- LIVRES JANVIER 2013 -
 
 




 


Une fin de vie organisée

C’est un octogénaire, ancien chirurgien cardiaque. Un homme qui dans tout ce qu’il a accompli, à commencer dans sa vie professionnelle, est un organisateur méthodique. C’est ainsi que pour voir venir les dernières années qu’il lui reste, il a désigné quatre accompagnateurs de vie en quelque sorte qui se relaient à des moments établis par le vénérable monsieur. Profanes de Jeanne Benameur est un très beau roman très riche d’enseignement au sujet des grandes questions métaphysiques, surtout sur la manière de faire ses adieux. Vous sortirez du livre plus riche intérieurement et c’est garanti.

Profane. Jeanne Benameur. Actes Sud/Leméac 273p.   www.actes-sud.fr

 




 


Pourquoi le roman domine la littérature

Écrit à deux mains l’essai Le roman d’hier à demain par Jean-Yves Tadié et Blanche Cerquiglini tente d’expliquer la raison pour laquelle le genre romanesque écrase de tout son poids toutes les formes littéraires au XXème siècle, de Proust à Malraux pour ne nommer que cette trajectoire. C’est qu’il a emprunté bien des genres et a pu modelé l’histoire, la société et aussi la tradition littéraire. C’est en somme le parcours du roman son évolution au siècle dernier.

Le roman d’hier à demain. Jean-Yves Tadié et Blanche Cerquiglini. Gallimard  458p.    

 




 


Tournant de vie

D’ordinaire on semble d’accord pour reconnaître que les trois années qui précèdent les décades de vie nous plongent déjà dans l’antichambre de nouvelles étapes de vie. Certains connaîtront de véritables tournants dans leur existence. Sergio Kokis en connaît un rayon de par sa profession de psychologue. Une profonde connaissance humaine qu’il met au service de la littérature. Ça donne Culs-de-sac un recueil de nouvelles qui a un dénominateur commun, un temps fort dans une vie. Nous avons beaucoup apprécié cette nouvelle qui a pour titre « Le double » avec un écrivain qui va prononcer une conférence dans des circonstances qu’il n’est pas près d’oublier et qui ont failli lui coûter la vie. Le nouvelliste décrit bien les atermoiements de l’homo sapiens habité par le doute existentiel.

Culs-de-sac. Sergio Kokis. Lévesque éditeur 244p.   www.levesqueediteur.com

 




 


Une décharge près de Bucarest dans les années vingt

En quatrième de couverture du roman naturaliste Le grand dépotoir du roumain Eugen Barbu on fait un rapprochement avec Zola qui a si bien décrit les conditions sordides de la classe ouvrière de son époque. Ici on se reporte dans les années vingt, qui a pour décor central, une décharge à portée de vue de Bucarest. Et ce dépotoir est peuplé d’une faune miséreuse. Même les chiens traînent leurs tiques. Dès les premières lignes on voit tout de suite à quoi on a affaire. Le romancier fait voisiner des phrases très descriptives. Et il a le langage imagé pour rendre le décor qui se dresse devant nous. Dans cette fange vivent si on peut exprimer ainsi la chose, des êtres humains attachants. Mais attention c’est assez dur merci.

Le grand dépotoir. Eugen Barbu. Denoël 555p.    www.denoel.fr

 




 


Une visiteuse de prison

Elle est célibataire et a pour prénom Babou. Elle a décidé de donner de son temps en allant visiter des prisonniers pour leur apporter du réconfort. Elle est visiteuse de prison. Mais il arrivera que Cupidon va lui décocher une flèche au moment où sa route croisera celle de Lucas qui a écopé d’une longue peine pour un crime sordide. Il jure sur ses grands dieux qu’il est innocent et tente d’en faire la démonstration de son innocence. Entre autres qu’on l’a payé pour s’accuser en lieu et place du véritable coupable. Et à cet effet verse à la jeune femme une redevance mensuelle. Troublant. L’aimée va donc faire enquête pour démêler tout ça, car elle est pleine de doutes malgré tout. Un suspense psychologique que cette Emprise d’Elsa Chabrol un nom de famille prédestiné pour ce genre d’exercice.

Emprise. Elsa Chabrol. Robert Laffont 317p.   www.laffont.fr

 




 


Un homme et sa monture

Il était une fois un berger kirghise, Tanabaï qui vivait en compagnie de son cheval baptisé Goulsary qui dans le langage local veut dire Bouton d’or. Et un jour cette bête qui est davantage qu’un animal de compagnie, mais faisant partie intégrante de la culture quotidienne des kirghise, mourra dans ses bras, d’où le titre de cette histoire touchante, Adieu Goulsary et signé Tchinguiz Aïtmatov. Ce dernier s’est inspiré de l’histoire de son grand-père. C’est un très beau conte en somme qui plaira au grand public. Un hommage littéraire au monde équestre.

Adieu Goulsary. Tchinguiz Aïtmatov. Éditions du Rocher 262p.   www.editionsdurocher.fr

 




 


Souvenirs de rhétorique

En voyant cet ouvrage atterrir sur notre pupitre, on s’est fait la réflexion que des livres décrivant le milieu scolaire, du moins au temps des années passées, il ne s’en faisait plus. La classe de rhéto d’Antoine Compagnon baigne dans la nostalgie totale des sixties. Le jeune garçon venu d’Amérique avec sa culture plus libertaire, arrive en France avec son système rigide d’enseignement qui vise à préparer l’élite. Quel choc. Et le talent de l’auteur qui utilise la forme du récit, est-ce autobiographique ? Nul ne nous l’indique, mais il use de la première personne. Ce qui nous met en proximité avec le lecteur. C’est en même temps la radiographie d’une époque qui fait presque préhistorique. Que le temps a changé. A lire sans faute. Pour juger aussi de la dégradation de notre époque au niveau de l’enseignement.

La classe de rhéto. Antoine Compagnon. Gallimard 328p.  

 




 


Johnny l’indestructible

Ceux qui l’ont vu lors de son dernier passage au Centre Bell sont demeurés médusés. Johnny Hallyday est débarqué sur scène avec une fougue digne d’un gars dans la trentaine. Et en à croire la presse people on le donnait pour moribond à Los Angeles. Indéniablement c’est une force de la nature. Gilles Lhote et Patrick Mahé nous présentent l’icône sous un angle original, c’est-à-dire sous la forme d’un abécédaire. C’est une mine de renseignement sur le chanteur.

Johnny le survivant. Gilles Lhote et Patrick Mahé. Ramsay 174p.  

 




 


50 histoires criminelles au Québec

La petite histoire du crime dans la Belle Province comporte son lot de grands chapitres, que l’on pense à l’incendie funeste du bar le Blue Bird, les cavalcades et la mort tragique de Richard Blass, les lubies de Valéry Fabrikant. Vous retrouverez ces épisodes tragiques et d’autres répertoriées dans Les crimes du Québec. Et c’est raconté avec brio de surcroît.

Les crimes du Québec. Collectif. Caractère 256p.    www.editionscaractere.com

 




 


Regards autres sur la Sibérie

A bien y penser, la pauvre Sibérie a écopé des clichés qui la concerne, froid hostile, terres de goulags, immensités perdues. Sylvain Tesson, Thomas Goisque et Bertrand de Miollis fréquentent la Russie depuis la fin de l’Union soviétique. Mais il semble qu’ils ont tout particulièrement un faible pour la Sibérie. Et loin des idées convenues, ils vous présentent une autre Sibérie, qui a même des douceurs! Ils ont vécu là bas presque en autarcie. Ça donne un récit de voyage fabuleux.

Sibérie ma chérie. Sylvain Tesson, Thomas Goisque et Bertrand de Miollis. Gallimard

 




 


Pour en donner moins au fisc

Un livre très attendu, tel un rituel en ce temps-ci du calendrier de la nouvelle année, c’est le guide Réduisez vos impôts qui concerne l’année d’imposition 2012 comme ça va de soi. C’est le complément essentiel aux logiciels informatiques. Comme les mesures fiscales changent d’année en année, c’est bien de s’en remettre à une autorité comme André Boulais Entre autres nouvelles dispositions il y a la détaxation de certains frais médicaux. Un indispensable.

Réduisez vos impôts. André Boulais. Les éditions Québec-Livres 430p.     www.quebec-livres.com

 




 


Le choix de démissionner de son travail

Quitter une entreprise ne se fait pas sur un coup de dés. C’est un pensez-y bien. Mais il arrive qu’un climat de travail dans un bureau ou une usine, peut devenir toxique avec d’autre choix que de quitter. Comment doit se faire cette réflexion ? C’est le propos de Bye bye boss de Marilou Gignac. Elle nous met sur des pistes de réflexions qui conforteront la décision finale.

