Avril 2010
 
 

 

 


Hommes addict

Dans la catégorie cas vécu voici un titre qui ne manque pas de piquant. C’est l’histoire d’une femme Kerry Cohen qui a pour théorie qu’on attire et garde un homme par la force d’attraction de son corps. Ce sera une spirale infernale. Même son père n’échappera pas à son sortilège. Elle se rendra compte que c’est elle qui perd au change. Toute dépendance s’avère négative, le sexe aussi qui n’est pas ici joyeux.

Loose Girl. Kerry Cohen. Music entertainment book 256p.   www.musicbooks.fr


 
 

 

 


Les Simpson dans la mire des universitaires

Les Simpsons est sans doute une des séries d’animation télévisée parmi les plus regardées en Amérique et dans le monde. Donc dans la plus grande acception du mot populaire. Mais les Simpson aussi simplets sont-ils drainent des idéologies insoupçonnées. On s’en rend bien compte depuis qu’un groupe d’universitaires s’est penché sur cette émission. Vous pourrez lire les conclusions. Ce qui est bien avec les intellectuels américains, c’est que contrairement aux universitaires francophones, ils ne font pas dans l’hermétisme. De sorte que leurs conclusions se lisent dans un style agréable. Voyez quels sont réellement les personnages.

Les Simpson. Collectif. Music entertainment book 288p.  www.musicbooks.fr


 
 

 

 


Le Dalaï-Lama précise sa pensée

Le leader bouddhiste prend toutes les tribunes à sa disposition pour diffuser sa pensée harmonieuse. Rajiv Mehrotra l’a rencontré et lui pose des questions que nous aurions sans doute posées nous-mêmes. Et la forme questions-réponses a toujours quelque chose de plus dynamique. Le Dalaï-Lama répond avec franchise et surmonte les pièges de la pensée rationnelle.

Les clés du bonheur. Dalaï-Lama. Propos recueillis par Rajiv Mehrotra. Les Presses du Châtelet 240p.  www.pressesduchatelet.com


 
 

 

 


Première biographie sérieuse sur Johnny Depp

Certains diront que la star du cinéma est sans doute encore trop jeune pour faire l’objet d’une biographie. Mais les accros de Depp ne partageront pas cet avis. Mis à part les hagiographies pour midinettes pâmées, il n’y avait pas de biographie sérieuse jusqu’à présent. Le vide est comblé par la bio de Nigel Goodall. De ses débuts comme musicien jusqu’au cinoche, Goodall passe en revue chaque étape de sa carrière avec une documentation fouillée. On se rendra compte à quel point Depp s’investit et jamais à la légère.

Le monde secret de Johnny Depp. Higel Doodall. Music entertainment book 285p.   www.musicbook.fr

 
 

 

 


Dans l’Outremonde

A Outremont le mot maman se prononce « Mamon ». Il y a un petit côté surfait, nouveau riche qui fait la réputation de ce coin de l’île de Montréal. Outremont est la quintessence de ce qui n’est pas populaire, vulgum pecus. Nadia Lakdhari King a choisi de camper sa saga (nous imaginons car on parle ici du tome Un) Éléonore en l’honneur d’Éléonore Castel, outremontaise, et ses copines. Elles ont fait tout le parcours obligés qui sied à des filles de bonnes familles, le collège privé étant un incontournable. L’auteure nous invite à observer ces gens comme le ferait un entomologiste avec les fourmis. De drôles de bibittes en tout cas. On ne peut pas dire qu’elles sont chaleureuses les Éléonore et compagnie. Mais si le roman vaut le détour c’est qu’il est une radiographie impeccable de ce microcosme qui se dit l’élite.

Éléonore. Tome 1 Le quartier de l’orgueil. Nadia Lakhdart King. Les éditions Goélette 353p.   www.editionsgoelette.com

 
 

 

 


Au sujet des médecins qui ont renié le serment d’Hippocrate

Des médecins ont beau jurer fidélité au serment d’Hippocrate, la nature humaine reprend plus souvent qu’à son tour le dessus. C’est ainsi que des médecins, au lieu de préserver la vie des hommes ont fait en sorte d’accélérer au contraire leur à vie à trépas. Robert M. Kaplan dresse ici une liste de médecins psychopathes qu’il ne fallait surtout pas croiser sur leur route. Que l’on pense aux plus célèbres d’entre eux, Petiot durant l’Occupation française, Mengele à Auschwitz qui hérita du terrible surnom d’Ange de la mort et autres. Une sinistre galerie. Au sortir de la lecture on n’arrive toujours pas à comprendre comment a pu germer une telle déviance.

Docteurs de la mort. Robert M. Kaplan. Music entertainment books 237p.   www.musicbooks.fr


 
 

 

 


Dix nouvelles policières, dix auteurs à Édimbourg

La démarche est originale. On a demandé à dix auteurs en vue d’écrire chacun une nouvelle policière dont l’intrigue se passe essentiellement à Édimbourg en Écosse. Parmi les auteurs nous retrouvons Kate Atkinson, Lin Anderson, John Burnside et notre compatriote Margaret Atwood. Tous rivalisent d’imagination pour le plus grand plaisir du lecteur qui est comblé au superlatif.

Crimespotting. Présenté par Irvine Welsh. Music entertainment books 199p.   www.musicbooks.fr


 
 

 

 


Un temps d’arrêt sur la beauté

A l’ère de l’hypersexualisation, la quête de beauté et de jeunesse a pris des proportions hors du commun.  Le philosophe Jean-Luc Nancy nous invite à un moment de réflexion en sa compagnie sur le concept de beauté. A un passage il reconnaît qu’il y a quelque chose d’inquiétant avec la beauté. A la lecture vous verrez pourquoi. Et que la beauté est aussi relative et pas transposable à toutes les époques. A lire sans faute.

La beauté. Jean-Luc Nancy. Coll. Les petites conférences. Bayard 60p.  www.editions-bayard.com

 
 

 

 


Sur les inégalités sociales

Encore hier, crier à l’injustice en rappelant que les riches sont encore plus riches et les pauvres encore plus pauvres relevaient du sophisme. Mais hélas c’est plus criant que jamais, voire outrageusement scandaleux. De là de s’interroger sur la légitimité du combat contre les inégalités. Car dans notre monde qui valorise la possession des biens matériels, nous avons été à notre façon les artisans de ce fossé entre nantis et déshérités. Jean-Fabien Spitz nous pose la question Pourquoi lutter contre les inégalités ? En cours de chapitre, il y a une piste à explorer tant elle tombe sous l’emprise du bon sens : « Une société est juste si chacun n’y détient que ce qu’il a acquis par ses propres efforts et par son travail ».  Vous avez là, la tonalité du propos.

Pourquoi lutter contre les inégalités ? Jean-Fabien Spitz. Bayard 253p.   www.editions-bayard.com

 
 

 

 


La théologie féministe

Jacqueline St-Jean est une religieuse appartenant aux Sœurs de la Charité d’Ottawa. Elle a passé une grande partie de son apostolat au Brésil. Elle y est depuis 1979 avec une parenthèse à l’Université Saint-Paul à Ottawa dans le cadre d’études supérieures. Elle était arrivée avec un idéal, mais ce pays, vaste comme un continent, l’a remué au plus profond de son être et est devenue une théologienne féministe adepte par la force des choses de la théologie de la libération. Elle n’a pas la langue de bois. A un moment donné elle critique sévèrement l’Église qui ne doit plus considérer les femmes comme des citoyennes de second ordre. Le ton est donné. Une femme sincère qui fait contrepoids à tous ces religieux hommes qui défraient la manchette par leur comportement par leur comportement immoral au plan des mœurs.

Les femmes pauvres. Prophètes d’une nouvelle humanité. Jacqueline St-Jean s.c.o. Novalis 124p.   www.novalis.ca


 
 

 

 


Sur la pnsée de David Hume

C’est à l’Écossais David Hume que l’on doit une contribution importante à la connaissance de la nature humaine. Au plan spirituel il était plus pragmatique, classant la croyance au titre des phénomènes dont on n’a pas le contrôle. En même temps, comme le dit l’essayiste Pierre Zaoui c’est dans sa grande logique que l’on trouve des éléments de compréhension de la Foi authentique. Hume, autodidacte, ami un temps de Jean-Jacques Rousseau avec qui il se brouilla, vit son œuvre reconnue de manière posthume. Elle gênait trop de son vivant et n’a pas eu la diffusion escompté.

Vivre c’est croire. Portrait philosophique de David Hume. Pierre Zaoui. Bayard 312p.   www.editions-bayard.com


 
 

 

 


L’ABC du bon manager

Rémi Juët est à la tête du cabinet en conseil. Formation et audit qu’il a fondé et qui a pour nom Imago. Son travail l’amène à travailler essentiellement auprès des grandes entreprises. D’entrée de jeu il énonce qu’on ne devient pas manager spontanément. Qu’il y a des règles à connaître. Qu’il édicte d’ailleurs en 50 fiches. Une d’entre elles, est qu’une fois nommé à un poste hiérarchique, il ne faut pas tout chambarder du jour au lendemain. Et vous connaîtrez d’autres règles toutes aussi utiles.

La boîte à outils du manager. Rémi Juët. Dunod 270p.   www.dunod.fr

 
 

 

 


Marketing de fidélisation

Garder le client! C’est le maître mot des clients auprès des agences de pub et de marketing. Les outils pour rejoindre une clientèle cible sont légions. Lesquels sont-ils les plus efficaces ? Pour dépêtrer tout ça lisez Marketing mobile qui est un ensemble de stratégies de m-marketing rédigé à quatre mains par Florence Jacob et Fabien Liénard. Un volet important est consacré au téléphone mobile dans une logique CRM. Soyez prévenu, il a parfois des passages rebutants et hautement théoriques.

Marketing mobile. Florence Jacob et Fabien Liénard. Dunod 208p.   www.dunod.fr


 
 

 

 


La pub s’habille autrement

C’est un véritable casse-tête pour les publicitaires. C’est-à-dire que les façons de faire qui prévalaient en matière de pubs ont radicalement changé. Souvent le placement de produits a plus d’impacts qu’un traditionnel placement média dans un imprimé. Les nouvelles approches se regroupent sous un nouveau vocable appelé en langage « in » de pub le « Brand content ». Pour en savoir davantage lisez ce qu’en disent du pro de la pub, Daniel Bô et Mathieu Guével. Les deux sont de l’agence de marketing QualiQuanti dont le premier en est le fondateur.

Brand content. Comment les marques se transforment en médias. Daniel Bô et Mathieu Guével. Dunod 202p.   www.dunod.fr


 
 

 

 


Les services communautaires dans le réseau CSSS

Comment se vit l’action communautaire dans le système des Centres de santé et de services sociaux ? Deux gestionnaires qui connaissent bien la question font état dans un essai très ciblé des services qui sont offerts ou demandés par la clientèle des CSSS. Il y a suffisamment de transparence ici de la part des auteurs qui nous font voir comment tel ou tel programme s’est bien enraciné ou non.

L’organisation communautaire en CSSS. Denis Bourque et René Lachapelle. Presses de l’Université du Québec 165p.   www.puq.ca

 
 

 

 


L’amour des félins

Le chat est plus populaire que jamais. A vrai dire, sa cote ne s’est jamais démentie. Dans un livre hommage aux petits félins, Frédérique Hébrard et Louis Velle témoignent de la personnalité, des personnalités devrait-on dire des chats qu’ils ont croisé. Ils ont une réflexion amusante à propos de la sagesse du chat, voire sa sérénité « le sentiment qu’ils on tous lu Montaigne ».

Tant qu’il y aura des chats dans une famille. Frédérique Hébrard et Louis Velle. Plon 200p.   www.plon.fr


 
 

 

 


Cartographie des usages du web

La fonction sociale du web se révèle de jour en jour au fil des utilisations qu’on en fait. Un groupe de chercheurs universitaires pour la plupart issus du Département de communication de l’Université du Québec à Montréal, fait le point de la connaissance actuelle de la socialisation sur le web. Social au sens premier de l’individu, mais aussi au niveau de l’économie. C’est la cartographie la plus récente de l’usage que l’Homme fait du web.

Web social. Mutation de la communication. Collectif sous la direction de Florence Millerand, Serge Proulx et Julien Rueff. Les Presses de l’Université du Québec 374p.   www.puq.ca


 
 

 

 


De tout et de rien sur le monde des affaires

Chez Dunod il y a une collection fort intéressante qui s’intitule « Juste assez de (suivi du sujet du livre) pour briller en société ). Cette collection se distingue par son souci de rassembler les idées du jour sur un thème du jour et comme son nom l’indique, pour ne pas donner l’impression de s’être laissé dépasser par son sujet. Un dernier titre en date touche le business. Qui est de répondre aux questions des gens que l’industrie et le commerce intéressent mais qui sont un peu timides à se prononcer. Edward Russell-Walling a répertorié 50 thèmes qui sont autant de réflexions sur les composantes de l’économie. Un incontournable.

Juste assez de business pour briller en société. Edward Russell-Walling. Dunod 207p.   www.dunod.com


 
 

 

 


La vente en période économique trouble

Beaucoup de ceux qui sont dans la vente entendent souvent cette rengaine propre à notre époque : « Oui votre produit est intéressant, mais avec la situation économique actuelle…et bla, bla, bla. Vous en avez sans doute marre. Quoi répondre alors ? Et comment contourner cet écueil psychologique. Tom Hopkins un grand professionnel de la vente a crû la nécessité de livrer ses conseils spécifiquement adaptés aux périodes économiques troubles. Plus de travail certes mais impossible n’est pas français.

