- LIVRES NOVEMBRE 2013 -
 
 




 


Le Québec en deux couleurs

Scott McKay est écologiste de formation et de cœur et siège à l’Assemblée Nationale du Québec. Entre deux sessions parlementaires, il a trouvé le temps de jeter sur papier ses réflexions sur la protection de la biosphère. Pour un Québec vert et bleu n’est pas une énième liste d’épicerie des saccages faits à l’environnement, mais comment on peut faire en sorte pour que le Québec devienne vert et bleu.

Pour un Québec vert et bleu. Scott McKay. Presses de l’Université Laval 180p.     www.pulaval.com

 




 


On s’en prend à son lesbianisme

Nous sommes dans l’Amérique puritaine. Pour faire connaissance avec une adolescente, Dora, qui aime les femmes et qui est attirée par une de ses copines. Et pour son bonheur cet amour est gratifié en retour. Mais il faut voir les parents de notre Dora. C’est presque aussi pire que l’annonce de la fin des temps. Ils vont la pousser à consulter un psy. Dora la Dingue de Lidia Yuknavitch est un portrait décapant de l’absurdité humaine face à l’orientation sexuelle quand elle s’écarte de la norme. Comme quoi l’homosexualité demeure éternellement subversive.

Dora la Dingue. Lidia Yuknavitch. Denoël 275p.    www.denoel.fr

 




 


A la découverte de Danièle Henkel

Vous la voyez chaque semaine à l’émission « Dans l’œil du Dragon » sur les ondes télé de Radio-Canada. Avant on ne connaissait pas, Danièle Henkel, cette femme d’affaires qui s’est faite par sa seule volonté. Qui est passée du secteur public en soins de la santé au secteur privé. Elle a quitté une permanence assurée dans la fonction publique pour aller vers l’aventure. Aujourd’hui elle est à la tête des Entreprises Danièle Henkel spécialisée dans le domaine médico-esthétique. Elle se dévoile dans cette autobiographie qui révèle une femme de principes. C’est cette droiture qui sera à la base de son succès.

Quand l’intuition trace la route. Danièle Henkel. Les éditions La Presse 214p.         www.editions.ca

 




 


La valse des corps

L’érotisme sur le web c’est une chose, mais l’imaginaire érotique c’en est une autre. Et on s’en rend bien compte en appréciant Parties de plaisir de Martin Laliberté qui est passé maître dans l’art de décrire sous mille déclinaisons les actes de copulation. Capable même de se mettre dans la peau d’une femme entrain de jouir. Il connaît la fine mécanique des corps livrés au seul plaisir. Vous roucoulerez de bonheur à cette lecture.

Parties de plaisir. Martin Laliberté. Les éditions Québec-Livres 228p.    www.quebec-livres.com

 




 


Le Séminaire de Québec fête ses 350 ans

David Mendel est historien et spécialiste du patrimoine religieux de la Ville de Québec. Un des guides qui porte son nom nous invite à un voyage merveilleux au cœur de l’histoire du Séminaire de Québec un joyau qu’on ne peut pas manquer quand on se rend à la cathédrale de Québec. Il se trouve tout à côté. Un immense bâtiment préservé depuis la colonie. Il faut voir les photos remarquables qui nous rendent nostalgiques. L’une d’elles, étonnante, nous fait voir un personnage étonnant, Georges Turcotte qui y fut portier de 1866 à 1938! Soit 72 ans au total de porterie. Vous apprendrez aussi un tas de faits historiques qui nous rappellent à quel point il faut un soin jaloux de notre patrimoine.

Le séminaire de Québec. Guides Mendel 160p.    www.editionssylvainharvey.com

 




 


Il y a cinq ans disparaissait Hélène Pedneault

Hélène Pedneault est morte trop tôt à 56 ans. Touche-à-tout, on peut se faciliter la vie en la nommant tout simplement femme de lettres. Elle était aussi féministe et lesbienne. Les éditions du remue-ménage ont voulu souligner sa disparition en demandant à Sylvie Dupont de rédiger une biographie. Plutôt que d’honorer cette commande, elle a décidé plutôt de demander à 68 personnes qui l’ont connu de venir témoigner. Ce ne pouvait être plus bel hommage. On connaît mieux maintenant cette intellectuelle d’exception, solitaire, qui avait un amour démesuré pour le Québec.

Qui est Hélène Pedneault ? Fragments d’une femme entière. Sylvie Dupont. Les éditions du remue-ménage 233p.      www.edtions-rm.ca

 




 


Qu’est-ce qui est suffisant ?

C’est la question que pose la poétesse Julie Bruck, montréalaise d’origine vivant maintenant à San Francisco. Elle publie son troisième recueil de poésie intitulé La singerie la traduction de « Monkey ranch » et qui la valu d’obtenir l’an dernier le prix du Gouverneur général. Elle interpelle la vie avec des poèmes a teneur métaphysiques qui n’exclut pas un certain surréalisme. Extrait « A toutes les dix minutes les arcades se gonflent dans la clameur d’hommes ayant perdu l’argent du loyer ».

La singerie. Julie Bruck. Triptyque 76p.     www.triptyque.qc.ca

 




 


Le sexe n’est pas que l’affaire des canons de beauté

Parfois il faut le dire, on a l’impression que la littérature érotique tourne en rond. Plus encore que le descriptif des actes qui forcément tombent dans la routine des gestes, c’est la mise en scène qui fait défaut. Ce n’est pas le cas d’Anne Bert qui dans son roman S’inventer un autre jour met au premier plan des gens à qui ont ne penserait pas comme partenaires au lit. Presque des exclus de la fête au lit. Eh bien, notre romancière démocratise le plaisir pour notre plus grand bonheur.

S’inventer un autre jour. Anne Bert. Tabou 218p.     www.tabou-editions.com

 




 


Le Petit Prince pour les touts petits et autres contes classiques

Quelle ingénieuse idée d’éditer une version très synthétisée pour les très jeunes enfants du Petit Prince de Saint-Exupéry. C’est chez Fleurus. En neuf pages on prend de grands raccourcis pour présenter le magique personnage. Le Petit Prince pour le bébé est une initiation qui fera en sorte que le bambin voudra connaître plus tard la version d’origine avec tous ses beaux messages. On apprécie au passage le soin mis par Fleurus à la présentation graphique soignée. Et demeurons dans le monde enchantée du conte, toujours chez le même éditeur, Fleurus. C’est un coffret qui s’offre très bien comme cadeau de Noël pour un tout petit. Il a pour titre La maison des contes et rassemble six contes classiques : Les trois petits cochons, le petit chaperon rouge, le petit Poucet, le chat botté, Boucle d’or et les trois ours et enfin Blanche-Neige. De quoi faire prendre connaissance aux jeunes de ces basiques de la littérature enfantine. 

www.fleuruseditions.com

 




 


L’éducation chevaline, les trucs du dresseur

En feuilletant 1000 trucs du cavalier de Claude Lux on se rend compte à quel point s’occuper d’un cheval comporte de grandes responsabilités. La plus belle conquête de l’homme comme on dit requiert son lot de soins. Qui sont brillamment détaillés par l’auteur qui en connaît un rayon, non seulement sur la bête elle-même mais sur tout ce qui touche à l’environnement physique des lieux.