Bye bye boss. Marilou Gignac. Les éditions Québec-Livres 144p.   www.quebec-livres.com

 




 


Tout savoir sur le cinéma israélien

Avouons le tout de go, on ne sait pas grand-chose de ce côté-ci de l’Atlantique à propos du cinéma israélien. Et pourtant il est très dynamique, surtout depuis les années 90. Et dans le contexte d’une société complexe Israël a de quoi alimenter bien des scénarios. Hélène Schoumann nous présente son Dictionnaire du cinéma israélien. Elle est très impliquée dans les festivals de films, notamment celui du Festival du film israélien à Paris dont elle assume la présidence. De belles découvertes à faire pour tout cinéphile averti.

Dictionnaire du cinéma israélien. Hélène Schoumann. Cosmopole 235p.   

 






 


Rome et la Birmanie en photos

Si une photo vaut mille mots, que doit-on dire alors d’albums de voyages en photos quand il y en a des dizaines de rassemblés ? Voici deux beaux livres à déposer sur votre table  café. Birmanie (Myanmar) de Christine Nilsson. C’est une destination à laquelle on ne pense pas très souvent mais qui n’est pas dépourvue d’attraits comme nous le montrent ces clichés superbes. En fin d’ouvrage vous avez des conseils pratiques pour qui se constituer un itinéraire, avec de bonnes recommandations pour dormir et se restaurer. C’est aux éditions Harfang. De son côté, Roberta Bernabei nous emmène en terrain plus familier, Rome la ville éternelle comme son surnom l’indique. Bella! Roma publié chez Vilo, c’est en textes et en photos l’histoire de la capitale romaine. Un résumé de cette riche épopée qui a commencé comme le veut la légende par les Romulus et Remus s’abreuvant à la louve. Évidemment un chapitre important est consacré au Vatican, incontournable. De quoi nous donner dans les deux cas le goût de faire notre valise.  

 




 


Denys Arcand ravive Ringuet

C’est une surprise que nous fait le cinéaste Denys Arcand en nous gratifiant d’une belle entrée en littérature avec un monologue. Celui d’Euchariste Moisan qui donne son titre ce premier opus. Ce personnage est aussi celui du roman fondateur « Trente arpents » de Ringuet, pseudonyme de Philippe Panneton qui l’écrivit en 1938. Un roman du terroir qui narre les misères du Québec profond. Quelqu’un a transmis l’idée au cinéaste d’aller lire ce classique. Arcand était au premier abord peu enchanté, mais il se laissa convaincre. Pour découvrir un texte majeur de notre littérature. Il a donc isolé le personnage principal autour duquel il a bâti un long soliloque. C’est attendrissant. Et on espère le jour où un comédien chevronné viendra reprendre ce texte fort.

Euchariste Moisan. Denys Arcand. Leméac 78p.  

 




 


Des nouvelles d’Hubert Nyssen

On sort Dits et inédits un recueil de nouvelles du regretté Hubert Nyssen le fondateur des éditions Actes Sud qui a quitté ce monde en 2011. L’homme de lettres n’est plus mais les écrits restent. Et quels textes. Dans cet ouvrage, il y a des récits à al première personne qui donne à penser que ce sont des fragments autobiographiques. Et d’autres qui mettent en relief le talent particulier de Nyssen pour sonder les âmes et les traduire en mots. Il savait mettre habilement à la suite, un sujet, un verbe et un complément.

Dits et inédits. Hubert Nyssen. Actes Sud/Leméac 273p.    www.actes-sud.fr

 




 


Amour et rébellion en Algérie

Mazouz OuldAbderrahmane nous a quitté en novembre dernier. Cet algérien d’origine s’était établi au Canada en 1974. Il a eu le temps de nous laisser en héritage un unique roman Le café maure qui a pour toile de fond l’Algérie avant la guerre d’Indépendance. On est en pleine tourmente sociopolitique. Un protagoniste, Fekkir, est prêt à e battre pour ses convictions, mais désarmé devant l’amour qu’il porte à une jeune fille. C’est un roman d’une grande simplicité, sans effets de style. Et un regard sur une époque chargé d’héroïcité.

Le café maure. Mazouz OuldAbderrahmane. Triptyque 176p.   www.triptyque.qc.ca

 




 


Yan Marchand nous présente Diogène

Le philosophe Diogène est réputé pour avoir exigé que l’empereur Alexandre se retire, lui qui se trouvait penché sur sa figure, car il faisait écran au soleil. Il ne se laissait pas impressionner par les vanités de ce monde. Même qu’il a recherché l’homme honnête. C’était sa quête. C’est l’ancêtre de la simplicité volontaire. Dans cette collection chez Les petits Platons où on nous fait découvrir des sages de l’Antiquité, Yan Marchand nous révèle Diogène l’homme chien. Vous apprendrez que cet homme ne voulait s’embarrasser d’aucun surplus inutile. L’ennemi par excellence de la consommation.

Diogène l’homme chien. Yan Marchand. Illustrations de Vincent sorel. Les petits Platons 62p.    

 




 


La franc-maçonnerie à Montréal en 1886

Hervé Gagnon n’a pas pur d’écrire. Sa saga « Damné » a fait un carton comme disent nos cousins français. Il nous arrive avec le tome 1 « Vengeance »  d’une épopée qui s’intitule Le glaive de Dieu. Nous voilà plongés dans le Montréal de la fin du XIXème siècle. Focus sur le collège de Montréal où enseigne l’histoire, Pierre Moreau. Il est à la veille d’épouser une fille de notaire. En même temps il entre dans la franc-maçonnerie un peu à son corps défendant. Il sera vite l’objet de violences de toutes sortes. C’est qu’il découvre un objet qui était convoité par les Templiers. Il n’a pas idée de ce qui l’attend. Gagnon est entrain d’échafauder une autre saga sans doute, dont le premier tome est fort prometteur.

Le glaive de Dieu. Tome 1 Vengeance. Hervé Gagnon. Hurtubise 438p.    www.editionshurtubise.com

 




 


Couple, se séparer oui ou non ?

Est-il salutaire de faire voler en éclats son couple parce que ça ne va plus ? Question épineuse. Mais si vous passez tous les tests conçus par le psycho éducateur Louis-Georges Désaulniers vous serez à même d’évaluer ce qui conviendra le mieux, demeurer ensemble ou se séparer. Des questionnaires d’évaluation très simples mais qui vous aideront à ne pas prendre de décisions à l’emporte-pièce.

Les pour t les contre de la séparation du couple. Tests d’évaluation. Louis-Georges Désaulniers. Les éditions Québec-Livres 148p.     www.quebec-livres.com

 

 




 


Une vie sur les planches

Dominique Vallée est une habituée des planches, mais ceux de la scène, mais les planches à voile. Membre de l’équipe canadienne de voile, cette jeune femme a tout un parcours, qui a débuté à l’âge de raison. Elle enseigne son sport, a fondé une entreprise de fabrication de planches de « stand up paddle » et suit présentement des cours de kinésiologie à l’Université du Québec à Trois-Rivières. Malgré son horaire démentiel, elle a pris le temps de raconter son vécu dans Une vie à contre vent. Où elle fait la démonstration que dans la vie tout n’est que question de détermination et qu’il y a une vie après la compétition.

Une vie à contre vent. Dominique Vallée. Les éditions GID 270p.  www.leseditionsgid.com

 




 


D’éditeur à la découverte de son judaïsme

C’est une trajectoire peu banale que celle de Daniel Redford né en Guadeloupe et qui va découvrir que son grand-père était d’origine juive. Il va entreprendre une carrière dans l’édition, d’abord chez Robert Laffont puis après directeur général de plusieurs maisons d’éditions françaises de renom, Stock, Lattès et Ramsay. Converti au judaïsme il sera libraire-éditeur rue des Rosiers à Paris, l’épicentre de la vie communautaire juive dans la capitale française. Professeur de philosophie il enseigne la Torah dans une école talmudique. Dans L’homme aux livres il se raconte sans détours de ce qui l’a conduit de Pointe-à-Pitre à la rue des Rosiers.

L’homme aux livres. Daniel Radford. Presses du Châtelet 282p.   www.pressesduchatelet.com

 




 


Il était une fois Adrien Thério qui était à la barre des Lettres québécoises qui sollicita la collaboration d’Yvon Bernier pour faire la critique D’une enfance à l’eau bénite de Denise Bombardier. Ce devait être le point de départ d’une participation qui s’étira sur cinq années. Nous avons ici une sélection de quelques recensions de son cru dans Relations critiques. Et pour ouvrir ces pages on reproduit le commentaire sur le livre de Mme Bombardier. On appréciera un critique amoureux des lettres.

