêverie

Pnina C. Gagnon est née à Haïfa en Israël. Elle a fait des études à l’École des Beaux-Arts de Montréal. Et c’est une rêveuse qui puise ses inspirations là où on s’y attend le moins. Comme lors de sa relecture du Nouveau Testament qui l’a conduit à réaliser 191 aquarelles. On peut juger de son art en lisant et voyant Rêves un ensemble de toiles commentées qui va de 2002 à 2010. C’est toujours émouvant de voir une artiste en art visuel nous faire entrer dans l’intimité de sa création.

Rêves. 2002-2010. Pnina C. Gagnon. Les éditions du passage 141p.   

 




 


Un escroc se raconte

Son nom vous dit peut-être quelque chose. Christophe Rocancourt a eu une liaison tumultueuse avec la réalisatrice Catherine Breillat qu’il a escroqué de 740 mille euros. Il le reconnaît, il a fait de même avec Michel Polnareff et d’autres stars. Et il en a côtoyé une pléiade dont Marlon Brando, Elton John, Hugh Hefner et Vincent Gallo. Dans Je plaide coupable celui qui a fait douze ans de tôle et qui doit encore un million de dollars à ses victimes, revient sur ses années de galère. Jouant au Robin des Bois il a décédé de consacrer ses royautés du livre aux Restaurants du Cœur.

Je plaide coupable. Christophe Rocancourt. L’Archipel 202p.    www.editionsarchipel.com

 




 


Les trucs pour chasser les fantômes

 

Si on part du principe qu’on admet que les fantômes existent, il doit bien y avoir des outils, voire des techniques qui peuvent aider à explorer l’univers du surnaturel et les chasser au besoin. C’est à quoi s’emploie Melissa Martin Ellis avec Tout sur les chasseurs de fantômes. L’auteure est membre du Groupe de recherche sur les activités paranormales du Rhode Island et de l’Association états-uniennes des phénomènes de voix électroniques. Elle a été confronté à des images mystérieuses en Nouvelle-Angleterre et a développé une expertise en la matière. A lire durant l’Halloween qui est à nos portes.

Tout sur les chasseurs de fantômes. Melissa Martin Ellis. AdA 303p.    www.ada-inc.com

 




 


Une psychothérapeute et sa vie en dents de scie

D’abord il faut vous dire que la romancière Alix Ohlin a vécu à Montréal et fait de cette ville est un des points de chute de son roman Ohlin qui nous présente une psychothérapeute, Grace, qui divorcée, vient en aide à quelqu’un qu’elle trouve inanimé. Ce dernier venait de faire une tentative de suicide qui a raté. Et elle va s’éprendre de lui. Ailleurs c’est une de ses patientes jadis troublée, qui va recueillir une femme enceinte en difficulté. Et puis retour sur Grace qui à la suite d’un accident aurait besoin de l’aide de son ex conjoint pour lui porter assistance. Comment dix ans plus tard celui-ci va-t-il réagir ? Autant de dimensions humaines en perspective qui fait de ce roman quelque chose de solide. Et qui nous interpelle beaucoup quand à la solidarité humaine.

Inside. Alix Ohlin. Gallimard 362p.   

 




 


Un poète haïtien met fin à ses jours

 

Quel titre étrange Parabole du failli. C’est celui d’un recueil qui regroupait des poèmes personnels d’un poète imaginé par Lyonel Trouillot haïtien comme le personnage central de son roman. Le suicidé est un comédien qui va se jeter du haut d’un immeuble. Et un camarade de Port-au-Prince va dès lors rappeler son souvenir dans ces lignes. Et en même temps vous découvrirez un grand écrivain de cette perle des Antilles.

Parabole du failli. Lyonel Trouillot. Actes Sud/Leméac 188p.    www.actes-sud.fr

 




 


Un trésor pour cinéphile

Les vrais cinéphiles aiment bien avoir à leur disposition des outils de recherche pour raviver leur mémoire sur tel ou tel film. 1001 films à voir et revoir a été publié une première fois en 2004. On vous offre une réédition pour le dixième anniversaire largement enrichie. On appréciera la qualité des renseignements. L’ouvrage est aussi un bijou d’édition présenté dans un élégant coffret. En passant, quel beau cadeau à offrir à quelqu’un qui est un fan du 7ème art.

1001 films à voir et à revoir. Steven Jay Schneider. Hurtubise 960p.  
www.edirtionshurtubise.com

 






 


Le coin santé physique et psychique (1)

Aux éditions Médiaspaul deux ouvrages. De Francis Mounot, une réflexion sur l’enseignement Éduquer est-ce encore possible ? Alor que les repères en éducations sont brouillés ce docteur en psychologie connaît très bien les enfants. Il passe en revue à la fois l’éducation dispensée par les parents et la manière de faire en classe sous l’angle du respect dû à l’autorité et celui que mérite l’élève. Ils se sont mis à deux Jean Proulx et Rémi Tremblay pour rédiger Mots de passe un petit lexique sans prétention pour la joie de vivre. C’est un échange entre un entrepreneur et un philosophe. Bel outil de référence pour trouver la sérénité en soi-même. Les six prochains titres sont publiés chez Québec-Livres. Vous avez la Théorie d’impact de Danie Beaulieu. Cette docteure en psychologie a développé sa méthode qui s’adresse à ceux qui font profession de psychothérapeute. C’est un nouveau regard sur l’approche patient. Comment poser un diagnostic positif et faire ressortir le maximum de ressources chez celui qui vient consulter. Elle est signataire du coup d’Activités pour comprendre destiné aux élèves du primaire qui est un ensemble de techniques pour développer les compétences personnelles, intellectuelles et sociales. Surtout qu’à cette étape de croissance vitale pour l’enfant, tout ce qu’il va retenir d’utile lui sera un bagage extraordinaire pour affronter la vie et son cortège. De son côté, la formatrice Line Bolduc lance Réveiller son médecin intérieur. Et comment le trouver, mais tout simplement en développement le mieux-être par le rire. Il est vrai que les gens que l’on croise sur la rue n’ont pas l’air très souriant. Et le rire est rédempteur comme elle l’explique. Marie-Chantal Deetjens est bien connue de ceux qui sont des familiers de la littérature en croissance personnelle. Elle est une apôtre de la résilience. Avec De la dépendance affective à la recouvrance elle jette un regard sur ceux qui ne peuvent vivre sans un ou une autre. Qui sont ces gens qui ont besoin d’une bouée affective constante ? Comment parvenir à une autonomie de pensée ? Car la dépendance est aussi souffrance.  Catherine Jalbert qu’on a connu comme animatrice à la télé donne maintenant des conférences depuis plusieurs années sur la croissance personnelle. Elle résume le fruit de son expérience qu’elle fait partager dans Ouvrir sa conscience ou comment être à la recherche de l’équilibre. Dans un chapitre elle invite les personnes en quête d’eux-mêmes, de tenir un journal. Exercice salutaire entre tous. Puis Hans Crawley y va de Comment développer son intuition grâce à une technique bien à lui et des exercices éprouvés. Comment aussi performer au niveau de la concentration. Une approche qui doit avoir fait ses preuves puisqu’elle en est déjà à une troisième réédition.

 








 


Le coin santé physique et psychique (2)

Les éditions Béliveau nous arrive avec une belle cuvée de cinq titres. Marthe Saint-Laurent répond à 50 questions sur les implants mammaires. Autrement dit, tout ce qu’il faut savoir en la matière. Elle l’a écrit avec la collaboration des Dr. Pierre Brassard et William Papanastasiou. Le titre est un peu raide mais il dit bien ce qu’il veut dire Comment se sortir de la marde par Bill Marchesin. Il cite Mark Twain qui disait que nos pires scénarios de vie ne se produisent généralement jamais. Mais il reste que le malheur ne venant pas seul, les gens accumulent parfois des ennuis. Mais à l’impossible nul n’est tenu. Si on vous dit le mot « synergologie » saurez-vous répondre sur quoi se penche cette science ? Tout simplement sur l’analyse du non verbal. Qui est le champ de spécialisation d’Annabelle Boyer. Dans son livre abondamment illustré de photos commentées, elle nous livre le langage des gestes, des attitudes. Qui en disent souvent plus que les mots. Déjà de vivre avec un enfant hyperactif c’est tout un programme, mais imaginez quand vous en avez deux. C’est ce que décrit Linda Collin dans Vivre avec deux enfants hyperactifs, un vrai tsunami! Et sans compter que la dame a en tout cinq enfants. Son expérience peut servir à tous les éducateurs et psychologues du domaine. C’est connu et c’est même devenu un poncif, que peu d’entreprises de type familiale réussissent à survivre à la troisième génération. Le gourou québécois du management Alain Samson présente Pour que votre entreprise vous survive. C’est un ensemble de 40 réflexions pour que l’entrepreneur puisse mieux préparer la relève. Et attention, la question est cruciale quand on sait qu’on estime que d’ici 2020 il y aura au Québec plus de 217 mille propriétaires d’entreprises à la recherche d’une relève et seulement 68 mille repreneurs potentiels. Aux éditions Publistar maintenant c’est Yvon Lemieux qui traite d’une thématique qui vire à l’obsession chez certains, la peur du vieillissement. Hanté par son âge est l’évolution de la pensée de l’auteur qui a paniqué à l’idée de voir ses facultés physiques et psychiques diminuées. Puis il a évolué et regarde tout ça avec beaucoup de sérénité et d’acceptation. Aux éditions Guy Trédaniel, Nathalie Bodin livre Ho,oponopono ou 30 formules de sagesse pour guérir les conflits. Cette auteure a été mise en contact avec des techniques de médecins philippins. Ce mot imprononçable était originellement un recours pour résoudre les conflits dans les tribus. Cette philosophie tient à ces quelques mots « Désolé, pardon, merci je t’aime ».

 












 


Le coin santé physique et psychique (3)

C’est un petit livre, une plaquette  mais qui vaut beaucoup pour son contenu Méditer les mains dans les poches d’Éric Seydoux. Qui nous livre le fruit de son expérience personnelle. Il y a un chapitre intéressant sur ce qu’on doit faire d’un passé douloureux et du désenchantement des hommes. Aux éditions de Mortagne. Ailleurs c’est une radiographie du système de santé en France. Si vous désespérez de la situation dans les salles d’urgence au Québec, vous allez voir que le syndrome est répandu dans l’Hexagone. Ce livre choc Santé le grand fiasco est cosigné par Véronique Vasseur célèbre pour avoir donné les prisons françaises et Clémence Thévenot. C’est chez Flammarion. Là comme chez nous on constate une explosion des coûts en santé allié à un grand gaspillage. Ça nous consolera un peu de savoir que nous ne sommes pas seuls à vivre cette situation. Voici un essai qui touche un thème rarement abordé jusqu’ici, à savoir la qualité visuelle en milieu de travail. On n’a qu’à penser à tous ces employés de bureaux scotchés à leur écran d’ordinateur, d’où des fatigues visuelles. Benoît Frenette fait le tour de la question dans La vision et l’environnement de travail. C’est aux Presses de l’Université de Montréal. Aux coureurs confirmés, voici la suite de Courir au bon rythme de MM. Jean-Yves cloutier et Michel Gauthier aux éditions La Presse. Si vous n’avez pas pris connaissance du tome premier, rien de grave, vous pouvez allez directement à ce deuxième tome qui expose d’autres exercices. Les chakras n’ont plus de secret pour Carole Bérubé qui nous présente deux traditionnels ou multidimensionnels. Comment passer du corps physique au corps de lumière. C’est de mettre à contribution ces points précis du corps pour accéder à une autre dimension physique. Aux éditions du Dauphin Blanc. Et elle est aussi l’auteure d’un cahier à colorier Mandalas des chakras traditionnels et multidimensionels, en sorte comment stimuler nos centres énergétiques grâce aux mandalas. Toujours aux éditions du Dauphin Blanc. Les trois titres qui suivent sont édités chez Ada. On débute avec Heatherash Amara avec La voie toltèque de la transformation. Ou la manière d’embrasser les quatre éléments du changement. Qui sont basés de même sur ces éléments que sont l’air, le feu, l’eau ou la terre. La littérature touchant les anges abonde. Le dernier titre en date Anges, s’il-vous-plaît entendez-moi de Jenny Smedley. Cette guérisseuse a ses méthodes pour être sur la même fréquence que ces êtres célestes pour qu’ils deviennent nos accompagnateurs de vie. Voici un beau livre qui montre le rapport possible et fusionnel entre le tarot et l’astrologie. C’est La bible du tarot et de l’astrologie de Corinne Kenner. Et cette association tarot et astrologie n’est pas nouvelle puisqu’elle remonte à 600 ans. Quittons la santé humaine pour celle animale avec la sortie du livre SOS vétérinaire du Dr. Sébasten Kfoury qui est copropriétaire de cliniques vétérinaires au Québec. Il répond à toutes les questions qu’un propriétaire de chien se pose. Car ici c’est uniquement de la santé canine dont il est question. Entre autres conseils il prohibe totalement l’habitude qu’ont des gens de donner à leur animal de compagnie un os cru à croquer. Ce peut-être dangereux. De lui préférer une imitation d’os en matériau synthétique. C’est aux éditions la griffe.     

