- LIVRES AVRIL 2013 -
 
 




 


Thriller pétrolier

Andrée Décarie a derrière elle une solide expertise dans le domaine des fraudes dans le secteur énergétique. Elle nous fait cadeau d’un solide roman qui nous plonge dans les coulisses de ceux qui tient les ficelles de l’industrie pétrolière et qui tiennent par tous les moyens à maintenir leur hégémonie. Et quand on vous dit que les meneurs des pétrolières sont prêts à tout, ce n’est qu’un euphémisme. Ils ont depuis longtemps rangés leurs scrupules. Pétrole Last Call va vous séduire car en même temps on vous livre la manière dont elles s’y prennent. Trois enquêteurs vont tenter de désamorcer un grand complot international.

Pétrole Last Call. Andrée Décarie. Les éditions Révolte 247p.    www.andreedecarie.com

 




 


Trafic de chair fraîche

La collection Tabou des éditions de Mortagne devrait se retrouver dans toutes les bibliothèques scolaires. Ne serait-ce que parce qu’elle ouvre les horizons aux jeunes, en leur racontant des sujets de société dont on ne parlera jamais à la maison. Le dernier titre Filles à vendre de Dïana Bélice raconte l’enfer vécue par le personnage principal, Leïla. Elle a quinze ans, et rencontre un gars qui en impose. Il lui fait miroiter la vie de femme. Et on la gâte au superlatif. Tout lui est permis, toutes les gâteries. Mais tout ce manège étourdissant cesse quand du jour au lendemain elle s’aperçoit que son Roméo est un membre d’un gang de rue et qu’il vient de la recruter pour la livrer en pâture à des vicelards avides de chair fraîche. C’est dur mais c’est aussi la vie parfois pour des imprudentes.

Fille à vendre. Dïana Bélice. Éditions de Mortagne 279p.    www.editionsdemortagne.com

 




 

La jeunesse d’Henry VIII

Évoqué le nom du monarque Henry VIII c’est une image de cruauté qui nous vient à l’esprit. On connaît le sort qu’il a réservé à ses femmes. Et comment il a rompu avec l’Église catholique qui lui refusait le divorce. Mais comment en est-il venu à asseoir cette autorité sanguinaire. On ne guérit jamais de son enfance dit-on. C’est à la sienne que nous amène Harriett Castor qui a une passion sans limites pour le XVIème siècle anglais, le règne des Tudors. Et elle savait jeune que son destin serait celui d’écrivaine car son premier titre elle l’a publié à peine âgée de 12 ans! Vous dire qu’elle maîtrise parfaitement son talent est un euphémisme. VIII c’est aussi le roman d’une époque. Il prendra la relève de son père Henry VII, il l’avait pressenti et ce ne serait pas don frère Arthur qui devait normalement assurer la succession. Une jeunesse éprouvante qui sera le terreau d’un monstre sans foi ni loi.

VIII. Harriette Castor. Pôle roman 415p.    www.ma-editions.com

 




 


Un récit effrayant sur la condition autochtone

André Maltais a une feuille de route longue comme ça. Né à La Malbaie il a été à 30 ans élu député fédéral du gigantesque comté de Manicouagan, la deuxième circonscription en superficie du Québec. Par la suite il sera nommé secrétaire parlementaire du ministre aux Affaires indiennes sous le règne de Pierre-Elliott Trudeau. Passé dans la fonction publique québécoise il deviendra sous-ministre aux Affaires Autochtones du Québec dans le gouvernement Charest. Habile négociateur, il aura l’estime des chefs des Premières Nations. D’ailleurs au lancement réussi de son livre Lee réveil de l’aigle dans le hall du Conseil des Arts, on pouvait une bonne délégation d’amérindiens. Il nous dit en termes très simples ce qu’il faut savoir au sujet des peuples fondateurs. Qui furent exploités jusqu’au trognon. Il déboulonne des mythes tel le fait qu’ils ne paient pas de taxes sur les réserves. En précisant qu’ils ne gagnent d’abord rien et qu’ils sont sous le seuil de la pauvreté. C’est rien de moins que notre Tiers-Monde. Bouleversant, en particulier un texte d’un autochtone meurtri intitulé « Ma petite valise du pensionnat ». Triste à pleurer.

Le réveil de l’aigle. André Maltais. Éditions Pierre Tisseyre 241p.    www.tisseyre.ca

 




 


Drame sentimental à bord du Titanic

Au départ Le serment du Titanic c’est un jeune irlandais, Michael qui va s’embarquer clandestinement à bord du tristement célèbre transatlantique pour échapper à sa misère. Comme il se terre à bord du navire, sans pouvoir manger, il se meurt de faim. Providentiellement un passager, Owen, va le couvrir et assurer sa protection. Au soir du naufrage Owen avant d’être submergée dans les aux noires et glacées, va demander à celui qu’il aura sauvé jusqu’ici de lui faire la promesse de veiller sur Annie sa sœur cadette. Promesse non seulement tenue mais Michael tombera amoureux de celle-ci. Mais il y a un empêchement psychologique de taille, c’est que cette dernière le voit comme celui qui a causé la mort de son frère. On ne vous dira pas la suite pour ne pas brûler la fin du récit. Cathy Gohlke signe un roman inspiré. Le Titanic n’en finit plus de générer des histoires grandioses comme celle-ci.

Le serment du Titanic. Cathy Gohlke. Milady 473p.    www.milady.fr

 




 


Jane Eyre un tantinet érotisant

Quand on sait que la discipline anglaise se vivait aux époques antérieures sur fond de domination sadique, pensez aux seuls collèges anglais. Et aussi à cette Jane Eyre le personnage de Charlotte Brönte revisité par Karena Rose. La célèbre orpheline de la littérature anglaise va se retrouver gouvernante dans un manoir dont le maître est Monsieur Rochester, un homme sévère. Mais dans son cœur elle ne peut se contenter de l’image qu’elle reçoit. Elle s’imagine que derrière cette carapace se cache un homme tendre. Et pour le savoir elle se livrera à ses turpitudes sexuelles. Car elle déborde de sensualité. Hélas pour elle, un événement viendra la chambarder. Saluons ici l’emploie de tournures stylisées pour décrire les fantaisies sexuelles des uns et des autres. Comme on dit communément, à lire d’une seule main…

Jane Eyrotica. Charlotte Brönte et Karena Rose. Pôle roman 299p.   www.ma-editions.com

 




 


Pablo Neruda alias Neftali

Quand on feuillette Le rêveur de la romancière Pam Munoz on est d’abord frappé par les illustrations de Peter Sis qui mettent en vedette notre petit héros Neftali. On pense immédiatement au petit prince. En réalité c’est un prince dont il est aussi question ici, Pablo Neruda dont on s’inspire librement de la jeunesse pour bâtir cette histoire onirique à souhait. Le jeune garçon est sous la férule d’un père autoritaire qui le voit en médecine. Mais le petit se voit plutôt jongler avec les mots. Un très bel ouvrage au point de vue éditorial.

Le rêveur. Pam Munoz et Peter Sis. Bayard jeunesse 432p.   

 




 


Deux nouveaux titres dans la collection Focus

La collection Focus des éditions Guy Saint-Jean, est destiné aux personnes ayant des troubles visuels et qui ont besoin de plus gros caractères typographiques. Elle est déjà constituée d’un nombre impressionnants de titres. En voici deux autres qui viennent enrichir le catalogue. D’abord Le froid modifie la trajectoire des poissons de Pierre Szalowski. Une histoire qui a pour toile de fond la grande crise du verglas que le Québec a connu. Un garçonnet est désemparé devant la perspective de séparation de ses parents et implore le ciel. Qui se manifestera avec ce verglas qui soudainement forcera à des solidarités inespérées. L’autre ouvrage, est Soins intensifs de Chrystine Brouillet. Une mère presse avec trop d’insistance le personnel médical de l’hôpital afin de savoir de quoi peut bien souffrir son petit Kevin. Cette persistance dans le questionnement soulève des doutes au point qu’une détective entre en scène. Du Brouillet à son meilleur.

 




 


Une étoile montante du hockey

Il a pour nom Félix Riopel. Il a seize ans et évolue dans l’équipe des Huskies de la Ligue de hockey junior majeur du Québec. C’est un petit brillant qui a parfois des fanfaronnades qui ont le malheur d’aiguiser l’humeur de son entraîneur qui pour lui faire prendre plus de modestie, le confine au banc des joueurs. Il faut comprendre que l’adolescent est déraciné. Mais l’autre partie de saison verra une spectaculaire remontée de notre jeune homme. C’est la faute à Mario Lemieux est le deuxième tome de Luc Gélinas dans le monde de notre sport national. Même si on n’aime pas particulièrement ce sport, on appréciera quand même la description d’un milieu qui a ses règles.

C’est la faute à Mario Lemieux. Luc Gélinas. Hurtubise 265p.    www.editionshurtubise.com

 




 


Mère et fille au sujet de Léa

Sylviane Beauregard en compagnie de sa fille Camille Beaumier âgée de 18 ans, ont écrit à quatre mains les tribulations de Léa et tout son univers scolaire. Un rapport amour-haine, surtout en ce qui a trait aux règlements internes. Elle est très vivante et un tantinet rebelle. Ouate de phoque est le portrait de la vie au quotidien de notre héroïne. C’est un peu comme un reportage de vie avec ses hauts et ses bas ou si vous aimez mieux de serpents et d’échelles.

Ouate de phoque. Serpents et échelles. Camille Beaumier et Sylviane Beauregard. Éditions de Mortagne 285p.    www.editionsdemortagne.com

 




 


L’ufologie à la lumière de la série Les envahisseurs

Qui ne se souvient pas de la célèbre série de fiction Les envahisseurs une télésérie culte même. Peter Knight a eu une intuition qui l’a amené à des découvertes troublantes. C’est que les épisodes de la série contiennent des codes secrets qu’il a baptisé de « Code Adamski ».  Adamski en référence au monsieur du patronyme du même nom qui fut visité par des extraterrestres. En clair, une caste d’un autre monde, maîtrisant à la perfection la haute technologie veut établir son Nouvel Ordre Mondial et on en voit déjà des signes avant-coureurs comme l’ouragan Sandy annoncé en catimini dans l’épisode des Envahisseurs de 1967 intitulé « La tornade ». Très troublant. Et attention sceptiques. Nous n’avons pas affaire ici à des fadaises par un gros ouvrage très documenté qui sera suivi d’un second.

Le secret des Envahisseurs. Tome 1. Peter Knight. Louise Courteau éditrice 540p.   www.louisecourteau.com

 




 


Un couple d’hommes et trois marmots

Deux hommes et trois couffins tombe à point nommé au moment où dans le monde fait rage dans des parlements des débats houleux sur le mariage gay, mais plus controversé, l’adoption dans un contexte d’homoparentalité. Et si des sociétés se montrent déjà ouvertes pour ce qui a trait à l’union de deux personnes de même sexe, la question de l’adoption fait obstacle. Pour juger de la chose, lisons ce qu’en dit Jean-Yves Duthel. Ce ressortissant français est venu s’établir au Québec, a pris époux en présence d’ailleurs de l’ancien premier ministre du Québec qui préface l’ouvrage. Il faut savoir que les trois enfants ont formé une famille québécoise normale mais différente et…équilibrée. Avis à ceux qui ont des préjugés sur la viabilité de l’éducation au sein d’une famille avec des parents homos.

Deux hommes et trois couffins. Jean-Yves Duthel. Louise Courteau éditrice 141p.    www.louisecoutreau.com

 




 


Brrr!!! Un virus qui se nourrit de cerveaux

S’il faut en croire Mira Grant l’avenir ne s’annonce pas jojo. En effet, l’auteure nous transporte en 2034. On a déjà éradiqué le cancer depuis longtemps, mais une chose plus terrifiante est apparue, un virus qui gruge les cerveaux! Et dans Feed et son deuxième tome Feed « Deadline » on se rendra compte que tout ceci est une conspiration. On verra comment le duo Shaun et Georgia vont enquêter sur cette sinistre affaire. L’auteure d’ailleurs est sérieusement convaincue que les morts-vivants nous préparent quelque chose. C’est chez Bragelonne.