Relations critiques. Yvon Bernier. Les éditions GID  154p.    www.leseditionsgid.com

 




 


Biographie du Lider maximo

Il y a cinq ans déjà que Fidel Castro a passé le relais à son frère cadet Raul. Quelle vie que celle de celui qui affirmait en 1959 que le pouvoir ne l’intéressait pas. Il s’avérera un autocrate de premier plan. Qui en même temps donnera à son peuple l’éducation et la santé mais qui le maintiendra hors des circuits de la libre expression et de l’épanouissement économique. Il y a manifestement une aura l’entourant depuis un demi-siècle. Jean-Pierre Clerc a été correspondant du quotidien Le Monde pour l’Amérique latine durant une trentaine d’années avant d’enseigner à l’Université de Paris VIII Saint-Denis. C’est une biographie étoffée qui met en présence les contradictions de cet homme qui laissera une marque indélébile dans l’histoire du XXème siècle.

Fidel Castro une vie. Jean-Pierre Clerc. L’Archipel 540p.   www.editionsarchipel.com

 




 


Les York contre les Lancastre  

Dans le monde anglo-saxon, Philippa Gregory est une romancière qui jouit d’une audience considérable. Elle s’est spécialisée dans les romans historiques, favorisée par sa formation d’historienne. Elle a été aussi journaliste et productrice à la BBC. Son roman le plus connu, « Deux sœurs pour un roi » a été adapté au cinéma et interprété par Nathalie Portman et Scarlett Johansson. La BBC adapte présentement ce dernier roman que nous avons entre les mains La reine clandestine qui oppose les familles York et Lancastre. Le roi Édouard IV a épousé secrètement une veuve, ce qui n’est du goût de son cousin et conseiller, un York qui va devenir transfuge chez les Lancastre pour renverser le monarque.

La reine clandestine. Philippa Gregory. L’Archipel 342p.    www.editionsarchipel.com

 




 


Histoire en photos de Saint-Côme de Kennebec et Linière

Dans sa renommée collection « 100 ans noir sur blanc » les éditions GID publient Saint-Côme-Linière au fil du temps. Un récit en photos de ces deux localités beauceronnes. C’est une réalisation de la Société historique de Saint-Côme de Kennebec et de Linière. Un autre bel ouvrage qui nous fait voir l’héroïcité de ces colons qui ont érigé des bâtiments dans des conditions extrêmes. Et toujours sous le contrôle absolu de l’Église. Et qui nous rend plus indulgent nous les contemporains actuels qui nous plaignons de notre recul au niveau des idées. Il faut voir d’où nous venons. Et cet album merveilleux remet les pendules à l’heure. Parmi les clichés impressionnants, il y a ce corbillard pour enfants de 1938, car la diphtérie frappait très fort en ce temps-là. A parcourir sans faute.

Saint-Côme-Linière au fil du temps. Collectif. Les éditions GID 206p.    www.leseditionsgid.com

 




 

Nos autobus ont aussi une histoire

Jean Breton est un accro aux autobus depuis sa tendre enfance dans le Vieux-Québec. Comment naît une passion ? Nul ne le sait, mais choe certaine, chez lui c’était et c’est encore les autobus. Au fil des décennies il a amassé une importante sur toutes les sociétés de transports en autobus en Amérique. Pour les fins d’Histoire de l’autobus par l’image dont nous avons ici le premier tome consacré aux trajets touristiques, il n’a retenu que les entreprises de transports par autobus qui ont opéré sur le territoire québécois. Et c’est fantastique. Comment ne pas être ému devant ces illustrations des autobus décapotables qui servaient à faire visiter Montréal aux touristes. Des engins rutilants. Nostalgie, quand tu nous tiens.

Histoire de l’autobus par l’image. Tome 1 Les trajets touristiques. Jean Breton. Les éditions GID 135p.    www.leseditionsgid.com

 




 


Les songes de Descartes

Précédant la rédaction de son Discours de la méthode, Descartes avait eu trois visions lors d’une nuit de novembre 1619. Michaël La Chance directeur du Département des arts et lettres de l’Université du Québec à Chicoutimi qui revisite ces rêves dans un essai Le cerveau en feu de M. Descartes ajoute un quatrième songe dont il ne serait pas revenu. Et d’expliquer « qu’il importe de revisiter cette vision fondamentale et d’établir un dialogue avec l’écologie intuitive des cultures autochtones : c’est le cinquième songe ».

Le cerveau en feu de M. Descartes. Michaël La Chance. Triptyque 131p.      www.triptyque.qc.ca

 




 


Toute vérité est-elle bonne à dire ?

Après l’agression dont a été victime sa mère, Thomas cherche à en savoir davantage sur ce qu’a été le passé de sa génitrice. Il va informer son demi-frère Fabien qu’il n’a jamais rencontré, des informations qu’il détient et qui donne un tout autre éclairage. Il y a alors une difficulté de communication. C’est une variation sur le thème de la résilience du passé. Un parent doit-il tout révéler aux enfants ? Pas étonnant que le grand pédopsychiatre Boris Cyrulnik a dit du roman Le présent du passé de Cathie Fidler qu’il soulevait un  problème de fond. Nous avons beaucoup aimé à al fois le style de l’auteur et le thème car il est d’une éternelle actualité car nombreux sont les tenants de la théorie selon laquelle, on n’est pas obligés de tout dire et que ce qu’on ne sait pas ne fait pas mal.

Le présent du passé. Cathie Fidler. Au pays rêvé 155p.    www.aupaysreve.com

 




 


Désillusion sous le règne de Louis XIV

Catherine Hermary Vieille nous a laissé entre autres choses remarquables une biographie de Romy Schneider. Mais elle est surtout connue comme une romancière historique chevronnée. La lauréate du Prix Femina de 1981 persiste et signe avec Le siècle de Dieu. C’est un roman qui met à l’avant-plan Anne-Sophie Le Tellier qui a tout juste seize ans, va convoler en justes noces avec Charles de Vieilleville. Elle arrive à Paris venant de la Bretagne, cette même année de 1665. Elle se fera vite des relations de prestige dont Mme de Sévigné. Mais elle déchantera au contact de la vie de Cour et ce ne sera plus que désillusions. Avis à tous ceux et celles qui veulent suivre les traces de la romancière dans le créneau du roman historique, vous avez ici une classe de maître. Tous les ingrédients y sont et une parfaite connaissance des mœurs du temps.

Le siècle de Dieu. Catherine Hermary-Vieille. Albin Michel 357p.  

 




 


Juste au moment de mourir

Il a été dit qu’on meure comme on a vieilli. Si on a eu une vie heureuse, on quittera ce monde avec une profonde sérénité. Si au contraire le parcours de vie n’a pas été satisfaisant, les derniers moments de vie seront chargés de regrets, voire de colère de ne pas avoir su prendre sa vie en main. Bronnie Ware en sait quelque chose, elle qui a travaillé dans un centre de soins palliatifs. Elle recevra plein de confidences. En même temps, elle créera un blogue sur le thème des fins dernières, si estimé qu’au bout d’un an, on comptera trois millions de correspondants. Elle nous livre ses conclusions sur le sens de la vie vu à travers le regard a posteriori des mourants. Bouleversant, mais qui nous donne de grandes leçons de comment on doit mener sa vie.

Les 5 plus grands regrets au moment de la mort. Bronnie Ware. Le Dauphin Blanc 286p.   www.dauphinblanc.com

 




 


L’horticulture en Nouvelle-France

Voici un ouvrage qui force l’admiration. Les jardins d’agrément en Nouvelle-France de Marie-Josée Fortier décrit avec minutie et érudition la manière dont se prenait nos ancêtres pour jardiner. Et l’historienne horticole s’est basé sur la cartographie ancienne et des travaux de recherches exhaustifs. On a même droit à des listes de gens, ce qu’ils faisaient pousser dans leurs jardins et les espèces importées. Un livre qui est déjà une référence.

Les jardins d’agrément. Marie-Josée Fortier. Les éditions GID 671p.    www.leseditionsgid.com

 




 


Le portage cours 101

Gilles Bédard sait ce que de pagayer en canot. Il l’a fait sur une distance de 800 kilomètres et est parti à la découverte de plusieurs rivières au Canada. Il nous raconte dans Les voyageurs d’Amérique ce que c’était que de partir en canot à l’époque des premiers colons. Ce qu’étaient les postes de traites, de quelles embarcations on se servait, les conditions physiques exigées, les caprices de la nature. Vous saurez vraiment tout. Une véritable épopée bien racontée, bien documentée et très bien illustrée.