 




 


Biographie de Mgr. Joseph Charbonneau

Denise Robillard nous offre une biographie exhaustive de la vie de Monseigneur Joseph Charbonneau levant sans doute le voile sur les raisons réelles pour lesquelles on l’a démissionné de son poste d’Archevêque de Montréal, lui qui s’exilera ensuite en Colombie-Britannique où il mourra dans la peine. D’emblée elle écarte les pressions politiques d’un Duplessis. Pour elle, tout avait déjà mal commencé dès son arrivée en poste à Montréal venant comme évêque de Hearst. Il avait été accueilli froidement à tire de coadjuteur par l’archevêque en place Mgr. Gauthier. Puis une fois devenu son successeur il nommera un évêque auxiliaire anglophone. Ça été vu comme une menace d’anglicisation par les nationalistes. Ensuite ses positions sur la non confessionnalité lui vaudront le rejet de ses collègues de l’assemblée des évêques du Québec. Puis c’était un piètre administrateur et sujets à des abattements psychologiques qui en perturbaient certains. Voilà un ensemble de raisons qui ont mené à sa perte. On ne sait toujours par le rôle obscur qu’à joué l’Archevêque de Rimouski Mgr. Courchesne auprès de Pie XII. Le dossier du Vatican ne sera rendu public qu’en 2029! Patience. Mais entretemps on peut se faire une idée plus proche de la réalité et des mythes véhiculés par la célèbre pièce Charbonneau et le Chef.

Monseigneur Joseph Charbonneau. Denise Robillard. Presses de l’Université Laval 507p.    www.pulaval.com

 






 


Le coin Miam miam

C’est la sortie de deux livres de recettes de chefs qui mobilise l’attention cette semaine. Danny St-Pierre que l’on peut voir à l’émission quotidienne « Qu’est-ce qu’on mange pour souper ? » à l’antenne de Radio-Canada. Dans la cuisine de Danny St-Pierre est son premier livre de recettes en carrière. Il nous arrive avec 60 recettes toutes simples comme la réalisation d’une simple sauce à spaghetti jusqu’à la cuisse de lapin et grelots confits. C’est aux éditions La Presse. Puis chez le même éditeur autour de Chuck Hughes et Les recettes de Chuck’s day off. On le sait il est le chef des restaurants Le Garde Manger très branché et le Bremner. Le chef réputé sur Food Network Canada nous montre ce qu’il prépare pour ses proches lorsqu’il est en congé. Ca va du plateau de fruits de mer sauces mignonettes à la paella verte. Pleins de délices.

 




 


En poche cette semaine…

Quatre titres aux éditions Archi poche.  Deux classiques de Charles Dickens « La mystérieuse Lady Deadlock » et « Le choix d’Esther » Dans ce dernier roman le romancier délaisse la satire du système judiciaire pour emprunter les voies du roman d’aventures et de l’enquête policière tandis qu’avec le premier c’est vraiment un regard sarcastique sur la loi des hommes. On prendra plaisir à lire ce géant britannique et auteur de David Copperfield. Au moment où sort sur nos écrans Le dernier amour de Diana avec dans le rôle titre de la reine des cœurs Lady Di, Naomi Watts on peut se référer au livre qui a inspiré le film. C’est une enquête de Kate Snell qui nous apprend que le dernier amour de la défunte princesse n’était pas Dodi Al Fayed mais le médecin pakistanais Hasnat Khan qu’elle a rencontré et qui avait été très discret jusqu’ici. Et pour conclure Un crime dans la tête de Richard Condon le roman qui a inspiré la série Homeland. Une histoire d’un sergent de l’armée américaine fait prisonnier par les russes qui vont le libérer par la suite sans auparavant lui avoir lavé le cerveau. Avec pour mission de tuer le président des États-Unis rien de moins. Le roman date de 1959 et fut mis à l’écran en 1962. Mais après la mort de John F. Kennedy il fut interdit de diffusion au cours des vingt-cinq dernières années qui ont suivi.

 




 


La grande noirceur dans Saint-Roch

Voici un roman réaliste qui a pour toile de fond le quartier Saint-Roch dans la basse ville de Québec. Pain noir, pain blanc c’est l’histoire d’une femme sans ressources qui tombe veuve du jour au lendemain avec huit bouches à nourrir. Que faire ? Elle ira consulter le curé qui lui suggère que l’aînée travaille alors que les autres seront envoyés en orphelinat. Elle accepte à contrecoeur en se disant qu’elle reprendra ses marmots quand l’ordinaire s’améliorera. Et une des enfants au couvent commentera la vie interne dans cette institution religieuse. C’est un portrait d’une époque que l’on souhaite révolue à jamais. Et la romancière sait bien rendre les états d’âmes de ses personnages. Ce qu’il en fallait du courage à l’époque pour ces femmes démunies avec une nombreuse famille à charge.

Pain noir, pain blanc. Micheline Bail. Libre Expression 341p.   www.edlibreexpression.com

 




 


Une conjointe esseulée saute la clôture

C’est sans doute une énième variation d’un cas classique, mais ce n’est jamais banale les atermoiements d’une femme qui s’ennuie pour cause de mari trop occupé par la carrière. Et ce que va faire la protagoniste de Roman d’amour dont nous avons le tome 1 de Sandra Lane c’est de tomber dans les bras d’un réputé présentateur de nouvelles. Après l’orgasme, les remords. C’est tout le tourment qui envahit Esther que décrit avec maestria la romancière. Beaucoup de femmes se reconnaîtront qui vivent la routine conjugale.

Roman d’amour. Tome 1. Sandra Lane. Les éditeur réunis 397p.    www.lesediteursreunis.com

 




 


Tout sur One direction

Cet album est uniquement destiné aux filles accros du boy’s band One direction. Le quintette de chanteurs présente Nous, maintenant où les membres, Liam Payne, Harry Styles, Zayn Malik, Louis Tomlinson et Niall Horan disent tout sur eux que vous n’auriez osé demander. On sait que cette formation d’ados a été révélée lors de la septième saison de l’émission britannique X Factor. Les gars travaillent présentement à la réalisation de leur troisième album. Beaucoup, beaucoup de photos et un peu de textes. Le but étant de faire pâmer les midinettes sur leurs jeunes frimousses.

Nous, maintenant. One direction. Les éditions de l’Homme 284p.    www.editions-homme.com

 




 


Une ex Miss Canada à la rescousse d’une jeune iranienne

Elles portent toutes deux le prénom de Nazanin. L’une ex-Miss Canada d’une très grande beauté et détentrice d’une maîtrise en diplomatie sera mise au courant qu’une jeune adolescente kurde iranienne comme elle, croupit en tôle pour avoir poignardé un homme qui tentait de la violer. Elle risque la peine de mort. Quand elle apprend cela, la première met tout en œuvre pour alerter l’opinion mondiale sur son sort. Faut voir comment on traite les femmes en Iran. Renversant en ce 21èeme siècle. Lecture utile à l’heure où on se gratte le ciboulot au Québec au sujet des accommodements raisonnables. Le témoignage de Nazanin Afshin-Jam a été consigné en collaboration avec Susan McClelland. Un cas vécu qui ne vous laissera pas de marbre.

Le couloir de la vie. Nazanin Afshin-Jam. Les éditions JCL 391p.    www.jcl.qc.ca

 




 


Une âme à la Mandela

Une jeune québécoise vit un petit malheur et pour s’en sortir dans une sorte de résilience ira faire un stage en journalisme en Afrique. Elle se sent investie de l’âme de Mandela. Mais le choc culturel est immense. Il va lui falloir harmoniser son tempo avec ceux qu’elle côtoie. Les souliers de Mandela est signé Eza Paventi. Cette dernière à plus l’habitude raconter des histoires avec sa caméra en main comme globe-trotter. Sa série d’Est en Ouest à travers le Canada lui a valu de remporter le prix Gémeaux de la meilleure webtélé documentaire. Mais si elle est un as de la lentille, elle se tire très bien d’affaire du côté de l’écrit. Elle est servie par un sujet merveilleux.

Les souliers de Mandela. Eza Paventi. Québec Amérique 424p.    www.quebec-amerique.com

 




 


Le Devoir sous Georges Pelletier

Après la mort d’Henri Bourassa, c’est à Georges Pelletier qu’incombera de prendra la relève à la direction du Devoir de 1932 à 1947. Pierre Anctil poursuit l’histoire de la politique éditoriale du quotidien, après nous avoir livré les règnes du fondateur ainsi que de Gérard Filion. On verra que le journal alerte sur la manière dont on ignore les immigrants allophones catholiques que les anglais accueilleront à bras ouverts et qui fera en sorte que ces ethnies se tourneront à jamais vers leurs hôtes, faisant chambre à part avec les québécois dont l’identité sous ce nom apparaît durant cette période de l’ère Pelletier. 60 éditoriaux ont été retenus pour les fins de l’exercice. A vous de constater si rien ne change sous le soleil.

Soyons nos maîtres. 60 éditoriaux pour comprendre Le Devoir sous Georges Pelletier. Réunis et commentés par Pierre Anctil. Septentrion 469p.    www.septentrion.qc.ca

 




 


Méfiez-vous de ce garçon, mais…

Voici un roman très urbain que vous pouvez lire de deux façons selon que vous tournez le livre d’un côté ou de l’autre. Deux histoires en parallèles qui finissent par se rejoindre au milieu. Dans le coin gauche, Jéricho un réalisateur a la réputation de tombeur. Dans le coin doit, Charlotte animatrice en renom à la télé. A ceux qui s’intéressent d’un peu trop près à Jéricho, Charlotte les met en garde. Mais finalement dans On fait l’amour, on fait la guerre l’auteure finit par nous raconter que ces deux-là vont faire un roadtrip aux États-Unis. Ne jamais dire fontaine je ne boirai pas de ton eau. C’est le romantisme à la sauce d’aujourd’hui. On se regarde, on se jauge, se suspecte, mais on finit par tomber dans les bras de la partie adverse. Beaucoup d’humour ici.

On fait l’amour, on fait la guerre. Mélanie Leblanc. Éditions de Mortagne.