La vente quand les temps sont durs. Tom Hopkins.Les éditions de l’Homme 240p.   www.edhomme.com


 
 

 

 


Le Tarot, de l’ombre vers la Lumière

Catherine Guin nous fait le pari qu’après la lecture de son livre, qu’on ne verra plus le Tarot de la même manière. Elle qui a une formation en gestion, s’intéresse au pouvoir divinatoire du Tarot et a trouvé aux cartes qui le compose des propriétés qui permet de mieux s’approprier le futur. Du moins d’aller chercher des éléments de positivité qui nous manquent parfois dans notre cheminement. L’avenir passerait-il désormais par le Tarot ?

Le Tarot mon miroir. Catherine Guin. Les éditions ATMA internationales 202p.   www.atma.ca


 
 

 

 


Fifibrindacier parmi les Nenets

Astrid Wendlandt donne des airs d’une Fifibrindacier qui aurait grandie trop rapidement. Journaliste pour Reuters à Paris, elle est d’origine franco-canadienne. Son premier livre est consacré à son séjour parmi la civilisation des Nenets qui vit en Sibérie. Ce qui a étonné notre curieuse de tout, c’est d’essayer de comprendre comment les Nenets qui vivent pourtant en milieu hostile, n’ont pas sombré comme les Inuits, imbibés souvent d’alcools et poly-toxicomanes. C’est un récit de voyage qui tourne à l’aventure pure.

Et on ne s’ennuie pas une page, tellement est une bonne conteuse.

Au bord du monde. Astrid Wendlandt. Robert Laffont 279p.  www.laffont.fr


 
 

 

 


Imhotep, le créateur de la pyramide à degrés

Christian Jacq n’est jamais en panne sèche quand vient le temps d’évoquer la civilisation égyptienne de la Haute Antiquité. C’est un terreau inépuisable. Avec Imhotep l’inventeur de l’éternité, il raconte dans quelles circonstances viendra à régner celui à qui on doit la création de la pyramide à degrés (celle de Saqqara) qui pour ses contemporains symbolisait l’union entre la terre et le ciel. Ajouté à cela un soupçon d’intrigues et Maître Jacq crée l’ensorcellement.

Imhotep l’iventeur de l’éternité. Christian Jacq. X0 éditions 522p.    www.xoeditions.com


 
 

 

 


Le livre à la base du taoïsme

Le Tao Te King est un ensemble de poésies philosophiques qui à ce jour a été le livre chinois le plus traduit en occident. On le reconnaît comme la pierre d’assise du taoïsme. L’auteur en est Lao-tseu grand philosophe chinois du VIème siècle avant J.C. Ce qu’on peut lire, ce sont ses enseignements qu’il a dicté à un âge avancé. Il était donc à ce moment là pétri de sagesse. Et à le lire vous allez reconnaître des aphorismes qui ont des équivalences même de nos jours.

Tao te King. Lao-tseu. Les éditions Quebecor 160p.   www.quebecoreditions.com


 
 

 

 


Respirer par le nez

Elle est bien connue cette expression quand on veut signifier à quelqu’un de prendre sur lui et de se contrôler. Elle trouve sa réalité aussi dans la réédition de Se libérer par le souffle d’Alain J. Marillac. Il prend pour acquis que nous ne savons pas respirer. Que nous le faisons en surface. Et que si nous disposions de la bonne technique on pourrait mieux contrôler peurs, stress, etc.

Se libérer par le souffle. Alain J. Marillac. Les éditions Quebecor 168p.    www.quebecoreditions.com

 
 

 

 


Refaire son bac

Refaire son bac exactement il l’avait fait dix-huit ans plus tôt. C’est le défi que s’est donné Vincent Mongaillard qui est retourné sur les bancs d’école pour voir dans quelles conditions se passe présentement les examents conduisant au baccalauréat. Mongaillard qui est reporter au quotidien Le Parisien-Aujourd’hui, a revécu le stress qui précède tout examen. Mais avec le recul que lui donne le passage du temps, il pose aujourd’hui un regard d’enquêteur sur les conditions gagnantes du bac. Sans jeu de mots, c’est instructif.

Repasse ton bac d’abord. Vincent Mongaillard. Éditions Jacob-Duvernet 190p.  

 
 

 

 


Violence psychologique dans le couple

Il est beaucoup question de violences physiques dans le couple, mais c’est ignoré que plus largement la table est mise pour la violence psychologique. Caroline Bréhat a vécu son douloureux karma avec un homme manipulateur qui prenait prétexte de tout pour l’humilier, vouloir semer le doute en elle. Un manipulateur quoi. Elle va sans sortir la dame. Mais elle a tenu à mettre en garde ses congénères qui sont aux prises avec de tels êtres. Remarquez que la lecture peut se faire aussi en sens inverse, car combien de femmes, et elles excellent, font preuve de contrôle sinon de commentaires violents à l’endroit de leur partenaire mâle. Comme dirait l’autre, c’est un « game » qui se joue à deux.

J’ai aimé un manipulateur. Caroline Bréhat. Les éditions Transcontinental 182p.    www.livres.trancontinental.ca


 
 

 

 


Un professeur « mort » qui revient à la vie

Le professeur Howard Storm en visite à Paris succombera dans une chambre de l’hôpital Cochin. Et les voix qu’il va entendre désormais, ne seront pas celles des infirmières, mais d’êtres célestes. Il sera donc dans l’Au-delà. Précisons pour la forme que ce n’est pas un autre « Jesus freak ». Au contraire, nous sommes ici en face d’un athée. Mais ce qu’il va voir dans l’autre monde confirme la présence divine, les anges, l’enfer et le paradis. Disons que c’est une lecture troublante qui vous attend.

Voir Paris et mourir. Pr. Howard Storm. Le jardin des livres 207p.   www.lejardindeslivres.fr


 
 

 

 


Les poésies de Jacques Rancourt

Aux éditions du Noroît on sort une anthologie de poésies du poète Jacques Rancourt. Des poésies écrites entre 1974 et 2008. Si vous ne le connaissez pas encore c’est que vous avez tort. L’artiste des mots bien ciselés nous fait de jolies propositions pour un monde meilleur comme avec ce poème « Réforme » dont voici un extrait : «Repos à cette manière de vivre par convexion, repos refus des dividendes il faut tout reprendre par le début au plus près de soi ».

Éclairant quand à la marche du monde à suivre.

Veilleur sans sommeil. Choix de poèmes. Jacques Rancourt. Éditions du Noroît/Le temps des cerises 185p.    www.lenoroit.com


 
 

 

 


Une spiritualité pour notre temps

Ils sont deux amis. L’un demande au prêtre Henri J.M. Nouwen d’écrire sur la spiritualité. De pondre un texte dégagé des chichis habituels sur la Foi. Nouwen (décédé en 1996) se rend donc à la demande de son pote et se met à la rédaction de ce qui fait figure de testament spirituel : Lettre à un ami sur la vie spirituelle. Ceux qui n’en peuvent plus des religions mais qui veulent donner un sens à leur vie ici-bas, trouveront sinon des réponses, à tout le moins du réconfort. Il nous dit même pourquoi nous sommes, pauvres humains, d’humeur si changeante. Lecture obligatoire.

Au passage l’éditeur a produit un livre avec de gros caractères pour ceux qui ont des problèmes de vision. Initiative qui mérite d’être salué.

Lettre à un ami sur la vie spirituelle. Henri J.M. Nouwen. Novalis 146p.   www.novalis.ca

 
 

 

 


Une petite fille aux dons surnaturels

Elle a 13 ans et s’appelle Oksa Pollock. Il lui arrive toutes sortes de phénomènes étranges. D’un certain point de vue cela tombe bien car elle a toujours ambitionnée d’être une Ninja. Mais d’être en possession de tels pouvoirs l’inquiète tout de même. C’est sa grand-mère qui la met au parfum quand à ses origines. Elle appartient à une peuplade qui vit dans une contrée cachée de la Terre. Ce roman co-écrit à quatre mains par Anne Plichota et Cendrine Wolf est rempli d’imagination débordante. L’éditeur nous prévient que c’est un livre magique. Et pour une fois c’est tout à fait vrai. Vos jeunes vont adorer et vous aussi.

Oksa Pollock. L’inespérée. Anne Plichota et Cendrine Wolf. X0 éditions 485p.   www.xoeditions.com


 
 

 

 


Le tome 2 des Mémoires d’Hans Küng

Lire Hans Küng du moins ses Mémoires, est comme de l’oxygène pour le cerveau. Il est un peu l’honnête homme que cherchait dans l’Antiquité le philosophe Diogène. Voici que paraît le tome 2 de ses Mémoires. Il est agréable de lire ce que cet homme animé d’une foi sincère, qui s’est mis le Vatican à dos en 1979 a à dire sur le Saint-Siège et la mafia, l’infaillibilité papale, le refus du dialogue de Jean-Paul II sympathisant de surcroît de l’Opus Dei. Il y a de beaux chapitres sur ces voyages dont au sein de l’Église orthodoxe de Russie.

Mémoires. Tome II. Une vérité contestée. Hans Küng. Novalis/Cerf 731p.   www,novalis.ca


 
 

 

 


Quand l’héroïne se fait chair

La dernière ponte de Guillaume Musso a pour titre La fille de papier. Il rend compte d’un fantasme d’écrivain qui se concrétise. A savoir que la belle fille qui est la protagoniste de votre livre, vous apparaît nue à l’extérieur de la maison par un soir d’orage. Que fait-on. D’autant qu’elle vous supplie de ne pas cesser d’écrire. Que va faire le romancier dans une telle situation ? On peut au moins vous dire qu’il va engager avec elle une liaison. Qui ne sera évidemment pas banale.

La fille de papier. Guillaume Musso. X0 éditions 376p.  www.xoeditions.com


 
 

 

 


La galerie de rockers de Neil Zlozower

Durant trente décennies il aura croqué avec sa lentille les tronches des plus grands rockers de la planète. Qui se sont prêtés volontiers au jeu de la provocation en faisant tous le doigt d’honneur. Sauf un dernier qui va encore plus loin. Allez voir vous-même. C’est une galerie de portraits de vos idoles du rock.

Fuck You. Neil Zlozoer. Music entertainment books.  www.musicbooks.fr


 
 

 

 


Tout ce qui pollue de l’intérieur

Maintenant dans l’achat d’une propriété, la question de la ventilation joue un rôle prépondérant. Car s’il y a présence de moisissures, on est certain que l’isolation de la maison est inadéquate et préjudiciable. Louise Schriver-Mazzuoli a créé à l’Université Paris Nord, le laboratoire d’étude des nuisances atmosphériques et de leurs effets. Elle a répertorié toutes les sources de nuisances venant de la pollution de l’air intérieur. Et il y a des pollueurs insoupçonnés telles les blattes, dont les fèces peuvent être en suspension dans l’air et nuire à ceux qui sont asthmatiques. Les émanation de radon, de mauvaise circulation d’air etc.

La pollution de l’air intérieur. Louise Schriver-Mazzuoli. Dunod 263p.  www.dunod.com


 
 

 

 


Des raisons d’être parent

C’est affolant ce qui se publie en ouvrages sur les parents et la naissance. Comme s’il y avait une collusion planétaire pour dire aux femmes, faites des bébés coûte que coûte. Ou tenter d’enjoliver la maternité. Heureusement qu’il y a en contrepartie, toute une autre littérature, venant même de femmes qui alertent leurs congénères d’y penser deux fois avant de passer à l’acte de procréation. Cette semaine, du côté pro-bébé 365 raisons d’être parent. Qui sont des constats qui attendent le futur parent au cours du développement de l’enfant. A sa façon ce peut-être une manière d’avertissement.

365 raisons d’être parent. Sophie Bérubé. Les éditions Goélette 144p.  www.editionsgoelette.com

 
 

 

 


Une nouvelle saga pour Jean-Pierre Charland

Jean-Pierre Charland a cartonné avec sa précédente série « Les portes de Québec ». Surfant sur sa notoriété acquise à bon droit, il enchaîne avec une nouvelle saga ayant pour titre Les folles années. Nous sommes au début du XXème siècle, au lendemain de la Première Guerre mondiale dans la Vieille Capitale. Cette épopée est centré sur la famille Picard qui tient une boutique de lingerie féminine. Des les premières lignes on voit que Charland n’a rien perdu en style et surtout en imagination. Ça promet! Il y aura quatre tomes. La littérature québécoise aurait-elle trouvé son nouveau Roger Lemelin ?

Les folles années. Tome 1 Les héritiers. Jean-Pierre Charland. Hurtubise 552p.    www.editionshomme.com


 
 

 

 


Bien se servir d’un CELI

Le CELI (compte d’épargne libre d’impôt) a été créé, rappelons-le, en janvier 2009. Avec l’idée que les contribuables québécois puissent déposer un minimum de cinq mille dollars livre d’impôt. Mais le produit n’a jamais eu la popularité instantanée du REER. Si l’on en croit Fabien Major c’est un levier économique intéressant à condition de bien en saisir la portée. Et le conseiller en gestion n’y va pas de main morte attribuant un prix citron à la banque Scotia qui a discrédité le CELI l’ayant présenté sous un très mauvais jour.