 




 

Neuvième enquête de Harry Hole

Jo Nesbo ne nous a pas laissé en plan très longtemps. Voici la neuvième enquête de son célèbre limier, Harry Hole. Qui a pour titre Fantôme. Harry Hole est de retour à Oslo en Norvège après un exil à Hong Kong. Il va être confronté à une affaire qui le trouve de près, puisque le fils de son grand amour, Rakel est accusé pour le meurtre d’un dealer. Et plus il avancera dans son enquête il s’apercevra que le fiston accablé était au cœur d’une entreprise de vente d’une nouvelle drogue moins ravageuse que l’héroïne, mais néanmoins dangereuse. Encore une fois, les ingrédients sont réunis pour faire un carton. La qualité d’écriture et de ton de Nesbo n’a pas trompé Martin Scorsese qui va porter à l’écran une des enquêtes précédentes.

Fantôme. Jo Nesbo. Gallimard 546p.    

 




 


Fascination pour Thomas Edison

Dominike Audet est fascinée par la vie et l’œuvre de Thomas Edison. Et pour cause. On ne compte plus les centaines de brevets issus de son cerveau génial et qui ont changé le quotidien de l’homme. Que l’on pense seulement aux inventions de la lampe à incandescence et du gramophone. Pour le faire connaître, au lieu d’une biographie, elle a opté pour le biais du roman. Dans l’ombre d’Edison au tome 1, elle prend prétexte du désir de Charlene, physicienne de son état, qui en 1877 va rejoindre le groupe de recherche de l’inventeur. Ça annonce quelque chose de très bien. Car tout le décor est planté et surtout on en apprend sur les rivalités qui ont entouré Edison, qui évidemment suscitait bien des jalousies. Vitement le deuxième tome.

Dans l’ombre d’Edison. Tome 1 Le sorcier de Menlo Park. Hurtubise 539p.  www.editionshurtubise.com

 




 


Désintoxication des médias sociaux

Nous vous le disons tout de suite, dès la dernière ligne de cette recension, courez vous procurer Pause de Susan Maushart qui est prescrit pour tous ceux qui considèrent que les Twitter, Facebook de ce monde sont entrain de nous rendre fous. C’est le récit d’une expérience amusante. Une mère a décrété, elle qui en était rendu même à coucher avec son smartphone et qui avait trois ados accros aux textos, de faire une cure de six mois sans médias sociaux. Et la beauté de l’exercice, c’est que personne n’en est mort.

Pause. Susan Maushart. Nil 361p.    www.nil-editions.fr

 




 


Une accusée de meurtre touchée par l’Alzheimer

C’est un roman policier assez singulier. Vous avez une septuagénaire retrouvée morte. Elle a eu quatre doigts de la main, minutieusement amputés. Les soupçons se portent sur sa voisine qui de surcroît est chirurgienne orthopédiste. Cette dernière aurait eu une algarade avec la victime peu avant. Mais l’inculpée pose un problème de taille, elle souffre d’Alzheimer. Et la mémoire lui revient, mais distillée au compte-goutte. Avouez que c’est un bon synopsis. Absence d’Alice LaPlante est un thriller novateur de par le choix du sujet. Et c’est écrit avec habileté. Nous accordons une note de huit sur dix.

Absences. Alice LaPlante. Robert Laffont 406p.     www.laffont.fr

 




 


Le pouvoir de Démone-Lame

Il a pour nom Connavar. Son unique motivation en ce bas monde est de protéger son peuple. Pour son malheur, une prophétie annonce qu’une armée impitoyable traversera la mer pour tout détruire, un peu comme jadis Attila duquel on disait que là où il passait l’herbe ne repoussait plus. Mais pour l’aider dans sa tâche protectrice, Connavar se verra remettre une épée magique. C’est le moment central de Rigante une saga de David Gemmell dont on nous sert l’intégrale avec ce premier tome. Il deviendra par la force des choses quasi invincible et il héritera du surnom de Démone-lame.

Rigante. L’intégrale Tome 1. David Gemmell. Bragelonne 758p.   www.bragelonne.fr

 




 


Go pour l’escalade et la voile

Si vous aimez les exercices qui mobilisent tout le corps, vous avez intérêt à aller du côté de la collection Go chez Broquet. Une collection sur les activités sportives et de plein air. Chaque livre explicatif comprend un DVD avec des leçons en temps réels narrés par l’excellent Claude Quenneville de Radio-Canada. Premier titre à retenir Go voile de Steve Sleight tandis que le second Go escalade est signé Nigel Shepherd.

 




 

Spiritualité

Deux titres retiennent l’attention du côté de la bibliothèque spirituelle. D’abord un exercice intellectuel étonnant mené par un laïc qui a mis Jésus au cœur de sa vie. Jacques Gauthier fait une lecture novatrice de l’engagement dans la sainteté de Thérèse de Lisieux. Celle qui plaçait l’amour au cœur de tout et qui a accepté le renoncement total pour vivre dans l’Absolu. Et il nous montre qu’elle a rendu la sainteté démocratique jusqu’à un certain point. L’ouvrage de grande tenue morale Dix attitudes intérieures va permettre de découvrir cette femme exceptionnelle. Puis un autre grand moment de réflexion nous vient de José Tolentino Mendonça qui est responsable national de la Pastorale de la culture au Portugal et consultant au Conseil pontifical de la culture au Vatican. Il nous présente Notre Père qui es sur la Terre une analyse profonde de cette prière symbolique dans la catholicité. Comment voir dans cette prière les messages subliminaux qui s’y trouvent à foison. Les deux bouquins sont édités conjointement par Novalis et le Cerf.

 




 


Un manoir avec de curieux pensionnaires

Il était une fois un adolescent, Liam, envoyé dans un manoir par ses parents pour sa convalescence. Un lieu qui ne paie pas de mine. Et qui est peuplé par une clientèle assez particulière, en réalité des fantômes qui ont mal encaissé leur décès et qu’il faut rééduqués pour les retourner dans l’Au-delà. Doté d’une carte magique, va jouer au détective et élucider bien des mystères. Le Manoir de la bretonne Évelyne Brisou-Pellen est un formidable roman dans le créneau jeunesse. Nous avons ici le tome un qui annonce une saga palpitante.

Le Manoir. Liam et la Carte d’éternité. Bayard jeunesse 367p.    

 




 


Millenium en BD!

Une des belles surprises du côté de la bande dessinée, est l’adaptation de la trilogie Millenium de Stieg Larsson par le duo Runberg et Homs. Un mot pour ceux qui n’ont pas lu le roman. Un journaliste, Mikael, remercié de ses services par la direction du magazine Millenium, va offrir ses services à un homme d’affaires d’âge respectable qui lui demande de refaire l’enquête entourant la disparition voici quarante-quatre ans de son héritière. Le marché est conclu, mais le journaliste pose une condition, que son mandaté lui livre des informations de première main sur les cartels financiers. Et il y aura cette fameuse rencontre avec cette pirate informatique déjantée, Lisbeth Salander, qui n’a pas peur des combats corps à corps. C’est une sociopathe de première. Ça promet. Et tant la scénarisation ici présente que la mise en scène des planches, est spectaculaire.

Millenium. Runberg & Homs d’après la trilogie de Stieg Larrson. Dupuis 64p.     www.dupuis.com

 








 


Santé physique et psychique (1)

Vous avez entendu parler du Burn love ? C’est le titre d’un ouvrage de Robert Brisebois qui a vu le jour au moment où il donnait des conférences en marge de son premier livre « Le grand ménage amoureux ». Et il entendait des gens venir lui confier qu’ils étaient au bout du rouleau côté amour. Et tout en recevant ses confidences, il ne pouvait s’empêcher, lui dont la formation est en relations industrielles, d’établir un parallèle des situations entendues avec celles des symptômes du burn-out. Il a donc créé l’expression burn love. Et on verra que les signes avant-coureurs sont presque identiques. C’est aux éditions du Dauphin blanc.   Si on en croit Karen Paolino Corria disciple de Doreen Virtue, les anges sont là et nous n’avons qu’à établir une communication pour obtenir de l’aide. Et la méthode est expliquée dans 101 façons de rencontrer vos anges. Aux éditions AdA. Chez Rober Laffont, un beau titre Quand la Beauté nous sauve de Charles Pépin. Son argument est le suivant, que nous devrions chercher à nous rapprocher de ce que l’Homme a fait de mieux en ce bas monde, la création culturelle, pour trouver l’apaisement. L’esthétique comme thérapie. Et il en fait une démonstration éclatante à partir d’exemples. Est-c que la divination peut agir de façon curative sur nos maux. Cyndi Dale qui est guérisseuse  intuitive consacre un traité Kundalini, énergie divine, vie divine à cette forme d’énergie dont on parle beaucoup sans trop savoir. Chez AdA. L’autisme, chaque jour qui s’amène on en sait un peu plus sur ce trouble envahissant de la personnalité. L’autisme un jour à la fois  est la rencontre entre une psychologue au fait de la problématique Nathalie Poirier et une maman qui a une fille atteint de ce syndrome. C’est un échange à deux sur cette situation assez difficile à gérer. On verra comment on traite actuellement l’autisme dans le système de santé. C’est aux Presses de l’Université Laval. Les trois prochains titres nous proviennent de chez Québec-Livres. Maryse de Palma qui nous montre une approche positive du couple à travers treize expériences types de vie conjugale et qui ont tenu le cou contre vents et marées. Ces couples qui s’aiment encore est un partage des recettes de la vie à deux. Dans un autre registre, une mise en garde nous est servie par Alain Samson le maître de la théorie du management contre les manipulateurs de tout acabit, tant dans la vie affective que professionnelle. Ils sont malins les manipulateurs et en connaissent un rayon sur la nature humaine et les êtres vulnérables. Vivre consciemment c’est un outil pour débusquer ces êtres fourbes. Dans une organisation, rare est le moment où il n’y a pas de tension, de conflit. Il faut souvent éteindre des feux ou servir de modérateur entre deux personnes antagonistes. La diplômée en communication publique Marie-Chantal Deetjens nous présente sa méthode de gestion de crise Gérer et résoudre les conflits. Comment transformer un affrontement et le conduire à la coopération.

 




 


Le maître en érotisme Martin Laliberté

On n’a pas oublié la joie, que nous avait procurée, la lecture d’un de ses ouvrages « L’Île aux plaisirs » un bijou en littérature érotique. Et loin de se tarir, sa source imaginative est toute aussi féconde. La scène de sodomie avec Frédérique dans son dernier opus Sensualités a de quoi mettre en orbite le plus blasé. Nous n’allons quand même pas reproduire, ne serait-ce que des extraits. Ce serait trop nous demander.

Sensualités. Martin Laliberté. Québec-Livres 269p.    www.qubec-livres.com

 




 


Devenir un habile négociateur

Guy Cabana qui pose sur la jaquette de son livre Les 10 secrets du négociateur efficace affiche un large sourire. Est-ce que c’est son arme fatale de séduction pour dénouer des impasses ? Pour le savoir il faut voir ce qu’il dit des phases de la négociation, des facettes du pouvoir, les stratégies et les enjeux. Ça ressemble beaucoup à une partie d’échecs.

Les 10 secrets du négociateur efficace. Guy Cabana. Québec-Livres 195p.   www.quebec-livres.com

 




 


Des bombes du Jugement dernier

Ici on a affaire à un terrorisme particulier. Ça et ça, explosent de petites bombes dites du Jugement dernier. Plusieurs pays sont touchés dont le Brésil, les États-Unis, l’Inde et le Japon. Deux individus vont faire enquête dont un policier américain et un journaliste français. On est avec Le jugement dernier de Stéphane Haumant est dans le droit-fil du Da Vinci Code, puisque dans le cas qui nous concerne, le document précieux est le Codex Lucis des Cathares. Où l’on nous fait remonter à un complot vieux de neuf siècles rien de moins. C’est habilement construit.

Le jugement dernier. L’énigme du Codex Lucis. Stéphane Haumant. J éditions 380p.   

 




 


Pour se muscler les méninges sur le Québec

Mario Fortier a concocté un petit bijou fait de jeux et d’énigmes qui plaira à toux ceux qui sont cruciverbistes ou amateurs de grilles-mystères. Le Québec en énigmes et en jeux fourmille de d’exercices qui mettront à l’épreuve vos connaissances sur le Québec.

Le Québec en énigmes et en jeux. Mario Fortier. Québec-Livres 100p.  www.quebec-livres.com

 




 


Un évadé de la prison de Monaco

Le cas de Luigi Ciardelli est assez singulier. Arrêté pour braquage, il est condamné pour son crime. La police française le conduit en Italie où il doit purger sa peine. Mais surprise, le fourgon de police fait un détour par Monaco qui le réclame à son tour. Et il va être écroué dans la prison de la Principauté. Cette dernière refuse l’extrader en Italie. Comme il en marre dans sa geôle monégasque, Ciardelli fomente une évasion avec un complice, ancien marine américain et ça marche. Il nous raconte les détails de sa cavalcade dans Prisonnier du Rocher. Les histoires de caïds sont toujours fascinantes, surtout celle-ci.