1000 trucs du cavalier. Claude Lux. Vigot 191p.      www.vigot.fr

 




 


Une première fiction chez Actes Sud

Hubert Nyssen le fondateur d’Actes Sud n’en reviendrait pas lui-même. La célèbre maison d’édition qui a acquis ses lettres de noblesse dans la littérature en majuscule, se lance dans la fiction. Et pour inaugurer sa nouvelle collection intitulée « Exoficitions » on lance Silo de Hugh Howey. Qui nous transporte loin dans le temps, dans un monde post-apocalyptique où n’ont survécu que quelques milliers de survivants confinés dans un silo haut de 144 étages. Ils ne peuvent plus sortir car l’air extérieur est toxique. Ils ont établi une société avec des règles très strictes. Le droit de faire un enfant par exemple est régit par une loterie. Et quiconque enfreint les règles s’expose à être jeté à l’extérieur du silo et par conséquent mourir. Une seule information leur parvient et cette source c’est celle de la direction. Certains ne sont pas loin de penser qu’ils font peut-être l’objet d’une manipulation sur ce qui se passe réellement à l’extérieur. En tout cas, ce roman est assuré d’une belle postérité. Et quelle idée à la base!

Silo. Hugh Howey. Actes Sud 557p.     www.actes-sud.fr

 




 


La nouvelle Évangéline

Marie Potvin croit dur comme fer à la puissance de l’amour et le montre encore une fois dans L’aventurière des causes perdues. Avec ce fameux couple acadien formé d’Évangéline Labelle-Fontaine et Gabriel. Amour suivi d’une rupture. Mais notre protagoniste veut croire que rien ne peut contrer l’amour. C’est pourquoi elle va entreprendre un long périple pour rejoindre son Gabriel à Havre Saint-Pierre. Mais sur sa route elle va devoir composer avec Simon, qui va s’ingénier à toujours se mettre sur sa route. Et la réelle personnalité de Gabriel fera jour en cours de récit. Vous a-t-on dit que le mot passion est en toile de fond ?

L’aventurière des causes perdues. Marie Potvin. Les éditions Goélette 341p.   www.editionsgoelette.com

 




 


Deux titres chez Ulysse

Des nouvelles de l’éditeur Ulysse. Deux opus. A commencer par Voyager avec des enfants cosignés par Isabelle Chagnon, Lio Kiefer et Julie Brodeur. Car amener ces enfants avec soi, que ce soit en camping à proximité ou à l’étranger, requiert un modus operandi bien particulier. Alors là vous avez des conseils inestimables d’organisation. Suivez le mode d’emploi et voyager avec ses marmots ne sera plus un pensum. Et Raquette de fond au Québec d’Yves Séguin c’est le descriptif de 200 centres avec des sentiers classés selon le coefficient de difficulté. C’est de venu un guide classique de référence.

 






 


Le coin santé physique et psychique (1)

Clarisse Nénard pratique le sport régulièrement. Mieux encore, elle est journaliste sportive. Convaincue que l’exercice est à la base d’une belle vitalité elle a écrit Le guide-santé du sportif chez Dangles. Elle présente 20 arguments pour se mettre au sport. Elle parle aussi des maux qui guettent le sportif comme de possibles casses, les bonnes postures à prendre. Et aussi l’influence du sport sur la libido et ce qu’il est conseillé pour la femme enceinte. De son côté Sébastien Michel aux éditions Bussières traite du Tirage karmique ou comment découvrir ses vies antérieures et transformer l’avenir. Spécialiste du tarot et astrologue il croit que c’est en connaissant ses vies passées qu’on se prépare mieux pour le futur. Les deux titres qui vont suivre sont aux éditions InterÉditions. Vous avez d’une part Josiane de Saint-Paul qui s’attache aux fondations mêmes de la structure de l’individu avec Estime de soi, confiance en soi qui manque à tant. C’est une psychothérapeute dont le credo est de s’aimer tel que l’on est. Simple à dire mais combien difficile à mettre en pratique. Elle nous livre les moyens psychologiques nécessaires pour y arriver. La gémellité fascine depuis toujours. On est tellement médusé devant des jumeaux identiques. Mais il y a plus stupéfiant encore. Guy Lyon Payfair produit un livre document Les jumeaux et le mystère de la télépathie qui nous apprend qu’il y a des cas troublants ou un jumeau va être par exemple, victime d’une blessure ou d’un mal, alors qu’au même moment son jumeau connaîtra exactement un sort semblable ou presque. Les deux ouvrages qui suivent sont aux éditions Armand Colin. D’abord un sujet qui intéressera le plus grand nombre alors qu’une récente statistique nous apprenait qu’en France, 75% des travailleurs soufraient de détresse professionnelle. Assez alarmant. Épuisement professionnel est un essai en collectif sous la direction de Philippe Zawieja et Franck Guarnieri. Vous avez réunies, toutes les approches innovantes et pluridisciplinaires se rapportant à ce domaine. Et autre thème qui est dans l’air du temps, la pédophilie. Comment l’identifier, la prévenir et la prendre en charge voilà les sujets exploités par Ariane Bilheran et Amandine Lafargue. Ça va du système de santé au judiciaire. Aucun aspect n’est négligé.  Les deux derniers titres sont édités chez Guy Trédaniel. Roger-Michel Berger nous initie au Tantra cet art de vivre et d’aimer. Il définit le tantra comme le merveilleux voyage vers l’éveil qui est déjà présent. Mieux voir, mieux vivre de Patrice Morchain. C’est un traité assez singulier qui fait une association entre le visuel et la psychologie. C’est comme l’auteur la définit « Une méthode simple et pratique pour l’amélioration de la vue et du regard ».

 






 


Le coin santé physique et psychique (2)

 Un petit chagrin d’amour peut aider à grandir c’est ce que nous apprend Bruno Humbeeck psychopédagogue et spécialiste des situations de rupture. On voudrait les éviter ces ruptures, mais parfois c’es inévitable. Mais comme on le verra, loin d’être des facteurs de démolition intérieure, ce peut-être des instruments de renforcement. Aux éditions Odile Jacob. Puis chez Jouvence, deux opus Oser changer sa vie de Christine Marsan une psychologue qui veut nous pister sur nos forces intérieures pour mieux envisager des lendemains qui chantent. Et Slavica Bogdanov qui va exactement dans le même sens, en sa qualité de coach de vie. Ceux et celles qui sont curieux de la divination des runes vont pouvoir trouver un très bon guide en la personne de Claude Rey qui a composé L’esprit des runes aux éditions du Tullinois. Ce résident du Bas-du-Fleuve nous dit d’emblée que les dieux nordiques ne sont pas morts. En sa compagnie vous allez déchiffrer les allégories qui permettront le contact avec ces dieux anciens. C’est bien vulgarisé. Ce livre va faire autorité. Deux titres aux éditions du Dauphin Blanc, Le banquier qui avait laissé tomber les chiffres de Pierre-Luc Poulin. C’est une histoire qui met en scène une femme qui bosse dans une banque mais qui ne fait que subir des humiliations. Elle est en détresse. Et le hasard va mettre sur sa route celui que l’on nomme ici le banquier philosophe et qui se prenant d’empathie pour elle, va l’aider à remonter la pente et faire sa résilience. Question de répandre le bien, deux copines, l’animatrice Christine Michaud er Sonia Marois présente Les billets douceurs. Ce sont des coupons détachables qui ont un peu l’apparence de chèques. Sur lesquels ont inscrit un heureux souhait pour quelqu’un, une douceur. Simplement pour rappeler à l’autre qu’on tient à lui ou elle. Puis pour terminer deux ouvrages chez Québec Livres, Le courage de devenir riche de Peter Borgman. A partir du constat que nous sommes nos propres limites, il nous offre un plan d’action psychologique qui prédispose à la richesse. Il va même jusqu’à dire que nous pouvons presque tous accéder au mieux-être matériel. Tandis que de son côt. Abel P. Edmond estime qu’il faut Travailler sans y laisser sa peau. Comment en sommes gérer le stress professionnel et prévenir l’épuisement. Ce psychologue établit ici une sorte d’autothérapie.