Investir dans un CELI. Fabien Major. Les éditions Transcontinental 182p.     www.livres.transcontinental.ca


 
 

 

 


En poche…

Tiens! Une joli réédition à l’occasion de l’année Chopin. Le portrait qu’en avait fait Franz Liszt. D’autant plus intéressant de la part de ce dernier qui a « inventé » le récital de piano solo à l’endroit de celui qui préférait avant tout jouer dans les salons. C’est chez Archipoche. Chez le même éditeur ensuite un portrait du parcours d’Ingrid Betencourt, les pièges de la la liberté par Pierre Lune. Lunel est l’ancien président de l’Université Paris VIII. Et chez Music entertainment books, Mafia l’histoire complète du crime organisé de Jo Durden Smith. Toute la galerie des parrains de la mafia s’y trouve et un historique des organisations venant de Sicile et de Calabre.


 
 

 

 


Trois titres jeunesse chez Pierre Tisseyre

Elle est productive la maison d’édition Pierre Tisseyre. Trois titres nous parviennent cette semaine qui vont alimenter les imaginations enfantines. A notre époque qui consacre la musique comme jamais, voilà Star-à-tout-prix de Marie Josée Soucy. Qui narre la dévotion de Marioli pour sa chanteuse préférée qu’il veut rencontrer coûte que coûte. Il verra que la réalité est une autre affaire qui va…déchanter. Puis Vincent Lauzon nous offre dans sa saga « Faubourg St-Roch » un autre tome qui a pour titre Sonate pour un ange. On assiste au désarroi de Fanie qui est aux prises avec une mère qui souffre de désordre mental. Mais Fanie veut conjurer le destin en voulant aider sa mère. Puis pour terminer Marélie de la mer de Linda Brousseau. Vous ferez connaissance avec Marélie, une orpheline, déplacée de famille d’accueil en famille d’accueil. Elle s’imagine une mère bien à elle. La véritable va se manifester d’une façon inattendue. Touchant.


 
 




 

 


En format poche cette semaine

Faut-il qu’elle soit compliquée la femme pour qu’on lui consacre un mini dictionnaire Femme français (comme si la femme possédait un langage bien à elle). C’est une satyre bien sûr du Robert dont la jaquette reprend un peu le graphisme. Cette farce est sous la direction de Camille Saféris. Et c’est aux éditions Archipel. Ensuite c’est Alain M. Bergeron qui imagine une histoire abracadabrante ou un jeune garçon écrit à Louis Cyr, le mettant au défi de se mesurer à son frère qu’il considère comme étant l’adversaire à vaincre. Que va répondre l’homme fort légendaire ? L’histoire se passe dans les Bois-Francs, plus précisément à Arthabaska. Chez Hurtubise est c’est intitulé Mon frère est plus fort que Louis Cyr! Au tour de la science-fiction d’entrer dans la ronde avec chez Fleuve Noir « Les enfants du sol » de Perry Rhodan. La proposition de l’auteur est de nous amener à faire une réflexion sur la place de l’homme dans le cosmos. Une qui chercha longtemps sa place sur terre c’est la marocaine Ouarda Saillo dont le papa assassina sa mère tandis qu’elle avait cinq ans. Dès lors elle se trouvera dans un état de grande précarité. Elle s’est exilée jeune femme en Allemagne, créant une organisation caritative pour venir en aide aux femmes marocaines menacées. A lire dans J’avais cinq ans. Chez Archipoche. Chez le même éditeur un ouvrage de Joyce Carol Oates paru en 1994 et que l’on compara à American psycho. L’histoire d’un golden boy tueur en série à Boston. C’est rudement bien ficelé. Au final vous n’accorderez jamais le bon dieu sans confession. Ce thriller psychologique a pour titre Le sourire de l’ange. Allons du côté de chez Folio cette fois avec deux opus aux sujets diamétralement opposés. D’abord Beautiful people d’Alicia Drake qui narre la rivalité entre Yves Saint-Laurent et Karl Lagerfeld qui partagèrent parfois une seule chose, leurs amants. En même temps c’est une étude chez les « pipoles ».  Puis un essai sérieux, mais pas barbant, sur l’Iran d’aujourd’hui. Son titre ? Iran : l’irrésistible ascension. Signé Robert Baer qui n’est pas n’importe qui. En fait il a été l’ancien chef de la CIA au Moyen-Orient qu’il connaît comme sa poche. Il nous aide à sortir du folklore entourant ce pays. Pourquoi l’Occident diabolise t’il tant l’Iran, c’est que cette dernière, dit l’essayiste, étend sa domination partout : en Irak, au Liba, en Afghanistan, au Kurdistan, à Bahrein et aux Émirats arabes unis. C’est passionnant. Dans un registre plus attristant il y a Le pensionnaire de Chantale Potvin aux éditions JCL. Qui rappelle cette politique canadienne inique du début du siècle dernier qui obligea les enfants autochtones à fréquenter des pensionnats, qui firent tout en leur pouvoir pour les assimiler et leur faire oublier leur culture. C’est avec ce sombra matériau que l’auteure va créer un personnage fictif qui incarne toute cette horreur vécue. Et pour terminer le tome un de la saga A l’ombre du clocher de Michel David et qui s’intitule Les années folles. Vous avez ici deux pères de familles Ernest Veilleux et Eugène Tremblay qui se haïssent. En contrepartie leurs enfants s’adorent. Portrait d’un village, Saint-Jacques-de-la-Rive en 1922. Que nous étions sans perspectives dans ces années là. Le meilleur antidote contre le passéisme. Chez Hurtubise.


 
 

 

 


Les routes du bon vin du Québec

En matière de vins, hors de France point de salut ? Il est temps de regarder dans sa cour. Car nous produisons dans cette Belle Province des vendanges qui donnent des résultats qui honorent fort bien Bacchus. La meilleure preuve pour s’en convaincre est de feuilleter La route des vins qui parcoure les régions de Brome-Missisquoi et des Cantons-de-l’Est. Ce sont 17 domaines viticoles qui sont visités. Nous devons ce merveilleux guide à Janine Saine

Et oh! Surprise vous allez découvrir la nouvelle vocation d’Alfonso Gagliano, l’ancien ministre libéral controversé qui produit maintenant son vin à Dunham!

La route des vins. Région Brome-Missisquoi, Cantons-de-l’Est. La Presse 160p.


 
 

 

 


Le Québec époque Nouvelle-France

Les guides historiques sur le Québec pleuvent. Maintenant, il y en a qui se distinguent par un angle éditorial. C’est le cas de Parcours de la Nouvelle-France de Sébastien Brodeur-Girard historien en collaboration avec Claudie Vanasse. Ils ont sélectionné des lieux chargés d’histoires. Mais au lieu d’y aller d’une simple notification de sites et de dates, ils y ont mis de la valeur ajoutée en accentuant des anecdotes qui mettent encore plus de piquant. Car notre histoire est tout sauf ennuyeuse. Par exemple, il y en a un qui au début du XVIIIème siècle voulut exploiter le bison en Beauce. Mais ce fut un flop. On croit connaître son Histoire…

Parcours de la Nouvelle-France. Sébastien Brodeur-Girard. En collaboration avec Claudie Vanasse. Les éditions La Presse 192p.


 
 

 

 


La vie, la maladie, la mort, un enfant

C’est le premier roman d’un passionné de musique. Il a pour nom Denis Fortier et c’est un professionnel de la santé qui est amené à travailler auprès des tout-petits. C’est d’ailleurs autour d’un enfant, Olivier, que tout tourne le récit de La disparition du mercure. La trame du récit n’a pas une importance particulière. Ce qui ressort c’est la grande qualité d’écriture de Fortier qui sait faire suivre un sujet, un verbe et un complément. Ses phrases font l’emploi de mots choisis à dessein. Bref c’est d’une lecture touchante et agréable qui respecte l’intelligence du lecteur.

La disparition du mercure. Denis Fortier Stanké 227p.  www.edstanke.com


 
 

 

 


Deux romans urbains sur les femmes et tralalère

Dans les années quatre-vingt c’étaient les romans Harlequin qui faisaient figure de littérature emblématique de la société. Maintenant ce sont des livres très dans la veine de « Sex and the City ». Les héroïnes de cette littérature particulière ont toutes l’air de sortir de la planche à dessin de Kiraz, filiformes, branchées, un brin névrotiques. Un rien prend des proportions…Mais le plus curieux ce monde nous attire. Deux titres dans le genre nous arrivent, Justine ou comment se trouver un homme en 5 étapes faciles d’Annie Ouellet. Avec un titre pareil on est assuré de faire dans la légèreté. Le récit est typique de ce qu’on vient de décrire avec Justine qui est hypocondriaque. Imaginez son amant la soupçonne de lui avoir refilé une MTS! A partir ce cela vous pouvez imaginer ce qui s’ensuit. C’est tordant. Puis vous saurez tout sur Marion, femme de quarante-cinq ans, qui redevient célibataire après dix-sept ans de vie commune. Comme ses proches ne cessent de la questionner sur ses états d’âme, elle a décidé une fois pour toutes de satisfaire à leur curiosité en rédigeant un journal qu’elle envoie par courriel. Ce sont ses Tribulations et c’est signé Marie F. Caron. Il y a des réflexions qui valent le détours et bien des femmes se reconnaîtront dans ces valses-hésitations, surtout quand il y a un mâle dans les parages. Les deux ouvrages sont publiés chez Stanké.
 
 

 

 


Le renard parlant d’Yves Beauchemin

Yves Beauchemin a pris la voie de Jean de la Fontaine, non pas pour écrire des fables, mais un long conte fantastique qui met en scène un animal rare. Pensez donc! Un renard qui non seulement est-il de couleur bleue, mais en plus il parle. D’entrée de jeu, après nous avoir présenté la galerie des personnages qui composent son histoire, il nous explique comment est apparu le phénomène des animaux parlants. Notre renard lui, provient de la localité d’Entrelacs dans Lanaudière. Un renard québécois et qui se promène beaucoup, de Montréal à Kingston. Et on comprendra qu’il aurait beau vouloir se faire discret, le seul fait de parler le rend singulier. C’est une brave bête comme vous le découvrirez, à qui il arrive plein de belles et bonnes choses. Du Beauchemin pur jus.

Renard bleu. Yves Beauchemin. Fides 375p.    www.editionsfides.com


 
 

 

 


Si Napoléon avait pu vivre son exil en Amérique

Le culte napoléonien n’a de cesse. Combien de livres paraissent sur l’empereur chaque année ? Celui de Ginette Major ne manque pas de bagout. Elle a imaginé une fiction à partir de la possibilité qu’avait Napoléon déchu de se rendre en exil aux États-Unis comme le fera son frère aîné Joseph, momentanément roi d’Espagne, qui vivra dix-sept ans au New Jersey. Napoléon, c’est un fait historique, avait la possibilité de se réfugier en Angleterre ou bien d’aller traverser l’Atlantique vers les États-Unis. Finalement il optera pour le premier choix. Mais les anglais lui feront le sale coup de le mener à l’Île Sainte-Hélène, perdu dans l’Atlantique. C’est là qu’il finira ses jours. Mme Major avait tout un matériau entre les mains et ses projections sont sous l’emprise du bon sens, connaissant le caractère de Napoléon. Nous avons le tome 1. Vivement le tome 2.

Napoléon. Tome 1 L’exil en Amérique. VLB éditeur 334p.  www.edvlb.com


 
 

 

 


Dans les coulisses du rock

Ray Robertson en est à son troisième roman en carrière. Les nourritures mélancoliques sont librement inspirées de la vie du rocker Gram Parsons, qui faisait lui, dans le country-rock et qui a trépassé à 26 ans d’une overdose. Il a donc transposé à sa façon ce vécu éclair dans la relation entre Bill Hansen, libraire à Toronto, amoureux d’une chanteuse folk. Il va rencontrer un musicien du nom de Thomas Graham. Les deux vont tirer des plans sur la comète. Ils partiront un band. Mais très vite ils dériveront vers des excès du côté des paradis artificiels. Ce sera moins jojo. Ce roman est un incontournable. On est ému par la quête de ces jeunes gens à vouloir transcender leur quotidien et qui frappent un mur.

Les nourritures mélacoliques. Ray Robertson. VLB éditeur 392p.  www.edvlb.com


 
 

 

 


Les titans du tennis

A notre connaissance c’est bien la première fois qu’une rencontre de tennis fasse l’objet de tant d’analyses détaillées. Rappelez-vous, c’était le 6 juillet 2008 deux géants du tennis se disputaient un match décisif, Roger Federer et Rafael Nadal. Le reporter de Sports Illustrated L. Jon Wertheim fait un compte-rendu minute par minute de l’avant, le pendant et l’après de cette dispute. Encore une fois, ce qui retient l’attention ici, c’est que le commentateur nous invite à voir des choses qui échappent au premier regard. Et il brosse aussi deux superbes portraits de sportifs accomplis.

Federer contre Nadal. L.Jon Wertheim. Les éditeurs réunis 251p.

 
 

 

 


Un livre de Foi

Laurence est croyante. C’est une québécoise qui a l’altruisme dans les veines. C’est pourquoi elle fera dans l’humanitaire pour réaliser son idéal de paix, d’amour et de justice. Et parlant d’amour, son cœur battra la chamade pour Olivier. Mais ce jeune homme aspire à la vie religieuse. Dans le cadre de ses études en théologie, notre Laurence aura accès à des documents secrets au Vatican. On ne vous en dit pas plus, mais ces écrits vont transformer radicalement sa vie. On peut quand même vous dévoiler qu’elle aura des communications avec la Vierge! C’est de tout cela dont nous parle Nadine Grelet qui sait restituer les exaltations mystiques des êtres en quête d’absolu. Vous adorerez son livre comme ce fut le cas pour nous.