Prisonnier du Rocher. Luigi Ciardelli. Éditions Jacob-Duvernet 222p.  

 




 

Biographie de Pat Burns

Pat Burns a été un entraîneur au sens large du terme. Sur la jaquette de la biographie que lui consacre Rosie DiManno du Toronto Star on le voit hurlant ses ordres. C’était un démiurge qui s’est retrouvé derrière le banc du Canadien de Montréal,  des Maple Leafs de Toronto, des Bruins de Boston et des Devils du New Jersey. Un homme pétri de contradiction mais à qui on ne pouvait pas reprocher sa sincérité. La biographe a réalisé un travail de recherche colossal pour rassembler statistiques et anecdotes. C’est la biographie définitive de ce coach hors du commun. Et même ceux qui ne se passionnent pas nécessairement pour le hockey, adoreront ce livre pour la richesse humaine qu’il contient. Vous avez là un homme, un vrai.

Pat Burns. L’homme qui voulait gagner. Rosie DiManno. Hurtubise 407p.   www.editionshurtubise.com

 




 


Un cadre pour quoi faire ?

Voici une question posée par l’Observatoire des cadres dans un essai sous la supervision de Jean-Marie Bergère et Yves Chassard. Comme bien des éléments de la vie actuelle, la situation des cadres connaît de grands chambardements. Dans la première définition de leur rôle, ils étaient les bras droits du patron. Maintenant, la vitesse d’exécution au profit de la rentabilité immédiate, les court-circuitent. Mais on verra à la lumière de cette lecture, que les cadres ont leur raison d’être et demeurent toujours, si bien utilisés, des outils de saine efficacité.

A quoi servent les cadres ? Collectif. Odile Jacob 214p.     www.odilejacob.fr

 




 


Transports retardés par des suicides

Nous le vivons assez souvent dans le métro de Montréal quand une voix annonce que le service est interrompu de façon déterminé en raison d’un incident à la station unetelle. On sait bien qu’il y a eu un suicide. Éric Fottorino a été lui aussi confronté à ce genre de situation sur la ligne RER des Yvelines. Et cela lui a inspiré une réflexion sous forme de petite plaquette, très riche par contre de contenu, intitulé Suite à un accident grave de voyageur. Qu’est-ce qui peut nous venir à l’esprit quand on s’arrête à penser à ce drame de vie versus des voyageurs qui râlent pour ce qu’eux voient comme un inconvénient. A lire sans excuse.

Suite à un accident grave de voyageur. Éric Fottorino. Gallimard 63p.  

 




 


Analphabètes de l’âme humaine

Tout un roman qu’Analphabètes par celui qui signe tout simplement Rachid O. Il ne traite pas que de l’analphabétisme au sens littéral du mot, mais aussi de cette indifférence que nous semblons éprouver pour les autres ou de l’incompréhension. Ici c’est le zoo humain avec en terre marocaine, un chauffeur de taxi tordu qui baise des garçons, une fille qui veut donner son enfant, fruit d’amours défendus. Au Maghreb aussi il y a un mal à l’âme. Et le Coran ne peut rien y faire. Qui sait si le problème en toile de fond ne serait pas la naissance ?

Analphabètes. Rachid O. Gallimard 120p.   

 




 


Chroniques de Louis Cornellier

Si vous êtes un lecteur du quotidien Le Devoir, vous êtes sans doute familier des chroniques de Louis Cornellier journaliste apprécié pour la finesse de ses analyses que ce soit dans les domaines économique, social, politique et éducatif. Et pour ce dernier volet il parle en connaissance de cause car il enseigne le français, langue et littérature au Cégep régional de Lanaudière à Joliette. Dans mon carquois il a sélectionné des chroniques publiées dans cet autre publication à laquelle il a collaboré jusqu’à l’année dernière, l’Action. Il y traite de tout. On remarque tout de suite que la raison triomphe de la passion. Par exemple s’il met en doute l’utilité actuelle des commissions scolaires, il n’est pas le premier à exiger leur abolition. Au contraire il va tenter de voir à quoi elles peuvent faire œuvre utile. A lire pour se confronter à ses propres pensées.

Dans mon carquois. Dernières chroniques de l’Action. Presses de l’Université Laval 179p.    www.pulaval.com

 




 


Un écrivain dépité 

Camille Bouchard traine une feuille de route littéraire impressionnante et des prix à la clé dont le moindre est celui du Gouverneur général. Dans sa dernière ponte, L’homme de partout il met de l’avant un écrivain dans la cinquantaine qui vit en Afrique. A l’occasion d’un salon du livre il reviendra au Québec. Et il portera un regard impitoyable sur lui-même et sur ce qu’il voit. Mais surtout il sera confronté à un amour de jadis de nature traumatisant. C’est un court roman mais qui dit beaucoup, écrit avec une maestria. Ici Bouchard est à son zénith. Et il rend bien les atermoiements de la vie d’écrivain.

L’homme de partout. Camille Bouchard. L’Hexagone 128p.   www.editionshexagone.com

 




 


Le futur est maintenant

On connaît déjà Nicolas Tremblay pour ce titre « Une estafette chez Artaud ». Maintenant il persiste et signe un tombeau comme on disait au Siècle des Lumières, à l’écrivain Louis-Philippe Hébert. Son roman L’invention de Louis est sous-titré, Une anticipation. Celui qu’il tente de cerner s’est lui-même distingué par un ouvrage prophétique « La manufacture de machines ».  D’une part Hébert est dans la mire d’IBM pour ses inventions. Mais il entrera plutôt à la Société Radio-Canada. Et là il va faire la découverte d’un monde parallèle. Et ce qu’il va entrevoir a de quoi inquiéter. On ne vous en dit pas plus car il faut quand même attisé votre curiosité. Disons que comme pour tous les ouvrages que publient Lévesque éditeur, c’est le nec plus ultra en matière de qualité littéraire. Vous avez ici rien de moins affaire qu’à une classe de maître sur l’art de bien phraser. Et la leçon globale qu’on en tire c’est que le futur est déjà dans nos vies présentes.

L’invention de Louis. Nicolas Tremblay. Lévesque éditeur 220p.   www.levesqueediteur.com

 








 


Le coin santé physique et psychique (1)

C’est un témoignage, celui d’Eva Darlan qui signe un manifeste, celui de son corps. Le rapport qu’elle a eu et qu’elle a avec lui. Et qui ne pratique pas la langue de bois pour le détailler anatomiquement parlant. Comme les femmes connaissent mal leurs corps, faute d’éducation en ce sens, Crue et nue chez Jean-Clkaude Gawsewitch, fait ouvrage salutaire. Nos médias sociaux sont le terreau d’un syndrome qui se développe à toute allure, le pervers narcissique qui voit le monde à sa façon. Dominique-France Tayebaly est une psychanalyste qui débusque ceux qui se drape de belles théories ou de jolis mots pour imposer leurs perversités. Pour en finir avec les narcissiques aux éditions Bréal.  Maintenant un livre bouleversant qui traite des EMI (expériences de mort imminente). Mort ou pas ? du cardiologue Pim van Lommel est un ouvrage renversant. Il a réalisé cette étude après avoir observé 344 patients qui ont été frappés par une crise cardiaque. Des observations faites qui démontrent que l’on peut être conscient même après que toutes les fonctions cérébrales aient cessé. Ce sont alors des expériences réelles de sorties du corps. Même le Dr. Raymond Moodie célèbre pour son best-seller « La vie après la vie » a salué cette étude qui confirme ses théories. C’est chez InterÉditions. De son côté la communicatrice Christel Petitcollin a toujours tenté de débusquer les manipulateurs psychologique. On lui doit un ouvrage précédent « Échapper aux manipulateurs ». Elle signe cette fois aux éditions Guy Trédaniel Divorcer d’un manipulateur. Un exercice pas toujours évident car le manipulateur est toujours habile et sa proie vulnérable. Elle enseigne à cette dernière la façon d’identifier un manipulateur et comment sortir de son emprise. Voici un ouvrage d’un grand sérieux Échec au cancer de Lyse Genest aux Presses de l’Université Laval. Cette nutritionniste qui a exercé au Centre hospitalier Laval a produit ce guide exhaustif des aliments protecteurs qui vont aider à circonscrire ce mal sournois. Vous avez une fiche signalétique de tous les aliments qui vont jouer un rôle important pour le mieux-être du métabolisme. L’hypnothérapeute Olivier Lockert nous invite à un voyage en soi avec Confiance & estime de soi avec l’hypnose. C’est aux éditions Ifhe. Sa méthode suppose des inductions hypnotiques, d’intégrer des idées qui font la différence.       

 








 


Le coin santé physique et psychique (2)

Quand on est souffrant on n’a pas toujours le goût d’aller chez le toubib. C’est pourquoi le Guide thérapeutique des remèdes naturels de Robert Balch sera apprécié car il mêle des traitements de nos grands-mères tout comme de récentes recherches scientifiques. 150 symptômes sont répertoriés et pour chacun un ou des traitements appropriés. C’est aux éditions Québec-Livres tout comme les quatre autres bouquins qui suivent. C’est un ancien policier Michel Rouillard et un communicateur de métier, Marc Éthier qui ont bâti un système analogique avec le règne animal pour permettre de comparer les comportements humains. Ce qui donne Reconnaître les personnalités en 7 secondes. Nous vous laissons le soin de découvrir ce que l’on dit de ceux qui inspirent la tortue. Êtes-vous de nature fidèle dans le couple ? Si vous ne pouvez répondre spontanément c’est que vous avez tout intérêt à vous soumettre à ce vaste questionnaire du psychoéducateur Louis-Georges Désaulniers, L’Infidélité, tests d’évaluation. Vous aurez vraiment l’heure juste. Il y a des bons et mauvais gras comme il y a du bon et du mauvais cholestérol. Le gras, les lipides en somme, sont nécessaires pour avoir des gains d’énergie, mais les gras trans ou saturés sont néfastes. Pour les distinguer parcourez Le gras, ami ou ennemi ? De Caroline Gauthier. On peut guérir de la boulimie. C’est l’heureuse nouvelle que nous communique le Dr. Maurice Laroque qui a été président de l’Association des médecins traitant l’obésité. Il nous explique les mécanismes qui font que les gens mangent au moindre choc émotionnel. Maigrir par le contrôle des émotions décortique le phénomène de la faim, surtout celle inexpliquée après une période de satiété Aux éditions AdA, la référence en matière d’anges Jacky Newcomb qui sans ambages nous dit que nous avons un ange à nos côtés avec des exemples concrètes de leurs interventions. Ça s’intitule Je vois des anges. Enfin, aux éditions Alpen deux petits titres. A commencer par Les compléments alimentaires : mode d’emploi de Kurt Meyer. Avec amusement il rappelle que les hommes préhistoriques ingurgitaient 3000 calories par jour pour leurs besoins en vitamines et minéraux. Maintenant il s’agit de bien harmoniser afin d’obtenir des rapports optimisés. Ces apports viennent compléter l’alimentation de base. De son côté le Dr. Éric Menat d’entrée de jeu souligne que les maladies de l’adulte prennent racines dans les premières années de la vie. Il y va donc d’un petit traité du Bien manger pour bien grandir qui fait le point sur l’alimentation de l’enfant de 0 à 12 ans. 

 




 


Principe de laïcité

La République française a bien défini le concept de laïcité, qu’on a voulu travestir au gré des opportunismes. Martine Cerf et Marc Horwitz signent un manifeste Ma liberté c’est la laïcité préfacé par Robert Badinter chez Armand Colin qui rappelle avec force que les droits fondamentaux reconnus à tous les êtres humains sont la liberté et l’égalité.

Ma liberté c’est la laïcité. Martine Cerf et Marc Horwitz. Armand Colin 124p.