 




 


Le coin Miam miam

Chez Mango un beau coffret Oh! Les beaux gâteaux! Vous avez un stylo décor avec des douilles à pâtisserie et des emporte-pièces, de quoi décorer des cupcakes, des gâteaux et des macarons. Avec pour chacun trois petit livrets qui présentent les techniques détaillées pour devenir presque un maître pâtissier. Et chez Québec-Livres, Sylvie Haineault et Gérard Fouillet nous amènent faire la connaissance des fromages avec Le guide de la dégustation des fromages. On établit ici la liste des formages classiques, leur consistance et mille renseignements qui feront de vous un amateur éclairé.

 




 


Une élégante boite à couture

Chez Mango pratique voici un coffret raffiné Voyages au point de croix avec mille motifs à broder. Ce coffret inusité se présente avec un compartiment à tiroir pour ranger les fils à broder et les toiles de lin. En plus six livres avec des motifs venant de pays inspirants. Et une nouvelle gamme de seize échevettes DMC de quatre mètres pour réaliser les modèles de son choix. Donnez ainsi à vos broderies un petit air international.

 




 


Fidèle à lui-même

Ceux qui cherchent de beaux exemples de courage, peuvent puiser dans la vie exemplaire de Thomas More le catholique qui était devenu le confident d’Henry VIII et porté à de très hautes responsabilités dans l’Église. Et quand le monarque adoptera des façons de faire et de voir contraires à la morale de More celui-ci affrontera sa différence jusqu’à la mort, et ce dans des conditions atroces. C’est ce que raconte avec brio Pierre Allard avec La constance de Thomas More une des grandes figures de la Renaissance anglaise.

La constance de Thomas More. Pierre Allard. Presses de l’Université Laval 116p.      www.pulaval.com

 




 

 

De superbes réflexions sur la vocation d’enseignant

Tous les enseignants qui désespèrent, devraient lire obligatoirement Le professeur de Réal La Rochelle. Cet érudit, enseignant à la retraite, a fait une relecture du livre de Charlotte Brontë « The professor » et y a vu des correspondances avec notre époque. Et c’est une célébration à chaque page du savoir et des dures exigences de ce métier qui n’est pas à la portée de tous finalement. En fin d’ouvrage, ultime hommage, il cite tous les noms de ses élèves. Quel plus merveilleux tribut à ces pupilles.

Le professeur. Réal La Rochelle. Presses de l’Université Laval 138p.   www.pulaval.com

 




 


Un classique ru roman noir

En littérature policière on classe Elisabeth Sanxay Holding comme la marraine du roman noir. Les éditions Baker Street ont eu l’heureuse idée de ressortir un de ses classiques Au pied du mur qui fut transposé au grand écran par Max Ophüls en 1949 sous le titre « Les Désemparés » mettant en vedette Joan Bennett et James Mason. L’histoire d’une femme dont le mari est parti à la guerre dans le Pacifique. Lucia Holley, c’est son nom, vit avec son vieux père et deux enfants. Et a fille lui pose un problème car elle n’aime pas sa fréquentation avec un homme marié. Que l’on retrouvera mort. Dès lors elle devra se débattre avec des soupçons qui pèsent sur elle. On comprend à la lecture pourquoi cette fiction a traversé les temps. Le talent est indémodable.

Au pied du mur. Ekisabeth Sanxay Holding. Baker Street 312p.  

 




 


Pour éviter les problèmes en voyage

Ceux qui ont des âmes de globe-trotter vont apprécier énormément Voyager sans souci de Corinne de Vailly. Un ensemble de trucs et astuces pour se dépêtrer de toutes sortes de situations en voyage. On décrit les enseignes des établissements, ce qu’il faut laisser de pourboires dans certains pays, etc. Tout plein de conseils pratiques qui vous éviteront bien des ennuis.

Voyager sans souci. Corinne de Vailly. Les éditons Québec-Livres 200p.   www.quebec-livres.com

 




 


Comment une occidentale peut-elle se convertir à l’Islam ?

L’anthropologue Géraldine Mossière apporte une contribution intéressante à la connaissance des femmes et de l’Islam à travers ce phénomène encore marginal, des occidentales qui se convertissent à la religion de Mahomet. Et ce livre arrive à point nommé au moment du débat sur la Charte des valeurs québécoises qui fait tant jaser. Elle essaie de comprendre les motivations des occidentales à abjurer le catholicisme pour épouser une religion qui les contraints jusqu’à un certain point.

Converties à l’Islam. Parcours de femmes au Québec et en France. Géraldine Mossière. Les Presses de l’Université de Montréal 264p.    www.pum.umontreal.ca
 




 


Elle se substitue à sa sœur morte

Voici un très beau roman aux accents à la Chabrol. C’est une femme, Nelly, qui doit rencontrer sa sœur Anne qu’elle n’a pas vu depuis des siècles. Sauf que la soeurette ne se pointera pas au rendez-vous. Inquiète, Nelly prend contact avec son mari en Auvergne et la famille de ce dernier. Elle apprendra du coup que sa sœur est morte dans un accident d’auto quelques jours plus tôt. Et cela l’intrigue. Elle finira par apprendre qu’Anne n’était pas nécessairement la bienvenue dans sa belle-famille. Et pour y vivre à son tour, Nelly subira le même accueil. L’heure du thé est un thriller bien ficelé de Chantal Forêt que nous verrions très bien adapté au cinéma. Avis aux scénaristes en manque de sujet.

L’heure du thé. Chantal Forêt. L’Archipel 300p.   www.editionsarchipel.com

 






 


Le coin biographie

Les biographies québécoises sont si rares, qu’il faut saluer la parution de celles-ci quand elles se présentent. Et on est gâtés avec la sortie de deux figures de deux domaines bien différents, André Fortin l’artiste entrée dans le mythe en raison de sa fin de vie et le Robin des banques Yves Michaud. C’est Philippe Meilleur chez VLB qui se fend le récit de la vie du leader des Colocs. Le 9 mai 2000, il met fin à ses jours, plongeant ses fans et même le grand public dans un état de tristesse. Comment peut-on en arriver à un tel degré de désespoir ? Le biographe donne des repaires pour comprendre cette énigme. Une vie intense on le comprendra. Puis c’est au tour de Jacques Lanctôt de faire connaître Yves Michaud ce grand mondain, journaliste, Délégué du Québec en France, amateur de vins et négociant et enfin le pourfendeur des banques abusives. C’est un être qui par son éloquence et sa superbe en irrite beaucoup, mais qui a quand même l’admiration des uns pour ce côté batailleur qui ne l’a jamais quitté, notamment dans sa défense de la langue française au Québec Également chez VLB.

 




 


La sélection du cinéphile

Marc-André Lussier est le critique éclairé de cinéma du quotidien La Presse. On apprécie la justesse de ses analyses. Pour nous guider dans le choix de nos visionnements, il y est allé de sa sélection de 300 films qu’il considère comme incontournables. Le meilleur de mon cinéma est bien sûr un choix arbitraire. Pour chaque film retenu, un court paragraphe qui résume en quelques lignes les raisons pour lesquelles ce film doit être vu.