Les voyageurs d’Amérique. Gilles Bédard. Les éditions GID 167p.     www.leseditionsgid.com

 




 


Les plus belles photos de Québec

La Ville de Québec a été maintes fois photographiée. Mais les photos qui composent l’album Québec, réalisées par quatre photographes du groupe Enviro Foto vont nous chercher droit au cœur. Mieux que quiconque, ils ont capté l’âme de la Vieille Capitale. En refermant ce magnifique bouquin on ne pense qu’à une chose, filer là bas pour goûter le charme des petit rues étroites du Vieux-Québec bordées de maisons anciennes dont pas une ne ressemble à sa voisine. Le charme dans la diversité.

Québec. Enviro Foto, Jean-François Bergeron, Hélène Savard, Maurice Pitre et Michel Boulianne. Les éditions GID 190p.   www.leseditionsgid.com

 






 


Le coin santé

De bons titres viennent garnir les rayonnages au volet santé et croissance personnelle. Décodage biologique de Christian Flèche aux éditions Le souffle d’or, se présente comme une encyclopédie des correspondances symptômes et émotions. Ce psycho bio thérapeute est l’un des principaux formateurs en décodage biologique en France et à l’étranger. Pour lui un symptôme est la réaction d’adaptation à un événement non abouti et qui se fige dans le temps. Ce livre est dans la foulée de son précédent ouvrage « Mon corps pour me guérir ». Ce répertoire permet de décoder chaque symptôme pour en libérer le sens. Nous avons donc en nous des capacités de guérison infinies. Ailleurs c’est le duo Esther et Jerry Hicks aux éditions Ada qui nous parlent du Fabuleux pouvoir des émotions. Le travail des duettistes est basé sur la loi de l’Attraction. En somme c’est comment mettre à profit ses expériences émotionnelles. De son côté chez Québec-Livres Carole La Pan  rappelle les vertus de la chromothérapie. Les couleurs ont un ascendant sur notre psyché. Elle établit pour chacune des couleurs la signification. Les deux ouvrages qui suivent sont aux éditions des Presses du Châtelet. On retrouve pour commencer Vertus et bienfaits des produits naturels présentés par Pierre Ripert. C’est un gros pavé de près de 600 pages. C’est une mine de renseignements qui vont de la façon de soigner les verrues à comment préparer un masque revitalisant pour les cheveux. C’est à sa façon une encyclopédie des ressources de la nature. Un ouvrage de référence à conserver avec soi en tout temps. Enfin, Jean-Charles Sommerard et Ronald Mary joignent leur savoir qu’ils nous livrent avec générosité dans Eaux florales. On détaille les différentes façons d’utiliser les hydrolats pour les soins du corps et en cuisine. Vous avez là un assortiment de boissons, cocktails, tisanes qui vont améliorer votre bien-être.



 






 


Exercices et jiu-jitsu brésilien

Un esprit sain dans un corps sain. Pour que ce dernier le devienne, vaut mieux se référer aux bons ouvrages du domaine. Chez Broquet Lucy Knight avec force photos à l’appui, nous montre les vertus du Ballon exerciseur. Au total 200 exercices qui vont aider sérieusement à perdre du poids, améliorer la souplesse et la posture. Décrivant ce titre le Daily Telegraph écrivait « Le seul fait de vous asseoir sur un ballon sera bon pour votre force profonde ». Du même éditeur des Exercices pour 50 ans et plus. Il n’est pas dit que parce qu’on arrive au stade d’être quinquagénaire, qu’il faille laisser tout tomber. Pour garder le tonus Hollis Lance Liebman. C’est un total de 75 exercices à faire. Et la particularité de ce guide c’est qu’on nous montre en plan de coupe, les interactions sur le squelette et la musculature. Dans un autre registre et aux éditions Budo, c’est Gracie Royler qui nous dit tout sur le Jiu-Jitsu brésilien qualifié de combat par soumission. C’est un ensemble de 75 techniques libres de combat au sol, de 23 renversements pour amener au sol, et plus de vingt saisies efficaces.

 






 


Deux titres sur la décoration

Si l’Asie a le feng-shui, ce concept qui veut que la disposition des objets attire les bons ou les mauvais esprits, l’Inde a son équivalent et bien plus ancien le Vastu. Qui a les mêmes correspondances. A la différence que les indiens ont identifié trois forces, positive, négative et force d’action. Alors si vous voulez forcer le destin, vous avez d’amples suggestions. C’est aux éditions Le souffle d’or sous la signature d’Alexandra Viragh. Puis aux éditions Massin, Caroline Clifton-Mogg veut nous faire bénéficier de ses talents de décoratrice, surtout s’il faut maximiser un petit espace. 101 idées et astuces pour créer un espace à soi. Elle sait faire bon emploi des pieds carrés disponibles et aussi de l’apport de l’éclairage qui vient bonifier la disposition des meubles et tentures.

 






 


Un peu d’ésotérisme

Le sens de la vie n’est pas toujours du ressort du visible. Il y a aussi la vie spirituelle et l’ésotérisme. Deux titres retiennent notre attention cette semaine La magie du cœur d’Éric Pier Sperandio et Marc-André Richard. Autrement dit, la magie blanche au service de l’amour. Dans ce livre se trouve des rituels dont on dit, qu’à la condition d’être sincère dans sa démarche, permettront des accomplissements charmants. Avis aux intéressés. Aux éditions Québec-Livres. Puis un ouvrage d’une grande respectabilité, Encyclopédie de l’ésotérisme de Roberto Tresoldi chez De Vecchi. Il faut d’abord se souvenir qu’étymologiquement, le mot ésotérisme veut dire « du dedans ». Vous trouverez les grands noms qui s’y rattache, la symbolique et les œuvres majeures. On fera le tour de ce que sont l’hermétisme, l’alchimie, le gnosticisme, l’occultisme, l’astrologie, la divination et les sociétés secrètes. C’est vraiment un travail approfondi. On saluera le soin mis par l’éditeur pour la présentation graphique qui en fait un très beau livre.

 






 


Le coin jeunesse

D’attendrissants titres. Est-ce que vous m’aimerez encore ? nous demande l’héroïne de cette charmante historiette des Laurie Cohen et Cécicle Vangout aux éditions Galapagos. Ce qui nous va droit au cœur c’est que la petite fille est témoin des disputes de ses parents. Et elle croit que c’est à cause d’elle que tout va mal dans le couple. Comment la consoler ? Chez le même éditeur et cette fois de Pénélope Pastel vous avez Les aventures de Zigomette. C’est dans un petit village de France, à Viloiseau que se déroule la compétition de l’émission « Born to be ». Et les participants rivalisent pour éliminer les rivaux. A un point tel que voyant comment les choses tournent et pas du joli à part ça, Zigomette ca faire son entrée. C’est une petite étude des mœurs du show bizz. Et chez Québec-Amérique Mon premier visuel de Jean-Claude Corbeil et Ariane Archambault. Conçu pour les élèves du primaire il est très recommandé aux adultes totalement nuls en anglais. Selon le principe qui a fait la réputation de l,éditeur, on vous désigne des objets avec le vocabulaire approprié dans les deux langues officielles.

 




 


En format poche, la Chartreuse de Parme

Le grand classique de Stendhal est disponible. Un beau classique à découvrir ou à relire. L’amour de Gina, devenue duchesse de Sanseverina pour son neveu Fabrice Del Dongo. Mais pour son malheur, celui-ci s’et enrôlé dans les armées napoléoniennes et passe pour un traître. Pour lui épargner un triste sort, la femme cougar va accepter d’être la maîtresse du premier ministre Mosca qui se consume pour elle. C’est aux éditions Archi poche. Une belle opportunité puisqu’une adaptation pour le grand écran a été réalisée et mettant en vedette notre compatriote, Marie-Josée Croze.

 




 


Maître du temps

Qui n’a pas souhaité pouvoir revenir en arrière dans sa vie, le temps de corriger une erreur du passé. Dans le monde de Franck cette opportunité existe. Il a droit à une minute du temps passé. Et il s’en servira pour effacer un acte dont il peu fier. Mais dont le souvenir le hantera quand même. Son destin va lui faire croiser celui de Rosa. Ah! Oui, l’usage du temps dans cette histoire d’André Marois a pour nom La fonction qui donne son titre à l’ouvrage. Au club des Fonctionnalistes son destin croiser celui de Rosa qui a cette possibilité d’utiliser sa minute qu’elle veut mettre au service du bien. Voici les éternelles forces en présence du bien et du mal. C’est rudement bien mené cette histoire. Nous vous la recommandons très fortement.