 




 


A propos des débats spectacles à la télé

Les Presses Universitaires de Grenoble éditent une collection fort intéressante sur les médias que nous recommandons hautement à tous ceux qui font profession de journaliste où qui s’intéressent à la question. Et parlant de questions, en voici 36 qui touchent aux débats télévisés. Gaël Villeneuve enseigne à l’Institut Supérieur de Communication. Il pose pour vous les questions qui nous taraudent à ce sujet, du genre, pourquoi a-t-on transformé ces émissions en show ? Vous serez très surpris par les réponses.

Les débats télévisés en 36 questions réponses. Gaël Villeneuve. Presses Universitaires de Grenoble 132p.    www.pug.fr

 




 


Sur la piste d’un tueur sordide

Quand un polar porte le label Pôle noir, on est assuré d’un produit de qualité supérieur. Et Je serai toujours là de Philippe Savin confirme l’impression. C’est l’histoire d’un représentant de l’ordre, Nathan Prieur qui est confronté au meurtre horrible d’une adolescente. Un cas qui viendra le remuer au plan personnel. Ça survient alors qu’il est en poste dans les Cévennes et qu’il attend une mutation ailleurs. Il va devoir en découdre avec ce crime d’autant plus qu’il en annonce d’autres. C’est un texte du tonnerre qui comblera de bonheur les amateurs du genre.

Je serai toujours là. Philippe Savin. Pôle noir 297p.    www.ma-editions.com

 




 


Un avocat anglophone amoureux de Charlevoix

C’est une belle histoire que nous raconte Jean des Gagniers avec William Hume Blake. Ce dernier est un avocat anglophone qui aimait le contact avec la nature et qui profitait de ses congés pour aller dans l’arrière pays. C’est ainsi qu’au lieu de se rendre dans les circuits touristiques officiels, il préférait les coins reculés comme à La Malbaie qu’il a décrit dans deux ouvrages qui témoignent des mœurs de l’époque. A découvrir absolument.

William Hume Blake en Charlevoix. Jean des Gagniers. Presses de l’Université Laval 178p.     www.pulaval.com

 




 


Toute vérité est dangereuse à dire

Il y a des pays où le journalisme d’enquête n’est pas une sinécure. Il y en a même cinq où vous risquez carrément de perdre la vie : Irak, Philippines, Russie, Bangladesh et Colombie. Terry Gould lui-même journaliste d’enquête, a voulu savoir ce qui motive certains journalistes à risquer leur vie pour faire entendre la vérité. Il brosse le portrait de sept d’entre eux.

Meurtres sans frontières. Terry Gould. Presses de l’Université Laval 386p.   www.pulaval.com

 




 


Rien de nouveau dans l’histoire de l’éducation au Québec

Si vous pensez que les problèmes que les enseignants rencontrent dans les classes est un phénomène nouveau, détrompez-vous. Depuis que l’instruction publique existe dans la Belle Province ça n’a été qu’une dure réalité psychosociale. La pauvreté atterrit dans les écoles avec son cortège de conséquences nuisibles. Maurice Tardif qui est professeur titulaire à l’Université de Montréal brosse l’état de la situation historique dans son essai majeur La condition enseignante au Québec du XIXème au XXIème siècle. Comme mentionné en sous-titre, une histoire cousue de fils rouges : précarité, injustice et déclin de l’instruction publique.

La condition enseignante au Québec du XIXème au XXIème siècle. Maurice Tardif 334p.      www.pulaval.com

 




 


Faites de vos tout-petits des pâtissiers en herbe

Cet album ludique sur la pâtisserie à la porté des enfants est craquant comme tout. Atelier pâtisserie enfants de Tania Zaoui est un ensemble de 40 idées de gâteaux rigolos à réaliser. Et il nous est venu à l’esprit que si le système éducatif inscrivait au programme une initiation à la cuisine de cette façon, c’est toute la société qui gagnerait au change. Et c’est un tremplin idéal pour la créativité. Juste de voir les modèles proposés de gâteaux nous émeut au superlatif.

Atelier pâtisserie enfants. Tania Zaoui. Éditions Marie Claire 127p. 

 




 


Un cours d’économie très générale

Comme on dit communément il fallait y penser. Un cours d’économie qui prend la forme d’une bande dessiné. Du jamais v. Economix c’est le genre d’enseignement que tous les élèves de la planète de niveau secondaire aurait aimé avoir. Le texte est de Michael Goodwin sur des illustrations de Dan E. Burr. Et bien que la forme soit excentrique, le fond lui est tout ce qu’il y a de plus sérieux. Ouvrez n’importe quelle page et c’est une mine de renseignements. Qui a dit que le savoir devait être nécessairement austère ?

Economix. Michael Goodwin, illustrations Da E. Burr. Les Arènes 304p. www.arenes.fr

 







 


La dure épreuve de la vie
Quel hasard, vous avez deux titres qui paraissent en librairie avec exactement le même titre et chez le même éditeur. Mais qui n’ont rien à voir l’un avec l’autre. Dans Plonger de l’écrivain Bernard Chambaz, celui-ci s’inspire librement de la vie du gardien de but international allemand Robert Enke qui a mis fin à ses jours en 2009 à l’âge de 32 ans. Deux ans plus tôt il avait eu la douleur de perdre sa fille Lara morte à la suite d’une malformation cardiaque. Sur sa pierre tombale il a fait graver, Lara papa s’en vient. Et c’est ce qui s’est donc produit. Et ironie du sort, la veille de son suicide, on célébrait dans toute l’Allemagne le 20ème anniversaire de la chute du Mur de Berlin. C’est un livre qui n’épargne rien des difficultés existentielles. Maintenant Plonger de Christophe Ono-Dit-Bio met en scène un homme qui a eu la douleur de perdre sa femme retrouvée dit-on noyée, sur une plage d’un pays arabe et nue. Elle l’avait quitté le laissant avec leur enfant pour prendre le large car elle étouffait en Europe. Pour son fils, dans un devoir de vérité, il va devoir raconter qui était sa mère. Un roman d’une grande puissance évocatrice.

Plonger. Bernard Chambaz. Gallimard 146p.   
Plonger. Christophe Ono-Dit-Bio Gallimard

 




 


L’homme qui adorait sa femme

Au Québec il est assez rarissime de lire l’histoire d’un homme endeuillé par la mort de sa femme avec qui il a eu une complicité qui a perduré pendant quarante ans! A l’heure où les relations hommes femmes connaissent des turbulences souvent graves pas plus tard que deux années après le mariage, il est réconfortant de voir que l’amour durable puisse exister entre ces deux sexes, tant les antagonismes sont nombreux. La mariée des montagnes vertes d’Henri Lamoureux traduit très bien cet amour de haut niveau. Vous serez émus nous vous le garantissons.

La mariée des montagnes vertes. Henri Lamoureux. Lévesque éditeur 162p. www.levesqueediteur.com

 




 


On adore Minette

Dommage que Bernadette Lafont soit disparue. Car après son dernier film « Paulette » on aurait pu lui proposer une adaptation de Même pas morte! Un polar d’Anouk Langaney. Pourquoi ? Parce que l’on fait connaissance avec Minette Galandreau, une ancienne braqueuse, qui a encore du tonus et qui se trouve à mener une enquête. Vous adorerez son caractère bien campé. Ce qu’elle a réussi à conserver comme biens, elle y tient comme la prunelle de ses yeux. Et que personne ne s’avise de s’emparer de son patrimoine. Vous allez voir qu’elle est capable de tout. Du bonbon.

Même pas morte! Anouk Langaney. Albiana 135p.   

 




 


Des souvenirs de Gilles Jacob

Président du Festival de Cannes, Gilles Jacob, hormis Jean-Claude Brialy, est sans doute celui qui peut raconter le plus d’anecdotes sur le monde du spectacle. S’il garde ses impressions les plus inavouables pour sa garde rapprochée, il a quand même la générosité de nous faire partager de nombreux souvenirs de vie. Que ce soit observant Sartre à la Closerie des Lilas, aveugle, laissant échapper de la nourriture sur lui. Ou bien cet homme qu’il ne nomme pas, qui avait choisi délibérément de ne plus quitter le lit. Tous ces paragraphes débutent par « Je me souviens ».  Et il a de la mémoire.

Les pas perdus. Gilles Jacob. Flammarion 172p.   

 




 


Une disparition inquiétante

C’est une chroniqueuse télé, Lara Mendès qui mène une enquête sur le sexe hard. Elle disparaîtra mystérieusement de la carte. Une enquête sera donc diligentée, mais elle est lente et on ne parvient pas à mettre le doigt sur un coupable. Et on veut aussi connaître ses motivations. Les proches éplorés pourront compter sur le soutien indéfectible de Léon Castel, qui est à la tête d’une association de victimes. Il a une fille Sookie qui est une policière inclassable. On craint le pire parce qu’il y a d’autres disparitions. Dans la série W3 Jérôme Camut et Nathalie Hug ont écrit à quatre mains Le sourire des pendus. Prenez note que si vous vous avisez de jeter même un furtif regard sur n’importe quel ligne du roman, vous risquez d’être happé par ce polar construit avec une parfaite possession de son métier d’écrivain.

W3. Le sourire des pendus. Jérôme Camut et Nathalie Hug. Éditions Télémaque 751p.    www.editionstelemaque.com

 




 


Tout savoir sur nos champignons

Si on vous parle du Bolet à pied creux ou de Marasme des Oréades on fait référence à quoi ? Vous seriez sans doute embêtés. Il s’agit tout simplement de deux des Champignons comestibles du Québec tel que présenté par Jean Després aux éditions Michel Quintin. Son guide nous montre comment les reconnaître et les déguster. Demeurons dans le même monde et chez le même éditeur avec Champignons communs du Québec et de l’Est du Canada un répertoire exhaustif pr éparé par Raymond McNeil. Ce directeur du département de sciences biologiques de l’Université de Montréal est un pionnier du domaine. Son livre fait toujours référence. Dans les deux cas des fiches bien documentés qui vous disent tout ce que vous n’auriez demandé.

 




 


Comment organiser des fêtes pour les tout petits

Caroline Gauthier a un atout pour elle, elle ne sait pas s’ennuyer. A preuve l’imagination débordante dont elle fait preuve dans Fêtes originales et pas banales destiné aux jeunes de 0 à 16 ans. Pour chaque type de fête elle donne un nom de baptême et sa durée. C’est vraiment tout un dépannage pour la maman qui ne sait quoi faire pour distraire les petits invités.

Fêtes originales et pas banales. Caroline Gauthier. Québec-Livres 174p.    www.quebec-livres.com

 




 


L’étrange procédé de Nancy Houston

Danse noire la dernière ponte de Nancy Huston est la rencontre entre un réalisateur new-yorkais, Paul Schwartz et Milo dont la vie s’achève à l’hôpital. Ce dernier a eu une vie incroyable où il a bourlingué un peu partout sur la planète. Un de ces anonymes dont la vie parfois portée à la connaissance des autres, lui confère soudainement une aura. C’est un peu ce que veut faire le cinéaste. Encore là la romancière est au zénith de son art littéraire. Mais ce livre pour tout défenseur de la langue française a une ombre. C’est qu’il est parsemé de dialogues en anglais, avec traduction en bas de page bien sûr. Mais d’une part c’est agaçant au possible et aura-il été plus profitable de tout traduire dans le texte même et nous épargner ces segments anglophones. Il faut être vigilant car l’hégémonie anglo-saxonne ne lâche pas le morceau.

Danse noire. Nancy Huston. Actes Sud/Leméac 348p.   www.actes-sud.fr

 




 


Le nous à la place du je

Nicolas Gilbert est de l’école selon laquelle l’homme ne peut trouver sa survie et sa raison d’être qu’à travers l’altruisme. Son roman Nous est l’antithèse de l’égoïsme ambiant. A l’heure où tous sont rivés aux textos, le romancier nos fait observer des gens qu’on ne voit plus. C’est une radiographie sociale de notre époque.