 




 


Les fumées de mer en poésie

Les fumées de mer désignent un phénomène climatique que l’on peut voir sur le fleuve Saint-Laurent par temps hivernal. Ce sont des vapeurs d’eau qui montent des eaux du fleuve et qui vont progressivement en direction de la mer. Le matin c’est un joli spectacle. Et qui plus est a frappé l’imaginaire du poète André Vézina qui donne le titre de Fumées de mer à son recueil poétique. Extrait « ciel d’orage lamento des tourterelles dans le lointain fin juillet au pied des grands peupliers l’herbe moins verte. »

Fumées de mer. Haïku. André Vézina. Éditions David 78p.    www.editionsdavid.com

 




 


La suite de numéro quatre

Si vous avez déjà lu « Numéro quatre » cette fiction de Pittacus Lore, sachez que la suite est déjà en rayon La révolte des neuf. Ces chiffres, quatre et neuf, désignent des enfants lorics au nombre de neufs, qui ont été placés sur Terre pour protéger les humains d’une invasion probable des Mogadoriens. Ce sont des adolescents rassembleurs qui mettent tout en œuvre pour protéger les nôtres. Une tâche ardue car l’ennemi à affronter est de taille. Une fiction de première grandeur et écrit avec finesse ce qui est assez rare dans le domaine.

La révolte des neuf. Pittacus Lore. Flammarion Québec 342p.   www.flammarion.qc.ca

 




 


Vues sur le Japon

C’est Johanna, heureuse comme tout, ce fameux Japon dont son père lui a tellement inculqué le désir est à sa portée puisque la Citibank lui offre un poste à sa succursale Tokyo-Ginza. Ce sera le nouveau décor pour les retrouvailles avec son Étienne. Tokyo Imperial d’André Girard est une formidable initiation à la culture nippone. On voit bien que le romancier s’est fortement documenté sur ce pays car ça fourmille de détails. Et c’est le doublé, en même temps un beau roman à caractère très sentimental et un cours de civilisation vu de l’intérieur. Pour ceux que le Japon fascine déjà ou qui sont curieux, ce livre est incontournable.

Tokyo Imperial. André Girard. Québec Amérique 276p.    www.quebec-amerique.com

 




 


De l’attirance pour les gens de son sexe

Micheline Duff n’a sans doute pas le problème de la page blanche, car la vie est un réservoir sans fin pour puiser des histoires de tous les jours, de ces petites choses du quotidien qui prennent de la dimension une fois qu’elle se met au clavier. Elle publie son seizième titre qui est le troisième tome de sa série « Pour les sans voix ». Une place au soleil fait la place à Vincent de Bellefleur qui rendu au terme de ses études secondaires fait son coming-out. Et il en pince pour un camarade de classe. C’est tout le talent de la romancière de restituer le vécu de ces amours qui n’osent souvent dire leur nom. Saluons l’écrivaine qui n’a pas peur de toucher à des thèmes marginaux qui composent la mosaïque humaine.

Une place au soleil. Micheline Duff. Québec-Amérique 337p.  
www.quebec-amerique.com

 




 


Paris vue sous l’angle familial

Comment est-ce de vivre dans la Ville Lumières quand on est une famille ? François de Singly et Christophe Giraud qui appartiennent tous deux à l’Université Paris Descartes, établissent la cartographie sociologique de la vie de famille dans la capitale parisienne. On note que pour les cadres, nombreux, la vie en famille se limite tard en soirée et les week-ends. Et ce que c’est pour une mère de famille qui s’accorde seule une petite escapade et qui se voit immédiatement la cible des dragueurs.

En famille à Paris. François de Singly et Christophe Giraud. Armand Colin 210p.  

 




 


Une relecture de La Bible

Sylvie Asselin est médium et a entrepris une relecture de la Bible pour en extirper tout ce qu’on ne vous a pas dit à son propos. Ce n’est pas tant un livre sur la Foi qu’un ouvrage sur la croissance personnelle. Quel a été en réalité le message de Jésus et des Écritures ? Sa vision déboulonne passablement les idées reçues à propos du livre le plus lu au monde, mais mal enseigné se lon ce que l’on peut comprendre.

La face cachée de la Bible. Sylvie Asselin. Québec-Livres 198p.    www.quebec-livres.com

 




 

On profite des six mois à vivre

Ça y est, le verdict est tombé, Rebecca n’en a plus que pour six mois à vivre. Heureusement qu’il y a sa frangine Charlotte qui ne carbure pas au désespoir. Les deux décident donc que les derniers mois de vie seront de pleine intensité. Elles vont rouler en direction du Grand Canyon. Six mois sans pamplemousse de Carole Tremblay est présenté, dans la catégorie du roman jeunesse, mais en réalité il touche toutes les tranches d’âge de lectorat. Car le thème des fins dernières est universel. Revenons au ton qui est enjoué. On veut profiter du temps qui reste pour aller à fond la caisse et s’autoriser des choses que l’on ne ferait pas autrement. Un beau roman riche d’enseignement et qui nous fait souvenir que nous vivons sur du temps emprunté.

Six mois sans pamplemousse. Carole Tremblay. La courte échelle 302p.
www.courteechelle.com

 




 


Un historique de comment nous mangeons

C’est un livre d’érudition sur le rapport de l’hominidé avec la nourriture. Mais loin d’être hermétique c’est une fabuleuse histoire que L’alimentation du big bang au big crunch d’Yves Tessier. Cet historien sait tout des habitudes alimentaires, de la préhistoire à nos jours. Il nous raconte qu’avant l’incorporation du houblon dans la bière, on incluait de la fiente de pigeon, procédé douteux qui fit en sorte que la Bavière édicta des règles précises pour le brassage de la bière. Comment l’usage de la fourchette était tenu au début pour une attitude propre aux gens efféminés, la virilité étant de se saisir des aliments à pleines mains. On a raison d’inscrire en sous titre que c’est une histoire étonnante. Et se nourrir est à la base de tout.

L’alimentation, du big bang au big crunch. Yves Tessier. Presses de l’Université Laval 378p.     www.pulaval.com

 




 


 Des tatouages à la pelle

C’est presque un fait de civilisation que le tatouage. Qui remonte à des lustres du côté des peuplades primitives et qui chez les occidentaux contemporains connaît une vogue de popularité. Si vous êtes à court d’inspiration et souhaitez vous en faire tatouer un, feuilletez alors 1000 tattos true love publié par les éditions Taschen. Un petit pavé qui vous en montre de tous les styles et où l’imagination a toute la place.

1000 tattoos, true love. Henk Schiffmacher. Taschen 543p.   www.taschen.com

 






 


Le coin décoration, bricolage

Quand vient le temps de choisir une couleur pour un appartement c’est souvent un véritable casse-tête. On voudrait tant la nuance approprié qui mettra en valeur le mobilier et qui influencera aussi les humeurs car il ne faut pas oublier l’influence de la chromothérapie. Christelle Sauzet a fait un travail remarquable avec Color! Elle a rassemblé non pas vingt ni trente, mais 500 couleurs pour réinventer l’intérieur. C’est chez Fleurus. Demeurons dans la décoration avec un autre titre publié chez Massin dans la collection « Le guide de mon projet ». Cette fois c’est l’architecte Marie-Pierre Dubois Petroff qui nous arrive avec ses plans, devis, équipements et matériaux pour Salle de bains. C’est une multitude de conseils pour enjoliver ce lieu quand même assez fréquenté durant la journée. Et vous avez de toutes les dimensions et surtout des atouts pour des espaces réduits. Et pour transformer une pièce, ça suppose parfois du bricolage. Stephen Corbett nous livre un magnifique album chez Fleurus Le grand livre du menuisier. Travailler le bois, matériau nobel par excellence, requiert une certaine dextérité. Mais tout s’apprend. Mais avex un tel maître, il suffit de suivre les étapes telles que consignées. Il y a d’abord la présentation des outils nécessaires puis viennent ensuite les techniques d’apprentissage jusqu’aux niveaux élevés d’exécution. Et les photos de John Freeman viennent appuyer l’enseignement théorique.

 




 

Hommage au créateur d’Alien

Le nom de l’artiste HR Giger ne vous dira sans doute rien. Mais si on vous dit qu’il est le créateur d’Alien du film Ridley Scott, alors là oui, ça devient une référence. Ce designer suisse est multiple. Il peint à l’aérographe des dessins futuristes qui font penser au Metropolis de Fritz Lang. Il conçoit des bars hallucinants et des pochettes de disques dont pour le groupe Emerson Lake and Palmer. On rend hommage à son œuvre par un bel album d’art qui vous fera écarquiller les yeux d’émerveillement. Il a une signature bien à lui, infiniment reconnaissable. Et reconnaissance ultime de son vivant, un musée lui est entièrement consacré.

HR Giger. Taschen 232p.    www.taschen.com

 




 


Pour devenir tel un Karl Lagerfeld

Blandine Lelarge est une illustratrice de mode au talent reconnu et qui a la générosité de nous faire part des techniques de base à acquérir pour réaliser des croquis, que ce soit pour une jupe, un sac à main, un manteau et une robe. Ça va des dessins sages à ceux plus excentriques. Et inutile que l’album, belle réalisation d’édition, est superbement illustré. Rien de tel que des exemples pour se faire la main.

Le grand livre du dessin de mode. Blandine Lelarge. Fleurus 159p.    www.fleuruseditions.com

 




 


Jean Garon se raconte

En marge du lancement du livre de ses souvenirs, l’ancien premier ministre du Québec, Bernard Landry a dit du mémorialiste Jean Garon qu’il avait été sans contredit le plus grand ministre de l’agriculture de l’histoire de la province. Et ce n’était pas un compliment exagéré. Plus que tout autre il s’est porté à la défense des agriculteurs comme nul autre. Et mieux que les libéraux qui ignoraient cette classe sociale, il s’en est fait le promoteur avec l’appui inconditionnel du premier ministre. Un gars qui s’est signalé par son langage direct, tout sauf la langue de bois. C’est ce ton qu’on a apprécié chez lui que l’on retrouve. C’est un beau cadeau qu’il fait aux québécois.

Pour tout vous dire. Jean Garon. VLB éditeur 531p.  www.editionsvlb.com

 




 


Où était passé la tête d’Henri IV
C’est toute une aventure que nous racontent Stéphane Gabet et Philippe Charlier le premier journaliste et le second médecin légiste, sur l’énigme entourant le fait que la dépouille du Vert-Galant se soit retrouvée sans tête. Il aura fallu les nouvelles technologies d’identification dont le précieux ADN pour enfin authentifier que le crâne retrouvé était bien celui du monarque. Et c’est raconté à la manière d’un thriller policier.

Henri IV. L’énigme du roi sans tête. Stéphane Gabet et Philippe Charlier.  La librairie Vuibert 152p.    www.la-librairie-vuibert.com

 




 


Les crimes qui perdurent

Vous avez les crimes violents,  immédiats avec des victimes qui succombent sur le champ. Et vous avez de ces autres crimes, ceux-là à saveur économique, qui perdurent grâce au manque de surveillance des autorités concernés, incompétence, complicité ou indifférence. C’est à ça que s’attache l’essai Les crimes invisibles de Louise Fines. Cette professeure de criminologie à l’Université d’Ottawa commente donc ces délits contemporains, dénonciations et temps de réaction.

Les crimes invisibles. Louise Fines. Liber 106p.   

 




 


La dernière enquête de Kay Scarpetta

Patricia Cornwell n’aura pas faite attendre ses fans trop longtemps. Elle nous ramène son enquêteuse fétiche Kay Scarpetta dans Vent de glace. Décidément, les talents de notre héroïne sont sollicités de partout. La voici dans un bled perdu de l’Alberta, car on signale la disparition d’un paléontologue d’un site de fouilles qui renferme des ossements de dinosaures. Cette nouvelle enquête survient où Kay entre dans une zone de turbulence au niveau de sa vie privée. Mais le sens du devoir l’emporte sur tout et c’est sur la piste d’un tueur en série qu’elle est embarquée. Comme toujours on admire son opiniâtreté et sa faiblesse, ce qui la rend attachante comme tout.

Vent de glace. Patricia Cornwell. Flammarion 408p.   www.flammarion.qc.ca

 




 


Deschamps qui a su gratter nos bobos en riant

Claude Paquette adore travailler sur des biographies d’êtres exceptionnels. Il s’est gâté avec Yvon Deschamps qui est une icône de l’humour au Québec. C’est une biographie qui met bien en évidence les forces et les faiblesses du personnage. Il est difficile d’exercer le travail de biographe chez nous, tant la famille québécoise est tricotée serrée et les susceptibilités immenses. Mais il ne semble pas s’être embarrassé de ces considérations pour nous livrer finalement un parcours de vie à la hauteur d’homme. Et ceux qui ne connaissent pas plus qu’il ne faut l’être humain derrière le comique, apprendront énormément. Et surtout prendront la mesure de la place de patriarche qu’il occupe dans le créneau qu’il a choisi et qui a pavé la voie à tant d’autres.