La fonction. André Marois. La courte échelle 194p.    www.courteechelle.com

 




 


Roman lucide sur les coulisses des concours télé en chanson

C’est curieux que personne n’y ait pensé avant. C’est-à-dire, l’exploration par le biais du roman des coulisses des concours de télé en chanson. Ces nouvelles téléréalités où le public sélectionne un candidat qui va devenir la nouvelle idole instantanée. Guillaume mcNeil Arteau a saisi la balle au bond. Car quel merveilleux terreau de dramatisation.  A l’heure des stars académies, The Voice et American Idol on n’est pas allé très loin dans l’analyse psychologique de ce qui se passe une fois les projecteurs éteints. Son personnage Vincent Théodore n’a pas les atouts habituels pour performer dans ce genre d’exhibition télévisuelle. Mais à force de ruses et de manipulations il arrache la victoire. Mais à quel prix. Devant public est rien de moins que fabuleux et est une sévère mise en garde pour qui croit que le vedettariat est la voie pavée vers le bonheur.

Devant public. Guillaume McNeil Arteau. Québec Amérique 469p.      www.qubec-amerique.com

 




 


Le printemps arabe égyptien prévisible

Et-ce que la fiction peut-être annonciatrice de l’avenir dans l’actualité ? En tout cas L’Arche de Noé de Khaled Al-Khamissi a quelque de troublant. Dans le style de nouvelles, il nous présente une galerie de portraits de citoyens égyptiens d’horizons divers. Ça va du licencié en droit qui rêve d’un poste à sa mesure et qui d’ici là gruge sa frustration à une doctoresse copte et une prostituée. Le dénominateur commun à tous ces personnage c’est que pour eux, ce ne peut plus être comme avant. Et on voit se dessiner les prémices d’une révolution. Saluons la traduction qui rend bien la finesse d’écriture du romancier.

L’Arche de Noé. Khaled Al-Khamissi. Actes Sud 363p.   www.actes-sud.fr

 




 


Psychologie pour tous

Habituellement les professeurs de psychologie s’enferment dans un jargon hermétique pour disséquer les mœurs de l’homo sapiens. C’est tout à leur honneur qu’un aréopage de quelques uns d’entre eux de l’École de psychologie de l’Université Laval ait décidé de produire un livre qui explique les différents problèmes psychologiques auxquels un être humain est confronté. C’est une initiative qui a été prise en marge du 50ème anniversaire de la faculté.

La psychologie au quotidien. Sous la direction de Simon Grondin. Presses de l’Université Laval 230p.    www.pulaval.com

 




 


Quand la réalité se fait virtuelle

A propos de l’homme invisible, il y avait bien une présence humaine, mais invisible. Paradoxal en effet. Daniel Innerarity le philosophe espagnol applique un peu la même comparaison en soutenant dans son essai La société invisible que ce qu’on voit des réalités a bien peu de chance de l’être. Que ça cache d’autres réalités. C’est essai est une démonstration que maintenant tout n’est qu’apparence. Que même les politiciens en sont réduits à jouer de leur impuissance, tout ce qu’il leur reste car tout leur échappe.

La société invisible. Daniel Innerarity. Presses de l’Université Laval 162p.    www.pulaval.com

 




 


Tempête de feu en Allemagne

Il a beaucoup été question des horreurs nazi. Mais que dire alors des ravages et crimes contre l’humanité commis par les aviateurs britanniques du « Bomber command » qui ont créé de véritables tempêtes de feu en détruisant 63 villes dans toute l’Allemagne, la majorité des civils. 40 mille morts à Hambourg. Et que dire de la ville de Dresde où il n’y avait pas moyen d’échapper aux forces des flammes qui s’engouffraient dans toutes les rues à une vitesse de 150 km/h. Les gens qui se jetaient à l’eau pour échapper aux flammes périssaient dans de l’eau bouillante. Et toute cette brillante stratégie a été le fruit de Sir Arthur Harris décoré par la royauté en guise de récompense pour ce dont il était très fier. Vous lirez tout ça dans Foudre et dévastation de Randall Hansen. Une vue d’ensemble des bombardements alliés sur l’Allemagne entre 1942 et 1945.

Foudre et dévastation. Randall Hansen. Presses de l’Université Laval 398p.    www.pulaval.com

 




 


Comment va le monde selon Hubert Reeves

Notre compatriote astrophysicien Hubert Reeves qui est maintenant président de l’association Humanité et Biodiversité, se fait le héraut de la défense de l’écosystème. Il fait le point sur l’état de la planète et du cosmos dans L’avenir de la vie sur Terre. Une toute petite plaquette mais dense par les réflexions qui s’en dégagent. La première partie est un exposé de l’évolution des connaissances humaines au niveau cosmogonie, tandis que dans la seconde il se prête au jeu du question réponse pour nous dire ce qui en est du réchauffement de la planète dont il nous apprend qu’il est cyclique. Qu’il a déjà fait beaucoup plus chaud sur notre planète dans le passé. Pas de quoi fouetter un chat, que sont les trous noirs et peuvent-ils menacer notre galaxie ? Etc.

L’avenir de la vie sur Terre. Hubert Reeves. Bayard 62p.    www.bayard-editions.com

 




 


Douze leçons pour vivre le présent et entrevoir l’avenir

Aimer c’est laisser ses peurs derrière soi s’est vendu à cinq millions d’exemplaires vendus. Ce petit traité du bonheur a cartonné car les principes énoncés tiennent à des choses si simples. Parmi les leçons, la troisième dit « Je ne suis jamais contrarié pour les raisons auxquelles je pense ». Qui est l’auteur de ces perles, le psychiatre Gerald G. Jampolsky. Et qui renvoie à la première des vérités, s’aimer pour lâcher prise et ne plus dépendre du qu’en dira t’on.

Aimer c’est laisser ses peurs derrière soi. Gerald G. Jampolsky. Leduc éditions 157p.    

 




 


D’intervenants à médiateurs pour la protection de la jeunesse

L’évolution des manières d’intervenir dans les problèmes familiaux qui mettent en cause les enfants a modifié passablement la dynamique du travailleur social. D’intervenant, le travailleur social est devenu maintenant un médiateur appuyé aussi par la législation. Au lieu de peser de tout son poids dans une décision, il met en relation les acteurs clés de la problématique afin qu’ils soient parties prenante de la résolution du conflit. C’est  l’objet de cet essai Protection de l’enfance et de la jeunesse médiation ou comment accompagner la famille autrement. Et réalisé par un collectif de chercheurs du domaine.

Protection de l’enfance et de la jeunesse médiation. Pierrette Brisson et Michèle Savourey. Presses de l’Université Laval 298p.   www.pulaval.com

 




 


Coup de poing sur la gueule des femmes

Oh! là, il est loin d’être sympathique le protagoniste du roman d’Aymeric Patricot, L’homme qui frappait les femmes. C’est qu’il ne se contente pas de petites taloches. Sa haine est telle qu’il les frappent de toute sa force en pleine gueule. S’il casse une mâchoire sa haine est assouvie. Et ce qui ajoute à l’odieux c’est qu’il masque ses penchants au point de devenir responsable d’une association…féministe. Est-ce assez pour attirer votre curiosité ? Et si vous ajoutez que l’écrivain est très doué pour plonger dans les abîmes du mal, c’est une valeur ajoutée. Avis aux scénaristes en mal de sujet, vous en avez un ici en or massif.

L’homme qui frappait les femmes. Aymeric Patricot. Éditions Léo Scheer 180p.    www.leoscheer.com

 




 


Une analyse d’Au pied de la pente douce

Nous ne faisons pas mystère à la rédaction de notre faible pour tout ce qui sort des presses des éditions Lévesque, cette jeune maison d’édition qui ne cesse d’étonner par la qualité de ses ouvrages et la rigueur des choix proposés. Si on a eu surtout des romans, voici un essai sur le premier roman de Roger Lemelin et qui assura sa notoriété dans le monde des lettres du Québec « Au pied de la pente douce » un descriptif de la vie quotidienne chez les gens de la Vieille Capitale. Et il innove en écorchant les bondieuseries et cette exaltation de la souffrance au nom du Christ. Jacques Cardinal a fait une relecture qui aboutit à Humilité et profanation. L’essayiste est professeur de littérature à l’Université de Montréal. Un aperçu détaillé de la mortification à la sauce québécoise.

Humilité et profanation. Jacques Cardinal. Lévesque éditeur 196p.     
www.levesqueediteur.com 

 




 


Préparation spirituelle à la sexualité

Attention au titre. Même s’il a pour titre La magie sexuelle il n’est pas question de trucs pour performer ni de recours au Viagra ou de quelconque élixir. Skye Alexander propose plutôt une série de rituels préparatoires à l’acte sexuel qui ne sont pas sans s’apparenter à une dévotion religieuse. On sacralise ainsi cet acte millénaire pour lui donner de la valeur ajoutée.