Nous. Nicolas Gilbert. Leméac 150p.  

 




 


A lire d’une seule main

En terminant la dernière page de Grande aventure et petites histoires libertines de Julie Bray on fantasme à l’idée que si l’auteure a mis en pratique tout ce qu’elle décrit avec un luxe de volupté, ce doit être une femme très intéressante à la ville. Les esprits chagrins pourraient être portés à dire que tout a été écrit en la matière. Et bien on se surprend à la lecture de ce titre d’avoir de drôles de réactions et très agréables. Comme quoi le genre peut se renouveler.

Grande aventure et petites histoires libertines. Julie Bray. Les éditions Québec-Livres 140p.    www.quebec-livres.com

 




 


Une justice québécoise au service du pouvoir

Jean-Philippe Warren est sociologue et titulaire de la Chaire d’études sur le Québec à l’Université Concordia. Il présente un essai décapant Les prisonniers politiques au Québec dans lequel il fait la démonstration que le pouvoir judiciaire depuis les Patriotes de 1837 a toujours rendu des jugements allant dans le sens du pouvoir en place. Que les juges nommés par le pouvoir sont redevables en quelque sorte d’un esprit de caste. Et pour étayer sa thèse il nous fournit de multiples exemples. Et à la lecture on se rend compte que la frontière est mince entre la démocratie et le totalitarisme.

Les prisonniers politiques au Québec. Jean-Philippe Warren. VLB éditeur 227p.      www.editionsvlb.com

 




 


Sur le bridge

Gaëtan Thibault nous a déjà donné « Le sens du bridge, manuel d’initiation ». Dans la continuité de son enseignement il poursuit avec Réfléchissez et maîtrisez le bridge pour intermédiaires et avancés. Comme il le dit d’entrée de jeu, le bridge est une activité intellectuelle très stimulante, citant Lao-Tzu « Celui qui excelle ne discute pas, il maîtrise sa science et se tait ».

Réfléchissez et maîtrisez le bridge. Gaëtan Thibault. Les éditions Québec-Livres 155p.      www.quebec-livres.com

 




 


Le raphia dans toutes les déclinaisons

C’est un matériau facile à travailler pour qui aime réaliser des créations au crochet. Et quasi tout est possible, du chapeau cloche au sac fourre-tout. Catherine Guidicelli experte en la matière nous arrive avec Sacs & accessoires en raphia. Vingt modèles sont proposée qui peuvent en inspirer d’autres.

Sacs & accessoires en raphia. Catherine Guidicelli. Éditions Marie Claire 127p.   www.editionsmarieclaire.com

 




 


Revamper le mobilier industriel

Sur la jaquette du livre Le mobilier industriel aux éditions Massin, on peut admirer un magnifique meuble avec de nombreux beaux et larges tiroirs qui devaient avoir une utilité pour un certain type de rangement. Un esprit talentueux aux mains habiles l’a sans doute décapé pour lui redonner une nouvelle jeunesse et une autre vocation. Cet album regorge de tuyaux fantastiques pour conférer un usage domestique à des meubles et accessoires qui étaient destinés à d’autres fonctions.

Le mobilier industriel. Le chiner, le rénover, l’installer avec style. Coll. Esprit déco éditions Massin 95p.     www.massin.fr

 




 


Le coin des touts petits

Les éditions des 400 coups réussissent très bien leur orientation jeunesse. Voici trois petits opus charmants comme tout. D’abord deux titres de Mesdames Sandrine Beau et Coralie Saudo qui font ivre un personnage Manolo qui sera sans doute populaire auprès des jeunes têtes. Le premier Un cochon de petit fantôme et Un boudeur de petit fantôme. Vous allez vous étonner qu’un fantôme puisse avoir des sentiments comme un humain. Puis Géraldine Collet et Coralie Saudo sont A l’école des petits poussins. Qui eux aussi ont des préoccupations pour la rentrée scolaire.

 




 


Le coin poésie

Deux recueils, tous deux chez Triptyque, honorent les rayons des libraires cette semaine. Te voici nuque exposée de Robert Sylvestre qui a été écrit avec le cœur pour les cœurs meurtris. Extrait : « Il y eut misère par le monde, il y aura. Il y aura paroles de vivants et de disparus d’enchanteurs et de poètes ».  Et cette fois le Traité de l’Incertain de Daniel Guénette. Qui contrairement à ce que peut laisser paraître le titre, n’est pas un essai. Ce sont des poèmes en proses qui abordent le thème de l’intégrisme religieux. De ceux qui croient détenir la vérité. Extrait : « J’ai formé le désir d’une substance impure et qu’on ne m’impose pas un ordre qui soit arbitraire ».

 








 


Le coin santé psychique et physique (1)

Quand la différence dérange. Claude Vaillancourt publie un essai attendu ayant pour titre Différence et contrôle social. Qui montre que si l’homme est né original il aura tendance à devenir une copie pour ne pas être exclu des autres. L’humain est partagé entre son désir d’être unique mais aussi son goût du conformisme. Et de là de montrer à quel point la société aime les moules dans lesquels il faut se conformer sous peine d’exclusion. A lire sans faute alors que le sujet de l’intimidation est au palmarès de l’actualité. C’est chez Triptyque. Et ci c’était les asiatiques qui possédaient la méthode idéal pour maigrir ? le Dr. Serge Balon-Perin nous fait découvrir aux éditions Alpen Maigrir et ne plus regrossir vec la méthode chrono asiatique. Il a observé que ces dans les pays du Sud-Est asiatiques que l’on enregistre le moins d’obésité dans la population. Également au Japon qui a des niveaux de stress comparables aux nôtres. Sauf que dans ce dernier cas, on remarque une surcharge pondérale chez les touts jeunes. Et la raison en est les changements alimentaires de cette tranche d’âge par rapport aux aînés. La sexologue en titre de l’empire Québecor, Julie Pelletier arrive avec Le guide de l’épanouissement sexuel. Elle part de la théorie que l’apogée des relations sexuelles de trouve dans l’accomplissement de soi et de son couple. Elle décrit ce qu’est la raison d’être de l’acte sexuel. C’est chez Québec-Livres.  Du même éditeur Que dit la forme de vos chiffres ? Il s’agit donc de numérologie. Nicole Bédard. Cette conseillère en analyses de dessins et de contes pour enfants lève le voile sur ce que cachent les nombres. Comment repérer les signes avant-coureurs de la dépression et la dépression elle-même. Dans sa collection Diagnostic aux éditions Broquet La dépression de Lee H. Coleman qui est psychologue clinicien, nous apprend comment faire face à la musique, surmonter cette chute du moral qui est dans les talons. Et avec des exemples de rédemption à la clé. Dans un autre registre, tandis que les parents qui se sentent coupables de ne pas accorder plus d’attention à leurs enfants les laissent tout faire, on se demande quel genre d’encadrement convient le mieux, l’attitude à la dure ou un certain laisser-faire. Les enfants ont besoin de limites d’Anne Cawood chez Broquet propose des avenues. Cette travailleuse sociale est partisane que l’on s’accomplit à l’intérieur de limites nettes et cohérentes.

 








 


Le coin santé physique et psychique (2)

Pour certaines et certains il faut de simples images pour comprendre de grands concepts. A propos du plaisir érotique des femmes, Fernanda Cohen et Juan Carlos Kusnetzoff ont entrepris ce Petit guide malicieux du plaisir féminin aux éditions Autrement qui dit en illustrations et de courtes phrases ce qu’il faut saisir de la vision féminine du plaisir sexuel. C’est sans détour et drôlement pratique.  Albert Jacquard qui vient de nous laisser avait dit cette phrase « Je suis les liens que je tisse ». Sur quoi nous L’art de l’entraide de Geneviève Morand aux éditions Jouvence est un survol des groupes d’entraide à partir d’expériences dans divers pays de la francophonie. Le Québec figure avec son expertise en propre. L’Homme on le verra, n’est pas une île. A l’automne naissant débarque en librairie les horoscopes et astrologie en tout genre. Le guide des horoscopes chinois de Gerry Maguire Thompson et Shuen-Lian Hsaig établit le portrait complet des souze signes animaliers, les relations et la compatibilité entre les signes, les horoscopes précis dans tous les domaines de la vie et les ceux-ci9 au fil du temps. Chez Broquet. On connaît l’expression consacrée respire par le nez quand un événement nous fait monter la moutarde au nez. Le coach Edouard Stacke en sait quelque chose qui consacre un livre sur Les vertus de la respiration aux éditions Guy Trédaniel. C’est un fait qu’on ne lui accord epas plus d’importance qu’il ne faut, étant un mécanisme naturel qui fonctionne nuit et jour. Il nous détaille les mécanismes psychophysiologiques de la respiration et des effets sur la santé. Avec de nombreux exercices pratiques. D’avoir au final un meilleur usage de cette fonction vitale. Que diriez-vous d’une méthode qui en six minutes peut désactiver la source primaire de toutes les maladies ? C’est l’objectif proposé par Alexander Lloyd avec Le code de guérison chez Guy Trédaniel. Il part du constat que le stress est l’obstacle premier du système immunitaire. Il est même responsable de 95% des maladies! Sachez décompresser et vous pourrez vous auto-suffire du côté guérison. Ici c’est le coach vocal Yaël Benzaquen qui décrypte tous les mécanismes pour retrouver, comprendre et maîtriser sa voix en toutes circonstances dans Tout connaître sur la voix. On traite de la connaissance de soi par la voix, pourquoi et comment notre voix se modifie, la boîte à outils pour travailler sur elle et un index thérapeutique. Un DVD est inclus en prime. Aux éditions Guy Trédaniel. Puis pour terminer Reiki, les plus belles techniques de Walter Lüceck et Frank Arjava Petter. Édité chez Guy Trédaniel il passe en revue les trois degrés avec démontrant des outils merveilleux de guérison.

 




 


Le roman qui a inspiré Lac Mystère

Peut-être avez-vous vu au cinéma Lac Mystère le film québécois d’Éric Canuel. C’est une adaptation du roman d’Andrée A. Michaud « Mirror lake ». L’auteure a déjà ses palmes en littérature, car elle a été récipiendaire du prix du gouverneur général du Canada. C’était en 2001. De quoi parle-t-on ici ? D’un homme qui veut se protéger des rumeurs de la ville et qui aspire à la tranquillité en venant s’installer en villégiature. Mais au contraire la sérénité auquel il aspire n’est pas au rendez-vous et il aura affaire à une galerie de personnages perturbants dont une jolie fille. Comme quoi le silence est vraiment d’or. Un beau roman sur la quête de soi dans un monde troublé.

Mirror lake. Andrée A. Michaud. Québec Amérique 365p.   
www.quebec-amerique.com

 




 


Un bel exercice pour magnifier le quotidien

Les esprits chagrins trouveront toutes sortes de prétextes pour clamer leur ennui dans ce bas monde. Et pour tant il y a une poésie du quotidien. C’est à quoi on pense quand on parcoure le recueil de nouvelles Les faits divers n’existent pas de Martine Latulippe. Avec elle, le simple fait de boire de l’eau par exemple, s’exprime en des termes choisis. C’est presque de la poésie en prose. Une élégance de style, à lire comme une classe de maître en français. Qui nous rappelle combien cette langue française est magnifique quand bien employée.

Les faits divers n’existent pas. Martine Latulippe. Druide 138p.   www.editionsdruide.com

 




 


Une vie gay ?

Il faut absolument lire ce premier roman de Samuel Larochelle « A cause des garçons », l’histoire d’un jeune homme qui s’exile de la Gaspésie pour atterrir à Montréal et vivre sa vie homosexuelle à plein. Et il aura recours entre autres aux sites de rencontre pour trouver l’âme sœur. Pas évident à notre époque où il y a beaucoup de je, me, moi chez les êtres. Pour un pur hétéro de Laval par exemple qui ne sait rien de la vie gai, vous avez intérêt à lire cet ouvrage écrit sans recherche d’effets de style. Ça vient du cœur vers les cœurs. Pour une entrée en littérature c’est prometteur. Surveillez ce jeune Larochelle. On n’a pas fini d’en entendre parler.