Yvon Deschamps. Claude Paquette. Éditions Contrepoints 389p.   www.claudepaquette.qc.ca

 




 


Une pièce d’homme

Cette expression devenue désuète désignait jadis soit un homme à la carrure imposante ou bien jumelé à un caractère bien trempé. Télesphore-Damien Bouchard entre dans cette catégorie. Ce nom ne dit absolument plus rien à la jeune génération, mais s’est lui qui sera le chantre de la nationalisation de l’électricité et dont il deviendra le premier président d’Hydro-Québec. Libéral jusqu’ à la moëlle, c’était un ennemi juré de Duplessis. Mais inattaquable car d’une intégrité à toute épreuve qui agaçait même les membres de sa propre formation politique. Il sera élu la première fois en 1912 à l’Assemblée législative du Québec pour la ville de Saint-Hyacinthe, dont il sera aussi le maire durant un quart de siècle. Leader à la Chambre du Parti libéral de 1936 à 1939, il sera ministre délégué des Travaux publics de 1939 è 1944 sous Adélard Godbout. Après sa présidence à Hydro-Québec il sera fait sénateur à Ottawa. C’est à un chirurgien pédiatre à la retraite, Frank M. Guttman que nous devons cette biographie fouillée qui comble un vide, puisqu’il était temps de redécouvrir cette pointure incontournable de la politique québécoise contemporaine.

Le diable de Saint-Hyacinthe. Frank M. Guttman. Hurtubise 514p.   www.editionshurtubise.com

 




 


La méthode Bruce Lee

Pour des millions d’adeptes de l’art martiaux, Bruce Lee fait figure de jeune dieu. Hélas la mort nous l’a ravi trop tôt. Mais il laisse un héritage entrepris en 1966, Ma méthode de combat. Qu’il avait laissé en plan de peur qu’elle soit récupérée par de faux disciples qui s’en seraient servi à des fins bassement commerciales. C’est sa veuve Linda qui a réalisé qu’un tel enseignement devait quand même être répandu. Voici donc les diverses façons de combattre de ce grand maître du wushu chinois. Il ne faut pas oublier qu’il était de surcroît détenteur d’une maîtrise en philosophie.  La parfaite incarnation d’un esprit sain dans un corps sain.

Ma méthode de combat. Bruce Lee & Mitoshi Uyehara. Budo 493p.   www.budo.fr

 




 


Les débordements de Sœur Parenthèse

Sœur Marie-Aime-de-Jésus est une religieuse hors norme, qui est très populaire au pensionnat où elle enseigne. Elle a hérité du sobriquet de Sœur Parenthèse. Bien qu’elle soit respectueuse des vœux prononcés, elle est toujours à la limite. Ainsi, elle va s’éprendre chastement du chapelain avec qui elle entreprendra une correspondance assez peu coutumière pour une femme de sa condition. Et c’est tout le mérite de Mario Bergeron avec Les bonnes sœurs d’avoir su se mettre dans la peau d’une religieuse déchirée en Foi et appel de l’amour humain. Un beau roman modèle sur le tourment.

Les bonnes sœurs. Mario Bergeron. Les éditeurs réunis 300p.   

 




 


La transmission de Gregory Charles

N’en faisons un mystère, Gregory Charles en exaspère plus d’un dans la colonie artistique. Parce qu’il a sans doute reçu trop de dons, à la fois musicaux et doté d’une mémoire phénoménale. C’est un juke box vivant. Mais il y a une facture à payer d’avoir cette surabondance de talents. Mais voici qu’il nous étonne encore et que cette fois il risque de se réconcilier bien des gens. Il publie N’oublie jamais un livre de cœur dans lequel il s’adresse à sa fille pour lui parler de sa grand-mère. C’est un hommage rendu par l’auteur à sa maman pour tout ce qu’il lui doit. C’est écrit avec une simplicité de ton, rien de sentencieux. Vous aimerez beaucoup et c’est un magnifique portrait de femme.

N’oublie jamais. Gregory Charles. Les éditions La Presse 154p.  

 




 


Quand on scénarise la téléréalité musicale

Kristov Leroy jette un pavé dans la mare du monde des variétés à la télévision avec Dans la secte « Nouvelle star » une émission de découvertes musicales dans l’Hexagone dans la foulée des Star Académie et The Voice. Cet auteur-compositeur-interprète qui enseigne aujourd’hui l’anglais, a tenu cinq semaines à l’antenne et a été éliminé pour avoir professé une expression un peu disgracieuse. Aujourd’hui il déboulonne ces émissions dont celle qu’il a participé en démontant les mécanismes qui nous fait voir que tout est arrangé avec le gars des vues. De quoi déchanter, sans jeu de mots.

Dans la secte « Nouvelle star ». Kristov Leroy. Éditions Jacob-Duvernet 274p.   

 




 


Fin de règne de la dernière dynastie chinoise

Michaela Link est une sinologue de formation et guide en Extrême-Orient. Elle connaît toutes les subtilités de la civilisation chinoise.  Elle nous gratifie d’un magnifique roman historique Le miroir de l’impératrice qui a pour décor la dernière dynastie chinoise à la cour de l’impératrice Guniang, une femme terrible. On fait connaissance avec la princesse Ali qui à peine âgée de 18 ans devient dame de compagnie. Aussitôt, ce poste convoité suscite des envies dans l’entourage. Mais il y a pire. Au-delà des intrigues, un danger plus grand la guette, son paternel veut la marier à un vieux général. C’est en même temps une histoire sentimentale mais qui nous renseigne énormément sur les mœurs de ce cénacle restreint où la cruauté était le pain quotidien.

Le miroir de l’impératrice. Michaela Link. L’Archipel 357p.   www.editionsarchipel.com

 




 


Des fées dissemblables

Satria et Tolyco se croyaient des fées à l’identique, mais on aura tôt fait de leur démontrer que leur destin n’est pas le même, l’une habitée par les forces du bien, l’autre du mal. Au départ elles vont se rendre au bord du gouffre qui a vu la perte de Léo. Isabelle Roy nous offre ainsi le tome 2 de sa saga Les Fées-du-Phénix intitulé Le gouffre de Pandore. Nous sommes en présence d’une auteure en parfaite maîtrise du genre fantasy, avec la rare qualité de n’avoir pas entremêlé quinze aventures, se limitant au vécu des deux fées. C’est tout à son honneur de respecter la facilité de compréhension du lecteur. Une belle histoire, onirique à souhait qui fait office de fable sur les forces antagonistes en présence.

Les Fées-du-Phénix. Tome 2 Le gouffre de Pandore. Isabelle Roy. Hurtubise 362p.   www.editionshurtubise.com

 




 


Contestataire un jour…

C’est un premier roman pour Nicolas Delisle-L’heureux qui a choisi de nous raconter le parcours de son protagoniste Jakob Labonté qui est un agitateur social dans Saint-Henri ce quartier ouvrier du Sud-Ouest de Montréal. Mais il en fait un peu trop et il aura tout intérêt à aller se faire voir ailleurs pour son bien. Ce qu’il fera en allant s’expatrier à Senneterre en Abitibi. Il avait sans doute l’intention d’y trouver une quiétude, mais son fond de commerce est plus fort que lui et le voilà en mode revanchard. Il a un côté Don Quichotte notre homme qui nous le rend attachant. Il verra à quel point changer le monde est une entreprise titanesque quand on a pour adversaire l’inertie et la mauvaise foi. Pour un premier bouquin c’est plus que prometteur. Surveillez de près ce romancier qui risque d’aller assez loin.

Les pavés dans la mare. Nicolas Delisle-L’Heureux. Pleine lune   www.pleinelune.qc.ca

 




 


Une enfant au destin terrifiant 

Michèle Laframboise a voulu au départ offrir Le projet Ithuriel à un lectorat jeunesse, mais quand on lit le synopsis et quand on feuillette l’ouvrage, on se rend compte que c’est décidément grand public et que ce pourrait faire un sacré bon film de fiction québécois. Voici en résumé. C’est dans u futur non défini. Nous sommes à Montréal. Un savant très singulier planche sur un projet top secret « Le projet Ithuriel ». Il a comme champ d’expérimentation une fillette prénommée Lara. Qui sera l’objet d’expériences terrifiantes qui auront pour résultat final de la priver de stimuli intellectuel. Avec le pouvoir d’éradiquer des conflits mondiaux. Au cours d’une de ces expériences menée dans la Pyramide se trouvant au sommet du Mont-Royal, Lara s’enfuira pour se retrouver dans un monde que l’on vous laisse découvrir.  C’est un bijou de fiction.

Le projet Ithuriel. Michèle Laframboise. David 324p.    www.editionsdavid.com

 




 


Autour de l’art

C’est une nouvelle collection qui paraît aux éditions du passage qui a pour titre « Autour de l’art ». Qui comme le titre l’indique publiera des ouvrages traitant d’art. Trois premiers petits opus paraissent. D’abord Conversations en suspensLaurier Lacroix s’entretient avec cette figure du marché de l’art, Sam Abramovitch. Ce qu’il y a d’agaçant chez l’interviewé c’est cette arrogance constante. Les questions sont souvent plus longues que les réponses. Puis vous avez Louise Bombardier et Gérard DuBois qui nous arrivent avec Révélations photographiques. Ils commentent des œuvres souvent dans des termes poétiques. Bel exercice d’observation. Puis enfin d’Edmund Alleyn, De jour, de nuit des écrits sur l’art sous la direction de Jennifer Alleyn et Gilles Lapointe. Cette démarche en édition est d’autant plus méritoire que ces petits bouquins n’auront aucun avenir commercial et qu’il s’agit presque d’une démarche philanthropique.

 




 


Comment évaluer les chercheurs ?
Un travailleur est constamment soumis à des évaluations de performance. Qu’en est-il des chercheurs ? Comment la science peut-elle valider les recherches effectuées ? Qu’est-ce qui donne de la crédibilité à un tel plutôt qu’un autre ?  Une barre de mesure existe, la bibliométrie. C’est ce qui fait l’objet de l’essai Dis-moi qui te cite, et je saurai ce que tu vaux. Écrit par trois psychologues Pascal Pansu, Nicole Dubois et Jean-Luc Beauvois. On verra comment cette technique peut devenir un outil de globalisation scientifique et culturelle.

Dis-moi qui te cite, et je saurai ce que tu vaux. Pascal Pansu, Nicole Dubois et Jean-Luc Beauvois. Presses Universitaires de Grenoble 127p.  www.pug.fr

 




 


Un chambreur à Québec

Nous sommes à Québec, plus précisément dans le Faubourg Saint-Jean Baptiste. Nous retrouvons Adélaïde qui vit avec sa fille. Qui soudainement seront gagnés par la précarité financière. Au point de devoir louer une chambre de leur appartement question d’accroître leur petit pécule. Un homme répondra à la petite annonce. Et sa présence dans l’immeuble, agitera bien des langues. Et des commentaires allant dans toutes les directions. Les deux saisons du Faubourg de Mylène Gilbert-Dumas traite de la notion d’intimité. C’est le treizième roman de l’auteure qui connaît bien les recoins de la nature humaine. Et puis c’est aussi un peu de l’âme de Québec qui transpire de page en pages. Un livre qui vous marquera sans l’ombre d’un doute.

Les deux saisons du Faubourg. Mylène Gilbert-Dumas. VLB éditeur 354p.   www.editionsvlb.com

 




 


Besançon par la carte postale

Au début du siècle dernier, une communication à la mode était de correspondre par le biais de la carte postale. Et les gens en envoyaient quotidiennement. Les éditions Silvanaeditoriale de concert avec la bibliothèque municipale de Besançon et le Musée du Temps publient Cartes postales Besançon 1900-1936. C’est de voir qu’en photo on captait tous les faits et gestes de la vie quotidienne. Pour cette municipalité française on en a conservé des milliers, ce qui est un indicateur de l’intérêt pour ce moyen de transmettre les informations. Les photos sont plus que touchantes et témoignent d’un univers disparu.