La magie sexuelle. Skye Alexander. AdA 312p. 
www.ada-inc.com

 






 


Regard autochtones

Il y a une sorte de « revival » ou si vous aimez mieux de réaffirmation identitaire chez les peuples des premières nations du Québec et au pays tout entier. La preuve en est Innu nikamu- L’Innu chante de l’anthropologue Véronique Audet qui est aussi très impliquée pour la diffusion des musiques autochtones, tant à la radio que dans des forums. Dans son essai elle s’attache à nous faire connaître l’évolution de la musique innu. Qui est non seulement du seul registre de l’interprétation mais avec effet thérapeutique. Pour les fins de son travail, elle s’est attachée à deux communautés situées sur la côte nord du golfe du Saint-Laurent. Et pour mieux illustrer son propos quoi de mieux que de joindre la pratique. C’est la raison pour laquelle vous trouverez un CD en annexe avec de charmantes pièces musicales qui révèlent plus que tout l’âme innu. Dans une même veine, c’est un autre anthropologue, Rémi Savard qui dans La voix des autres. Le savant part de l’analyse d’une œuvre algonquienne classique nommée Tshakapesh pour départager la part du mythe dans les cultures des premières nations, avec ou sans l’interprétation du blanc colonisateur.

Innu nikamu, l’innu chante. Véronique Audet. Presses de l’Université Laval 292p.      www.pulaval.com
La voix des autres. Rémi Savard. L’Hexagone 344p. 

 




 


Informaticien et tueur

Il y a toujours quelque chose d’émouvant de voir arriver un nouveau romancier. Le premier opus mérite toujours une attention particulière. C’est le cas de Codex lethalis de Pierre-Yves Tinguely. Ce franco-suisse est venu à l’écriture par le biais du loisir. Mais l’activité est devenue si prenante que nous nous retrouvons maintenant avec un premier ouvrage qui fait déjà sa marque. D’abord par l’originalité du thème, le meurtre à distance. Dans un premier temps on découvre une petite famille sans vie. Le père a tué sa femme et sa fille. Mais au lieu de retourner l’arme du crime, on s’est rendu compte qu’un déclencheur dans son cerveau a provoqué la rage. Son cerveau et ses globes oculaires ont bouilli. Et d’autres meurtres du genre suivront portant la même. Comment un informaticien parvient-il à programmer une mort à distance. Voilà qui renouvelle le genre policier. C’est rien de moins que captivant. Et ceux qui ont pour mission d’attribuer des prix littéraires devraient regarder de ce côté-ci, car il y a suffisamment de bons arguments pour saluer cette entrée fracassante en littérature.

Codex lethalis. Pierre-Yves Tinguely. Black moon/thriller 375p. 

 






 


Le coin de l’érotisme

Pour marquer le coup de 2013 trois titres érotiques nous parviennent, tous de plumes québécoises. D’abord Le jardin des rêves de Bruno Massé chez Guy Saint-Jean éditeur. Deux antiquaires font une traversée onirique d’un miroir et basculent soudainement dans un univers onirique qui tolère mal que l’on conserve ses vêtements. De jeux coquins en libertinages l’auteur déploie une magie des mots qui réinvente la chose. Les deux autres titres qui suivent viennent de Québec-Livres. Vous avez dans un premier temps Lascives de Julie Bray. Les femmes n’aiment pas le sexe croyez-vous ? C’est que vous n’avez pas lu comment de décline éros au féminin. C’est sans jeux de mots, jouissif. Et de son côté Martin Laliberté dans L’île aux plaisirs a imaginé une personne à qui la chance vient d’arriver sous la forme d’un gain de 50 millions et qui va faire l’achat d’une île non loin de Cuba destinée uniquement au plaisir sexuel. Ça ouvre bien des perspectives. Trois lectures recommandées particulièrement par temps gris.

 




 


Quatre garçons, une fille attractive

Emmaüs est un titre à l’évocation religieuse, mai c’est aussi celui du dernier roman d’Alessandro Baricco. Qui met en scène un milieu bourgeois avec une fille libre penseur qui mène sa vie comme elle l’entend et aux mœurs élastiques. Qui fascine quatre garçons catholiques de milieu intégristes. L’éternel lutte entre la chair et l’esprit. Et les tourments organiques des garçons sont bien décrits par l’auteur. Une variation sur un thème certes connu mais éternellement captivant.

Emmaüs. Alessandro Baricco. Gallimard 134p. 

 




 


Suite aux chroniques d’un médecin légiste

Dans ces colonnes on vous a déjà dit tout le plaisir ressenti à lire les chroniques d’un médecin légiste de Michel Sapanet qui sait de quoi il parle puisqu’il dirige l’unité de médecine légale du Centre hospitalier universitaire de Poitiers. Appelé comme expert judiciaire, sa vaste expérience est un terreau parfait pour alimenter son imaginaire. Il nous offre ses Autre chroniques d’un médecin légiste. Avec des homicides dans des situations abracadabrantes.

Autres chroniques d’un médecin légiste. Michel Sapanet. Jean-Claude Gawsewitch 280p.     www.jcgawsewitch.com

 




 


Dieu maintenant existe

Amit Goswami ne fait pas de détours, il affirme carrément qu’au regard de la physique quantique « Dieu existe, alors qu’allons nous faire de cette vérité ? ». En quatrième de couverture on précise qu’il transcende la théorie et rejoint le domaine de l’action…que la pensée quantique sonne le glas du matérialisme scientifique. Ouvrant ainsi la porte à un monde de liberté et de possibilités.

Comment l’activisme quantique peut sauver l’humanité. Amit Goswami. Ada 328p.      www.ada-inc.com

 




 


Un bel ouvrage de culture générale

Il y a de ces livres qu’il fait bon de parcourir et qui sont des aliments pour le cerveau, surtout lorsqu’ils traitent de culture générale comme c’est le cas avec Tout savoir sur tous les sujets Un collectif de trois auteurs a rassemblé des articles sur divers sujets allant du pourquoi de la Seconde guerre mondiale, aux icônes de la politique, le climat. Pour chaque thème exploité on fait le tour des données actuelles. C’est un livre de référence à garder toujours près de soi. Et qui va faire le bonheur de ceux qui préparent des quiz également.

Tout savoir sur tous les sujets. Collectif. Broquet 254p.    www.broquet.qc.ca

 




 


Quand les québécois fuyaient le Québec

Dans la seconde moitié du XIXème siècle, les conditions de vie étaient très dures au Québec. Et des dizaines de milliers de québécois sont allés s’exiler dans les filatures de la Nouvelle-Angleterre, ailleurs aux États-Unis et même dans le l’Ouest canadien. L’historien Mario Mimeault pour nous aider à comprendre quelles étaient leurs motivations, nous donne à lire des extraits de la vaste correspondance de la famille Lamontagne, originaire de Gaspé. Au total il y avait un corpus de 1984 lettres, des documents fantastiques qui nous éclairent sur les mœurs du temps chez les nôtres. La correspondance s’étend de 1852 à 1925. Un bijou du genre.

L’exode québécois, 1852-1925. Mario Mimeault. Septentrion 438p.   www.septentrion.qc.ca

 




 


Du pays Basque aux USA

Il y a des vacances qui prennent parfois des tournures inattendues. Au lieu de se reposer, le limier repart sur une enquête, et pas seulement une, en voici une seconde. Les mâchoires du passé de Bernard Boudeau est un polar bien articulé. L’auteur peut en remontrer à pas mal. Il a un sens de l’image et quand c’est le temps de décrire une scène dure, il ne fait pas dans la dentelle. Vous aimerez énormément. Et savez-vous, quoi ? Il nous fait oublier tout autour de nous. Rein que pour ça…

Les mâchoires du passé. Bernard Boudeau. In octavo 416p.    www.inoctavo-editions.com

 




 


L’ABC de la philanthropie

S’il n’y avait pas de philanthropie, la qualité de la vie ne serait plus la même. On pourrait même parler de climat social désastreux. Car les dons et commandites sont d’un apport fondamental pour le développement de nos sociétés tant au chapitre de la vie culturelle, que de la santé et de l’aide sociale tout court. Daniel Lapointe enseigne au certificat de gestion philanthropique de l’Université de Montréal. Il nous fait découvrir tout ce qui touche à la gestion de la philanthropie. Comment solliciter des dons, à qui, les erreurs à éviter. Tout s’y trouve. La façon de monter une campagne de financement majeur etc. Un guide qui fera date.

La gestion philanthropique. Daniel Lapointe. Presses de l’Université du Québec 238p.    www.puq.ca

 




 


Un joli carnet de voyages

Barthélémy Courmont ne fait pas du tourisme du style forfait tout compris. Lui il part où son inspiration l’appelle. Et il est très curieux. Avant Eden nous promène de l’Europe à l’Asie, avec des itinéraires qui le mène de Mostar à Auschwitz en passant par le Laos et la Hongrie. Pour chacune des destinations, un court commentaire judicieux. Qui donne le goût de se sauver avec sa petite valise à toute vitesse. Heureux qui comme Barthélémy a fait de beaux voyages.