Le meilleur de mon cinéma. Marc-André Lussier. Les éditions La Presse 282p.      www.editionslapresse.ca

 




 


Transporteur pour les cartels de drogue

Raymond Boulanger avait mis son talent de pilote d’avion au service de l’argent vite fait, en agissant comme convoyeur de drogue pour les cartels colombiens. Un jour en atterrissant en Haute-Mauricie, il s’est fait prendre ayant à son bord 4000 kilos de cocaïne, une fortune colossale sur le marché de la revente et 45 barils de pétrole. Une véritable bombe volante. Le journaliste aux affaires criminelles de La Presse, Daniel Renaud raconte cette vie rocambolesque pour lequel il a payé sa dette. Il se trouve présentement en liberté provisoire. Reprenons le cliché le plus convenable pour décrire la vie de ce Rimouskois, une vie de roman.

Raymond Boulanger le pilote mercenaire. Daniel Renaud. Les éditions La Presse 225p.      www.editionslapresse.ca

 




 


Tout n’a pas été dit sur John F. Kennedy

 Le journaliste d’enquête Stéphane Trano n’aime pas mieux que de potasser des archives et trouver des perles. Surtout qu’on a déclassifié plus récemment des dossiers touchant à John F. Kennedy. On croyait tout savoir sur lui ? Vous n’êtes pas au bout de vos surprises. Par exemple il nous apprend que le propre demi-fre de Jackie Kennedy était un pédophile qui a été écroué en prison pour ce fait, pas plus tard qu’en 2010. Bref, on a bâti tout un mythe autour de ce président à la stature de roi. Kennedy ou l’invention du mensonge contribue plus que jamais à déboulonner un mythe de bout en bout. Vous allez dévorer chaque page et juger de l’hypocrisie de cette dynastie américaine.

Kennedy ou l’invention du mensonge. Stéphane Trano. L’Archipel 315p.    www.editionsarchipel.com

 




 


Victime d’un violeur en série

Cécile Zec nous livre un témoignage qui est une autre pierre à l’édifice de la compréhension de ce que peut-être le viol pour celles qui l’ont subi. Dans Corps volé elle raconte comment elle a été « prise » à son insu en quelque sorte grâce à la drogue du viol administré par son kinésithérapeute. C’est un coup de fil de la police qui va tout faire basculer et où elle réalisera qu’elle a été sexuellement par un violeur en série. Une étape de ville qui n’a pas été une sinécure car elle a été obligé de raconter son histoire aux policiers qui ne lui faisait pas de quartier.

Corps volé. Cécile Zec. L’Archipel 252p.    www.editionsarchipel.com

 




 


Relations mère fille conflictuelles

Ta mère est folle est l’entrée en littérature de Brigitte Vaillancourt. Et comme moyen d’y arriver, elle a pris le bon chemin avec un roman qui met en scène une jeune fille qui ne partage entre Montréal et le Niger. Pour père elle a un homme mesuré, voire méthodique alors que sa mère est complètement déjantée. Par après la fille viendra s’installer à Montréal et se redécouvre. Mais il y a toujours cette mère où les couteaux volent bas comme on dit communément. Une autre belle illustration que la relation mère fille n’est pas toujours harmonieuse. Est-ce un peu autobiographique ? Car l’auteure est née et a vécu elle aussi en Afrique.

Ta mère est folle. Brigitte Vaillancourt. Recto Verso 278p.   

 




 


Le deuxième volet de Caroline chérie

Un peu comme Angélique Marquise des anges, le personnage de Caroline chérie a marqué l’imaginaire dans l’histoire de la littérature romanesque. Le géniteur de cette dernière, Jacques Laurent a donné à son héroïne des accents stendhaliens. Comme dit le communiqué de promotion annonçant la réédition d’Un caprice de Caroline chérie c’est faire rimer la Chartreuse de Parme avec le charme.

Un caprice de Caroline chérie. Jacques Laurent. L’Archipel 398p.    www.editionsarchipel.com

 




 


L’ombre du père

Il s’agit d’un homme qui dans la mi-quarantaine est un obscur et sans grade à la Ville de Montréal. Curieuse situation quand on ait que son père est un homme d’affaires nanti au pays. C’est qu’il a toujours est à rebours de ce père autocrate. Ce dernier à la retraite va faire l’objet d’un reportage. Et la journaliste qui est chargée de faire son portrait débarque chez le fils. C’est Cupidon qui s’amène en même temps. L’occasion d’en apprendre davantage sur ce paternel omnipuissant. Voici l’essentiel de La belle affaire de François de Falkensteen. Il y a suffisamment de matière là pour intéresser le lecteur du premier mot jusqu’à la dernière ligne.

La belle affaire. François de Falkensteen. Libre Expression 213p.    www.edlibreexpression.com

 




 


Le coin poésie

La nature est une source inépuisable d’inspiration. Andrée Christensen artiste visuelle et poète n’est pas indifférente aux forces en présence. Racines de neige son recueil de poésie qui traite de la Terre qui se dépouille. Poèmes écolos en somme. Extrait « Pour saisir la voix intime de l’hiver, fermer les yeux goûter sa réjouissance étrangeté ». Aux éditions David. Puis au Noroît, Andrea Moorhead y va de son Géocide. Et ce n’est pas le fruit du hasard. Tout comme dans Racine de neige, le précédent recueil décrit, ici également c’est une alerte sur les atteintes que nous causons à notre écosystème. Extrait « Les oiseaux circulent comme la pluie comme la rage brûlant tout ce qui nous touche. » Un recueil ardent comme tout.

 




 


Des cadavres encombrants

Elle vit toute une situation cette Elena Perrot, héritière d’une entreprise florissante de gestion des déchets. C’est qu’en plus d’être à l’abri du besoin, elle dispose d’un don qu’elle refuse de reconnaître. Entretemps on trouve le corps d’un homme dans une benne à ordures. D’autres homicides surviendront aussi dans d’autres provinces qui laissent présager la signature d’un tueur en série. Sandra Messih est consultante en gestion des matières résiduelles. Elle s’inspire d’un univers qu’elle connaît bien pour échafauder ce suspense policier qui a tous les ingrédients pour cartonner auprès des amateurs du genre.

Le rythme du tambour. Sandra Messih. Recto Verso 361p.  

 




 


Je me souviens

C’est la devise du Québec, mais on oublie si vite. C’est pourquoi, sous la direction de Pierre Graveline, dix historiens et historiographes ont choisi chacun un fait de notre histoire qu’ils racontent avec brio. Voici les dix thèmes : fondation de Québec, fondation de Montréal, la grande paix de Montréal, la signature du traité de Paris, l’Assemblée des six comtés, l’Acte de l’Amérique du Nord britannique, l’émeute de Québec contre la conscription, l’adoption du droit de vote des femmes, l’élection de Jean Lesage et le deuxième référendum sur la souveraineté. Avec pour chaque récit une superbe iconographie.

Dix journées qui ont fait le Québec. Collectif sous la direction de Pierre Graveline. VLB éditeur 262p.   

 




 


Un seul nom…mais écrit à deux!

Ne vous y trompez pas Persona d’Erik Axl Sund cache deux auteurs, Jerker Eriksson et Hakan Aslander Sundquist. C’est le début d’une trilogie où une psychothérapeute et une policière se mettent en devoir d’éclaircir une succession de meurtres qui donne à penser qu’on se trouve devant un meurtrier en série. Tout comme les polars suédois qui cartonnent, celui-ci ne manque pas de sel et vous serez moins triste une fois rendu à la fin, qu’il y a deux autres volumes à venir.