Cartes postales Besançon 1900-1936. SilvanaEditoriale 143p.   www.silvanaeditoriale.it

 




 


Chromo connaissance

Si les couleurs pouvaient parler. Mais elles n’ont pas à exprimer verbalement car elles expriment déjà par leurs seules présences. Eva Klein nous dit tout sur Les couleurs, leurs langages, leurs influences et leurs secrets.  C’est une psychologue qui a étudié notamment les couleurs plus précisément au centre Hygeia School de Londres.  On savait déjà par la chromothérapie, à quel point une couleur pouvait influencer les humeurs, pensons seulement à l’interaction du rouge sur les taureaux et l’apaisement du vert. Mais cela va beaucoup plus loin dans l’analyse.
 
Les couleurs. Eva Klein. Alpen 127p.    www.alpen.mc

 




 


Aménagement de cuisine

Au Québec, la cuisine est un lieu central où tous les résidents convergent pour prendre leurs repas certes, mais pour convivialiser. C’est une pièce déterminante qui requiert une attention. L’architecte Marie-Pierre Dubois Petroff nous illustre des cuisines en tout genre. Nous invitant à porter une attention au moindre détail. Car une cuisine est un espace utilitaire. Et comment s’organiser  lorsque l’on manque d’espace ? Toutes les réponses à toutes les questions.  Et les illustrations nombreuses vont vous donner un tas d’idées.

Cuisine. Marie-Pierre Dubois Patroff. Massin 111p.     www.massin.fr

 




 


La contribution de Roberval

Si on prononce le nom de Roberval le passant parviendra peut-être à identifier la ville du Lac-Saint-Jean. C’est un triste tribut à faire à Jean-François de La Roque de Roberval  à qui François 1er avait confié le peuplement de la terre découverte plus tôt par Jacques Cartier. Il y aura un peuplement assez intense mais court dans le temps car le conflit entre le roi de France et Charles Quint mit un terme à cette entreprise. On croyait alors que ce territoire regorgeait de métaux précieux. Tout un découvreur que ce Roberval que nous fait découvrir l’historien Bernard Allaire avec un texte fouillé sur les conditions dans les colonies du temps, et aussi une riche iconographie.

La rumeur dorée. Roberval et l’Amérique. Bernard Allaire 159p.   

 




 


Évocation de Paul Éluard

Lorsqu’on parle de la littérature française de la première moitié du vingtième siècle, c’est immanquable on tombe sur le poète Paul Éluard qui a été un animateur hors pair de la vie culturelle française par son amitié avec les écrivains mais surtout les artistes en arts visuel. Ami autant de Dali que de Picasso. Il avait des goûts élargis qui lui faisait aussi aimer les arts premiers. Le Palais Lumière de la Ville d’Évian présente jusqu’en mai 2013 une exposition Paul Éluard, poésie, amour et liberté où sont exposés des objets qui lui ont appartenu. Nous avons le superbe catalogue riche d’illustrations superbes qui montre la place gigantesque qu’occupe cet homme incmparable.

Paul Éluard, poésie, amour et liberté. SilvanaEditoriale 220p.    www.silvanaeditoriale.it

 




 


Anthropologie médicale

C’est une petite plaquette de Richard Platt qui nous informe des pratiques médicales à travers les époques. Incroyable! La toile d’araignée arrête les hémorragies nous enseigne les croyances de jadis en santé.  En Inde par exemple, on refermait les plaies avec des fourmis! Dommage que ce soit un si petit bouquin car chaque page nous apprend tant de choses en la matière.

Incroyable! La toile d’araignée arrête les hémorragies. Richard Platt. Bayard 48p.    www.bayardlivres.ca

 




 


Biographie de la future reine d’Angleterre

Les friands des activités monarchiques seront heureux d’apprendre la publication de la biographie de la future reine d’Angleterre. Franck Guillory qui est un familier des activités de la famille royale britannique signe Kate Midlleton Reine du XXIème siècle. Il faut rappeler qu’elle deviendra la première roturière en 500 ans à monter sur le trône. C’est une bio assez détaillée et non du genre hagiographie people.

Kate Middleton, Reine du XXIème siècle. Franck Guillory. Éditions Jacob-Duvernet 188p.   

 




 


Chef-d’œuvre de psychologie criminelle

Sur la jaquette du roman policier Le violent de Dorothy B. Hughes ne vous étonnez pas de voir l’acteur américain Humphrey Bogart. C’est que le livre a été adapté au cinéma et c’est lui qui incarnait Dick, cet ancien de l’armée de l’air américaine qui essaie tant bien que mal de se réinsérer dans la société civile californienne au lendemain de la Seconde guerre mondiale. C’est en retrouvant un vieux pote de l’armée qu’il retrouve un peu d’entrain. Et ce copain est devenu policier et enquête sur une série de meurtres de femmes. C’est un pur chef-d’œuvre du roman noir de la grande époque.

Le violent. Dorothy B. Hughes. J éditions 252p.

 






 


Le coin spiritualité (1)

Stan Rougier est prêtre et il a toujours fait entrer Jésus dans sa vie. Et c’est ainsi depuis 60 ans. Il dit de ce dernier qu’il y a un paradoxe « si célèbre et si mal connu ». Et il n’a de cesse de le faire connaître. Il a même interrogé une quarantaine de personnalités pour sonder leurs perceptions face à la figure de Jésus-Christ qui se retrouvent dans ce livre Pour vous qui suis-je ? On sera étonné par la variété des réponses où se dégage tout de même un dénominateur commun, on le voit comme un frère. C’est aux éditions Mame.  De la même maison d’édition un livre fort intéressant, La Grande encyclopédie de la Bible réalisé par Mike Beaumont. C’est une présentation qui allie les grands thèmes bibliques, mais aussi la culture de l’époque. Agrémentée de 300 photos, cartes, chronologies et schémas, c’est une merveille de présentation. Un complément parfait pour la Bible en elle-même. Chez l’éditeur Almora, Ajahn Brahm celui qui a écrit ce best-seller « La sagesse du moine qui vendit sa Ferrari » nous revient avec La sagesse du moine, 108 histoires sur l’art du bonheur. Ce sont 108 historiettes comme son titre l’indique, qui mettent de l’avant les préceptes bouddhistes. Et comme nous nous rapprochons plus ici de la philosophie que de la religion comme telle, le message plaira d’emblée à tous ceux qui fuient toute spiritualité récupérée.

 






 


Le coin spiritualité (2)

L’art du bouddhisme, l’art de pratiquer la sagesse au quotidien du Dalaï-Lama est un petit bouquin chez Robert Laffont, écrit en collaboration avec Nicholas Vreeland. On dit de ce livre que s’il ne devait y en avoir qu’un seul du Maître spirituel, ce serait celui-ci. Maintenant, de Marie-Christine d’Welles un livre qui frappera par la profondeur du niveau de la foi. D’abord elle est une militante contre la drogue, ayant vu tellement ses ravages au niveau des jeunes. Et parfois dans son combat elle a eu des moments de découragement. C’est pourquoi elle a demandé le support de Dieu. Qui n’a pas répondu tout de suite. Mais après ce fut l’illumination. C’est chez l’éditeur Jean-Cyrille Godefroy. Il y avait un petit bout de temps que nous n’avions pas eu un traité sur les anges. Le voici, Une année avec les anges de Jenny Smedley cette dernière qui le dispute en connaissance des anges avec la célèbre Doreen Virtue. Considérant qu’il est difficile en ce XXIème siècle de prendre contact avec notre spiritualité, elle nous dit en quoi les anges vont pouvoir éclairer nos vies. Aux éditions AdA. Puis chez Robert Laffont Mary Johnson se fend d’Une quête infinie, un témoignage de cette américaine du Texas qui va entrer chez les sœurs Missionnaires de la charité de Mère Teresa. Durant vingt ans elle ira entre autres en Inde auprès des miséreux puisque c’est à cela qu’elle voudra consacrer sa vie. Mais elle vivra rudement la vie en communauté, les liaisons homosexuelles, un certain sadisme venant même de la célèbre fondatrice. Elle a quitté la communauté et est retournée aux États-Unis pour enseigner à l’université. C’est un livre qui a aussi le mérite d’une enquête dans la vie en communauté vue de l’intérieur. Captivant.

 






 


Le coin santé physique et psychique

Tiens, si c’était la philosophie qui venait en aide aux personnes dont les idéaux ne sont plus en concordance avec la vie ? C’est le pari que propose Julie Tremblay qui est détentrice d’une maîtrise en philosophie. Elle-même a eu des accès de désespoir et c’est la rationalité qui l’a emporté sur l’émotion. Ce qui nous donne un beau témoignage La philosophie comme solution au mal de vivre qui paraît aux Presses de l’Université Laval. Aux Presses Universitaires de Grenoble, Fabrice Guillaume, Guy Tiberghien et Jean-Yves Beaudoin nous arrivent avec Le cerveau n’est pas ce que vous pensez. Le fantasme des neurologues est de bien circonscrire les mouvements de la pensée dans le cerveau. Vous imaginez les applications dans le monde du quotidien pour les décideurs en marketing, en politique et quoi encore. Ce livre fait le point sur la résonance magnétique et ce qu’elle a permis de découvrir à ce jour. Et aussi les difficultés que cela pose d’identifier un mouvement de la pensée, isolément. Dans un tout autre domaine, l’endocrinologie, on se rend compte que le système endocrinien des femmes est largement menacé par des facteurs pathogènes exogènes tel le bisphénol A. On se retrouve dans des situations de puberté précoce ou d’infertilité. Les hommes n’ont plus n’échappent pas à la problématique. Les éditions Yves Michel publient une étude révélatrice Menace sur la santé des femmes qui montre en quoi des expositions aux perturbateurs endocriniens sont des dangers pour la santé reproductive féminine. Aux éditions Les Arènes, Bob Stahl et Elisha Goldstein nous présente la méthode de méditation MBSR pour Apprendre à méditer. C’est un programme étalé sur huit semaines en vue de soulager le stress et gagner en sérénité. Leur proposition est simple, respirer, écouter, répondre sans réagir, être connecté à soi et aux autres, empathie, joie et santé. L’ouvrage est complété par un CD d’une durée de 8 heures comprenant 21 méditations guidées. Enfin chez Novalis, l’alcoolisme est destructeur pour celui qui est aux prises avec sa dépendance à la boisson. Mais que dire de ceux qui vivent dans l’entourage d’un alcoolique. Paulette Chayer Gélineau et Fabienne Moreau ont rédigé Se guérir d’un parent alcoolique. Ce sont des exercices écrits pour favoriser l’apaisement. En somme, sortir de l’ombre de l’alcoolisme.

 




 


A vos marques, prêts ? Dessinez!

Aux éditions Vigot, deux ouvrages vraiment bien faits destinés à ceux qui ont le dessin facile où qui ont un potentiel en ce sens. Le premier Dessiner des mangas de Mark Crilley vous livre les techniques pour reproduire les physionomies qui ont fait la marque de ce type de cette bande dessinée originaire du japon. Vous aussi vous pourrez reprendre ces personnages avec ces grands yeux si prenants. Et dans un même esprit Dessiner des personnages de Daniel Cooney. Ici la palette est plus large avec des dessins s’inspirant des comics américains ou de la bande dessinée européenne ou de la fiction stylisée. Une belle initiation aux divers courants de la BD.

 






 


Le coin Miam miam

Deux titres cette semaine. Ici étrangement ce n’est pas un livre sur la cuisine, mais un témoignage d’une femme qui a eu le malheur un jour de prendre à peine six kilos en trop. Et qui va entreprendre vingt ans de régimes abrutissants avec des conséquences sur sa physionomie et physiologique aussi. Et elle ne comprenait pas, alors qu’elle était fidèle aux instructions données, comment elle arrivait à gagner du poids. La calorie ne fait pas le poids de Joséphine Mazal déboulonne les préjugés que l’on a concernant le gras, le sucre et le sel. A preuve, elle n’était pas grosse avec la cuisine riche de maman. C’est aux éditions Jacob-Duvernet. Et aux éditions La Presse on réédite Le Grand Soulard de la Cuisine, une édition augmentée avec 1150 recettes. Cet ouvrage est devenu un grand classique, d’autant plus qu’il exploite avec des variations subtiles, les produits du terroir. L’ouvrage ne prend que plus d’importance depuis l’annonce cette année de son départ du Château Frontenac où il a officié avec brio pendant vingt ans. Une nouvelle qui a fait l’effet d’un coup de tonnerre dans le monde de la restauration. Il réapparaîtra certes dans une autre vocation, mais pour le moment il nous laisse ce bel héritage, tout simple, qui se signale par l’absence  de toutes photos de plats terminés, ce qui est rare dans ce genre d’édition. Il préfère se concentrer sur la transmission des données.