Entre toutes les femmes. Nadine Grelet. VLB éditeur 519p.  www.edvlb.com


 
 

 

 


L’Islande, icône du désastre financier

De tous les pays de la planète, c’est l’Islande qui a écopé le plus de la crise financière mondiale de 2009. En fait, son niveau d’endettement a atteint 10 fois le produit intérieur du pays. Daniel Chartier a suivi cette débâcle de près. Il a épluché la presse internationale qui s’est penchée sur le sujet et en a dégagé les grandes lignes. On peut donc suivre la chronologie parfaite des événements qui ont ébranlé ce petit pays jusqu’ici sans histoire. Un chapitre vaut le détour qui montre des aspects méconnus d’une crise économique, du moins vécue comme en Islande. C’est ainsi que les femmes ont pris les devants prétextant que cette déroute était le fait d’une culture masculine et qu’avec des femmes à la barre ça ne se serait peut-être pas produit avec une aussi grande ampleur. Bref, des femmes ont pris des postes de commandes, non pas en confrontation avec les hommes, mais en parallèle.

La spectaculaire déroute de l’Islande. Daniel Chartier. Les Presses de l’Université du Québec 234p.   www.puq.ca

 
 

 

 


A l’intérieur de son corps de lumière

Michael Roads a un parcours atypique. Cet homme au beau sourire, a passé des initiations du grand Esprit de la nature, Pan. Ce qui lui a donné accès aux univers non physiques. Lui-même s’est retrouvé dans son corps de lumière. Raconté comme cela, ça peut paraître rébarbatif, mais c’est beaucoup plus simple. Grâce au rituel initiatique, il a croisé sur sa route des êtres qui lui ont permis d’accéder à « d’autres dimensions de la réalité ».

Retour à l’unité. Michael J. Roads. Ariane 217p.   www.ada-inc.com


 
 

 

 


L’esprit de l’argent

On dit volontiers qu’on attire ce qui nous ressemble. Pour le Dr. Joseph Murphy pasteur de son état, il y a une attitude à acquérir pour que l’aisance financière vienne à nous. Le titre de son opuscule est un peu trompeur. Comment attirer l’argent n’est pas un livre de recettes pour faire de bonnes passes. C’est un livre de réflexions spirituelles sur la manière de vivre le matérialisme tout en demeurant dans le Plan de Dieu. Vision très américaine. Enfin, il faut des livres pour tout le monde.

Comment attirer l’argent. Ariane 123p.   www.ada-inc.com


 
 

 

 


Neuf heures dans les eaux glacées de la mer

Si vous avez bonne mémoire, vous vous rappelez sans doute de cette histoire ahurissante d’une adolescente, Bahia, qui a survécu à un crash d’un Airbus de la compagnie Yemenia qui s’est abîmé dans l’Océean Indien, non loin des Comores. Seule survivante, elle devra passer neuf heures dans l’eau glacée, accrochée à un débris. C’est la seule survivante. Elle sera repérée et rescapée. Tout un récit qu’elle évoque.

Moi Bahia, la miraculée. Bahia Bakari. Jean-Claude Gawsewitch241p.   www.jcgawsewitch.com


 
 

 

 


Jacques Dessange, un empire de la coiffure

Le titre est racoleur 70 000 femmes par jour. Lu au premier degré c’est un chaud lapin le Jacques Dessange. Mais celui qui un véritable empire de la coiffure fait quand même plaisir, à travers son personnel à ce nombre de femmes qui fréquentent quotidiennement ses salons, dont un à Montréal se trouve Place Desjardins. Il raconte sa success story. Dessange, entre autres titres de gloire, sera coiffeur officiel du Festival de Cannes. C’est vous dire le nombre de vedettes du grand écran qu’il a coiffé. Une très belle histoire.

70 000 femmes par jour. Jacques Dessange. Jean-Claude Gawsewitch 219p.  www.jcgawsewitch.com


 
 

 

 


La métaphore de l’enfermement

La forêt des damnés de Carrie Ryan se passe comme le titre l’indique dans une forêt. Au milieu de laquelle se trouve un village entouré d’une clôture censé protéger les habitants des mauvais esprits qui les entourent, les fameux damnés. Mais est-on préserver pour autant ? La trame de fond en elle-même est d’une banalité, sauf qu’ici il faut y voir une métaphore du triomphe de la volonté face à l’adversité. Et c’est en ce sens que l’auteure fait mouche.

La forêt des damnés. Carrie Ryan. Gaillimard jeunesse 381p.


 
 

 

 


Encore un énième ouvrage sur le couple Delon et Schneider

Mais qu’est-ce qu’ils ont tous à vouloir se précipiter sur la liaison de jadis entre Alain Delon et Romy Schneider. Depuis janvier on est rendu à trois titres sur ce thème. Il commence à y avoir saturation. Bertrand Tessier a réalisé un documentaire sur les derniers jours de Romy Schneider. Il se distingue ici un peu en tentant d’expliquer pourquoi Delon entretient-il autour de Romy un certain culte funèbre.

Delon & Romy. Un amour impossible. Bertrand Tessier. Éditions du Rocher 250p.  www.editionsdurocher.fr


 
 

 

 


Adolescence, étape du devenir soi

On le savait. L’adolescence est une étape cruciale pour la formation de la personnalité C’est le moment par excellence même de la construction identitaire. De nombreux ouvrages ont planché sur la question. Mais le collectif que présente les Presses de l’Université du Québec met au jour les dernières données psychologiques en la matière. Et on verra, outre les bases familiales, combien l’environnement social fait toute la différence. Car l’adolescent veut se mouler à sa micro société qui l’entoure.

Un essai indispensable pour quiconque veut savoir des énormes turbulences qui marquent le passage de l’enfance à l’adolescence et de celle-ci à l’âge adulte.

Adolescence et affiliation. Sous la direction de Robert Letendre et Denise Marchand. Les Presses de l’Université du Québec 246p.

www.puq.ca

 
 

 

 


HC’est pas d’hier que l’on rit au Québec

Le nom de Robert Aird nous est connu pour son ouvrage précédent sur « L’Histoire de l’humour au Québec de 1945 à nos jours ». Le professeur d’histoire de l’humour à l’École nationale de l’humour avait cette fois le goût de remonter plus loin dans le temps, c’est-à-dire depuis les débuts de la colonie. Et on verra que ce n’est pas d’aujourd’hui que la population se sert des humoristes comme exutoires à ses frustrations. Un passage intéressant est celui des années sombres de la Grande dépression économique qui a vu naître La Bolduc et Jean Narrache.

Histoire politique du comique au Québec. Robert Aird. VLB éditeur 260p.   www.edvlb.com

 
 

 

 


HL’amour éclair

C’est le livre le plus nul qui nous ait été donné de voir publier. Il s’intitule Comment décrocher l’amour pour la vie en 90 minutes (ou moins). On doit cette ineptie à Nicolas Boothman. C’est vraiment de la rentabilité à l’américaine. D’abord on sait bien que l’amour durable, à plus forte raison à vie est un défi quasi insurmontable, une utopie forcée jadis par les religions. Le nombre de divorces, effarant, nous ramène très vite à la réalité. M. Boothman nous dit en somme que l’amour n’a rien à voir avec la notion de temps et que tout est question de cheminement émotionnel. Quand on pense qu’on ne connaît bien quelqu’un que demain et encore mieux le surlendemain! Passons.

Comment décrocher l’amour pour la vie en 90 minutes (ou moins). Nicolas Boothman. Les éditions Transcontinental 233p.  www.livres.transcontinental.ca


 
 

 

 


Métaphore de l’escalade

Jordan est un adolescent de dix-sept ans. Sa passion c’est de grimper les falaises qui se trouvent dans l’état de Washington. Il a des copains avec lesquels il argumente. John Foley se sert de l’alpinisme comme métaphore de l’entraide. Et que souvent dépend d’une personne le sort des autres. C’est en même temps un portrait des préoccupations de la jeunesse de maintenant.

Paroi abrupte. John Foley. AdA 229p.   www.AdA-inc.com


 
 

 

 


Disciple de Frank Lloyd Wright

En parcourant l’album montrant les maisons-nature de Pierre Thibault, on pense instantanément aux réalisations de Frank Lloyd Wright. On dirait que les structures ultra contemporaines conviennent encore mieux que les chalets traditionnels en rondins, tellement les vastes fenestrations sont en symbiose avec la nature. C’est magnifique. Et ça va vous redonner le goût d’une résidence secondaire. Ce qui est beau avec Thibault c’est le volume. C’est aéré. Tout respire.

Les maisons-nature de Pierre Thibault architecte. Les éditions La Presse 144p.  


 
 

 

 


La cuisine de la nature

Jean-François Marcotte est ce chef et proprio des restaurants à la mode Simple et chic et Le Local. De plus il a ses chroniques à Rythme FM. Pour son dernier livre de recettes, il s’est laissé inspirer par ce que l’on trouve dans la nature. Pour faire vrai, il n’a pas manqué d’endosser pour la jaquette de couverture une chemise à carreaux. On trouvera dans ses propositions des cailles au BBQ ou plus sophistiqué, l’orecchiette à la truite confite, pesto de brocoli. De belles découvertes à faire et à se mettre en bouche.

Sauvage. Savourer la nature. Jean-François Marcotte. Flammarion Québec 128p.  www.flammarion.qc.ca


 
 

 

 


Des contes canadiens

Oubliez les contes de Perrault, nous avons les nôtres qui se défendent très bien. D’autant plus que ce ne sont pas les légendes qui manquent au Canada. Corinne de Vailly en a glané de très beaux, de ces contes qui font aller l’imaginaire. A noter les jolis illustrations de Benoît Laverdière. Les éditions La Goélette 127p.   www.editionsgoelette.com


 
 

 

 


De l’agitation au temps de la Grande Noirceur

Les romanciers s’attachent de plus en plus à situer leur action au temps du règne de Maurice Duplessis. C’est que la vraie vie était tellement verrouillée, que beaucoup de choses se faisaient en cachette. Avec à la clé hypocrisies, dissimulations, cachotteries. Bernard Gilbert nous ramène en 1954. Au théâtre municipal de Québec on est en pleine représentation de la pièce Zone de Marcel Dubé. Quand tout à coup un comédien en renom s’effondre, suivi du régisseur. L’inspecteur Marmet est dépêché sur les lieux. Rapidement il établira un lien avec ces décès et les actions menées par le CRI (Cercle Rebelle Intellectuel). Puis il y aura un autre lien avec les fameux trésors de la couronne polonaise confiés sous bonne garde au gouvernement canadien au cours du second conflit mondial. Vous allez voir que, Quand la mort s’invite à la première, rassemble tous les ingrédients d’un suspense à succès.

Quand la mort s’invite à la première. Bernard Gilbert. Québec Amérique 336p.   www.quebec-amerique.com


 
 

 

 


Philosophie de la consommation

Christian Zilocchi a vécu au Québec un bon boute de temps pour aller s’installer en Suisse. Il y travaille dans le marketing et la communication. Sensibilisé à la dépendance à la consommation, il s’est fendu d’un Petit guide de survie pour une consommation responsable. Dans ce petit livre il nous présente sa réflexion sur notre attitude face au matérialisme. Il nous pose en clair ces deux questions : Pourquoi achète t’on et quoi ?

Petit guide de survie pour une consommation responsable. Christian Zilocchi. Jouvence 154p.  
 
 

 

 


Deux scénarios de Duras

A la dernière cérémonie des Oscars on a eu l’ingénieuse idée pour la remise de la statuette dans la catégorie meilleur scénario, de faire défiler un extrait du film nominé avec en superposition le texte écrit que devait se mettre en bouche les acteurs, texte que ceux-ci disaient au moment qu’il défilait sous nos yeux. On se disait que c’était facile en apparence. Ouais. Et autre preuve de la difficulté de la mise en bouche de répliques, jetez un coup d’œil sur deux scénarios édités de Marguerite Duras, ceux des films « Nathalie Granger » et « La femme du Gange ». Vous verrez que les découpages de Duras sont une précision chirurgicale. Exercice de lecture impresionnant.

Nathalie Granger. Suivi de La femme du Gange. Marguerite Duras. Coll. L’imaginaire Gallimard 194p. 


 
 

 

 


En prévision du 21 décembre 2012

Ce qui va s’en publier des livres sur cette fameuse année 2012, qui selon le calendrier Maya verrait la fin des temps, le 21 décembre pour être plus précis. Sommes-nous entrain de répéter les frousses du bogue de l’an 2000 ? A tout hasard rien n’interdit de s’informer. Gregg Braden s’intéresse à la question et sa théorie est la suivante, à savoir que la nature est découpé en temps fractal et que c’est elle (la nature) qui dicte les phénomènes de façon récurrente.

Le temps fractal. Gregg Braden. Ariane 321p.  