A cause des garçons. Samuel Larochelle. Druide 255p.    www.editionsdruide.com

 




 


Remise en question des québécois de souche

Attention ce n’est pas un essai. La flûte de Rafi est le dernier roman d’André Vanasse une figure de proue de notre littérature québécoise. Qui ouvre ses pages en 1626 à Cracovie où l’on fait la connaissance de Pawel Sojchet en rupture avec sa famille. Puis un grand saut en 1717 avec le fils de ce dernier qui a pour nom François Vanas un flûtiste débarqué en Nouvelle-France. Qui est catholique lui. A travers le vécu de tout ce petit monde et des mœurs du temps si bien décrites, le romancier veut nous laisser entendre que l’expression québécois pure laine ne correspond pas du tout à la réalité. Ça tombe à point nommé ce roman, à l’ère du débat sur la Charte proposée des valeurs québécoises. Passionnant est ici un euphémisme.

La flûte de Rafi. André Vanasse. XYZ.  315p.     www.editionsxyz.com

 




 


La maîtresse qui vampirise

Rien de pire pour une femme cocufiée que d’imaginer la maîtresse qui vous a ravi votre mari mais que vous ne voyez jamais. Elle devient comme un esprit qui vous hante. Si les choses n’ont d’importance que ce qu’on leur accorde, disons que la protagoniste n’en est pas encore là, et se demande bien pourquoi toute sa vie affective dérape parce qu’elle a mis la main, comme par hasard sur un bâton de rouge à lèvres. Et de là l’imaginaire fécond qui fait le reste. Voici donc l’essentiel de ce qui compose Le pot au rose de Dominique Bertrand la réputée animatrice et ex-mannequin. Eh bien nonobstant le fait de connaître cette femme à la ville par le biais des émissions de télé et de radio, on se surprend à lire un ouvrage de haute tenue avec une rare richesse de vocabulaire.  S’il vous est arrivé mesdames de vivre la vie de femme trompée, vous êtes ici en terrain de connaissance psychologique. La note d’excellence.

Le pot au rose. Dominique Bertrand. Les éditions de l’Homme 233p.   

 




 


Une apologie du devoir de se battre

Il était une fois un agent immobilier prénommé Rio et la tutrice d’un couple de trisomiques. Ces deux là, ont vécu des moments d’extase au plumard. Joie de combat de Jean-Marc Beausoleil. Et il arrivera que la dame de ce duo ce verra menacée d’expropriation. Son amant en sera en partie responsable. La question est posée. Est-ce que les contingences matérielles finissent-elles par supplanter les valeurs spirituelles ? On sera mêlé dans le récit à des contestations de toutes sortes. Car la préoccupation de Brigitte c’est qu’elle a aussi des protégés et elle s’inquiète pour eux si jamais elle perd sa maison. On verra que l’auteur plaide pour le combat d’où le sens du titre.

Joie de combat. Jean-Marc Beausoleil. Triptyque 209p.    www.triptyque.qc.ca

 




 


Pleins de rêves pour Montréal

Voici un livre qui tombe à point nommé à quelques semaines du jour de l’élection municipales de Montréal. C’est l’éditorialiste de La Presse François Cardinal qui a eu l’idée de demander à plusieurs personnalités d’imaginer leur Montréal idéal. Et le fruit de l’exercice donne Rêver Montréal. Et les candidats à la mairie sont invités tout particulièrement à le lire car ça foisonne d’idée. Tous ont en commun d’aimer Montréal malgré ses défauts et ont des aspirations pour elle. Bel exercice de style.

Rêver Montréal. 101 idées pour relancer la métropole. Les éditions La Presse 277p.       

 




 


La dure vocation de pédagogue

Simon Lanctôt écrit un roman dont le thème lui est cher et dont il parle en connaissance de cause puisqu’il est question d’un enseignant et qu’il l’est lui-même, enseignant la littérature au collégial. Tout foutre en l’air donne le ton. Un prof nous est présenté qui adore son métier, mais il en a ras-le-bol du milieu scolaire et des programmes pédagogiques si loin de la réalité qui intéresserait les élèves. Et il traîne souvent ses problèmes à la maison. Rien qu’avec les enseignants désespérés au Québec, l’auteur s’assure déjà d’un bassin suffisamment large de lecteurs pour en faire un best-seller. Et dans un même ordre d’idée de tout balancer de l’éducation, vous avez un roman de Roland Trudel « Drop-out » où cette fois c’est l’enseignant qui décroche et qui va où son humeur l’amène. Si lui aussi comme le protagoniste du précédent livre en a par-dessus la tête en éducation, il est aussi en grand questionnement métaphysique.

Tout foutre en l’air. Simon Lanctôt. Hamac 334p.     www.hamac.qc.ca
Drop-out. Roland Trudel. AdA 290p.    www.ada-inc.com

 




 


D’autres idées reçues déboulonnées

Guillaume Lemay nous avait présenté « C’est faux! 50 idées déconstruites par des spécialistes » qui a fait un carton. Fort de ce beau taux de réponse, il récidive en demandant encore à des spécialistes de divers domaines de remettre les pendules à l’heure. Cela donne C’est encore faux! 50 idées déconstruites par des spécialistes. Par exemple on démystifie ce qu’est un brevet et qu’une innovation ne prédispose pas nécessairement à son obtention avec des exemples à la clé. C’est instructif au possible. Et qui nous rappelle ce que c’est que le plaisir de la connaissance.

C’est encore faux! 50 idées déconstruites par des spécialistes. Sous la direction de Guillaume Lemay. Septentrion 320p.    www.septentrion.qc.ca

 




 


Bienvenue dans la forêt des Fredouilles

Zora un conte cruel de Philippe Arseneault journaliste à La Presse s’est mérité le prix Robert-Cliche du premier roman. Le jury a été unanime à saluer la quasi perfection de la langue au service du fantastique. Car c’est bien dans un univers onirique mais cruel que nous conduit le romancier, la forêt des Fredouilles avec une galerie de personnages dont un égorgeur, un barde sanguinaire et un maquereau itinérant. Comme la fiction n’est pas trop présente dans la littérature québécoise c’est tout à son honneur que notre écrivain ait reçu un si beau baptême pour son entrée en littérature et c’est mérité. A ne pas lire avant de s’endormir, cauchemar assuré.

Zora un conte cruel. Philippe Arseneault. VLB éditeur 484p.   www.editionsvlb.com

 




 


Une vie pas comme les autres

Gilles Dubois a remporté l’an dernier au Salon du livre de l’Ontario le prix Christine-Dumitriu-van-Saanen pour le premier tome de L’enfant qui ne pleurait jamais à caractère autobiographique qui narre les tribulations d’un jeune garçon malmené dans sa famille et qui va aller vivre à Montréal où il sera gardien d’un pavillon à l’Exposition universelle de Montréal en 1967, connaîtra l’itinérance et finira par se mettre en ménage avec une israélienne avec qui il se rendra vivre en Israël. Ce n’est pas une vie d’emblée très reposante, mais quelle existence. Voici le tome 2 et les mots pour le dire aussi valent le détour.

L’enfant qui ne pleurait jamais. Tome 2. Gilles Dubois. Les éditions L’Interligne 200p.      www.interligne.ca

 




 


Une histoire de guerre et d’amour

Le roman de Louis Carmain commence par ces mots « C’est une histoire de guerre et d’amour ». Qui se situe alors qu’en 1864 l’Espagne cherche noise au Pérou. Si vous aimez les colorations de la culture hispanique vous allez vous délecter. Guano c’est un premier roman qui déjà est fort bien maîtrisé. Mais surtout, l’auteur a bien saisi l’âme espagnole et celle péruvienne. En même temps la guerre et l’amour c’est une métaphore du ying et du yang oriental. On voudrait une suite.

Guano. Louis Carmain. L’Hexagone 196p.    www.editionshexagone.com

 




 


En photos chocs, les ravages à notre planète

Il est tellement question de la protection de l’environnement sur la planète Terre que c’en est tombé dans une sorte de cliché. Mais ce ne sont pas des légendes urbaines ou rurales, notre planète écope de durs coups à son écosystème. Et pour mieux mesurer les effets du passage de l’Homme et les dégâts qu’il cause, allez feuilleter cet album troublant Terre fragile un travail collectif qui nous montre en images spectaculaires ce qu’elle encaisse. On nous montre une tempête de neige à…Rome avec le Colisée enneigé! Aussi une carte de la déforestation en Amazonie. Des dizaines de milliers de kilomètres carrés de coupe à blanc avec les funestes conséquences sur la perte en oxygène.

Terre fragile. Collectif. Broquet 296p.    www.broquet.qc.ca

 




 


Les inspirations orientales dans notre littérature

Étant donné la dimension très hermétique de cette recherche menée sous la direction de Janusz Przychodzen nous préférons nous en tenir exceptionnellement à la notice officielle apparaissant en quatrième de couverture « Explorer la question des cultures orientales en littérature québécoise contemporaine dans une perspective qui tient compte des dimensions esthétique et poétique, de leur influence notable sur le sens de la différence et de l'altérité, tel est le but de cet ouvrage. Bien que le degré de résistance de la parole littéraire au stéréotype et au préjugé soit variable, une telle approche, délaissant le modèle classique du dialogue ontologique au profit du modèle aporétique qui élabore ses «vérités» dans un cadre privilégiant l'intersubjectif, l'interculturel et le transculturel, démontre que la parole littéraire laisse souvent entrevoir la possibilité d'une réconciliation en puisant dans les ressources profondes du langage. »

Écritures québécoises, inspirations orientales. Collectif. Les Presses de l’Université Laval 181p.    www.pulaval.com

 




 


Paul Levi une pointure de la politique allemande sous Weimar

Ce nom ne dit plus rien à pas mal de monde, mais les vieux allemands et les férus de politique européenne n’ont pas oublié cette pointure de la vie politique allemande de l’entre deux-guerres. D’abord c’est un ami de Lénine. Il deviendra le président du parti communiste allemand entre 1919 et 1921. A la faveur de luttes intestines il sera exclut du mouvement communiste. C’est un ennemi juré d’Hitler et il n’aura de cesse de comptabiliser les violences commises par les nazis. En 1922 il adhèrera au Parti communiste allemand. Atteint d’une infection pulmonaire il prendra le lit. Nous sommes au tout début de l’année 1930. Pour une raison inexpliquée, qui n’accrédite pas non plus la thèse du suicide, il fera une chute par la fenêtre de cinq étages. Il meurt. Restera un ardent défenseur de la cause humaniste. Frédéric Cyr nous livre une biographie politique de cette personnalité injustement relégué dans l’ombre.

Paul Levi. Rebelle devant les extrêmes. Presses de l’Université Laval 212p.   www.pulaval.com

 




 


Analyse de la révolution mexicaine

Julian Durazo Herrmann est professeur de politique comparée des Amériques au Département de science politique de l’Université du Québec à Montréal. Il nous gratifie d’une recherche qu’il a dirigé, et intitulée Réflexions sur le centenaire de la révolution mexicaine. Cette commémoration a eu lieu en fait le 20 novembre 2010. Ce Mexique qui a obtenu la démocratie dans le sang et les larmes. Comme le rappelle la quatrième de couverture ce pays est passé d’une guerre civile violente à un régime autoritaire puis une transition vers une démocratie. L’essai se divise en trois parties, l’héritage de la révolution, la consolidation d’un nouveau régime et enfin de l’influence de celui-ci dans le monde.