Avant Eden. Barthélémy Courmont. Hamac-carnets 297p.   www.hamac.qc.ca

 




 


Histoires de macadam dans la Grosse Pomme

Morton Rhue s’est donné pour mission de raconter par le biais du roman ce qui vivent les exclus qui hantent les rues de Broadway. Ils ont faim, ils ont froid, ils doivent se protéger des prédateurs qui prennent la forme d’êtres tordus. C’est du brut. L’auteur a déjà 130 livres à son actif dont beaucoup sont consacrés à la jeunesse. C’est presque du domaine du reportage. La jungle de béton. Comme ce n’est pas jojo, l’éditeur a cru bon de placer une mise en garde en quatrième de couverture comme on le fait pour la télévision « cet ouvrage comporte des scènes susceptibles de heurter la sensibilité de trop jeunes lecteurs ».

La tribu de l’asphalte. Morton Rhue. Bayard jeunesse 281p.   

 




 


Certaines vérités pires que la mort

Pour nous mettre en appétit du suspense Chambre froide de Tim Weaver, l’éditeur Pôle Noir a mis en en-tête de la jaquette la phrase suivante « La mort n’est pas une fin…Mais il vous le fera regretter ». Toute une entrée en matière. Premier tableau, David Raker et sa femme Derryn atteinte d’une maladie en phase terminale. Et durant ce lourd moment à passer pour le mari éploré, arrive une amie de sa femme avec une requête. C’est que David a été journaliste et excellent en investigations. Elle lui demande de partir sur la trace de son fils disparu. Puis ça deviendra pour David une nouvelle carrière. Une autre femme vit le même drame. Mais il arrivera que dans le cas de cet autre fils disparu, c’est qu’on apprendra qu’il est mort, mais détenteur de secrets qu’ils ne faut surtout pas répandre. Des tueurs sont embusqués qui veulent préserver coûte que coûte le silence. C’est tout un thriller avec une rythmique à l’américaine. Le lecteur quittera difficilement ces pages.

Chambre froide. Tim Weaver. Pôle Noir 414p.    www.ma-editions.com

 




 


Du Naulleau

Si vous avez regardé « On n’est pas couchés »  sur TV5 Monde animé par l’excellent Laurent Ruquier, vous avez certainement fait connaissance avec les anciens duettistes Eric Zemmour et Éric Naulleau. Ces deux cerbères chroniqueurs ne laissaient rien passer. Et si quelque chose était mauvais, la personne assise en face d’eux pouvait passer un méchant quart d’heure. Ils n’y sont plus. Mais Naulleau poursuit son petit bonhomme de chemin dans la faune médiatique. Il se fend d’un assemblage de chroniques parues un peu partout. Ça donne Pourquoi tant d’E.N. ? Si vous ne le connaissez pas, alors c’est l’occasion rêvée. Vous allez voir qu’on est pas au Québec où on s,interdit de froisser la petite famille de la tribu.

Pourquoi tant d’E.N. ? Éric Naulleau. Jean-Claude Gawsewitch 375p.     www.jcgawsewitch.com

 




 


L’humanité pas toujours honorable

C’est un recueil de nouvelles qui est indéfinissable sinon qu’au bout de sa lecture, l’Homme n’en sort pas grandi. Ticket pour l’éternité révèle pour beaucoup la part du diable chez beaucoup d’individus. Dans la nouvelle « Les cousines » un triste sire et pédophile essaie de prendre de force deux fillettes qui réussirant à échapper aux mains du satyre. Pierre-Yves Pépin est un grand voyageur devant l’Éternel et il pimente ses histoires d’un peu d’exotisme en toile de fond.

Ticket pour l’éternité. Pierre-Yves Pépin. Triptyque 100p.    www.triptyque.qc.ca

 




 


Communication interdimensionnelle

Wynn Free en compagnie de David Wilcock nous présentent La réincarnation d’Edgar Cayce ? En tout cas Wilcock croit être la réincarnation de ce dernier. Il n’avait jamais voulu jusqu’ici que l’on exploite cette information. Mais il sentait qu’il se devait de rapporter les intuitions qui lui font penser dans la continuité de Cayce, que l’être humain sera en possession de disposions qui lui permettront de pratiquer aussi aisément que l’on respire, des choses comme la télékinésie ou la lévitation. Plausible dans la mesure où on a toujours prétendu que l’homme n’utilisait que 10% des capacités de son cerveau. Dans cette perspective, la lecture de cet ouvrage peut par moments avoir quelque chose de troublant.

La réincarnation d’Edgar Cayce ? WynnFree et David Wilcock. AdA 468p.   www.ada-inc.com

 




 


Comprendre le chamanisme

Détaché de toute religion, le chamanisme est une spiritualité qui se pratique aux quatre coins du globe. Et que du fait qu’il ne soit relié à aucune religion, devrait répondre davantage aux besoins de notre temps. Le chamanisme qui relie l’homme et le cosmos. On peut devenir aussi chaman. Pour ce faire lisez ce guide initiatique de John Creek qui se sert des chamanismes amérindiens et hawaïens. C’est vraiment le cours 101 du genre.

Devenir chaman. John Creek. Québec livres 136p.    www.quebec-livres.com

 




 


Post hippie

A lire Génération H d’Alexandre Grondeau on a l’impression que les années quatre-vingt dix ont vu la réapparition du mouvement hippie moins les communes. C’est une bande d’amis qui traverse la France, écoutant les musiques de l’heure à fond la caisse et fumant tout ce qui peut vous faire décoller de Terre. La rébellion est dans l’air comme il s’en trouve à chaque génération. L’auteur est critique musical. C’est sans doute pour cette raison qu’il a trouvé le « beat » de son ouvrage. Un beau portrait d’une époque.

Génération H. Alexandre Grondeau. La lune sur le toit 316p.   www.lalunesurletoit.com

 




 


Distinguer terrorisme et insurrection

Le terrorisme est dans l’air du temps depuis les événements du 11 septembre 2001. Mais depuis on a su faire la distinction entre ce terrorisme et les insurrections un peu partout sur la planète. Comment les États ont-ils su faire face à ces nouvelles donnes. C’est à quoi s’emploie de répondre une équipe de chercheurs sous la direction d’Aurélie Campana et Gérard Hervouet. Les politologues en herbes et les seniors du domaine y trouveront amplement leurs comptes.

Terrorisme et insurrection. Collectif. Presses de l’Université du Québec 268p.     www.puq.ca

 




 


Champlain à l’origine d’un meurtre

Un écrivain puise dans son imaginaire. C’est d’une éternelle vérité. Mais au registre de l’imagination il y a des champions. Tenez, cette Louise Penny qui trouve toujours du boulot à son inspecteur chef de la Sûreté du Québec, Armand Gamache. Un crime s’est produit entre les murs de la Literary and Historical Society de Québec. Le macchabée est un archéologue qui faisait une fixation à trouver les restes de Champlain. Est-ce que sa passion lui aura été fatale ? Nous ne vous en disons pas davantage. Mais vous passerez de délicieux moments.

Enterrez vos morts. Louise Penny. Flammarion Québec 458p.    www.flammarion.qc.ca

 




 


Le rire juif

On a beaucoup épilogué au sujet de l’humour juif, cinglant comme tout. Vous n’avez qu’à voir du côté de Woody Allen qui s’est montré d’une rare et salutaire impertinence dans ses réflexions sur la culture juive, à commencer par sa propre mère. Judith Stora-Sandor qui est native de Hongrie et qui est professeur émérite à l’université Paris VIII nous donne un bon aperçu de l’humour juif avec Le rire élu une anthologie de l’humour juif dans la littérature mondiale. On sera même surpris du degré d’autodérision, n’hésitant pas à faire de l’esprit même au sujet de l’Holocauste.

Le rire élu. Judith Stora-Sandor. Gallimard 412p.    

 




 


Roland Giguère en chansons

Pour la rentrée 2013 c’est un petit bijou que lance l’Hexagone avec ces poèmes du poète Roland Giguère mis en musique et chantés par Thomas Hellman. La plaquette de poésie s’accompagne du CD des chansons. Un superbe écrin avec les textes dans le recueil bien sûr. Extrait d’un des poèmes « Boire aux frontières est le propre des hommes de vigie. Eux seuls te diront ce qu’il faut de patience et d’humilité pour qu’enfin mûrisse ton royaume ».

Thomas Hellman chante Roland Giguère. L’Hexagone.