 
 

 

 


Tendresse à Limoilou

Marie-Renée Lavoie est originaire de Québec et enseigne la littérature au collège Maisonneuve à Montréal. Elle publie dans la collection Romanichels chez XYZ La petite et le vieux. Tendre rencontre entre une petite fille de Limoilou, ce quartier populaire de Québec, qui voudrait devenir un garçon, ou à tout le moins se vêtir comme Lady Oscar qui était capitaine de la garde rapprochée de Marie-Antoinette. Elle a beaucoup d’imagination la petite. Sur sa route elle croisera un homme âgé, prénommé Roger,qui n’a plus aucun avenir ici bas dans ce monde et qui n’aspire qu’à être rappelé par le Très-Haut. Entre eux vont se développer des échanges d’une grande humanité. A la lecture vous aurez parfois l’œil humide, preuve que la romancière atteint son objectif. En passant ce pourrait faire un sacré bon film.

La petite et le vieux. Marie-Renée Lavoie. Coll. Romanichels XYZ 238p.   www.editionsxyz.com


 
 

 

 


La loi de l’attraction en gros bouquin

Les traités sur la Loi de l’attraction abondent. Celui de Merra Lester fait autorité. En résumé, la loi de l’attraction est basé sur le principe que nous connaissons tous, il nous arrive ce qui nous ressemble. Par exemplel l’essayiste vous dira qu’en cas de confrontation, vaut mieux se retirer que de se laisser submerger par l’énergie négative ambiante. Et plein d’autres bons conseils.

Tout sur la Loi de l’attraction. Merra Lester. AdA 326p.  www.AdA-inc.com


 
 

 

 


Les vertus des herbes

Faites le tour des propriétés des herbes, médicinales, culinaires et mêmes cosmétiques. C’est Barty Philips notre guide. Vous saurez faire la différence entre la camomille et la camomille romaine. Un beau grand livre richement illustrés qui vous dira tout ce que vous vouliez savoir sur les herbes et que vous n’osiez demander.

Le livre des herbes. Barty Philips. Broquet. www.broquet.qc.ca


 
 

 

 


Un beau grand livre de recettes

Au départ ça donne l’impression d’un livre d’initiation à la cuisine pour les touts jeunes. Un peu oui, mais ce sont les adultes qui vont profiter du beau livre de recettes de Céline Malépart publié chez l’éditeur jeunesse Boomerang. D’abord il a une qualité dont on déplore l’absence chez une majorité de livre de recettes, il est relié en spirale pour faciliter la consultation. Et puis encore mieux, une base d’appui qui permet de voir le livre dans toute sa hauteur. Chapeau. Il y a beaucoup d’inventivité chez Mme Malépart, mais on remarquera son soucis de mets santé. Allez jeter un coup d’œil, ça vaut vraiment le détour.

Des recettes en saveurs et en couleurs. Céline Malépart. Boomerang 74p.   www.boomerangjeunesse.com

 
 



 

 


Lectures pour jeunes têtes

Cette semaine c’est une belle foison de titres qui atterrissent dans les librairies côté littérature jeunesse. On commence avec la saga La clique avec un épisode baptisé Alicia. Cette dernière, l’héroïne du roman, retourne dans sa famille en Espagne. Elle apprend qu’on cherche une beauté pour un vidéo-clip d’une vedette locale. Elle va tout faire pour l’emporter. Publié chez AdA. Maintenant, pour ceux qui ont une sainte horreur des mathématiques, voilà un petit livre pour vous réconcilier En chair et en maths de Jean-Marie De Koninck qui dans ce tome 2 nous dit en quoi les maths ont de l’importance dans la vie quotidienne. Chez Septembre éditeur. Après lecture vous aimerez les maths à jamais ou les détesterez pour les bonnes raisons. C’est une toute autre tonalité qui surgit avec Danger sur la Gatineau qui fait voir le périlleux travail des draveurs qui sautillaient d’une « pitoune » à l’autre. François Beiger restitue la bravoure de ces travailleurs, dont un perd la vie. Chez Belin. Pour les vraiment  tout-petits, une incursion dans le monde musical avec dans la collection « J’apprends à lire » un tome intitulé « Une aventure musicale ». Chez Presses aventure. Ailleurs c’est le Dr. Annick Vincent qui aborde la thématique de l’hyperactivité avec Mon cerveau a besoin de lunettes chez Quebecor. Encore là c’est un petit livre de vulgarisation. Puis un tour dans le cosmos, alors qu’une bande d’amis s’est donnée pour mission de vidanger les débris spatiaux, et ils sont nombreux. C’est l’écologie vue de très haut. Cela a pour titre « Pirate des Caramels, Cristo explore l’espace » de Cécile Galdel et Eva Rollin chez Goélette.  Un nouveau héros à découvrir, Paratepilée. Il est gentil comme tout et issu de l’imagination de Serge Boisvert de Nevers et Michel Bouchard. Chez Presses Aventure.


 
 



 

 


Jeunesse (suite)

Le personnage de Robin des bois n’a pas finit de séduire les générations qui suivent. Voici le tome 1 des aventures de Robin Hood avec un tome 1 « La délivrance de Christabel » . Ce titre marque les débuts de héros du meilleur archer de Sherwood.  C’est publié chez les éditeurs réunis. Autre grosse pointure de légende Vercingétorix. Claude Merle le fait découvrir aux jeunes, ce gaulois qui désire devenir roi et même de marcher sur Rome. Son éducation il la doit aux druides. Lâchons Astérix un peu et tournons-nous vers le vrai. Publié chez Bayard jeunesse. Aux éditions Presses aventure, c’est Solutions Zen pour filles stressées de Tanya Napier et Jen Kollmer. C’est un guide relax pour filles un peu hystériques sur les bords. Calmez-vous le pompon nous disent en chœur les auteurs. Et pour terminer, Francis perdus dans les méandres de Jean-François Roberge chez Pierre Tisseyre éditeur. Le sujet c’est le passage


 
 





 

 


Chez Hurtubise jeunesse

Aux éditions Hurtubise cette fois,  Laurent Chabin poursuit son épopée de « La louve de mer » avec un épisode au tome 3 « Les enfants de la louve » La louve et son clan s’installe en bordure d’un fleuve en Amérique du Sud. Mais l’enracinement ne prend pas à leur grand désarroi. Camille Bouchard y va du tome 5 des Pirates. C’est le procès retentissant du capitaine Mange-Cœur et de son équipage. Puis il est question du lucratif commerce des esclaves. Toujours aussi enlevant. Sonia K. Laflamme écrivaine vedette de la maison d’édition nous fait découvrir la boutique de gnomes qui sont l’objet de moqueries. Pourtant ce qu’ils sont sympathiques. A lire dans Gnomes Dépôt. Et bonne nouvelle les JJ’s sont de retour. L’auteur Pascal Henrard et l’illustrateur Vinicius Vogel nous offre deux récits « Copines, valises et crème solaire » et Tom est somnambule ».  Les Justine, Juliette et Tom qui composent ces histoires sont attachants au possible. Et leurs admirateurs attendaient vivement leur retour. 


 
 

 

 


L’obésité en gros caractères

Prenez note que Queen Size le roman de Louise Tremblay-D’Essiambre vient de faire son arrivée dans la collection Focus. Cette collection si chère aux personnes qui ont des problèmes de vision et qui ont besoin de gros caractères. L’histoire raconte les déconvenues de Pauline Ferland qui a un indice de masse corporelle trop élevé. C’est toute la problématique de l’obésité qui est rappelé ici.

Queen Size. Louise Tremblay-D’Essiambre. Guy Saint-Jean éditeur 257p.   
www.saint-jeanediteur.com


 
 

 

 


Comment humaniser le rapport en entreprise avec le numérique et savoir gérer les fameuses réunions.

Vous croyez que le web met une distance ? Pas tant que ça s’il faut en croire Sylvie Bédard qui s’est fendue d’un essai sur la Présence ou comment redéfinir, écrit-on en sous-titre, les relations avec les clients à l’ère numérique. Détentrice d’une maîtrise en administration des affaires, l’auteure a pour objectif de maximiser la relation entre les clients internautes et les entreprises. C’est le nouveau défi du Net. Ne ratez pas le train. Ailleurs c’est René-Louis Comtois qui a choisi de plancher sur les fameuses réunions. Un mal nécessaire. Autrefois, l’ancien éditeur du prestigieux quotidien Le Monde, Hubert Beuve-Méry recevait chaque matin son équipe de cadres, et la réunion se tenait debout. On était assuré ainsi que ça n’allait pas durer longtemps. Elles sont aux trois-quarts improductives, mais les dirigeants y tiennent tellement. Si vous devez organiser une réunion ou vous en taper une, autant bien la dynamiser. M. Comtois propose des pistes de réunions productives.

La Présence. Sylvie Bédard. Les éditions Quebecor 210p.

Gérer et animer ses réuniions. Renée-Louis Comtois. Les éditions Quebecor  206p.

www.quebecoreditions.com


 
 

 

 


L’envers d’Yves Saint-Laurent

C’est la biographie exécré par Pierre Bergé qui fut le compagnon de vie d’Yves Saint-Laurent. Il n’a pas du tout apprécié, et se n’est pas caché pour le dire, la publication de Marie-Dominique Lelièvre. On doit à cette dernière un « Sagan à toute allure » qui révélait des aspects pas très jojos de la romancière. Et rebelote avec le couturier qui comme tout être humain avait ses excès. Mais on aime tellement les images policées. Mme Lelièvre n’est pas une potineuse. Sans doute ce qui enrage Bergé qui pourtant n’est pas l’homme des détours. Bref, Saint-Laurent tout introverti qu’il était ne s’est pas privé de plaisirs comme vous allez le lire avec délice.

Saint-Laurent mauvais garçon. Marie-Dominique Lelièvre. Flammarion 317p.    www.editions.flammarion.com

 
 

 

 


Quand l’archive récupère l’anarchie

Jacques Julien nous présente un essai novateur centré sur l’année 1969. Avec trois événements artistiques, archivés va sans dire, le Festival de Woodstock, le bed-in Yoko Ono et John Lennon et la rencontre de Brel, Brassens et Ferré. Et à partir de ces événements, il essaie de dégager des liens, des avenues entre l’anarchie et l’archivage des événements. Qui prennent évidemment avec le recul une toute autre dimension.

Archiver l’anarchie. Jacques Julien. Triptyque 137p.   www.triptyque.qc.ca


 
 

 

 


Pour continuer de croire à l’amour

Au vu des séparations et des divorces qui explosent on serait à même de se demander si la notion même d’amour ne serait pas une pure invention du XIXème siècle romantique et éloigné de la réalité des hommes. Vaste débat. Dans l’immédiat, certains persistent à vouloir croire au couple. Tel le psychologue Yvon Dallaire qui a mis sur papier des idées pour les couples qui tiennent à le demeurer malgré les turbulences.

Chroniques conjugales. Yvon Dallaire. Les éditions Quebecor 181p.   www.quebecoreditions.com


 
 

 

 


D’un désert dont on ne revient pas

Mario Fecteau est comme un bénédictin qui s’attelle sans relâche à un travail. Dans ce cas-ci c’est sa saga « Les Maîtres du Pentacle ». Les armées de la vilaine déesse-reine Lama-Thiva sont toujours à la poursuite des cinq compagnons de mission qui ont gagné le Sud. A vrai dire les fins fonds du désert du Sud, au sujet duquel la légende veut qu’on ne revienne jamais…C’est vous dire que Fecteau met sur leur route des obstacles sans fin. Triompheront-ils de l’adversité ? Ne compter pas sur nous pour vous livrer le final de cette aventure fantastique écrite de main de maître. A quand le prochain tome ?

Les Maîtres du Pentacle. Sud. Mario Fecteau. Éditions Michel Quintin 286p.   www.editionsmichelquintin.ca


 
 

 

 


Comment guérir son mal à l’âme

Elles sont légions les recettes pour nous permettre de passer à travers l’existence. Chacun croit avoir trouvé la formule. La naturothérapeute Michelle Roy. Elle se démarque dans sa façon de reprendre à son compte des vérités admises et de les réinterpréter. Par exemple lorsqu’elle nous dit que des émotions désagréables à vivre peuvent être loin d’être négatives. Vous voyez le genre. En couverture, l’éditeur a mis en exergue une citation rigolote : « La lecture de ce livre peut causer d’énormes bienfaits secondaires ».

L’énergie en soi. Guérir en soi. Michelle Roy. Béliveau éditeur 176p.   www.beliveauediteur.com


 
 

 

 


Des nouvelles idées sur le Tarot

Rachel Pollack est l’autorité absolue du Tarot. C’est à elle que l’on doit ce classique connu sous le titre anglais « Seventy-eight degrees of wisdom ». Elle poursuit sur sa lancée en revisitant le Tarot avec de nouvelles idées. Les 78 cartes sont étudiées sous des angles novateurs : histoire, art, psychologie etc. Et ce en ayant recours à des cartes provenant de 7 jeux différents. L’utilisateur peut les mettre en opposition. Plus complet que ça…

La bible du Tarot. Rachel Pollack. AdA 496p.   www.AdA-inc.com

 
 

 

 


Réflexions sur la situation des autochtones dans les Amériques

Le professeur Rodolfo Stavenhagen est sociologue de réputation mondiale et attaché au Colegio de Mexico. Il a fait sa marque à titre de premier rapporteur spécial de l’Organisation des Nations Unies sur la situation des droits de l’Homme et des libertés fondamentales des peuples autochtones. Mathieu D’Avignon s’est entretenu avec lui et ensemble ils font le point sur le sort des Premières nations dans les Amériques. Ce qui choque M. Stavenhagen c’est le fait que les gouvernements des pays riches ne font preuve d’aucune bonne volonté, Canada compris, pour améliorer le sort de leurs peuples autochtones. Ceux qui s’intéressent à ces dossiers seront conquis par la somme d’informations actualisées mises de l’avant en cours de conversation.