Persona. Erik Axl Sud. Actes Sud 474p.     www.actes-sud.fr

 




 


Les recettes de Cuisine futée, parents pressés

Ces deux là, la nutritionniste Geneviève O’Gleman et l’animatrice et journaliste culturelle Alexandra Diaz ont peut les voir dans le cadre de leur émission « Cuisine futée, parents pressés » à l’antenne de Télé-Québec. Comme prolongement de leur émission elles lancent Famille futée un combiné d’expériences de vie en famille avec des noms connus, 35 au total, allant de Claudette Taillefer à Jonathan Painchaud en passant par Rita Lafontaine, et de 75 recettes santé à moins de 5$ par portion. Et plus de 150 astuces pour le plaisir de manger en famille.

Famille futée. Geneviève O’Gleman et Alexandra Diaz. Éditions La Semaine 299p.   

 






 


Deux poids lourds chez Taschen

Il faudra un jour rendre à la maison d’édition Taschen le tribut qui lui est dû pour sa contribution au monde de l’art visuel. Ça relève de la philanthropie cette belle initiative de publier pour un très large public des ouvrages remarquables, tant côté texte que du côté iconographique. On en a deux preuves éclatantes cette semaine avec L’Architecture du XXème cosigné par Peter Gössel et Gabriele Leuthäuser deux allemands qui s’occupent de design d’exposition en art visuel. C’est un pavé qui rend compte de tout ce qui s’est fait de significatif en ce siècle éclairant, pensons à l’Art nouveau, au Bauhaus, à l’Art Déco, aux travaux de Le Corbusier et de Frank Lloyd Wright. Tout y est, il ne manque aucune donnée. De même un autre titre de référence Van Gogh l’œuvre complète en peinture commentée assortie du volet biographique. Nous devons ce travail de pure érudition à Ingo F. Walther et Rainer Metzger. On est sciés devant la somme de connaissances concentrée ici. Ce peintre maudit qui ne vendait pas ses toiles et que personne ne peut se procurer maintenant, s’entend les gagnes-petits.

 




 


Point de tige, point de croix

Regain du travail de couture ? Toujours est-il que les titres pleuvent pour celles qui sont habiles notamment en broderie. Aux éditions Mango pratique, deux ouvrages, Nos enfants chéris et Esprit romantique. Le premier cosigné par Marie-Anne Réthoret-Mélin et Perrette Samouïloff traite de la broderie au point de tige. Avec cette technique de quoi enjoliver la chambre des enfants. Tandis que le second réalisé à deux têtes, Hélène Le Berre et Lélia Deshayes s’attache à la broderie au point de croix, plus connue. On peut alors concevoir des accessoires rattachés à la mode ou simplement comme motif décoratif.

 




 


L’obscur dans l’œuvre de Tintin

Les tintinologues vont s’en donner à cœur joie avec la publication conjointe des éditions La Presse et du magazine Historia de Tintin et les forces obscures. C’est qu’Hergé puisait à différentes sources pour alimenter son imaginaire et surtout nourrir les aventures de son célèbre petit reporter. Dans cet ouvrage de culture générale on analyse rêve, voyance, hypnose, radiesthésie, télépathie, extraterrestres, superstitions, sociétés secrètes et folie. Une mine d’informations historiques. Plus lecture intelligente que ça tu meurs.

Tintin et les forces obscures. Les éditions La Presse/Historia 129p.   

 




 


Cendrillon, un peu beaucoup osé

Oubliez le conte de Cendrillon de votre petite enfance. Celui de Trif le bédéiste érotique, vous emmène dans un univers de « services et châtiments tel est le sous-titre de cet album aux éditions Tabou. C’est que l’auteur revisite les personnages qui ont entouré l’héroïne du conte, dont la marâtre, pire que la réalité première. Vous allez voir qu’on vous a peut-être trompé sur la marchandise.

Cendrillon. Trif. Tabou 48p.    www.tabou-edituon.com

 






 


Le coin santé physique et psychique (1)

Les blessures de l’âme sont souvent des formes d’emprisonnement où il n’est pas étonnant que nous reproduisions exactement ce que nous avons vécu dans notre enfance. A la rencontre de nos blessures profondes de Florence Poulain chez Lanore est l’œuvre d’une psychothérapeute de formation qui a une approche en somatothérapie. Elle ouvre les portes à nos personnages intérieurs pour nous conduire sur le chemin de la guérison. De son côté Imanou Risselard et Pol Charov avec la contribution de Giovanni Fusetti y vont De la résilience à l’éveil de la conscience. La question est posée ? Comment devenir des êtres épanouis. La trans-analyse qu’ils exposent est une méthode innovante qui donne de nouveaux outils pour la connaissance soi. C’est un processus initiatique fascinant. Aux éditions de Souffle d’Or. Quittons la santé des hommes pour celles du cheval. Homéopathie et cheval est écrit par les vétérinaires Dr. Jacqueline Peker et Marie-Noëlle Issautier. On part de l’idée que l’homéopathie appliquée en médecine humaine a été un succès et qu’elle trouve aussi des applications bénéfiques aux chevaux. Cent pathologies du cheval sont détaillées dans ce livre chez Vigot et pour chacune le traitement approprié. Cet ouvrage deviendra indispensable pour tous ceux qui veulent soigner leur cheval à l’aide d’une médecine douce et naturelle. Deux titres maintenant aux Presses de l’Université Laval. Ces paradoxes qui nous habitent de Michel Métayer. Ce professeur de philosophie à la retraite expose tous les paradoxes qui habitent l’humain « ce monstre incompréhensible » disait Pascal. Exemple de paradoxe, pourquoi doit-on considérer la liberté comme une forme de contrainte ? Sa lecture vous interpellera grandement. La confiance. Ce qu’elle est minée maintenant à l’ère des suspicions et du cynisme, de l’individualisme aussi. La confiance altérée voici le thème central de cet essai collectif. On apprendra que la confiance est actuellement en péril. Aux éditions des Presses de l’Université de Montréal un collectif regroupé autour du Centre de recherche Léo-Roback examine le système social scandinave qui est un modèle comme on sait au chapitre de l’État providence. Le bon sens à la scandinave montre comment on en est arrivé à réduire grandement l’écart entre riches et pauvres. De quoi inspirer la gouvernance québécoise. 

 










 


Le coin santé physique et psychique (2)

Les saisons du yoga de Barbara Litzler chez Almora ou l’art de vivre en yoga au fil des mois. Ce livre en forme d’almanach est fait de douze chapitres, qui correspondent à un mois de l’année. Et chaque chapitre se déploie à leur tour en sept rubriques sur le yoga et son retentissement sur notre vie intérieure. Puis de Florence Mégemont aux éditions Exclusif Pouvoirs et vertus de la shungite. Considérée comme une véritable pierre de vie, c’est un bouclier contre les rayonnements nocifs des appareils électriques, ordinateurs et autres téléphone portables. Elle régénère et protège le corps physique. Sa lecture vous en apprendra davantage. Très utile alors qu’on s’interroge sur la nocivité des champs magnétiques à travers portables et tablettes.  Jasmin Roy bien connu pour sa lutte contre l’intimidation raconte sa traversée spirituelle dans La quête du p’tit Roy aux éditions Publistar. C’est qu’il a longtemps eu un contentieux avec le Créateur. Maintenant son cheminement l’amène à trouver la présence de Dieu à travers des liens humains très forts. Voici un livre qui fait état de la situation des handicapés et leur rapport au corps, L’expérience handie de Pierre Dufour aux éditions des Presses Universitaires de Grenoble pose la question un peu tabou jusqu’ici, comment les personnes atteintes dans leur chair se voient-elles ? Comment appréhende-t-on son expérience lorsque l’autonomie individuelle nécessite la coopération d’autrui ? Éclairant. Les trois prochains titres qui terminent notre coin santé sont édités chez Québec-Livres. Les émotions par Louis-Georges Désaulniers parle des émotions sombres qui dépendant de leur absences ou de leurs présences détermine notre niveau de bonheur. C’est le fruit de la réflexion de ce psychothérapeute de métier. Leonard Ruben avec La méditation à la portée de tous, met à notre disposition une somme de techniques et méthodes de méditation. Avec pour objectif qu’elle puisse vous permettre de résoudre les problèmes qui vous assaillent. Et notre sympathique Jean-Marc Chaput qui signe A la recherche de l’humain. Si dans l’Antiquité Diogène cherchait l’honnête homme, notre philosophe. Pour lui il faut réaffirmer l’identité de l’humain. Et il donne comme exemple l’initiative du fondateur de la compagnie pétrolière Irving qui interdisait formellement d’inscrire un titre sous un nom sur une carte d’identité. Seul le nom de l’être humain comptait.     