Réflexions sur le centenaire de la révolution mexicaine. Sous la direction de Julian Durazo Herrmann. Presses de l’Université du Québec 304p.    www.puq.ca

 




 


Une sortie en grande pour les 60 ans de l’Hexagone

Comment célébrer une maison d’édition ? L’Hexagone a eu la bonne idée, elle qui est devenue sexagénaire, de publier le premier recueil édité en 1953, Deux sangs de MM. Gaston Miron et Olivier Marchand. Et cette édition fac-similé en tout point conforme à l’édition originale, numérotée, nous émotionne en raison de la notoriété des écrivains. Vous avez des illustrations de Mathilde Ganzini, Jean-Claude Rinfret et d’un certain Gilles Carle. C’est émouvant d’avoir entre les mains des textes fondateurs.

Deux sangs. Gaston Miron et Olivier Marchand. Illustrations Mathilde Ganzini, Jean-Claude Rinfret et Gilles Carle. Hexagone 67p.   

 




 


Roman onirique

Quel casse-tête pour les chroniqueurs que nous sommes de classer Porte d’entrée de René-Daniel Dubois. En sous-titre on trouve ceci « Le livre inachevé de l’orgueil des rats ». Plongée d’abord dans les années 70.  Simultanément les histoires de trois gars. Et nous citons « Ces trois hommes ne sont pas seuls. D’un continent à l’autre, mettant les siècles, les millénaires et les cultures, ils appartiennent à une histoire où ils croisent des centaines de visages, une histoire qui les dépasse tous mais pourtant ils parviennent tous à marquer ». Une galerie de personnages dans un univers onirique. Et des rats qui attendent leur tour. Étrange vous-dites ? Vous n’êtes pas au bout de vos surprises avec ce livre décapant à saveur métaphysique.

Porte d’entrée. René-Daniel Dubois. Leméac 260p.    

 




 


Tout ce qu’il faut savoir sur l’équité salariale

Marie-Josée Legault enseigne les relations de travail à la télé université du Québec (TELUQ). Et dans son champ de compétences se trouve évidemment l’équité en emploi et l’équité salariale. C’est une somme d’une grande rigueur où les éléments juridiques entrent en ligne de compte. Vous avez des statistiques qui montrent l’état de la situation, les démarches pour être en conformité et comment l’État québécois ou canadien peut intervenir. C’est un ouvrage de référence.

Équité en emploi, équité salariale. Marie-Josée Legault. Presses de l’Université du Québec 567p.    www.puq.ca

 




 


Des expériences scientifiques ludiques

Rendre la science accessible aux plus jeunes. Voilà le pari que s’est donné une équipe de vulgarisateurs qui nous arrive avec le tome 2 d’Expériences stupéfiantes. C’est un assemblage de faits insolites et d’éléments scientifiques troublants rien de moins. Entre autres expérience captivante, comment transformer l’eau salée en eau potable, comment tirer à pile ou face sans les mains. Bref de quoi captiver bien des jeunes têtes et aussi des moins jeunes, car le dicton le dit bien, la science n’est pas infuse.

Expériences stupéfiantes. Tome 2. Broquet 128p.     www.broquet.qc.ca

 








 


La saison des horoscopes

Quand arrive l’automne c’est un rituel, la sortie des livres consacrés aux horoscopes. Les trois premiers sont sortis pour l’année 2014. Horoscope 2014 d’Anne-Marie Chalifoux. La particularité de cette cuvée en ce qui la concerne, c’est qu’elle a ajouté une section cuisine! Eh oui, de judicieux conseils de nutrition. L’horoscope mène vraiment à tout. C’est chez Publistar. Puis Jacqueline Aubry débarque avec Les signes du zodiaque et leurs ascendants chez Québec-Livres. Elle établit une corrélation directe entre la connaissance de l’ascendant et la réussite. Puis une doyenne du genre, Andrée D’Amour avec non seulement Astrologie 2014 semaine après semaine mais un clin d’œil sur 2015. Aux éditions de l’Homme.

 




 


Le coin Miam miam

A une période où prolifère les restaurants de catégorie apportez votre vin, il est certain que ce petit guide tant attendu Les meilleurs vins de 10 à 30$ de Jean-Louis Doucet chez l’éditeur Michel Quintin, l’est encore plus. Il établit son classement entre les vins de semaine, deux du vendredi, ceux du samedi et les autres pour des occasions spéciales. Sa section des accords mets et vins est très opportune avec une fiche signalétique pour chaque vin. Puis celle à qui on doit « Cuisine santé sans gluten » Colombe Plante nous offre cette fois Muffins et brioches santé aux éditions AdA. Toutes sortes d’affriolantes recettes dont une section avec des recettes sans sucre, sans gras et sans produits laitiers.

 






 


Le coin santé physique et psychique (1)

Vous la connaissez cette Jillian Michaels car vous l’avez vu à la télé à l’émission « Qui perd gagne ».  Un peu sadique même sur les bords. Elle nous offre Mince une fois pour toutes » qui dépassant la stricte salle de gym nous dit comment aussi surveiller son alimentation sans devenir dingue. Elle y va même d’opinions sur les régimes à proscrire. Aux éditions de l’Homme. Puis une des autorités québécoise en matière de croissance personnelle et fondatrice du Centre de Relation d’Aide, Colette Portelance nous invite à démêler tout l’écheveau de la peur qui nous paralyse dans notre introspection. La liberté dans la relation affective aux éditions du Cram, s’attache à la peur de l’engagement et la peur de perdre sa liberté. A ceux qui ont des dépendances aux drogues et à l’alcool, Étinne Gaudet adresse ses stratégies gagnantes pour cesser de consommer dans Drogues et alcool : J’arrête! Cet ouvrage chez Publistar. Ce psychoéducateur compte plus de vingt ans d’expériences auprès des personnes souffrant de toxicomanie. Et si vous aimez son approche vous ne serez pas en reste car il se penche dans Ado-Défi dans la parfois douloureuse relation entre parents et adolescents. Son ouvrage s’adresse aux parents. Ce sera sans doute une planche de salut intellectuelle pour ces pauvres parents décontenancés devant les réactions agressives voire violentes de leurs jeunes qui sont en zone de turbulence. C’est chez le même éditeur Publistar. Lucinda M. Gabriel qui est médium présente pour sa part un guide pratique Comment parler aux anges aux éditions du Dauphin Blanc. Son principe de départ est que le simple fait de reconnaître leur existence embellit la vie. Et faire de cette vie un passage divinement inspiré. Toujours au Dauphin Blanc, au tour de Pierre Dubuc de nous parler du Cheminement vers l’illumination. C’est une exploration de l’évolution de la conscience humaine par la régression. Il pratique la thérapie par régression depuis plus de trente-cinq ans, aidant à faire remonter à la surface des faits enfouis depuis longtemps. Une thérapie en neuf étapes pour identifier les nœuds négatifs de la vie.  

 






 


Le coin santé physique et psychique (2)

Aux éditions du Souffle d’or un coffret ludique qui nous permet d’approfondir la connaissance de soi. Le voyage de Ritavan est un livre et un jeu de 78 cartes combiné avec comme hôte Ritavan l’enfant bleu. Ce sont Myrrha et Dijan-Gutenberg qui ont conçu ce concept de manuel de sagesse et de savoir-vivre. Michelle-J. Noel arrive elle avec Vous pouvez guérir aux éditions Quintessence. C’est une naturopathe spécialiste dans la résolution de conflits. Elle fait la démonstration qu’un conflit psychologique peut devenir un conflit biologique. Et comment nos sentiments peuvent changer la matière. L’exposé est assorti de quelques témoignages qui viennent accréditer les théories. Yves Thélen aux éditions Budo aborde les arts martiaux de l’aïkido et du karaté dans ce manuel Aïkido et karaté synergie. C’est ici allier la force du partenaire avec la capacité de mobiliser toute son énergie. L’étude est originale en ce sens qu’elle se base sur les défenses des deux partenaires. Vous avez en complément un DVD explicatif des méthodes utilisées. Le célébrissime persiste et signe en s’attachant à Dieu une histoire de la révélation. C’est aussi de nous montrer comment la figure divine a été interprété différemment pas les diverses cultures mais que le dénominateur commun au fond demeure le même. Aux éditions AdA. Déverrouiller les mystères de l’inconscient, voilà le but que propose le psychologue Michael Lennox avec le Regard sur le rêve un dictionnaire et guide pour interpréter tous nos rêves. Il va plus loin que les autres dans l’analyse des mêmes phénomènes. Aux éditions AdA. Enfin Robert Simmons chez le même éditeur ajoute, sans jeu de mots, une pierre à la connaissance avec Les pierres de la nouvelle conscience. Comment guérir, s’éveiller et créer à l’aide des cristaux, des minéraux et des pierres précieuses. Ce livre contient toutes les informations sur les 62 pierres les plus importantes pour éveiller le corps de Lumière.

 




 


Divination et parapsychologie

Deux titres dans ce domaine et les deux publiés chez Québec-Livres. D’abord Comment tirer les cartes de Daniel Jourdain. La cartomancie à son meilleur qui permet de découvrir leur symbolique en l’appliquant à notre propre personne. La technique d’apprentissage est simple, mais le résultat lui est à prendre très au sérieux. Puis Éric Pier Sperandio qui est une autorité en la matière chez nous pour tout ce qui touche à la magie blanche et noire, s’arrête à nous livrer les secrets des Potions magiques. Il dévoile des rituels et incantations pour nous aider à focaliser notre énergie. Ça va de la composition des encens à la création des autels. Assez fascinant et troublant à la fois.

 




 


Une preuve de grand courage

Elle s’appelle Henrietta. C’est l’héroïne du deuxième roman de Denis Fortier « Du bonheur pour Henrietta ». A l’âge de trois ans, la pauvrette a été victime d’un incendie qui l’a laissée défigurée. A force d’abnégation et d’un goût de vivre qui transcende toutes les épreuves, la jeune femme qu’elle est devenue s’est arrangée pour avoir sa part de bonheur ici bas. Nous nous trouvons devant un texte très fort avec des grandeurs d’âme qui ne peuvent nous laisser indifférents.

Du bonheur pour Henrietta. Denis Fortier. Stanké  190p.    www.edstanke.com

 




 


Gentils mammifères du Québec

Nous tenons à vous faire savoir qu’une édition revue et augmentée de Mammifères du Québec et de l’Est du Canada de MM. Jacques Prescott et Pierre Richard est maintenant en librairie. En fait c’est la 3ème réédition. Qui a été complètement remaniée. Une fiche pour chaque bête avec tout ce qu’il faut savoir sur la gestion, le comportement, les prédateurs etc. Preuve que cet ouvrage fait autorité en la matière, il ne cesse d’être en demande. A la lecture on comprend pourquoi. Et aussi des illustrations magnifiques qui viennent compléter le tout.

Mammifères du Québec et de l’Est du Canada. Jacques Prescott et Pierre Richard. Éditions Michel Quintin 478p.      www.editionsmichelquintin.ca

 




 


Mauvais timing pour une vengeance

Quelle excellente idée pour un roman. Fallait y penser comme on dit. François Leblanc a écrit Zagreb en opposant un repris de justice, un colosse à un représentant de l’ordre qui a été frappé de plein fouet par la mort d’un jeune enfant. Le momentum est bien mal choisi pour le premier qui voudrait bien en découdre avec le second. Et la question métaphysique posée par l’auteur, est-ce qu’on doit achever moralement un adversaire qui est à moitié fini ? Là est la question. Vous ferez votre jugement vous-même. Reste que pour le lecteur on ne s’ennuie pas une seconde.