La reconstruction de l’histoire des Amériques. Entrevue de Mathieu D’Avignon et Rodolfo Stavenhagen. Les Presses de l’Université Laval 122p.     www.pulaval.com

 
 

 

 


Accumulation des biens, affaissement de l’humanité

Félicien Rousseau qui a enseigné à la Faculté de théologie de l’Université Laval n’est plus. Mais il nous a légué à titre posthume un essai sur L’éclatement du monde et l’affaissement de l’humanité. Peut-on avoir sujet plus opportun que celui-là, à l’heure de l’individualisme. Il oppose l’appropriation des biens au vide spirituel. Une lecture incontournable.

L’éclatement du monde et l’affaissement de l’humanité. Félicien Rousseau. Les Presses de l’Université Laval 75p.

www.pulaval.com

 
 

 

 


La rumeur dans tous ses états

A l’ère de la presse « pipole » qui s’alimente à toutes les rumeurs, s’ajoute les légendes urbaines issues de faits de sociétés. Martine Roberge est une pro des croyances populaires. Ethnologue et professeure au Département d’histoire de l’Université Laval, elle dissèque ce qui alimente les rumeurs et légendes urbaines. Et internet ne change rien à ces phénomènes. Jusqu’à un certain point il les amplifie.

De la rumeur à la légende urbaine. Martine Roberge. Les Presses de l’Université Laval 150p.   www.pulaval.com


 
 

 

 


Radiographie de la religion au Québec depuis la Révolution tranquille

C’est un essai collectif sous la direction de Robert Mager et Serge Cantin qui fait le point sur l’état du fait religieux au Québec. On croit avoir évacué la religion de nos vies, mais la culture inhérente est bien marquée par ce qui a été vécue précédement. Certains des spécialistes sollicités s’exprimeront sur l’aménagement des paroisses, le désenchantement du monde, les accomodements raisonnables etc. Vous avez la réelle radiographie de la religion catholique à l’heure actuelle.

Modernité et religion au Québec. Collectif. Les Presses de l’Université Laval 416p.   www.pulaval.com


 
 

 

 


Les enjeux de vivre seul

La chose est grandissante, de plus en plus de gens choisissent de vivre seuls. Les motivations sont diverses. Mais vivre seul comporte des implications tant économiques que sociologiques. La personne seule devra par exemple supporter la totalité du coût du loyer. Qui s’occupera d’elle si elle a besoin d’aide ? Surtout en notre époque marquée par l’égoïsme. Un collectif s’est penché sur toutes ces questions.

Habiter seul : un nouveau mode de vie ? Sous la direction de Johanne Charbonneau, Annick Germain et Marc Molgat. Les Presses de l’Université Laval 269p.   www.pulaval.com


 
 

 

 


De la peur de vivre à la lumière

Quand le mal de vivre se partage, Ce pourrait être le titre du livre de Sylvie Petitpas. Elle qui nous avait déjà donné à lire « La magie de la vie » dans lequel il était question de rencontres personnelles pour solutionner des maux existentiels. Dans sa dernière ponte De la survie à la vie..quelques petits pas elle aborde les réflexions en groupes. Qui peuvent avoir de positif au sens du partage dans une société marquée par l’individualisme. Une proposition qui ne peut nous faire que du bien.

De la survie à la vie, quelques petits pas. Sylvie Petitpas. Éditions Sylvie Petitpas 316p.   www.sylviepetitpas.com


 
 

 

 


Une vie de soubresauts entre romance et justice

Sur la jaquette on aperçoit un beau jeune homme aux allures d’un Chateaubriand. Probablement est-ce Harry Rent le héros du roman de Mark Sarvas. C’est toute une affaire qu’il nous raconte. Songez-y, le gars est en route vers le crematorium qui verra sa femme disparaître dans les cendres. Mais s’arrêtant en chemin dans un restaurant, il ne perd pas de temps le lascar, il tombera amoureux de la serveuse! Assez déjanté le mec. Mais il va se passer bien des choses dans la tête de ce Rent qui va se transformer en justicier. Vous dire que c’est un roman excellent est en dessous de la vérité. C’est magnifique d’ironie et de réflexions métaphysiques.

Harry revu et corrigé. Mark Sarvas. Nil 346p.   www.nil-editions.fr


 
 

 

 


La Dombasle

Arielle Dombasle est un personnage en soi. Une icône chez les gays qu’elle adore. Que dire sur Dombasle ? Eh bien pas mal de choses. Car d’ordinaire on ne commente que ses spectacles, ses prestations au disque. Il fallait bien une biographie un jour ou l’autre. C’est chose faite avec Et Dieu créa Arielle Dombasle d’Erwan Chuberre. Paraphrasant le fameux film de Bardot, le titre de cette hagiographie devrait-on dire évoque la beauté de la chanteuse et comédienne en rappelant les étapes clés de son parcours. Elle ne laisse personne indifférent.

Et Dieu créa Arielle Dombasle. Erwan Chuberre. Alphée 203p.  www.editions-alphee.com


 
 

 

 


Un père qui veut retrouver l’estime des siens

Jean-Remi a deux enfants qui lui font la leçon. Il a une femme contrôlante qui mène une brillante carrière d’avocate. Il est remis en question de partout. On le conteste dans ses moindres retranchements. Mais il se fait fort de leur démontrer qu’il a de la ressource. Il va donc faire un inventaire pour savoir qu’est-ce qui le chauffe vraiment en ce bas monde. Et il se souviendra de sa passion pour l’horticulture. Redevenu pouce vert, il s’attirera de par sa passion retrouvée l’estime des siens. On n’est peut-être pas tout à fait d’accord avec ce besoin de tant se prouver aux autres. Mais si ça pu faire du bien au Monsieur pourquoi pas ? Janine Boissard a réussi le pari de se mettre au diapason de la sensibilité masculine.

Sois un homme papa. Janine Boissard. Fayard 398p. 


 
 

 

 


Et rebolote sur le couple Delon Schneider

Diantre! Mais qu’est-ce qu’ils ont tous à vouloir écrire sur le couple Alain Delon et Romy Schneider. MM. Philippe Crocq et Jean Mareska sont entrés dans la ronde pour expliquer tous les contours de cette relation mythique. Retenons qu’au moment de la piscine, Schneider qui n’avait pas vu Delon depuis belle lurette, ne ressentit aucune émotion et qu’au moment des baisers, c’était pour elle aussi sexy que d’embrasser un glaçon. Bref, pour ceux que la nostalgie captive.

Alain Delon et Romy Schneider. Philippe Crocq et Jean Mareska. Alphée 281p.   www.editions-alphee.com  


 
 

 

 


Pour bien manger sous toutes ces formes

Récemment l’actualité nous apprenait que la consommation des fruits et légumes n’étaient pas des garantis contre le cancer. Le rire sans doute. Reste que la logique veuille tout de même que bien se nourrir assure certainement des lendemains meilleurs que l’ingestion de mets dévitalisés. Et à ce sujet voici quelques titres à conserver dans sa cuisine. D’abord la naturopathe Colombe Plante y va de dizaines de recettes qui font la part belle aux aliments crus, le plus possible. Ce qui nous a frappé dans L’Alimentation vivante (Ada éditeur) ce sont les jus originaux concoctés de bons légumes tel ce jus fait à base de carotte, épinard, d’oignon vert et de céleri. De la dynamite liquide pour tout organisme qui a besoin d’un tonifiant. Puis pour ceux qui honnissent le sucre Marlene Koch propos des « gâteries à faible teneur en glucides, en lipides et en calories. L’album pèche par l’absence d’illustrations pour nous faire saliver. Son titre ? Desserts sensationnels avec Splenda (Ada). Restons dans les desserts, les vrais, les sucrés à mort. Comme les Cupcakes. Qui se présentent dans des déclinaisons qui n’ont de limites que l’imagination, notamment pour la garniture et la décoration. Kren Tack et Alan Richardson leur consacre tout un album, Bonjour Cupcake! Celui-là abondamment illustré. Certains sont franchement rigolos. Jadis Jehane Benoît, notre Lucia Child québécoise, avait été la pionnière du premier livre de recettes élaborées expressément pour le micro ondes récemment arrivé sur le marché. Elle était alors « sponsorisé » par Panasonic. Un autre collectif s’est attelé à la même tâche produisant l’Encyclopédie de la cuisine au micro-ondes chez De Vecchi. Goûtez mes amis les poivrons sur canapés. Miamm! Miamm! Puis chez l’éditeur AdA, Tout sur la cuisine au barbecue. Ca ne peut mieux tomber à l’approche de la belle saison. Dale Irvin et Jennifer Jenkins repousse les limites de la curiosité en nous arrivant avec des darnes d’espadon grillées avec sauce aux câpres. Oh! Là, là, on est loin des hot-dogs toastés.


 
 

 

 


La retraite ça se prépare

Par hasard nous sommes allés au chapitre touchant les conjoints de fait lorsqu’un des partenaires prend sa retraite ou s’il meurt. Qui hérite ? La réponse n’est pas simple. C’est le pourquoi de l’importance du guide Tomber à la retraite. Sujet si sérieux qu’ils s’y sont mis à quatre mains pour le rédiger. Vous trouverez une mine de renseignements qu’il vaut mieux lire maintenant, que d’être pris plus tard avec d’énormes problèmes.

Tomber à la retraite. Nathalie Bachand, Josée Blondin, Annie Boivin, Denis Preston. Les éditions Logiques 331p.   www.edlogiques.com


 
 

 

 


Les vertus de l’Archange Michael

Doreen Virtue poursuit sur sa lancée. La médium du royaume angélique n’a de cesse de nous faire comprendre que nous avons réellement des anges qui nous accompagnent et qui ne demandent pas mieux de nous venir en aide. Même de remettre en fonctionnement un ordinateur au ralenti! C’est un des pouvoirs de ce super ange qu’est l’Archange Michael. On peut l’intercéder pour un rien et il agit. Pour savoir comment entrer en contact avec lui, faites le détour par le guide de Mme Virtue et vous aurez un réel ami, mieux que sur Facebook.

Les miracles de l’Archange Michael. Doreen Vurtue. AdA 201p.  www.AdA-inc.com


 
 

 

 


Réédition de l’attrape-cœurs

En marge du décès de J.D. Salinger on réédite son grand classique L’attrape-cœurs ce chef d’œuvre de la littérature américaine. Et lui qui deviendra le misanthrope que l’on sait (il vivait reculé de tout en forêt) n’a jamais été si proche de son lecteur qu’avec le ton de confidence qu’il emploi ici. Il se raconte à la première personne, ses années de collège. Et à quoi reconnaît-on le chef-d’œuvre ? Difficile à identifier. En tout cas, chez Salinger c’est l’apparence de simplicité qui est trompeuse. Par exemple ce passage quand il décrit le fait de tenir la main d’une fille. Eh bien à sa lecture vous allez en sa compagnie vous remémorer les perceptions qu’on a eu à ces moments là. A lire mes amis, c’est un des classiques de chez nos voisins du sud de la frontière.

L’attrape-cœurs. J.D. Salinger. Robert Laffont 237p.   www.laffont.fr


 
 

 

 


Entrer dans la peau des autres

Aux éditions AdA, maison d’édition particulièrement dynamique par la variété de ses choix de sujets, il y a une collection « Morte vivante » qui ne manque pas de piquant. Prenez par exemple La morte qui aimait de Linda Joy Singleton. Imaginez! C’est une personne qui a des dispositions pour entrer dans la peau des autres. Et le hasard d’une mission voudra qu’elle se trouve dans l’enveloppe charnelle de sa meilleure amie. Le hic dans tout ça c’est que la frangine en question se trouve dans un…cercueil!

Comme vous pouvez voir ça part bien l’affaire. Vous ne serez pas au bout de vos surprises.

La morte qui aimait. Linda Joy Singleton. AdA-inc.com 381p.   www.AdA-inc.com


 
 

 

 


Un sommet d’émotions humaines

Si vous êtes d’avis que le monde actuel se caractérise par le manque d’humanité, ce n’est pas une intuition, c’est la dure réalité. Mais comment puiser pour trouver le réconfort qui apaisera nos âmes meurtries. Il prend la forme d’un livre à portée métaphysique Le pont de cristal de Marjolaine Caron. Il est beaucoup question de lumière intérieure. Ponctué de faits quotidiens touchant. Comme lorsqu’à un moment donné Tommy racontera sa dévotion pour son père quand il était enfant. Difficile de lire cet extrait sans avoir la gorge nouée. Le livre est complété par un CD qui contient douze pièces de musique de chambre, apaisantes bien sûr, composées par Robert Bourbonnière. C’est joué en trio, piano, violon et violoncelle. C’est superbe. Nous n’en disons pas davantage, allez écouter.

Le pont de cristal. Marjolaine Caron. Éditions Marjolaine Caron 193p.    www.marjolainecaron.com


 
 

 

 


Tout ce que vous n’osiez demandé sur les cloches

Les cloches qui dominent nos églises ont toute une histoire et des traditions qui leurs sont propres. François Mathieu s’y est intéressé au point de leur consacrer tout un essai. Et comme l’ouvrage possède une riche iconographie, on plongera à plein dans la nostalgie. Les cloches d’églises du Québec racontent tout le processus à partir de la fonderie (tout un art en passant), l’installation et l’utilisation qui en était faite et l’est encore, considérant le calendrier liturgique et les rituels religieux.

Très instructif.