 




 


Pastiches de Sherlock Holmes

Benrard Oudin est un fan achevé de Sherlock Holmes. Il est Vice-président de la Société Sherlock Holmes de France et membre des confréries de Londres et de New York. Il lance Sherlock Holmes et le cobra d’or qui est un ensemble de dix nouvelles exactement dans l’esprit du célèbre limier anglais. Avec pour toile de fond les confins de l’Empire britannique. On voit bien que l’auteur possède non seulement son sujet mais la manière de narrer les faits typiquement dans l’esprit de l’original.

Sherlock Holmes et le cobra d’or. Bernard Oudin. J éditions 307p.    www.j-editions.fr

 




 


Des chaises pour tous les goûts

Voici une petite brique qui enchantera les amateurs de décoration et designers d’intérieurs. 1000 chairs de Charlotte & Peter Hall est un ouvrage fouillé qui détaille sur tous les modèles possibles où l’être humain a pu poser son séant. Ce sont exclusivement des chaises contemporaines, mais il y en a qui s’inspirent de l’Antiquité. On appréciera particulièrement le soin mis aux choix des illustrations de grande qualité.

1000 chairs. Charlotte & Peter Fiell. Taschen 622p.    www.taschen.com

 




 


Faire découvrir les créateurs de mode aux filles

Le petit album est très coloré avec sa couverture rouge très voyante. C’est le Le fashion book des filles. C’est tout ce qu’une jeune fille doit savoir sur les grands couturiers, maisons de couture et rédactrices de mode stars. Une sorte de petite encyclopédie en somme. Et à la fin vous avez insérée dans une pochette un « mood board » sur lequel les lectrices peuvent consigner des notes de mode.

Le fashion book des filles. Fleurus 149p.  www.fleuruseditions.com

 




 


Réflexions sur la place Émilie-Gamelin

La  place Émilie-Gamelin du nom de la sœur fondatrice des Sœurs de la Providence, se trouve derrière l’édicule de la station de métro Berri-Uqam à Montréal. Un lieu de toutes les misères où s’entrecroisent itinérants et petits revendeurs de drogue. Certains y voient là comme un chancre dans la ville et qui la déshonore. Mais Simon Harel professeur de littérature comparée à l’Université de Montréal, va au-delà des apparences et pousse la réflexion sur ce que représente ce parc, sa symbolique. Aussi une grande interrogation sur l’itinérance.

Méditations urbaines autour de la place Émilie-Gamelin. Simon Harel. Presses de l’Université Laval 176p.    www.pulaval.com

 




 


Soigner au Québec dans les régions colonisées

Parce que la situation économique sévissait dans toute sa rigueur au cours des années trente, le gouvernement du Québec décida d’ouvrir à la colonisation des territoires en régions éloignées. Et comme il fallait quand même voir un peu à la santé de ces défricheurs, on créa du coup 174 postes d’infirmières qui furent occupés tout à tour par des centaines de titulaires. Cette pratique cessa dans les années soixante-dix. Infirmières de colonie de Mmes Nicole Rousseau et Johanne Daigle toutes deux professeures à l’Université Laval, fait revivre cette épopée héroïque pour certaines.

Infirmières de colonie. Soins et médicalisation dans les régions du Québec 1932-1972. Nicole Rousseau et Johanne Daigle. Presses de l’Université Laval 458p.       www.pulaval.com

 




 


Des superbes récits de voyage

Bruno Blanchet est sans doute celui qui se qualifie le mieux pour la définition de globe-trotter. On l’a apprécié dans les journaux et à la télé dans ses explorations des coins les moins fréquentés par les touristes et qui méritent d’être vus. Nous avons pu apprécié les trois premiers tomes de ses pérégrinations, voici le quatrième de L’ultime frousse autour du monde. C’est un conteur remarquable qui nous prodigue une mine de renseignements. Et puis la pagination graphique est attrayante au possible et confère au tout l’exotisme requis.

L’ultime frousse autour du monde. Tome 4 Bruno Blanchet. Les éditions La Presse.    www.editionslapresse.ca

 




 


L’Antiquité racontée aux jeunes

Voici un ouvrage que le ministère québécois de l’éducation devrait faire inscrire au programme obligatoire de l’enseignement. L’Antiquité au temps des pharaons, des grecs, des romains de Florence Maruéjol, Jean-Pierre Adam et Éric Morvillez est un ouvrage didactique de premier plan qui passe en revue tout ce qui touche à ces civilisations qui ont été le berceau de l’humanité. Qualité des textes et des illustrations, même un adulte qui ignore ces pages glorieuses de l’Histoire va prendre un grand intérêt à parcourir ces pages. C’est un livre fondamental de culture générale qui va suppléer magnifiquement à la transmission de ce savoir ignoré présentement dans les salles de classe.

L’Antiquité au temps des pharaons, des grecs, des romains. Florence Maruéjol, Jean-Pierre Adam et Éric Morvillez. Coll. Tout voir l’histoire. Fleurus 235p.      www.fleuruseditions.com

 






 