 




 


Un conte fantastique japonais

D’abord un mot sur Yôko Ogawa qui est une auteure des plus en vue de la littérature japonaise. On ne compte plus les prix remportés par cette écrivaine nippone qui ne manque surtout pas d’imagination. A preuve Le petit joueur d’échecs qui est un conte fantastique. Jugez vous-même. A l’avant-scène un petit garçon aux lèvres scellées avec un léger duvet sur la bouche. Et hypersensible aux mouvements de l’air Il tue le temps sur la terrasse d’un grand magasin. On raconte que c’est à cet endroit que serait morte l’éléphante légendaire Indira. Un jour, le gamin va faire la découverte du corps d’un homme mort noyé dans une piscine. Et se mettant en quête de l’identité de la victime, il va tomber sur gardien d’usine obèse qui crèche dans un autobus immobile. L’homme est un crac des échecs et faisant de son jeune interlocuteur presque un fils, lui enseignera l’art de jouer avec les pions. C’est une belle histoire sur la transmission du savoir et les liens possibles entre les générations.

 




 


Le coin de la Nouvelle-France

Deux titres pour les amateurs de l’Histoire du pays. De Jacques Mathieu et Sophie Imbeault c’est La guerre des canadiens. Les historiens couvrent la période allant 1756 à 1763. On s’attache aux lendemains de la Conquête avec les privations et exactions qu’ont dû subir les francophones aux mains des Anglais. Et qui ont laissé des traces de ressentiment jusqu’à nos jours. Les civils ont écopé durant les affrontements entre francos et anglos. Et Marjolaine Saint-Pierre nous fait découvrir une personnalité de la fin du régime français qui a forcé l’admiration, tant des amérindiens, que des anglais et des américains. Il s’agit de Lacorne Saint-Luc agent de liaison auprès des tribus indiennes. Il deviendra par la suite un commerçant prospère. Avec la Conquête, il s’exile. Mais son bateau s’échoue. Il sera des sept rescapés et entreprendra en hiver une longue marche qui le mènera du Cap-Breton jusqu’à Québec. Une figure oubliée mais maintenant réhabilitée grâce à cette historienne de talent. Les deux ouvrages sont aux éditions du Septentrion.

 




 


Présence française en Amérique

Dean Louder est un américain francophile qui a été requis comme professeur à l’Université Laval en géographie. Il se fend d’un merveilleux récit de voyage où il a tenté de vérifier où en était la présence francophone en Amérique du Nord, du moins là où il s’est rendu. Au cours de huit itinéraires, il rencontrera des Louisianais, des Acadiens et des Québécois. C’est en même temps une radiographie de l’état du français sur le continent. On retiendra surtout les capacités de conteur du monsieur amoureux de la langue de Molière.

Voyages et rencontres en Franco-Amérique. Dean Louder. Hamac-carnets 257p.    www.hamac.qc.ca

 




 


Une infirmière en chaleur

Juliette Gréco chantait « Déshabillez-moi », Sylvie Ouellette elle, écrit « Déshabillez-nous » un roman érotique qui met en scène une infirmière qui vient de décrocher un boulot dans une clinique de chirurgie esthétique. Et elle s’apercevra assez vite que les services offerts débordent largement de ce qu’on attend d’un tel établissement. Encore une fois la romancière fait preuve d’une maîtrise totale pour savoir comment enflammer notre imagination érotique.

Déshabillez-vous. Sylvie Ouellette. Guy Saint-Jean 289p.    www.saint-jeanediteur.com

 




 


Le français comme il se parle au pays

C’est un fait qu’il n’y a pas qu’une langue française au Canada. Dépendant des régions elle sera teintée d’abord d’un accent puis de divers emprunts à l’anglais ou d’autres influences. Une équipe de chercheurs en linguistique sous la direction de Davy Bigot, Michael Friesner et Mireille Tremblay examine la diversité de l’expression française dans cet essai Les français d’ici et d’aujourd’hui. Le titre est trompeur. On croirait que c’est une étude sur les ressortissants français au pays. Mais il n’en est rien. Ce sont bien des citoyens canadiens français qu’il s’agit.

Les français d’ici et d’aujourd’hui. Collectif. Presses de l’Université Laval 258p.    www.pulaval.com

 




 


Histoire du bénévolat au Québec

Le bénévolat joue un rôle essentiel et incontournable pour cimenter la société et lui permettre de venir en aide aux plus mal pris. L’Église a initié le mouvement qui a été ensuite repris par l’État. L’invention du bénévolat un travail de recherche, retrace l’histoire du mouvement chez nous. Et que l,on pense aux graves incendies qui à Québec ont dévasté au XIXème siècle les quartiers Saint-Roch et Saint-Jean Baptiste et qui ont amené les gens à s’entraider. Même le service des incendies était pour beaucoup volontaire. Mais on se rendra compte aussi que même si les familles étaient plus tricotées serrées à l’époque, elles n’avaient pas les ressources financières adéquates pour palier aux problèmes des leurs.

L’invention du bénévolat. Collectif. Presses de l’Université Laval 226p.    www.pulaval.com

 




 


A propos de la désobéissance civile

Le printemps érable a amené la publication de plusieurs littératures sur le fait contestataire. Dans la foulée du soulèvement étudiant Guy Durand y va de sa réflexion dans une petite plaquette La désobéissance civile et nous. Où il réfléchit sur les paramètres et la justification de se soulever contre l’ordre établi. A la fin de son essai il nous offre une bibliographie intéressante pour qui voudrait approfondir le sujet.

La désobéissance civile et nous. Guy Durand. Fides 101p.   www.groupefides.com

 




 


Retour sur l’enfance

Fatou Diome publie Impossible de grandir qui est une variation sur ce thème métaphysique à savoir que l’on traîne son enfance toute sa vie. Et c’est à l’occasion d’une invitation à dîner en famille que ressort en blocage psychologique. Elle a la frousse de s’y rendre. Commence une introspection fort intéressante sur le départ dans la vie de cette enfant considérée comme illégitime. Il lui faudra se débarrasser de ses boulets de vie pour accéder avec plus de sérénité au monde des adultes. C’est un très beau roman initiatique qui aidera des lecteurs confrontés à la même problématique du passé.

Impossible de grandir. Fatou Diome. Flammarion 406p.   

 




 

Un marin et le bilinguisme

Marc-André Poisson nous avait donné un premier roman d’un grand intérêt « Spartakusbund ».  Encouragé par la belle réception faite à sa première ponte, il enchaîne avec Le vertige du doute qui met en scène Jack Williams, qui a pour ambition de devenir marin. Très rapidement il sera confronté à l’application du bilinguisme au Canada et du coup sa fibre nationaliste s’éveillera. C’est un roman à l’angle de vue original tout en nous racontant le parcours à accomplir pour qui a le pied marin. Et on retiendra que l’écriture du romancier coule de source.

Le vertige du doute. Marc-André Poisson. Éditions Papier Plume 197p.   www.papierplume.ca

 




 


Nos premiers hippies

On avait tellement apprécié le dernier tome des souvenirs de Jean-Claude Germain qu’on s’est littéralement jeté Sur le chemin de la Roche percée qui dans un premier temps poursuit sa narration du night life montréalais. Et dans la seconde c’est cette migration très tendance qui consistait pour les bohèmes dans l’âme, de partir à la conquête du Rocher Percé. C’était en quelque sorte nos premiers hippies.  Comme à chaque fois, le conteur ressort dans toute sa majesté avec un sens du descriptif qui n’est qu’à lui. Et qui laisse voir aussi sa grande culture. On a même droit à un rappel de la longueur du membre de Montaigne, c’est vous dire!  

Sur le chemin de la Roche percée. Jean-Claude Germain. Hurtubise 187p.    www.editionshurtubise.com

 




 


Confessions ultimes

Le cardinal Carlo Maria Martini décédé le 31 août 2012 était donné souvent comme un papabile. S’il avait été élu au trône de Saint-Pierre, il aurait été en réalité le premier jésuite digne de ce nom. Mais il y a avait un problème avec lui, c’est que bien qu’il était un homme du rang, il avait des idées trop progressistes et prônait pour une réforme en profondeur de l’Église qu’il qualifiait en retard de deux cent ans. Le journaliste italien Eugenio Scalfari a eu le privilège de quatre entretiens avec ce prince de l’Église peu avant sa mort. L’ecclésiastique lui dit tout ce qu’il a sur le cœur. Ce seront ses ultimes confessions.

Carlo Maria Martini, dernières conversations. Avec Eugenio Scalfari. Novalis 125p.    www.novalis.ca

 




 


Philippe le grand parleur
D’après ce qu’on dit de lui en quatrième de couverture de son roman Le deuxième train de la nuit il semble que Gérard Tougas est un homme appliqué et qui fait attendre la littérature jusqu’au moment où il sent le moment venu.  Remarquez que ses sorties étudiées lui portent chance car il a été lauréat tour à tour du prix du Gouverneur général et du prix Alfred-DesRochers. Il nous arrive donc avec un roman à deux protagonistes, un oncle et le neveu. Mais c’est ici Philippe qui prend plus de place, de retour de Sainte –Luce pour venir finir ses jours en ville. Au-delà des préoccupations du monsieur, ce que nous retenons de ce livre c’est la grande qualité littéraire. C’est comme une classe de maître pour tout aspirant en littérature.

Le deuxième train de la nuit. Gérald Tougas. Druide 258p.    www.editionsdruide.com

 




 


Un monde au bord du chaos

Louise Gauthier qui s’est signalée par sa maîtrise du style fantasy, récidive toujours dans sa saga Le Schisme des Mages avec La révolte des elfes. Ici les elfes-sphinx pénètrent dans le monde des humains. C’est le chaos « des drames éclatent dans la vie des mages et de leurs ennemis, dans celle des monarques et des rebelles. Au cours d’une éclipse surnaturelle plusieurs tomberont, victimes de leurs ambitions, de leurs vices et de leur courage. Mais la foi des Justes est puissante. A elle seule, elle pourrait détrôner le dieu de la guerre ». Cette conclusion, permet à l’auteure, brillante, comme tout, de révéler l’âme des personnages.

Le Schisme des Mages. La révolte des elfes. Louise Gauthier. Éditions de Mortagne 548p.     www.editionsdemortagne.com

 




 


Le citron dans tous ses états

Avec Diane et Jon Sutherland on vient prendre conscience des multiples usages du citron que ce soit pour la cuisine bien sûr, mais aussi pour atténuer l’asthme, pour les soins de la peau, pour le bien-être des animaux de compagnies et comme ingrédient ménager. Citron 1001 usages pour tous les jours est un répertoire des utilités du citron qu’on aura intérêt à garder à portée de la main.

Citron 1001 usages pour tous les jours. Diane et Jon Sutherland. Guy Saint-Jean éditeur 320p.    www.saint-jeanediteur.com

 




 


Pour briller comme maître en barbecue

Le beau temps installé reverra la sortie des grillades en plein air. La compagnie Char-Broil fondée en 1948 lance Barbecue, les meilleures recettes. Il y a là 200 suggestions de recettes qui défieront les palais les plus blasés, comme ces burgers cajun, ou ce rôti de longe de proc à la grecque, sans compter la salade de poulet BBQ à la thaï. Vous n’avez maintenant plus aucune raison de ne pas savoir quoi faire pour le souper.

Barbecue, les meilleures recettes. Char-Broil. Broquet 300p.   www.broquet.qc.ca

 






 


Le coin pouce vert

C’est le temps de penser à jardiner. Voici trois titres pour ceux qui ont le pouce vert. Chacun son potager de Sylvie Khandijan aux éditions Caractère. C’est vraiment le livre basique pour ceux qui veulent faire pousser fruits et légumes chez soi, que ce soit des cerises de terre ou un simple concombre. On n’alourdit pas le texte de trop d’indications superflues. Tout juste ce qu’il faut savoir pour réussir dans leurs premiers pas de maraîcher en ville. Puis le fameux Larry Hodgson l’auteur de la série du jardinier paresseux, nous arrive avec Pots et jardinières chez Broquet. C’est le livre idéal pour le jardinier urbain et qui se consacre à ceux qui ne jouissent pas nécessairement de grands espaces. La culture en pots est aussi un élément décoratif mais également une approche moderne en horticulture. Lui aussi se signale par l’intention de vulgariser les connaissances. Enfin pour les âmes écolos, Édith Smessters chez le même éditeur, lance le Guide du jardinage écologique. Ce livre est dans la foulée du décret gouvernemental du Québec qui a établi un code de gestion des pesticides en 2003. Ici nous avons une femme, militante en protection de l’environnement qui débarque avec quarante années d’expérience. Biologiste et porte-parole d’Équiterre, elle passe en revue les plantes et leurs pousses sous l’angle écologiste, les insectes et ce qu’il faut faire etc. C’est une réappropriation de la nature à son meilleur.