Les cloches d’église du Québec. François Mathieu. Septentrion 207p   www.septentrion.qc.ca


 
 

 

 


Et Vice-Versa

De 1983 à 1997 la revue Vice Versa explora les sentiers de la vie transculturel. Qui signifie en clair l’observation des transformations de la culture. Un des précurseurs du concept est le cubain Fernando Ortiz qui s’est penché sur l’identité cubaine. Avec le recul en quoi cette publication culturelle a-t-elle contribué à l’avancement de la connaissance des cultures, de notre culture ? Un collectif d’essayistes tentent d’y répondre.

La transculture et Vice Versa. Collectif sous la direction de Fulvio Caccia. Triptyque 185p.   www.triptyque.qc.ca


 
 

 

 


La traque d’une duchesse

Nous sommes en 1832, la duchesse de Berry est en colère. Et ça se comprend. Le roi Louis-Philippe a écarté le fils de cette noble à sa succession au trône de France. Sur-le-champ la duchesse tente un soulèvement contre le régime dans les régions de Marseille et en Vendée. Pourquoi ces coins de pays ? C’est qu’ils sont traditionnellement attachés aux Bourbons. Louis-Philippe va alors tenter de mâter la rébellion. Surtout de mettre le grappin sur cette femme vengeresse. 60 mille personnes seront à ses trousses. Elle sera trahie et capturée alors qu’elle se dissimulait derrière une cheminée! Gérard Hubert-Richou reprend cette histoire véridique dans un roman historique enlevant. Les afficionados de ce genre littéraire vont sombrer dans la gourmandise! Du Max Gallo à la puissance trois!

La duchesse amazone. Gérard Hubert-Richou. Pygmalion 411p. 


 
 

 

 


Des prêtres américains en toute déviance

L’Église catholique américaine a été l’une des premières a être accablée par des accusations de pédophilie touchant ses prêtres. On a vu ce qui est arrivé par la suite à travers le monde. Un tsunami d’immoralité qui a frappé le pape Benoît XVI, éclaboussé lui-même pour avoir dissimulé des agressions de deux cent enfants sourds américains par un prêtre américain. Mais ce n’est pas tout. Des prêtres ont été accusés de meurtres, de fraudes, de conduite en état d’ébriété. Randall Radic est prêtre de l’Ancienne Église catholique, une faction schismatique. Quand il était chez les catholiques traditionnels, il a commis un crime pour lequel il a été coffré 16 mois en tôle. Il raconte de l’intérieur la Très Sainte Mère l’Église. Qui est tout sauf catholique.

Corruption & scandale au sein de l’Église américaine. Randall Radic. Music entertainment book 288p.   www.musicbooks.fr


 
 

 

 


Une proposition infernale

Ce n’est pas rien. Imaginez que le grand nom du roman policier Harlan Coben a qualifié d’époustouflant Black water transit de notre compatriote québécois Carsten Stroud qui a vécu par la suite dans la Ville-Reine de Toronto. Il a travaillé là-bas au sein des forces de la police municipale. Il a tout plaqué pour se destiner à la ittérature. Son dernier roman va donc être adapté pour le grand écran par Tony Kaye, dans lequel apparaîtra l’acteur Laurence Fishburne. C’et que l’histoire est digne d’être transposé effectivement au cinéma. Le titre du livre c’est aussi le nom de la compagnie de transport appartenant à Jack Vemillion. Il a accepté une commande qui on le verra, lui coûtera fort cher, à savoir, sortir des États-Unis une collection d’armes à feu. C’est un récit puissant rien de moins.

Black water transit. Carsten Storud. L’Archipel 383p.   www.editionsarchipel.com


 
 

 

 


Les dessous des causes humanitaires

Lauréat du Prix Nobel de la paix en 1999 pour son engagement au sein de Médecins sans frontières, le Dr. James Orbinski est préentement chercheur scientifique et professeur adjoint au Département de médecine familiale et communautaire St-Michael ainsi qu’au Centre de santé internationale de l’Université de Toronto. Vient de paraître dans l’édition en langue française de son livre choc Le cauchemar humanitaire. C’est pas du joli. Et on voit que sous ce vocable d’aide humanitaire se dissimule des intentions pas toujours louables. Orbinski a vu de près le génocide rwandais dont le président Clinton alors en poste à la Maison-Blanche, a tenté de balayer sous le tapis, n’étant pas un pays dans les intérêts des USA. Il épingle aussi Bernard Kouchner plus soucieux de son image. Etc. Des vérités pas agréables à lire, mais c’est un mal nécessaire.

Le cauchemar humanitaire. James Orbinski. Music and entertainment books 304p.   www.musicbooks.fr


 
 

 

 


Quand les accusateurs se voient accusés

L’académicien Jean-Pierre Rémy avait publié en 1986 un roman « Une ville immortelle » s’inspirant du tueur en série de Florence,ce qui lui vaudra le Grand Prix de l’Académie française. Celui que l’on a surnommé « Le monstre de Florence » jamais identifié, avait tué sept couples. Des meurtres en série qui ont fini par porter une signature. Tous ces crimes ont eu pour décor les collines entourant la capitale Toscane. Douglas Preston va s’intéresser à cette affaire non résolue. Et pour bien le pister s’asscociera à Mario Spezi un journaliste local spécialiste en affaires criminelles. L’ironie du sort voudra que plus ils s’approcheront d’une certaine résolution, on tentera de les inculper, eux! Ils racontent leur aventure qui est digne d’un roman pour reprendre l’expression consacrée. Et ça n’a jamais été aussi vrai ici.

Le monstre de Florence. Une histoire vraie. Douglas Preston et Mario Spezi. L’Archipel 400p.   www.editionsarchipel.com


 
 

 

 


Féru de généalogie…à vos marques et lisez!

Vous vous appelez Coulombe ou Rinfret et vous désirez savoir quel premier pompon de votre lignée est débarqué en Nouvelle-France ? Très bien. Nous vous recommandons alors le Dictionnaire des noms de famille du Canada français. Ce linguiste de formation s’intéresse depuis longtemps à l’anthroponymie nord-américaine. Par opportunisme on consultera d’abord son nom de famille puis curiosité aidant vous vagabonderez à travers d’autres patronymes.

Dictionnaire des noms de famille. Marc Picard. Les Presses de l’Université Laval 398p.    www.pulaval.com


 
 

 

 


Correspondance avec un tueur en série

L’anglaise Belinda Bauer fait son entrée dans le monde des lettres avec Sous les bruyères dont la trame ne manque pas de piquant. C’est, tenez-vous bien, un garçon de douze ans qui intrigué par le meurtre de son oncle Billy, assassiné tandis qu’il avait le même âge que lui, entre en correspondance avec le tueur en série incarcéré. Il veut lui faire avouer le crime. Et le garçonnet, dans sa quête de vérité, tendra un piège au criminel. Mais c’est un petit jeu qui aura des conséquences inattendues. Comme premier opus Mme Bauer fait mouche.

Sous les bruyères. Belinda Bauer. Fleuve Noir 295p.   www.fleuvenoir.fr


 
 

 

 


Une analyse sérieuse de l’humour tel que pratiqué au Québec

Dans l’ordre de préférence des spectacles, ceux des humoristes l’emportent largement dans le cœur des québécois. Et on rit de tout. Tout est prétexte à faire de l’humour. Mais pourquoi a-t-on besoin de tourner tant en dérision. Il était temps que des penseurs patentés se penchent sur ce phénomène de société. C’est fait dans un collectif intitulé Je pense, donc je ris.

Je pense, donc je ris. Sous la direction de Normand Baillargeon et Christian Boissinot. Les Presses de l’Université Laval 245p.   www.pulaval.com


 
 

 

 


Une conteuse d’exception

Maintenant que la jeune génération ne sait plus écrire, il fait bon de tomber sur un style aussi alerte que celui de Nicole Castéran qui adore l’Histoire, la grande comme la petite. Et qui nous fait cadeau d’un roman historique peu banal qui se situe en Nouvelle-France en l’an de grâce 1749. Elle a choisi de narrer le vécu de quatre personnages : une dame de la haute, un religieux, un scientifique suédois et un lieutenant. Leur histoire à chacune, bien que fort intéressante n’est rien en regard de la manière dont la Castéran manie les phrases. Quel panache dans le style, Cela fait énormément plaisir à lire et nous rappelle, que la langue française est la langue belle.

Les saisons du destin. Nicole Castéran. Libre Expression 244p.  www.edlibreexpression.com


 
 

 

 


Pour être à la page à l’ère du 2.0

Pour les nuls en la matière, le 2.0 est synonyme du web, d’internet. Une autre sphère de vie en parallèle à la vie réelle, la vie virtuelle. Pour ceux qui ont entendu parler des mérites de Facebook, Twitter et autres, mais qui se sentent déphasés par ces nouveaux supports de communication, voici un livre d’initiation réalisé par Raymond Morin. Comme il le mentionne, si on est encore à penser si on devrait embarquer dans ces modes de liaison à la page, c’est qu’on n’est déjà plus dans le coup. Morin nous fait le tour de ce qui « in » en la matière.

Comment entreprendre le virage 2.0. Raymond Morin. Les éditions Transcontinental 162p.    www.livres.transcontinental,ca


 
 

 

 


Michel Berger, il était une fois

Il fallait bien que paraisse tôt ou tard une bonne biographie de Michel Berger. Ils se sont mis à deux pour la faire, Grégoire Colard et Alain Morel. Rien de sulfureux, Berger ne prêtant pas flanc aux scandales. Il était tout à la musique. On relira sur la genèse de Starmania quand Berger prend d’assaut Luc Plamondon. On sait ce qu’il adviendra de cette comédie musicale. Les deux auteurs ont gravité à titre professionnel dans le cénacle du couple France Gall-Michel Berger. Ils étaient donc aux premières loges.

Michel Berger. L’étoile au cœur brisé. Grégoire Colard et Alain Morel. Flammarion 315p.    www.editions.flammarion.com


 
 

 

 


Un quizz sur l’Histoire

Vrai ou faux ? Beaucoup aiment se mesurer à des fais historiques réels ou supposés question de validé leurs connaissances en la matière. La rédaction du magazine Historia a élaboré 150 chapitres de l’Histoire à travers diverses époques, avec une question pour chacune. Genre, est-il vrai qu’il n’y avait pas d’hygiène au Moyen-Âge ou que l’éxécution des Rosenberg pour espionnage demeure la plus grande erreur judiciaire. Vous serez surpris des réponses. Très instructif.

150 idées reçues sur l’Histoire. Collectif. First 309p.   www.editionsfirst.fr


 
 

 

 


Une histoire en bref de Québec

La collection « Les régions du Québec, histoire en bref » aux Presses de l’Université Laval s’enrichit d’un nouveau titre, Québec. C’est au tour de la Vieille Capitale d’entrer dans cette série fort intéressante qui a la particularité de ramener à l’essentiel tout ce qu’il faut savoir au sujet de la ville désignée. C’est Marc Vallières qui a enseigné 32 ans à l’Université Laval de prendre sur lui de raconter sa riche histoire. On appréciera au passage la riche iconographie dont on ne se lasse pas de regarder.

Québec. Marc Vallières. Coll. Les régions du Québec, histoire en bref. Les Presses de l’Université Laval 212p.  www.pulaval.com


 
 

 

 


Une bio d’Angelina Jolie qui ne fait pas dans le commérage

Au chapitre des biographies de « pipole » vous avez habituellement des « biographes » qui forgent leur histoire à partir des ex compagnons de vie de l’artiste en question ou de la domestique virée qui crache son fiel. Kathleen Tracy en racontant la vie d’Angelina Jolie se démarque de la norme par un travail soucieux et hautement crédible. De sorte que nous sommes en droit d’affirmer que nous avons ici la première bio digne de ce nom de l’actrice et compagne de Brad Pitt. On n’apprend rien que l’on savait déjà, sinon de revoir le parcours accompli.

Angelina Jolie. La femme planétaire. Kathleen Tracy. Les éditeurs réunis 209p.    www.lesediteursreunis.com


 
 

 

 


A la recherche de sa mère biologique

Claire Lamarche a bâti une partie de son succès télévisuel avec son émission de retrouvailles. C’est que le Québec sous la dictature de l’Église catholique, a été le théâtre de bien des drames cachées ou des bébés ont été arrachés à leurs mères car considérés comme le fruit du péché. Enfant qui par la suite se retrouvait à servir de domesticité corvéable à merci par ces mêmes communautés religieuses jusqu’à leur majorité qui alors était fixé à vingt et un ans. Renée Hudon est un exemple d’enfant née des amours illicites et qui va se retrouver avec une mère adoptive. Mme Hudon entreprendra une carrière à Radio-Canada à Québec comme animatrice avant de se consacrer à l’enseignement de la communication orale à l’Université Laval à titre de chargée de cours. Elle raconte sa quête de sa maman biologique. Immanquablement ce sont des récits poignants et le sien n’échappe pas à la règle.

A qui la petite fille ? Renée Hudon. Les éditions de l’Homme 168p.   www.editions-homme.com


 
 

 

 


Extrapolations sexuelles sur la vie du Président Kennedy

La fiction n’a jamais été aussi près de la réalité ici dans La vie sexuelle d’un américain sans reproche de Jed Mercurio. Et qui est cet américain ? Nul autre que John F. Kennedy. Pourtant c’est écrit roman. C’est qu’à partir de faits avérés, l’auteur s’est amusé à mettre des dialogues dans la bouche de ses personnages. Finalement c’est très instructif vu la nature du sujet.