Sept romans de taille chez Gallimard

C’est une cuvée exceptionnelle venant de Gallimard qui atterrit sur les rayons des libraires cette semaine. Le dernier été d’un jeune homme de Salim Bachi qui extrapole à partir d’un fait réel, le voyage effectué par Camus au Brésil. Nous sommes en 1949. Il une santé fragilisée par la tuberculose et les fièvres. Et là il va faire la rencontre de Moira, une femme singulière. Ce sera le moment des confidences, des retours en arrière. Une belle façon de rendre hommage à l’écrivain et l’homme. Puis Alain Jaubert se fend d’Au bord de la mer Violette. En 1875 deux jeunes hommes font connaissance dans le Vieux-Port de Marseille. Un est français et l’autre polonais. Qui partagent un même amour des belles lettres. Et le destin fera que le français deviendra l’un des grands poète de son temps, tandis que l’autre un célèbre romancier britannique. On vous laisse le soin de deviner de qui il s’agit. Retenons que le romancier se sert de cette rencontre anecdotique pour célébrer l’amour de la littérature. Frédéric Verger nous offre Arden. Nous sommes dans une principauté imaginaire de l’Europe centrale. Nous retrouvons deux hommes, un gérant d’un hôtel de luxe et l’autre un veuf misanthrope. Ces deux là sont fous d’opérettes et en composent. Mais fait distinctif, la plupart de leurs créations demeurent inachevées car on ne s’entend jamais sur la finale. Et entretemps la Deuxième guerre mondiale sévit et les allemands s’amènent avec leurs rafles de juif. L’insouciance du monde de l’opérette prend fin. Les choses sérieuses commencent. Un roman qui fait voisiner la légèreté et la gravité. Le fémur de Rimbaud de Franz Bartelt devrait vous faire réagir avec à tout le moins un large sourire. Écoutez bien. Il semble que l’auteur est obnubilé par les questions de succession car il nous avait donné l’an dernier « Le testament américain » et ici un héritage va changer la donne d’un couple formé par un personnage hors norme qui vend de la brocante, quand ce ne sont pas des reliques douteuses et une femme issue de la bourgeoisie et qui au grand dam de sa famille devient communiste. C’est le descriptif d’une vie déjantée qui oppose les intérêts des hommes et des femmes. D’Alexis Jenni ce sont Élucidations sous titré « 50 anecdotes ».  Ce sont des faits de sa vie qu’il lance épars. Qui commence par la consommation de la langue de bœuf et qui va ensuite dans bien des directions. Ce qu’il y a de bien dans cet exercice de style du côté des souvenirs, c’est la beauté de la stylistique. Ici le sujet, le verbe et son complément sont à la bonne place. Marie Ferranti y va de Marguerite et les grenouilles. Nous demeurons ici dans le domaine de la confidence personnelle. Quelle belle générosité d’ailleurs de la part de ces deux derniers auteurs. Elle, nous convie à Saint-Florent en Haute-Corse, sauf une nouvelle inventée de toute pièce, le reste ce sont des choses qu’elle a vécu, toutes en nostalgie. A l’ère des médias sociaux, il fait bon se raccrocher à un tel livre qui nous invite à voir autour de nous les personnes qui gravitent dans notre entourage. Ce soupçon d’humanité fait du bien à l’âme. Et pour clôturer, dans la collection Versilio un titre bizarre, La geste des jartès d’Antoine Audouard. C’est une démarche assez inédite pour décrire la condition des travailleurs en ce XXème siècle. En effet, l’écrivain a choisi d’utiliser l’ancestrale chanson de geste pour faire le portrait des rapports de force en entreprise. Et c’est réussi de bout en bout. On dirait du Zola à la moderne. Beaucoup de passages prennent effectivement du relief quand lu à voix haute.

 




 


Un jeune ado entre à la porte de son destin

Jean-François Beauchemin signe une trilogie dont le premier tome paraît Comme enfant je suis cuit. On voit vivre un jeune garçon de treize ans, Jérôme qui selon l’expression savoureuse du romancier « s’apprête à quitter l’enfance comme on délaisse un vêtement devenu trop étroit ».  La qualité du texte de Beauchemin est d’avoir pu se glisser dans la peau de cet être en croissance psychologique et physique. Maintenant, si vous voulez savoir comment les idées créatrices littéraires ont germé dans le cerveau de notre homme, on pourra feuilleter avec passion Quelques pas dans l’éternité où le romancier se dévoile à nous. Il nous décrit sous forme de journal toutes les étapes par lesquelles il est passé. On voit qu’est-ce qui taraude l’écrivain en devenir. C’est une belle introspection qui donnera peut-être le goût à certains de s’y mettre, à d’autres de le lire.
 
Comme enfant je suis cuit. Jean-François Beauchemin. Québec Amérique 157p.
Quelques pas dans l’éternité. Jean-François Beauchemin. Québec Amérique 377p.     www.qubec-amerique.com

 




 


Le marché économique et financier tout puissant

Membre de l’Institut universitaire de France, Olivier Grenouilleau dit d’entrée de jeu dans son essai Et le marché devint roi « le marché semble ne plus devoir répondre à d’autres règles que les siennes ». En ajoutant cette question, le capitalisme vertueux est-il encore possible ? C’est toute une analyse du marché économique tel qu’il se présente avec son cynisme. Et on appréciera les références historiques sur la genèse de ces mêmes marchés.

Et le marché devint roi. Olivier Grenouilleau. Flammarion 237p.   

 




 


Une artiste du métal lutte pour préserver son atelier

Elle a pour prénom Tania. Son métier, sculpteure sur métal. Elle a appris son art selon des techniques utilisées par les gitans kalderash, vivants en Roumanie. De son côté ça été l’exil vers la France, précisément Montreuil à quelques kilomètres du cœur de Paris où elle a son atelier. Mais elle sera en butte aux tracasseries administratives typiquement françaises qui mettent en péril la survie de sn gagne-pain. Mais dans sa lutte elle ne sera pas seule Une belle solidarité va se développer. Métal de Chochana Boukhobza met en lumière la noblesse de cet art visuel et en même temps exalte les valeurs de l’amitié.  On reprendrait bien un deuxième tome.

Métal. Chochana Boukhobza. Denoël 392p.    www.denoel.fr

 




 


Le Canada a d’étranges missions de paix

L’ancien premier ministre canadien Lester B. Pearson qui a été un artisan de la création des forces de maintien de la paix, doit maintenant se retourner dans la tombe. Le Canada a véritablement déviée de sa mission originale pour faire le jeu des forces bellicistes, présentement les afghans par exemple dans le rôle de très vilains orduriers. De la fleur au fusil de Noah Richler écrit régulièrement dans la presse nationale anglo-saxonne canadienne. Il montre à quel point le gouvernement conservateur s’est laissé prendre à vouloir jouer les gros bras dans des pays qui autrefois considéraient notre pays comme un modèle pour la paix dans le monde.

De la fleur au fusil. Noah Richler. Leméac 384p.    

 




 


Régis Debray et ses considérations picturales

C’est un drôle de livre que Le stupéfiant image, titre mal formulé au demeurant, avec la photo en arrière-plan de Michel Foucault. Mais ne vous égarez pas. Il s’agit purement et simplement de divagations sur l’art pictural, allant de la grotte Chauvet à des œuvres plus récentes dans le temps. Il fait penser à André Malraux, qui a dû beaucoup l’influencer. Comme son mentor sans doute, il a de ses associations d’idées fulgurantes. C’est en même temps un florilège d’érudition qui permet à Debray de faire état de son savoir et nous d’en profiter.

Le stupéfiant image. Régis Debray. Gallimard 396p.  

 




 


Quand l’humour c’était Croc

Jean-Dominic Leduc et Michel Viau ont abattu un travail de titan pour faire revivre les grandes années du magazine satyrique Croc. Les années Croc présente une sélection de pages féroces (ce qu’on est devenu frileux depuis) et aussi des entrevues et présentation des collaborateurs prestigieux dont le non moindre, Stéphane Laporte dont la photo le montre sous son air le plus nerd. Il y a beaucoup de nostalgie à chaque page. C’est un album collector qui ravivera de nombreux souvenirs. Cet humour dévastateur était à l’écrit ce que Rock et Belles Oreilles était à l’audiovisuel, mordant au possible. Rien ne trouvait grâce à leurs yeux.

Les années Croc. Jean-Dominic Leduc et Michel Viau. Québec Amérique406p.      www.quebec-amerique.com

 




 


39 ans et le cancer du sein

Maude Schiltz raconte l’histoire d’une femme à qui on annonce qu’elle a le cancer des deux seins avec treize tumeurs. Commence alors le parcours du combattant. Ah shit, j’ai pogné le cancer ce sont les courriels envoyés aux proches pour les informer de l’état de sa maladie. C’est un livre d’espoir car ici il y a un happy end. On n’en meurt pas.

Ah shit, j’ai pogné le cancer. Maude Schiltz. Éditions de Mortagne 395p.  