Zagreb. François Leblanc. Triptyque 170p.    www.triptyque.qc.ca

 




 


Pour noter les premiers faits et gestes de bébé

Voici un album rigolo qui s’offre très bien à une jeune maman. Ce bouquin dans lequel on consigne photos et notes sur ce qu’à fait bébé au quotidien est relié spirale, ce qui facilite la consultation. Vous avez des pochettes pour ranger documents ou photos. Et à l’intérieur de la dernière couverture vous avez trois minuscules pochettes. Une pour recueillir une mèche de cheveux, une autre la la première dent et la dernière, son bracelet d’hôpital. Souvenirs poignants s’il en est.

Le livre de bébé. Les cinq premières années. AdA 96p.     www.Ada-inc.com

 




 


Le coin Art visuel

Art brico devrait se retrouver au programme de cours des écoles primaires. Car ce livre écrit en collectif permet aux jeunes d’exprimer toute leur créativité à travers 48 projets qui relèvent autant du dessin que de la peinture, du découpage et de l’impression. Des heures d’amusement qui les tiendront occuper. Ce sont bien sûr des bases qui leur permettront de pousser plus loin leur sens artistique. C’est chez Broquet. Et chez le même éditeur Julie Lafaille nous présente une initiation au Faux-vitrail. Comment réaliser un succédané de vitrail sur divers matériaux comme le verre, le miroir, le plexiglas, l’acétate, le bois et la toile. Au total 25 projets à réaliser, du débutant à l’avancé. Et vous parviendrez à faire des « œuvres » très colorés à peu de frais.

 






 


Voyages, lieux sacrés et Venise

La planète Terre regorge de lieux  destinés au culte. Avec des richesses patrimoniales inouïes. Qu’on en juge en feuilletant tout simplement Destinations mystiques et spirituelles. A noter, qui n’est pas consacré exclusivement au culte catholique. Ce peut-être des temples bouddhistes, un monastère orthodoxe et quoi encore. Autant de lieux de pèlerinages à réaliser. D’ailleurs, comme le tourisme religieux est très en vogue, ce livre plaira pour bâtir son itinéraire en ce sens. Aux éditions Broquet. Dans un tout autre climat qui est aussi propice à la méditation, il s’agit de Venise qui a inspiré tellement de peintres. Le musée de Roanne a présenté une exposition Venise au XIXème siècle. Si on a en tête les toiles de Canaletto ici on va découvrir pleins de petits maîtres au toucher pictural rempli d’assurance. Ils avaient pour mission en somme de portraiturer la cité lacustre le mieux possible. Vous avez là des bijoux de toiles qui nous laissent béat d’admiration. C’est aux éditions SilvanaEditoriale.

 




 


En poche cette semaine…

Jeanne Moreau a le sourire à l’envers. Quel beau titre pour ce roman de Simon Boulerice chez Leméac. Léon a quinze ans et considère comme un drame métaphysique le fait d’avoir des pellicules. Et ce montréalais entretient une correspondance avec une fille de Lévis, Léonie, qui le trouve bien de son goût. Puis Léon a un grand frère Antoine, complètement fada des films de la Nouvelle Vague. Et Le chant des libellules de Pascale Gingras. Sur fond de rentrée scolaire, Jeff a perdu sa mère. Mais il tente du mieux de surmonter son deuil. Et il est au cœur d’une histoire d’amour. Les amours adolescentes ont toujours de quoi venir nous chercher, particulièrement celle-ci. Dans la collection Titan chez Québec Amérique.

 




 


Evie s’ennuie et veut des catastrophes

Nous sommes dans la fiction cette fois avec Surnaturellement de Kirsten White. Vous avez Evie, la protagoniste à qui on a trouvé un boulot peinard au sein de l’Agence internationale de Confinement des paranormaux. Mais elle s’ennuie à se décrocher les mâchoires. Finalement on la remet dans le circuit des catastrophes où elle se sent comme un poisson dans l’eau. Et justement il y a une bataille en vue entre les deux cours des fées. Enfin de l’action pour elle.

Surnaturellement. Kisrten White 366p.      www.ada-inc.com

 




 


Bonbek pour la rentrée

Avec la rentrée scolaire et les enfants qui reviennent de classe agités comme deux, il faut savoir les tenir en laisse. Heureusement qu’il y a le magbook Bonbek destinés spécifiquement aux enfants dans la tranche des 6 à 10 ans avec des histoires, des jeux, des ateliers. Avec pour thème, devinez quoi ? La rentrée scolaire.

Bonbek. C’est la rentrée. www.bonbek.fr

 




 


Les Saintes Écritures revues par Philippe Geluck

Décidément,  le bédéiste Philippe Geluck en collaboration avec…Dieu, rien de moins nous offre une vision bien à lui de l’Histoire Sainte en compagnie de son célèbre chat. Ça se présente ainsi La Bible selon le chat chez Casterman, dans un coffret cartonné qui contient deux albums, le Livre premier et le Livre second. Jamais un curé ne vous aura parlé du Christ de cette façon. S’il y avait une Bible enseigné de cette façon dans les paroisses, celles-ci ne désempliraient pas. Et en quatrième de couverture c’est le pape lui-même qui du balcon de Saint-Pierre nous souhaite bonne lecture et bon appétit!

La Bible selon le chat. Philippe Geluck et Dieu. Casterman.

 




 


Bali ou delà de l’image d’Épinal

Rien de tel qu’un voyageur qui sort des sentiers touristiques déjà piétinés et qui visite un pays avec d’autres repères. Encore mieux si la personne est anthropologue, comme Franck Michel qui nous fait découvrir l’île. Surtout comment les gens là bas ont su concilier traditions ancestrales et modernité. On apprendra qu’ils savent bien tirer parti du meilleur des deux mondes. Côté tradition pleins de découvertes à faire tel que le limage des dents des futurs mariés. C’est un signe de distinction, tribal, comme le piercing chez d’autres. Vous ne serez pas au bout de vos surprises.

En route pour Bali. Chroniques d’un paradis en mutation. Franck Michel. Presses de l’Université Laval 326p.     www.pulaval.com

 




 


Des résistantes qui n’avaient pas froid aux yeux

La Résistance en France, Guy Perrier a donné car il est entré dans le maquis en décembre 1940 alors qu’il était âgé d’à peine quinze ans. Il a traversé le second conflit mondial récoltant au passage 16 titres de guerres, la Grand-Croix de la Légion d’honneur et la Médaille de la Résistance. Plus 13 citations dont 6 à l’ordre de l’armée. Avec un tel tableau d’honneur il aurait bien pu parler de lui. Mais non. Au contraire, il rend hommage à 12 résistantes. Des femmes qui n’avaient pas froid aux yeux dont la plus connue dont il raconte les exploits, Lucie Aubrac, interprété même à l’écran par Carole Bouquet. Des femmes qui ont bravé la torture pour accomplir des gestes anonymes afin de nuire à l’occupant.

12 résistantes qui ont changé l’Histoire. Guy Perrier. Pygmalion 275p.     

 




 


Deux grands romans historiques à la Cour de Louis XIV

Les amateurs de la grande Histoire connaissent ce sombre volet du règne du Roi-Soleil, l’affaire des empoisonneuses qui compromit même jusqu’à la maîtresse du souverain, Mme de Montespan. Gérard Hubert-Richou a profité de ce que l’écrivain peut prendre des libertés avec la vérité. Il en fait une affaire policière mettent en scène un jeune commissaire, Géraud Lebayle va regarder de plus près les agissements de trois personnages clés, La Voisin, un prêtre satanique Guibourg et Lesage, un alchimiste. Et il faut se reporter à une époque où l’empoisonnement criminel était répandu à grande échelle. Le communiqué de presse accompagnant l’ouvrage Le Sceptre et le venin nous rappelle que rien qu’à Paris on avait notifié 400 empoisonneurs. Qui avait pour commanditaire des nobles et des bourgeois. Pratiqués d’autant plus que ces empoisonnements demeuraient impunis faute de preuves directes. Et notre officier de police aura fort à faire, c’est qu’il doit couvrir la famille royale de toute éclaboussure. Le romancier historique s’amuse à vampiriser les protagonistes. Bel exercice de style pour comprendre de quelle façon on vivait à cette époque. Ailleurs, et toujours dans le cadre grandiose du château de Versailles, c’est Jean-Michel Riou qui nous arrive avec Les glorieux de Versailles. Avec à l’avant-plan la famille Pontgallet qui a connu une série de déconvenues. On capitalise beaucoup sur Amandine la petite-fille de la dynastie et son possible mariage avec Jean fils de Le Faillon. Ailleurs c’est le roi qui désespère que les fontaines qui agrémentent le parc ne fonctionnent pas comme il le souhaiterait. C’est out le talent de Riou de faire revivre les ors et les ombres de la vie au château. On voit qu’avant de s’atteler à l’écriture il s’est beaucoup documenté.

Le Sceptre et le venin. Gérard Hubert-Richou. Pôle roman 418p.    www.ma-editions.com
Les Glorieux de Versailles. Jean-Michel Rioux. Flammarion 531p.

 




 


Une sœur acharnée à vouloir retrouver son frère

Marina Dédéyan nous offre la suite de sa saga De tempête et d’espoir  « Pondichéry » qui succède à « Saint-Malo ». Anne de Montfort dont la devise est qu’elle ne changera pas, est plus acharné que jamais à revoir son frère Jean, et entreprend pour ce faire un périple aux Indes. En mal d’exotisme vous allez être servi en ce mois de juillet 1763.  L’auteure y met d’autant plus de passion, qui se lit à chaque ligne, qu’elle adore ce pays. Même si c’est du pur livresque, elle parvient à vous faire sentir les odeurs, la rumeur de la foule. Ce pourrait faire un excellent film. Avis aux scénaristes en panne de sujet exaltants. Le public adore toujours les épopées.

De tempête et d’espoir. Tome 2 Pindichéry. Marina Dédéyan. Flammarion 410p.   

 




 


Possédé par la chose

Mais pas au sens premier que vous pensez. Avec L’incréé, Alain Lafond nous fait prendre à témoin de phénomènes étranges comme ce Samuel Swartz qui est possédé par la « chose » une entité qui l’a vampirisé en lui conférant des pouvoirs hors normes dont le non moindre est de saisir l’univers d’un point de vue privilégié. Mais ce privilège ne va pas sans écueils. Car on le verra, l’entité possédante peut se montrer dangereuse et menaçante pour la civilisation. On retrouve le talent de celui qui nous avait offert ce premier tome « Les voyageurs de la nuit ». Les auteurs de style fantastique sont suffisamment rares au Québec, faute d’appuis, qu’il faut se donner la peine de le lire. D’autant que vous savez-quoi ? Vous allez être aussi dévoré par la chose, mais sans danger pour vous.

Dreamwalkers. Tome 2, L’incréé. ALain Lafond 601 p. Éditions Oniriumwww.editions-onirium.com

 




 


Des monstres bien ordinaires

C’est un classique. La police met le grappin sur un tueur en série. Que l’on voit menottes aux poings devant les caméras. Et la première réflexion qui nous vient à l’esprit c’est « Ça un monstre ? » Car loin d’avoir des mines qu’on leur souhaiterait voir, le monstre a souvent tout de l’homme banal. C’était le cas même des dirigeants de camps nazis Le journaliste Yiannis Lhermet nous en présente quelques uns dans sa série « Affaires criminelles ». Criminels ordinaires répertorie des crimes sordides commis par des gens qui auraient ou être de gentils voisins.

Criminels ordinaires. Yiannis Lhermet. H éditions 186p.    www.hedition.fr

 




 


Le sombre portrait des États-Unis

Lorsque vous arrivez à la frontière américaine on vous suspecte presque d’apporter la corruption dans ce pays, tellement on est obnubilé par le terrorisme et le respect des bonnes mœurs. Et pourtant. Patrick Pesnot journaliste et animateur radio sur France Inter nous présente La face cachée des États-Unis peu reluisante va sans dire avec son lot d’assassinats, de trahisons, d’enlèvements et de scandales. Il consacre beaucoup de pages à l’ère Reagan et notamment sur l’Irangate. Les américains n’ont vraiment aucune leçon de morale à donne à qui que ce soit.