 














 


Le coin santé

Une floraison de titres qui ont tous en commun de vouloir nous garder en santé et pour longtemps ou de nous amener à réfléchir sur des aspects de la santé psychique. C’est le cas avec Souffrance psychique des sans-abri du Dr. Alain Mercuel aux éditions Odile Jacob. Cher de service en psychiatrie à l’hôpital SainteAnne à Paris qui nous ouvre aux réalités psychologiques des SDF. Chez Dangles c’est cette fois Corinne Van Loey qui traite d’Hypnose MDR, FT ou soigner le corps et le psychisme par les thérapies du mouvement et de la représentation. Et quelle belle image lorsqu’elle cette psychologue compare un traumatisme à un arrêt sur image dans une vie. Et ensuite, fort de cette analogie, comment poursuivre un cheminement sain pour le reste de l’existence. On l’oublie, mais la nature est la plus vaste des pharmacies. Michel Dogna et Anne-Françoise L’Hôte. C’est un moyen curatif à énergie renouvelable. Les auteurs nous rappellent qu’en France, jusqu’avant l’Occupation, les herboristes étaient très écoutés. Mais le cartel des pharmaceutiques sous Vichy a muselé la naturopathie et que jamais les traitements par les plantes n’ont repris la vigueur populaire d’antan. Ça s’intitule La pharmacie des champs chez Guy Trédaniel éditeur. Restons dans le même registre des plantes et herbes soignates avec Le millepertuis de Danie, Lamarre chez Québec Livres. C’est depuis peu historiquement que le millepertuis a été implanté en Amérique du Nord. Outre la liste des bienfaits et des contre-indications, vous avez en complément des recettes. Ailleurs chez le même éditeur c’est Nicole Tremblay qui nous présente Le tao de l’énergie. Le tao dit-elle en guise d’explication,  ce n’est pas de souhaiter la venue des anges, mais une induction de la joie et de l’amour dans notre corps. Cette vision réunit les cultures de l’Orient et de l’Occident. Aux éditions Leduc, Danièle Festy et Catherine Dupin détaille les bienfaits de six huiles bénéfiques pour la santé et autres utilités. Les huiles essentielles c’est malin ce sont celles provenant de l’arbre à thé, le citron, la lavande, la menthe, le romarin et la rose. Restons avec les huiles essentielles où c’est au tour de Danièle Festy dans une perspective plus large, de nous faire découvrir le panorama complet des huiles aromatiques. Tout pour se soigner naturellement, des idées bien-être pour la maison et les huiles indispensables. Que vous découvrirez dans ce bouquin de bon volume chez Caractère. Les éditions Actes Sud plus connues pour leurs beaux romans, ont une collection sur les questions de société. Le dernier titre en date Alerte aux produits toxiques. C’est ni plus ni moins qu’un manuel de survie en milieu nocif. L’auteure de l’essai Debra Lynn Dadd établit une montée des cancers avec notre environnement circonscrit par les produits chimiques qui empoisonnent nos systèmes. Elle expose la problématique et nous arrive avec ces solutions pour remplacer ces produits nocifs par d’autres ou de notre fabrication. Chez Jouvence santé le Dr. Fereydoon Batmanghelidj a entièrement revu et actualisé son best-seller Votre corps réclame de l’eau où elle nous alarme sur les méfaits de la déshydratation. Car le corps est constitué de 72% d’eau. Un élément vital pour irriguer tout notre système.
Notre époque est marquée par les allergies et les intolérances alimentaires. Le naturopathe s’intéresse à ce premier volet et se fend d’un titre Le traitement naturel des allergies. Et il n’y a pas de traitement pour tous, car comme il le souligne, dix personnes allergiques, ce sont dix traitements distincts. C’est aux éditions Québec Livres. Et parlant de naturopathie, Sophie Lacoste a fait un travail remarquable publié aux éditions Caractère, Ma Bible des trucs santé. Qui comprend un rappel des ingrédients indispensables pour se soigner naturellement et efficacement, les meilleurs soins maisons et enfin des conseils naturels pour guérir les petits maux du quotidien. A garder comme livre de référence en tout temps. Si comme nous le disions plus haut, les champs sont une pharmacie à ciel ouvert, que dire alors du potager et son potentiel pour la santé ? Pierre Jean Cousin et Kirsten Hartvig nous gratifient du Guide des aliments santé. On a fait réalisé un travail de bénédictin pour classifier 300 aliments, avec en prime 350 recettes et 150 solutions à des problèmes de santé. Et parmi les recettes vous en avez un bon nombre de jus. Comment résister à un jus de papaye et gingembre ? Et revigorant de surcroît. Aux éditions Guy Saint-Jean.

 




 


Le coin Miam miam

Même si on s’éloigne de toute bombance en janvier après avoir fait bombance aux Fêtes, n’en demeure pas moins qu’on a le goût de faire des découvertes culinaires ou d’en réaliser soi-même. Trois titres retiennent notre attention en autant de tentations. Les deux premiers ouvrages sont chez Mango. Craques pour les fondues et raclettes. Signé Catherine Méry c’est cette petite collection si appréciée qui s’en tient à 30 recettes seulement, mais quelles recettes. Et l’originalité est au rendez-vous, comme ces raclettes au haddock ou british. Du côté des fondues vous avez la thaïe ou les gourmandes au coulis de fruits. Un goût de menus sensuels ? Plongez sans remords dans Sexy food de Joëlle Mignot. C’est une invitation au péché de gourmandise avec des ingrédients revisités tels le poulet Mille et une nuits, ou le spaghetti la belle et le clochard. Mais attention c’est toute une pâte dans une déclinaison exceptionnelle. Puis pour conclure chez les éditions Marie-Claire, on rappelle que les plats en cocottes n’ont pas perdu d’intérêt. Cocotte ce sont 40 plats mijotés avec des révélations comme les moules au pistou de noix, le carré de porc rôti à la moutarde, en passant par les tendrons de veau au citron. De quoi mordre dans la vie.

 




 


Empoisonnement

Lors d’un repas de famille, le grand-père de la famille s’écroule juste après avoir livré une mauvaise nouvelle. Une odeur d’amande amère provenant du verre consommé par le patriarche ne laisse aucun doute, il a été empoisonné au cyanure. Mais pour quelle raison ? Et qui avait intérêt à le voir disparaître ? C’est tout le suspense de Cyanure de Camilla Läckberg. Cette auteure de polar d’origine suédoise fait un carton dans son pays.

Cyanure. Camilla Läckberg. Babel noir 154p.   www.actes-sud.fr

 




 


Monographie sur Irène F. Whittome

Les éditions du passage qui se sont fait une niche dans les beaux livres d’arts, présentent Irène F. Whittome room 901. Qui est la reproduction de photos de l’installation réalisée au cours de deux ans dans une pièce de l’atelier où elle travaille rue Saint-Alexandre. C’est en apparence une œuvre minimaliste mais chargée de signification pour l’artiste visuel. En même temps l’ouvrage aide à comprendre le signifiant et le signifié d’une œuvre contemporaine.

Irène F. Whittome room 901. Les éditions du passage.

 






 


Le coin jeunesse

Ce n’est pas un, mais deux titres que nous donne à lire Sylvain Johnson aux éditions Porte-bonheur. Vous avez Le tueur des rails. Deux êtres qui ne devaient jamais se rencontrer, Thomas et Lilly vont traquer un tueur en série qui sévit depuis des décennies. Ils vont finir par être coffrés dans son univers. C’est le mal incarné. Un roman fiction qui vous garde captif. Son deuxième opus L’esprit des glaces c’est un esprit qui hurle gravement mais qui est tout sauf un être humain, bien qu’il en emprunte la silhouette. Il va même vampiriser le corps d’une femme victime d’un accident d’avion. Une chose oui, qui vous garantira des frissons. Maintenant chez Québec Amérique place à Simon Boulerice qui surgit avec Les monstres en dessous. C’est le petit Nathan qui a un problème d’incontinence. Il tente de masquer le fait qu’il pisse au lit et utilise un stratagème complexe. Mais il est découvert par M. IGA qui va l’aider. Un sujet l’énurésie jamais exploité en littérature jeunesse, ça c’est sûr. Et enfin pour les touts petits, Animaux d’Afrique chez Fleurus. Barbara Taylor nous invite à les découvrir dans leur habitat naturel en trois dimensions. Très instructif et ludique à la fois. Cet ouvrage devrait faire partie du programme scolaire de niveau primaire.

 

ARTICLES ANTÉRIEURES


2012 :
janvier : fevrier : mars : avril : mai : juin : juillet et août : septembre : octobre : novembre : décembre
2011 :
janvier : février : mars : avril : mai : juin: juillet : août et septembre : octobre : novembre : décembre
2010 : janvier : février : mars : avril mai : juin : juillet et août : septembre : octobre : novembre : décembre