 








 


Le coin santé physique et psychique (1)

L’homme recherche le plaisir. C’est normal dans la mesure où celui-ci nous fait du bien. En même temps l’expérience nous enseigne que les plaisirs ne durent pas. Une équipe de chercheurs sous la direction de Claude Thérien et Suzanne Foisy publie aux Presses de l’Université du Québec, Les plaisirs et les jours. Qui est une analyse des variables du plaisir dans l’espace temps et que ces mêmes plaisirs ne se valent pas tous. On regarde aussi le rôle attribué au plaisir dans la socialisation des personnes. A ceux qui ont la santé de leurs enfants à cœur la pédiatre Gaëlle Vekemans offre son ABC de la santé des enfants aux éditions La Presse. On la connaît bien car elle a été des trois saisons de l’émission « Les docteurs » à l’antenne de la télévision de Radio-Canada. Et comme elle a trois filles, la santé des enfants sur un plan pratique elle connaît. On appréciera le ton très simple qu’elle emploie pour décrire les symptômes.  Un peu plus tôt dans cette rubrique on a évoqué les plaisirs. Ils sont indissociables des désirs. Jean-Luc Nancy a fait une réflexion très intéressante là-dessus qu’il partage dans Vous désirez ? C’est aux éditions Bayard. Il fait les distinctions entre désirer, vouloir et avoir besoin. Une petite plaquette certes, mais où chaque ligne qu’elle contient nous interpelle. Et dieu sait si la société de consommation pousse au verbe désiré Chez le même éditeur Lucila Guerreo y va d’un témoignage, Lundi je vais être Luka. Elle a fait carrière comme développeur de logiciels et photographe. Elle a tenu un journal sur son enfant autiste, elle-même atteint par le syndrome d’Asperger. Il lui a fallu comprendre son enfant et se comprendre du même coup. Enfin, deux essais pour saisir les jeunes et les adolescents de notre époque. Ils sont tous deux lancés aux Presses de l’Université du Québec. Le premier de Diane Marcotte,  La dépression chez les adolescents est un état des connaissances, famille, école et stratégies d’intervention. Elle présente les facteurs de risque. La recherche qu’elle présente arrive à point nommé à l’heure où la santé mentale des jeunes est gravement compromise. Ailleurs c’est Gilles Pronovost qui pose la question fondamentale, faut-il être jeune pour comprendre les jeunes. Il croît que les adultes peuvent être amenés à se mettre au diapason des plus jeunes et que la famille peut avoir son rôle à jouer. Comprendre les jeunes aujourd’hui insiste pour dire que le jeune n’est pas un problème mais un acteur de sa destinée.  


 








 


Le coin santé physique et psychique (2)

Vous êtes patron ou chef d’équipe en entreprise et voilà que se présente le cas d’un employé difficile, compétent ou pas. Que faire ? De quelle psychologie utiliser pour garder ou pas cette pomme pourrie. Où quels trésors d’imagination pour ramener l’employé à problème dans le droit chemin de la compréhension de la vie sociale dans le monde du travail ? Muriel Drolet avec Marie-Josée Douville développent là-dessus avec Comment gérer un employé difficile. Drôlement opportun où l’employé ciblé brandit à tout vent la charte des droits et libertés. Aux éditions Transcontinental. Les cinq titres qui suivent le sont aux éditions Québec Livres. Le psychologue Denis Doucet traite du Principe du petit pingouin. Qu’est-ce que c’est ? C’est que dans la vie on nous demande de s’adapter à plein de choses et on ne parvient pas à suivre la cadence infernale. C’est alors qu’on souffre de suradaptation. Agir ou subir les choses, telle est la question. Violette Le Bon nous suggère de son côté un voyage intérieur avec Tête à Tête avec son ange gardien. Partant du principe que nous avons tous un ange gardien, elle nous livre des façons d’entrer en contact avec lui pour cheminer à l’intérieur de nous-mêmes. On dit volontiers que nous avons en nous la part de l’ange et celle du démon. Le cerveau du bien et du mal de Dan Freeman est une incursion dans la partie sombre de l’humain. Les bogues du cerveau qui font mal agir l’individu. Et aussi sept raisons de développer une conscience nouvelle. S’il est vrai que le genre humain n’aurait développée qu’à peine de 10% de ses capacités cervicales, on peut aisément imaginer les belles perspectives à qui veut pousser plus loin son développement psychique. L’hypnologue Alain J. Marillac nous présente son guide La clairvoyance un don qui serait à la portée du premier venu. Imaginez de posséder un don de voyance et ses infinies applications. De son côté le psychologue Abel P. Edmond s’attaque à une rude réalité Le stress au travail. En dix étapes il livre un guide de thérapie par soi-même. Ce stress qui empoisonne non seulement le vécu professionnel, mais familial. Chez la maison d’édition Les communicateurs c’est un être exceptionnel Lawrence J.E. Poole qui nous invite à une observation attentive de la nature avec Les leçons de la jungle. L’homme se croit si supérieur qu’il ne s’imagine pas devoir retenir des leçons de la gent animale. Poole est un homme hors de l’ordinaire car paraplégique, cela ne l’a pas empêché de parcourir des jungles en…fauteuil roulant! Il a pris tout le temps voulu de regarder vivre les bêtes et volatiles que ce soient les oies ou les bonobos. Et il y a une foule de beaux enseignements à tirer. Surtout au chapitre de la solidarité qui fait tant défaut à l’homo sapiens devenu trop individualiste. En même temps, l’essayiste dégage des idées au plan psychologique sur lesquelles planché pour mieux vivre. Enfin aux éditions Novalis deux livres de poches dans lesquels a collaboré le réputé Jean Montbourquette. Le premier, écrit en solo De l’estime de du soi est une démarche pour associer psychologie personnelle à spiritualité. Alors que l’autre où se joignent Myrna Ladouceur et Isabelle d’Aspremont a pour titre Stratégies pour développer l’estime de soi et l’estime du soi est un complément du premier.   
 




 


En poche cette semaine

Deux titres proposés. Le baiser du lion d’Élizabeth Turgeon aux éditions Atout. C’est un roman d’aventures qui pour toile de fond la Tanzanie. Gabriel a accepté une proposition de sa grand-mère Josiane, de l’accompagner dans ce pays du continent africain afin de retracer deux proches de Jo disparus. Une proposition qui tombe à point nommé car il surmonte difficilement la mort de son frère et trois amis dans un grave accident. Le choc culturel avec l’Afrique lui sera bénéfique, mais ne sera pas sans écueil comme nous le verrons. C’est palpitant au possible.  Et chez Hurtubise nous avons reçu le premier tome de la saga Le Sentier des Roquemont « Les racines » de René Ouellet. Nous sommes en 1936 à Saint-Raymond dans le comté de Portneuf. Nous faisons connaissance avec Majella Roquemont, un brave homme qui n’a pas froid aux yeux et qui accomplira mille métiers pour que sa petite famille ne manque de rien. Il adore sa femme, Anna Robitaille. Un roman touchant sur la bravoure par temps d’adversité.

 




 


Une courageuse paysanne hongroise

Le gibier de Clément Caliari se déroule dans les mois qui ont précédé le soulèvement hongrois de 1956. Nous sommes dans un petit bled perdu de la plaine hongroise. On y fait pousser les betteraves locales surnommées les têtes chauves qui sont assez convoitées. Le travail est rude, mais la solidarité paysanne et la musique tzigane atténuent le pénible du quotidien. Arrive la révolte contre l’occupant communiste. La partie sera autrement plus difficile. Le titre le doit à ce que le romancier veut nous aider à identifier. Qui est la réelle victime de l’oppresseur russe ? Un roman puissant et qui est en même temps une sorte de reportage dans le temps sur ce qu’on éprouvé les hongrois aux mains des rouges.

Gibier. Clément Caliari. Gallimard 385p.   

 




 


La vie selon plusieurs

Aux éditions La peuplade paraît le troisième livre en carrière de Mylène Bouchard qui s’intitule Ciel mon mari. Sous ce titre à la Feydeau, ce n’est pas une comédie mais un kaléidoscope de personnages qui chacun a son vécu en propre et s’attache à nous détailler ce qui le préoccupe. C’est un genre de recueil de nouvelles ou s’en approchant. On a beaucoup apprécié le ton de la confidence qui rapproche le lecteur. Vous allez adorer pour vingt raisons, toutes bonnes.

Ciel mon mari. Mylène Bouchard. La peuplade 144p.    www.lapeuplade.com

 




 


De belles filles du Sud-Est asiatique

C’est le premier roman de Fabrice Guénier qui nous transporte en Asie du Sud-Est où on suit les pérégrinations d’un homme qui surmonte difficilement une rupture amoureuse. Il va donc chercher à distraire sa douleur dans les bras de jeunes nymphettes qu’elles soient du Vietnam, du Cambodge ou de Thaïlande. La beauté du livre Les saintes c’est le souci que le romancier a de bien nous faire ressentir les motivations du protagoniste à butiner dans autant de bras accueillants. Il ose dire ce qui fait l’attrait de ces belles femmes à l’érotisme millénaire. Un livre brûlant de sensualité.

Les saintes. Fabrice Guénier. Gallimard 363p.   

 




 


Un amour au sens large

Sans doute est-ce dû au fait que Johanne Jolin ait fait des études en philosophie et en psychologie qui explique en partie le fait qu’elle décrive très bien l’intériorité de l’être humain. En tout cas ça la sert très bien pour son roman Et si je t’avais dit je t’aime. Ici c’est Sophia une trentenaire en couple, qui croise Jacob duquel elle va tomber raide dingue amoureuse. Mais elle ne veut pas non plus mettre un terme à sa relation. Sans vous dévoiler le temps fort du roman et qui explique le titre, la vie se chargera de répondre. Mais l’amour qu’elle éprouve lui, ne mourra jamais. La romancière traite du sentiment amoureux dans sa plus grande noblesse avec les mots justes.

Et si je t’avai dit « je t’aime ». Johanne Jolin. Le Dauphin Blanc  242p.  www.dauphinblanc.com

 




 


Crimes en milieu gay

C’est assez rare que dans notre littérature on trouve un thriller policier sur toile de fond homosexuelle. Et c’est pourtant ce qui se passe avec Nowhere man de François Gravel et qui est un nouveau chapitre des enquêtes de Chloé Perreault, son héroïne assez futée merci. A quelques années de distance deux meurtres sont enregistrés à Montréal et dont le dénominateur commun semble être des crimes à connotation homophobe. C’est ce qu’essaie de démêler la jeune Chloé avec brio. Nous ne vous dévoilons pas les motifs bien sûr des ces homicides pour ne pas gâcher votre plaisir. Mais sachez que le romancier décrit très bien la psychologie des forces en présence. Un très bon roman avec tous les ingrédients pour vous faire oublier le monde autour.

Nowhere man. François Gravel. Québec Amérique 251p.    www.quebec-amerique.com

 




 


Catherine Lambert à Paris

On avait connu Sophie Lambert, la protagoniste dans la métropole américaine avec J’adore New York. Cette fois ça, l’avocate désabusée change radicalement d’orientation et va hériter d’un boulot palpitant, directrice de la propriété intellectuelle chez Dior. Ça donne J’adore Paris. Comme dans la chanson d’Aznavour, elle se voyait déjà, avec des périodes de romances exaltantes en compagnie de son amoureux. Mais elle sera vite rattrapée par la dure réalité de son boulot. Car le milieu de la contrefaçon n’apprécie peut-être pas tant que ça son efficacité à imposer avec rigueur les droits de la marque. C’est tout aussi excitant que le premier et Isabelle Laflèche décrit très bien les milieux de la mode.

J’adore Paris. Isabelle Laflèche. Québec Amérique 430p.    www.quebec-amerique.com

 

ARTICLES ANTÉRIEURES


2013 :
janvier : fevrier : mars
2012 :
janvier : fevrier : mars : avril : mai : juin : juillet et août : septembre : octobre : novembre : décembre
2011 :
janvier : février : mars : avril : mai : juin: juillet : août et septembre : octobre : novembre : décembre