La vie sexuelle d’un américain sans reproche. Jed Mercurio. Belfond 353p.    www.belfond.fr


 
 

 

 


Romance au XIXème siècle

Micheline Lachance a un faible pour les passions sentimentales au Québec au XIXème siècle. Rappelez-vous ses ouvrages consacrés à Julie Papineau et Lady Cartier. Voici que paraît le tome 2 des Filles tombées. Intitulé « Les fantômes de mon père » nous retrouvons Rose qui se trouve à New York avec sa maman qu’elle a retrouvé. Reste le papa à trouver qui s’était évanoui dans la nature peu avant sa naissance. Le hasard lui fera rencontrer une princesse qui lui demande de l’aider à écrire ses souvenirs. C’est cette noble qui permettra à Rose de mettre un terme à sa recherche paternelle. Encore une fois, Micheline Lachance est au zénith de son art.

Les filles tombées. Micheline Lachance. Québec Amérique 399p.  www.quebec-amerique.com


 
 

 

 


20 ans de l’Elfe noir

Dieu que le temps passe vite. Cela fait vingt ans qu’était publié pour la première fois, l’Elfe noir, la saga de Drizzt du renommé maître de la fantasy R.A. Salvatore. Pour souligner la chose, les éditions Milady réédite cette fresque, cette fois dans un ordre chronologique (ce qui est déjà pas mal compte tenu des histoires combinées à chaque tome) et dans une nouvelle traduction. Le livre VII paraît cette fois « L’Héritage ».

L’Héritage. Tome VII des Royaumes oubliés. R.A. Salvatore. Milady 353p.    www.milady.fr


 
 

 

 


L’Élue des dieux

Après sa « Trilogie du magicien noir », voici que forte de l’accueil reçu, l’australienne Trudi Canavan enchaîne sans plus tarder avec une autre trilogie « L’âge des cinq ». Dans laquelle on verra qu’Auraya, après avoir baisé l’anneau blanc, devient investie de pouvoirs exceptionnels. Elle est dès lors considérée comme l’Élue des dieux. Mais ce ne veut pourtant pas dire que c’est la fin de ses misères pour autant car son peuple se voit menacé.

L’Âge des cinq. Tome 1 « La Prêtresse Blanche. Trudi Canavan. Bragelonne 550p.   www.bragelonne.fr


 
 

 

 


Drame rural

Jean Perron est un auteur aguerri. Raconter des histoires c’est son métier. Et c’est un bon artisan en la matière. Avec Le convoi des nuages il plante son histoire en milieu rural, au moment des funérailles de David, le seul fils qui s’était encore intéressé à la ferme familiale. Il s’est enlevé la vie. Pour la circonstance, la famille, les proches se réunissent. Et c’est l’occasion d’un examen de conscience. Nous lisant des passages à voix haute à la rédaction, on s’est dit ce pourrait faire un sacré beau film. Avis aux réalisateurs et scénaristes. Vous tenez un sujet en or.

Le convoi des nuages. Jean Perron. Les éditions L’Interligne 160p.   www.interligne.ca


 
 

 

 


Un polar sur un trafic de tableaux

C’est un fait que durant la Seconde guerre mondiale, les nazis se sont livrés à un pillage d’œuvres d’art. Des œuvres ont été volés à des juifs et autres et dispersées à travers l’Europe et ailleurs dans le monde. Le romancier Joseph Farnel s’est emparé de cette réalité historique pour mettre en scène deux enquêteurs, un flic et un privé qui doivent mettre au jour un trafic important de tableaux et autres. C’est en même temps teinté d’humour. En même temps il démonte les mécanismes allant du vol des œuvres et la filière qui s’ensuit. Farnel nous fait découvrir un univers souterrain avec un rare talent.

F comme Flic P comme Privé. Joseph Farnel. Alphée-Jean-Paul Bertrand 348p.    www.editions-alphee.com


 
 

 

 


Une transsexuelle…musulmane

Heureusement que l’humanité est une mosaïque complexe, sans quoi nous n’aurions jamais eu à lire ce récit d’un jeune français, mal dans sa peau d’homme et qui va se transformer en femme, portant le nom de ville désormais d’Alexandra Cerdan. Elle s’est convertie de surcroît à l’Islam et s’est mariée avec un homme. Oui, elle a subi la grande opération et ne fait aucunement mystère de l’adaptation et des soins que cela suppose. C’est un document vérité à lire impérativement. Et au niveau des illustrations on la voit en compagnie de notre compatriote, le célèbre travesti Guilda.

Transexuelle et convertie à l’Islam. Alphée-Jean-Paul Bertrand 198p.    www.editions-alphee.com


 
 

 

 


Qu’en est-il de l’homo sapiens québécois ?

On le dit mou, dans l’ombre de sa compagne contrôlante. Une réalité hélas. Mais qui cache peut-être une réalité plus complexe. En tout cas le mâle québécois a fait l’objet d’une étude à l’aune de la psychanalyse. C’est Marie Hazan qui s’est donnée pour mission de brosser le portrait de l’homme québécois.

Le masculin. Marie Hazan. Les éditions Quebecor 159p.   www.quebecoreditions.com


 
 

 

 


Facteur humain et accidents de la route

Le professeur Jean-Marie De Koninck nous rappelle que 9 accidents de la route sur 10 auraient pu être évités et sont imputables au facteur humain. En ce sens que beaucoup surestiment leur habileté au volant. Il y a donc toute une éducation à faire. L’an dernier c’est passé sous silence, mais c’était le 50ème anniversaire de l’invention de la ceinture de sécurité grâce à l’ingéniosité d’un concepteur de chez Volvo. Cette nouveauté a permis de sauver des vies mais il reste beaucoup à faire. De Koninck fait de la prospective pour un meilleur bilan routier au Québec.

Routes et déroutes. Jean-Marie De Koninck. Les éditions Voix parallèles 136p.  


 
 

 

 


Une expérience scénique avant d’être théâtrale

Il nous a donné des mots de tête Matthieu Mével avec « Échantillons de l’homme de moins ». Qui si vous ouvrez le texte ou les indications, vous apparaîtra comme un recueil automatiste sans dessus dessous. Puis là vous vous mettez à fouiller dans ce fatras pour y découvrir des trésors. Disons qu’un Robert Lepage y trouverait énormément de plaisir. Un nain peut côtoyer un mannequin. Un personnage pleure et s’enregistre pour réécouter ses pleurs. Cela vous semble incohérent ? Mais sommes-nous toujours logique nous-mêmes ? Amateurs de futurisme théâtral allez y jeter un coup d’œil. Les indications scéniques y sont très bien précisées.

Échantillons de l’homme de moins. Matthieu Mével. L’entretemps 108p.  


 
 

 

 


Cinquième épisode de Mémoires d’un quartier

Louise Tremblay-D’Essiambre une des rares star de la littérature québécoise nous arrive avec le cinquième tome de sa saga « Mémoires d’un quartier » qui porte le titre Adrien. C’est le couple de Maureen et d’Adrien qui ont de la difficulté à avoir un enfant. Puis l’enfant paraît. La dame utilisera la fameuse thalidomide. Conséquence le bébé, une fille, est handicapée. Ils sont alors au Texas et décident de rentrer à Montréal. Nous sommes en 1962. Tout le propos de la romancière qui est quasiment une historienne sans le savoir, est de montrer comment c’était de vivre en ce temps-là au Québec avec un enfant infirme. Les passéistes qui diront que dans le temps c’était mieux réviseront leur jugement. Chaque époque avait ces misères. Et au début des années soixante ce n’était pas jojo de vivre dans la Belle Province.

Mémoires d’un quartier. Adrien. Guy Saint-Jeanéditeur 320p.   www.saint-jeanediteur.com


 
 

 

 


El Paradiso, une île pour pensionnaires marginaux

Aux éditions Liber on est habitué à de doctes traités. Mais peut-être la gravité de notre époque, le manque de belles folies a-t-il rattrapé l’éditeur. Toujours est-il qu’on a voulu rendre un hommage aux beaux esprits parmi nos contemporains. C’est vrai qu’il y a un nivellement social, beaucoup par le bas au Québec. Une morosité, un immobilisme effrayant. C’est pourquoi le livre de Pierre Henry est salutaire et fait figure de livre de guérison pour ceux qui désespèrent du Québec actuel. Destination El Paradiso c’est une île imaginaire vers laquelle on conduirait les premiers pensionnaires, c’est-à-dire tous ceux qui figurent dans la belle galerie de portraits sélectionnés par M. Henry. Pensons à Céline Lamontagne juge à la chambre criminelle de la Cour du Québec. Née Lacerte, c’est l’épouse d’Yves Lamontagne, le président du Collège des médecins. Une belle folle, qui a étudié le théâtre à Londres avec Laurence Olivier et qu’a tenu dans ses bras Pierce Brosnan. Vous verrez ce dont elle est capable quand elle veut s’éclater. Et on ne parle pas des autres hommes et femmes dont un que vous découvrirez qui n’est jamais allé au restaurant et qui mange seulement quand il a faim. Des excentriques comme vous n’en verrez nulle part.

Destination El Paradiso. Pierre Henry. Liber 145p. 


 
 

 

 


Les éditions Hurtubise célèbrent un demi siècle d’existence

Les éditions Hurtubise fêtent déjà cinquante ans de fondation. Comment célébrer dignement la chose ? Tout simplement en centrant la pensée sur ce qui est la raison d’être de la maison d’édition, le livre. On a donc eu la bonne idée de demander à vingt personnalités venues de tous les horizons de d’André Vanasse à Lise Bisonnette, en passant à Jean-Claude Germain de nous raconter la place qu’occupe le livre dans leur existence. Et de là commence la ronde des souvenirs. Qui se résumerait à dire que le livre est fondamental dans l’existence. Que la connaissance élève au-dessus de la bêtise. Indispensable.

Histoires de livres. Sous la direction de Jacques Allard. Hurtubise 248p.    www.editionshurtubise.com


 
 

 

 


Savoir passer à travers les épreuves

Florence Meney est présentement chef de pupitre à la zone Internet du Réseau de l’information. Elle a eu l’idée de demander à des gens qui ont eu des coups durs dans la vie, comment ils en sont arrivés à passer au travers. Les interrogés sont le designer Philippe Dubuc, Vestine Unwali survivante du génocide rwandais, France Castel, l’athlète et entraîneur Ali Nestor Charles, la première avocate algonquine Fanny Wilde, les parents endeuillés Chantal Pagé et Jacques Lajeunesse et le Dr. Henry Morgentaler. Ces interviews sont complétés par les avis de spécialistes que sont le psychiatre Cécile Rousseau, le psychologue Guy Boulanger et enfin la psychologue spécialiste du deuil Johanne de Montigny. Au final cet ouvrage devient comme un guide de vie pour qui toute épreuve serait au premier abord comme insurmontable.

Se réinventer. Florence Meney. Québec Amérique 208p.   www.quebec-amerique.com


 
 

 

 


Dans les coulisses de Dr. House

On n’aime pas, on adore Dr. House. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il ne tient pas des propos dictés par la rectitude de la pensée. Tout ce qu’il a en tête il vous le balance. Bref, tout ce qu’on ne fait pas dans la vie. A tous ceux qui sont des accros de la série télévisuelle, Élise Petter, consacre un livre sur ce qu’on ne voit pas au petit écran. Sur ce qui se passe en coulisses. Avec des anecdotes à profusion et des portraits des membres de l’équipe de production. Vous avez des extraits de dialogues pour vous mettre un instant dans la peau du fameux médecin. Avec un quizz pour mesurer vos connaissances et des sites internet attitrés à l’émission.

Dr. House. Trousse de survie du série-addict. Élise Petter. L’Archipel 171p.    www.editionsarchipel.com


 
 

 

 


Recettes nécessitant quatre ingrédients seulement

Augmentation du coût de la vie n’aidant pas, on doit surveiller de plus près le panier à provision, qui diminue forcément de volume. Mais est-ce à dire que l’on doive se priver de bons plats pour autant. Oubliez les recettes inventives à huit ingrédients ou plus. Un collectif a concocté un livre fait de 135 recettes qui ont tous en commun de ne requérir que quatre ingrédients. Et bravo à l’éditeur Modus Vivendi qui nous gratifie d’une reliure spirale pour faciliter la consultation. Juste à le consulter c’est une invitation à la gourmandise.

4 ingrédients. Collectif. Modus Vivendi 190p.   www.modusaventure.com


 
 

 

 


Restaurateur de tableau et agent dormant

L’habit ne fait le moine dit-on. Cela n’a jamais été si vrai qu’avec Gabriel Allon, officiellement restaurateur de tableaux et spécialiste des maîtres de la Renaissance. En réalité c’est un agent dormant pour le compte du Mossad. Et pour infiltrer un clan saoudien et venir à bout de déjouer un sordide plan d’Al-Qaida, il tiendra un Van Gogh entre ses mains, objet de convoitise. Voilà en résumé ce qui vous attend dans Le messager de Daniel Silva. Un thriller d’espionnage qui comporte tout ce qu’il faut pour vous garder captif du chapitre un jusqu’au dernier.

Le messager. Daniel Silva. L’Archipel 400p.   www.editionsarchipel.com


 

ARTICLES ANTÉRIEURES


2010 :
janvier - février - mars
2009
: janvier - février - mars - avril - mai - été 09 - septembre - octobre - novembre - décembre