La face cachée des États-Unis. Patrick Pesnot. Les éditions de l’Homme 357p.       
www.editions-homme.com

 




 


Le quotidien magnifié

Les personnages qui peuplent les nouvelles de L’ombre d’un doute sont aux prises avec leur quotidien. Mais ce qu’ils vivent intérieurement est de l’ordre des grandes préoccupations. Esther Croft est une extraordinaire portraitiste de l’âme humaine. Et bien des thèmes sont abordés dont un dans l’air du temps de l’actualité criminelle, la pédophilie. Elle trouve le mot juste pour chaque chose. Ce sont dix textes aussi forts les uns que les autres et qui sont dans la ligne éditoriale de Lévesque éditeur qui ne fait que traquer la grande littérature. C’n est. Un régal pour les amoureux du texte soigné, sans effets de style.

L’ombre d’un doute. Esther Croft. Lévesque éditeur 122p.    www.levesqueediteur.com

 




 


Sadomasochisme intello et homosexuel

On ne peut pas dire que ce sont les thèmes audacieux qui freinent les éditions Sémaphore. Nous voici en présence d’un roman qui explore les limites de la soumission humaine. Le récital des décadents de David Hébert met en scène au propre comme au figuré Nathaniel un jeune homme au tempérament romanesque, mis en présence de Bernard et Donatien qui prennent leur pied dans des manifestions poétiques sur les planches dans lesquels la récitation de poésie s’entremêle d’actes sadomasochistes. Ce qu’on retiendra de ce livre fort, c’est le descriptif du tréfonds de l’âme humaine dans le cas des adeptes de ces déviances sexuelles. C’est une réalité pour laquelle il ne faut pas se fermer les lieux. Vous adorerez ce bouquin qui est comme un regard anthropologique sur un monde clos avec ses règles.

Le récital des décadents. David Hébert. Les éditions Sémaphore 180p.   www.editionssemaphore.qc.ca

 




 


Atlas des valeurs européennes

C’est un album d’une rare densité d’informations sur les valeurs des pays européens. Sous la direction de Pierre Bréchon et de Frédéric Gonthier, l’Atlas des Européens est un condensé des valeurs communes et des différences nationales. On essai en somme de répondre à cette unique question, « Qui sont les Européens ? ». Vous avez une centaine de cartes et graphiques comparant les valeurs culturelles et religieuses des pays concernés. C’est une collaboration entre les Sciences Po de Grenoble et PACTE le centre de recherches en sciences sociales.

Atlas des Européens. Collectif. Armand Colin 127p.     www.armand-colin.fr

 




 


Le goût de l’Orient chez les provençaux

L’Orient a de tout temps fasciné. Et les provençaux n’y ont pas échappé. Certains s’y rendant en véritables curieux, d’autres se contentant de conclure à distance dans leur cabinet, en examinant les objets ramenés. Le goût de l’Orient est un album d’une belle érudition, et le catalogue d’une exposition intitulé « Le goût de l’Orient, collections et collectionneurs de Provence »  à la Cité du livre à Aix-en-Provence  tout l’été de 2013. Vous avez là des artefacts et des pièces de collections qui n’avaient jamais été montrés auparavant. On ne se lasse pas de contempler cette riche iconographie.

Le goût de l’Orient. Sous la direction d’Aurélie Bosc et Mireille Jacotin. SilvanaEditoriale 295p.    www.silvanaeditoriale.it

 




 


Transgressions érotiques dans la boue

Avouons que ce n’est pas banal d’érotiser des corps dans la boue. C’est un projet artistique assez singulier réalisé par Alain et Josyane Cassaigne qui allie la performance à l’art érotique en photographie. On nous montre un ou des corps dans la boue. Parfois des couples qui s’enlacent dans cette matière. Comme quoi on peut prendre son plaisir où on peut. Mais au-delà de la particularité de ce travail artistique, on appréciera la qualité de la direction photo.

Mud. Alain et Josyane Cassaigne. Tabou 173p.   www.tabou-editions.com

 




 


Le monde merveilleux des cristaux

Les cristaux fascinent par la variété de leurs formes et de leurs couleurs. Et on s’en rend compte encore mieux quand on feuillette l’ouvrage de Florence Mégemont qui leur consacre son Petit Dico des Cristaux. Elle en a répertorié deux cent dont elle donne pour chacun une bonne description. Après lecture, la charoïte, la danburite et le larimar n’auront plus de secrets pour vous.

Petit Dico des Cristaux. Florence Mégemont. Éditions Exclusif 318p.   

 




 


Analyse d’une civilisation disparue

Au lendemain d’un cataclysme sous la forme d’un épais brouillard ravageant les êtres, une civilisation disparaît. Une chercheure se demande à quoi tout ça rime. Et s’aperçoit que son monde est prédestiné à finir au Museum. Le Museum marque l’entrée dans le monde du roman de Marie-Anne Legault une spécialiste en vulgarisation scientifique et éditrice chez Québec Amérique. Un premier pas littéraire qui ne peut laisser personne indifférent et qui ferait un excellent film de fiction soit-dit en passant. On n’est à l’abri de rien, se dit-on à la lecture de ces belles pages qui nous rappellent que nous vivons sur du temps emprunté et que nous sommes bien petits devant les forces de la nature.

Le Museum. Marie-Anne Legault. Québec Amérique 226p.  
www.quebec-amerique.com

 








 


Romans de vie et cas vécu

Violetta Liddell nous met en garde contre les apparences que la vi nous offre. Les agonies de l’innocence c’est une succession d’historiettes où les personnages voient le monde tel qu’il est vraiment. Surtout dans les familles bourgeoises. Voyez cette jeune fille de quinze ans qui essaie d’affirmer son identité alors qu’on la voudrait comme tout le monde, formatée pour un destin prévu d’avance. Aux éditions Tabou. C’est son premier roman en passant. Ça promet. Puis Isabelle Boisvert cette fois dans la collection Tabou des éditions de Mortagne qui nous arrive avec Écorché. C’est la rencontre improbable entre deux jeunes, Félix, enfant de la balle, qui croise Frédérique issue d’un milieu très à l’aise. Cupidon fait son œuvre. Mais comme le mentionne avec justesse la quatrième de couverture « Les contraires s’attirent dit-on. Mais les différences sont parfois insurmontables ». Le caractère impétueux du garçon ne permet pas de faire de cette liaison une relation harmonieuse en tout temps. L’auteure se livre à une belle étude de mœurs sociale. Le dernier titre est un récit qui vous glace le sang. Celui d’une martiniquaise, ressortissante française, Agnès Reynaud qui raconte sa descente en enfer comme consommatrice de crack. On sait que même une seule consommation de cette petite roche crée une dépendance immédiate. Elle se trouvait dans un état de zombie. Vingt et un an de consommation au total. On l’enverra ensuite à Montréal en désintoxication où elle choisira de s’établir. La femme, c’est tout à son honneur, va réussir à vaincre ses démons et se consacrer à sa passion rédemptrice, la peinture. Un livre d’espoir aussi pour les proches de drogués qui désespèrent de leur état. Le crack : les cailloux de l’enfer chez Béliveau éditeur. Et chez le même éditeur c’est Joanne Simon qui raconte comment à titre de millionnaire à la suite d’un gain à la Loto, elle a dû négocier avec des hommes qui n’avaient évidemment pas son statut financier. Millionnaire et célibataire détaille sur ce que c’est que d’être à l’abri du besoin dans un environnement qui n’est pas à la hauteur du vôtre. Ça relève parfois de la tragi-comédie. Vous avez sans doute vu son passage à l’émission de Denis Lévesque. Elle a maintenant trouvé l’âme sœur, mais il lui faut négocier les gâteries faites à l’autre au risque de créer de la dépendance. 

 
 




 


En poche cette semaine
Lucie Clarence s’est adonné à un exercice de style particulier, revisiter ce grand classique de Gustave Flaubert « Madame Bovary » en y incorporant des brouillons du romancier qui avaient été écartés pour cause de trop de réalisme sexuel. L’époque avait tout de même ses limites. C’est en passant l’université de Rouen qui a transcrit le manuscrit et mis en ligne. Nous découvrons une toute autre galerie de personnage et des aspects méconnus de la personnalité d’Emma, le personnage central. Emma B. libertine est chez MA poche. Et aux antipodes, un ouvrage tout mignon pour les jeunes têtes Julie et Alexis le trotteur de Martin Latulippe dans la collection Bilbo chez Québec Amérique. L’auteure on le sait, s’est donnée pour mission de faire découvrir les contes et légendes de notre patrimoine aux jeunes enfants. Cette fois Julie apprend de son oncle Stéphane la légende d’Alexis le Trotteur. Et plus cet oncle, décris cet être légendaire et plus la fillette fait un rapprochement avec Alex le moniteur de son camp d’été. Le Trotteur serait-il réincarné ?

 






 


Le coin santé physique et psychique

La nostalgie de soi de Serge Grahovac aux éditions Accarias, tente de répondre à ce mal originel depuis notre naissance, l’ennui. C’est un sentiment insidieux qui vient nous saisir alors que nous sommes pourtant bien occupés. L’ennui dont on parle ici est davantage métaphysique que d’organisation de vie. Et d’après des sages, rien ne vaut le contact divin pour combler ce vide intérieur persistant. Nous sommes faits à 72% d’eau. C’est notre oxygène intérieur. Mais la moitié de l’humanité n’a pourtant pas accès à l’eau potable. Gérard Payen est une pointure dans le dossier de l’eau à titre de conseiller en la matière auprès du Secrétaire général des Nations-Unies. Son essai De l’eau pour tous!, explique comment nous en sommes rendus là. Et il déboulonne des idées reçues, d’autant que c’est une ressource renouvelable. Aux éditions Armand Colin. Les trois prochains titres sont publiés aux éditions Québec-Livres. Milton Cameron nous exhorte à nous changez nous-mêmes. Le titre de son bouquin est éloquent, Changez! Il nous dit que nous sommes appelés à devenir ce que nous voulons être à condition de ne pas avoir peur de se bousculer un peu beaucoup. On va trouver étrange d’insérer Maximisez vos ventes en maîtrisant votre temps de René-Louis Comtois un consultant en gestion du temps. C’est qu’en matière de croissance personnelle il faut savoir aussi se vendre dans la vie, en amour auprès de l’être convoité, pour décrocher un boulot, pour faire valoir son point de vue. Les mêmes principes prévalent entre vendre un objet ou soi. Ils se sont mis à eux la naturopathe Danielle Ruelens et le Dr. Paul Lépine pour aborder La ménopause en approche intégrée. La traiter aux hormones ou au naturel ? Chacun présente son point de vue dans le respect du champ de compétence de l’autre.  Comment comprendre la doctrine la plus secrète des sciences occultes. Tel est le propos de Patrick Rivière dans L’alchimie science et mystique aux éditions Da Vecchi. Ici ce n’est pas qu’une histoire de transformation de métaux en or, mais bien l’éveil de la conscience. Ce sont les voies alchimiques internes. On en arrive ainsi à percer les secrets de la Nature ainsi que les arcanes de l’Univers.

 

ARTICLES ANTÉRIEURES


2013 :
janvier : fevrier : mars : avril : mai : juin : juillet : août : septembre
2012 :
janvier : fevrier : mars : avril : mai : juin : juillet et août : septembre : octobre : novembre : décembre
2011 :
janvier : février : mars : avril : mai : juin: juillet : août et septembre : octobre : novembre : décembre