 




 


Essai sur les patries intimes

Joël Des Rosiers écrivait dans Théories caraïbes que « chaque écrivain, aux prises avec sa propre mythologie, oeuvre pour forger des espaces postnationaux au sein du mouvement général des peuples ». Il nomma ces espaces « méta-sporiques au lieu de dia-sporiques : à partir des contradictions liées à l'origine, au sexe, à la différence. » Ayant la conviction que le vocable « diaspora » était quelque peu galvaudé, Joël Des Rosiers a ressenti la nécessité de proposer dans différentes conférences depuis une dizaine d'années le terme « métaspora ». L'essayiste poursuit sa réflexion dans le présent essai, qui rassemble des textes cherchant à accréditer l'idée que l'écrivain enrichit son intimité avec les lieux où il vit et où il a vécu, tout en gardant une conscience aiguë de sa condition itinérante.

Métaspora. Joël Des Rosiers. Triptyque 327p.    www.triptyque.qc.ca

 




 


Passion libidineuse dans l’Angleterre victorienne

Il était une fois une jeune femme, Jessica, qui va surprendre les ébats d’Alistair avec une lady. Et pendant que ce monsieur étreint charnellement la noble dame, il s’aperçoit qu’il est vu. Et loin de se laisser démonter il en rajoute. Sept ans plus tard Jessica sera à son tour prise au filet de la passion charnelle avec son Alistair. Ici c’est la romance à la puissance dix avec Sept ans de désir écrit avec brio par Sylvia Day l’habituée des best-sellers.

Sept ans de désir. Sylvia Day. Flammarion Québec 380p.   www.flammarion.qc.ca

 




 


Biographie des baby-boomers

Jean-Claude Cloutier un diplômé en sciences économiques qui a fait l’essentiel de sa carrière au gouvernement du Québec, consacre un essai inédit sur Le règne des boomers. Comme il le précise, si cette tranche sociale n’a pas connu la guerre et la famine, elle a été soumise à des transformations radicales. Quel héritage les boomers laissent-ils aux autres. Doivent-ils être accablés de tous les maux pour s’être donné des privilèges sociaux ? C’est en quelque sorte la biographie de cette classe sociale.

Le règne des boomers. Jean-Claude cloutier. Les éditions GID 196p.   
www.leseditionsgid.com

 




 


De beaux tricots à confectionner pour ces mâles

Avec la froidure on n’aime rien tant que de se prémunir contre les intempéries. C’est pourquoi on portera une attention à Tricot hommes une coréalisation de Bergère de France et des éditions Marie Claire. On détaille 30 modèles de pulls et accessoires. Et si on en juge par les photos, ce sont vraiment des créations très mode qui plairont énormément aux heureux élus.

Tricot hommes. Bergère de France/Éditions Marie Claire 126p.   www.editionsmarieclaire.com

 




 


L’art de dresser la table

Régine Geerts sait vous monter une table en un tournemain. Et de plus, en femme généreuse, elle nous fait partager son savoir-faire dans Les tables d’Amandine. Sur des brillantes photos de Stefan Jacobs elle nous dit comment faire faire du neuf avec du vieux. S’il y a différentes sortes de tables proposées, on peut dire que dans l’ensemble ce sont des tables de style champêtre. Mais vous avez des propositions à la tonne avec mille variantes possibles.

Les tables d’Amandine. Régine Geerts. Éditions Marie Claire.
www.editionsmarie-claire.com

 




 


Le hockey canadien au féminin

Si vous pensez que l’intérêt des femmes pour le hockey n’est qu’une affaire des dernières années, détrompez-vous. Au contraire. Il y a plus d’un siècle que non seulement patinent-elles, mais qu’elles se forment en équipes. C’est ce que raconte Lynda Baril qui a longtemps été au service de l’information de Radio-Canada et qui se consacre au documentaire. Nos glorieuses c’est cent ans de hockey féminin dans la Belle Province. Pendant que les hommes étaient à la guerre, ce sont les femmes qu’on venait voir jouer au Forum. Et l’Église qui voyait le péché partout est allé mettre son nez là-dedans, condamnant ces femmes qu’on invitait à rentrer à la maison. Et que de belles photos qui nous font rappeler que dans la province du Je me souviens, on oublie vite.

Nos glorieuses. Lynda Baril. Les éditions La Presse 221p.   www.editionslapresse.ca

 




 


Impressions thaïlandaises

Paul Savoie nous présente le tome 2 d’à L’autre bout du monde. C’est le récit d’un de ses voyages en Thaïlande, pays qu’il a eu souvent le loisir de visiter. Mais cette fois, celui-ci prend un tour nouveau. C’est presque un itinéraire initiatique. Bref, tout l’interpelle. Lui aussi cherche un sens à sa vie. Le trouvera t’il cette fois. On ne vous en dit pas plus sinon que nous vous le recommandons fortement. Car il y a là un concentré de messages de haute envolée spirituelle.

L’autre bout du monde. Tome 2 Paul Savoie. Les éditions L’Interligne 173p.    www.interligne.ca

 




 


La suite de Moi Christiane F

Qui n’a pas lu ou à tout le moins entendu parler de ce méga best-seller « Moi Christiane F. 13 ans, droguée, prostituée. » On en a fait un film. Ce sont des millions de gens qui ont été au contact de cette vie perdue, livrée aux drogues. Trente-cinq ans plus tard qu’est-ce qui est arrivée à Christiane V. Felscherinow ? A travers la plume de Sonja Vukovic elle passe en revue ces années qui n’ont pas été de tout repos. Seule grande consolation dans cette vie d’épouvante, la naissance de son enfant. Vous trouverez évidemment consolation de votre propre existence en la comparant à la sienne.

Moi, Christiane F., la vie  malgré tout. Christiane V. Felscherinow. Flammarion 295p.    

 




 


Des jeux et des postures pour les petits

Le PedaYoga 2 est un guide de 100 jeux et techniques pour stimuler la concentration, l’apprentissage, le mieux-être et la socialisation des enfants. 100 jeux avec Namasté de France Hutchison. Il est destiné aux éducateurs en contact avec les touts jeunes.

100 jeux avec Namasté. France Hutchison. Béliveau éditeur 82p.   www.beliveauediteur.com

 




 


Histoire des dessous de ces messieurs

Sans aucun doute la jaquette de couverture de L’Histoire des sous-vêtements masculins de Shaun Cole a de quoi attirer l’attention. On aperçoit un homme nu d’une grande beauté plastique, la perfection faite homme quoi, tenant un écriteau pour cacher l’essentiel. Si la présentation a de quoi a arrêter le fureteur en librairie, son contenu aussi, puisque l’auteur entreprend pour la première fois l’historique de ces vêtements qui étaient à l’origine réservés à la noblesse et qui se démocratiseront avec les siècles. Et l’iconographie vaut mille mots. Que de beaux hommes concentrés dans ces pages. Dans l’esprit des beaux grands livres.

L’histoire des sous-vêtements masculins. Shaun Cole. Parkstone 254p.  

 




 


Ah! Que de beaux voyages à faire

La rédaction du National Geographic pose la question « Quel est le plus bel endroit au monde ? ». Difficile à répondre et encore plus compliqué si on a le malheur de feuilleter Sublimer voyages ce magnifique album qui rassemble des photos des plus beaux coins de notre planète. Grosso modo, ces parcours englobent des sites sauvages, des espaces urbains, des coins paradisiaques et des campagnes de charme, enfin des merveilles du monde. Il y en a pour tous les goûts comme vous pouvez le constater. Et quand on sait que l’organisme qui célèbre ses 125 ans attire les meilleurs photographes, vous avez le nec plus ultra.

Sublimes voyages. National Geographic 319p.  

 




 


Un classique de la BD québécoise

Ce n’est pas peu fière que les éditions La Pastèque nous offre en édition spéciale du 15ème anniversaire ce classique de la bande dessinée québécoise Paul à la campagne de Michel Rabagliati. Un tome qui fut suivi de quelques autres. Pour marquer le coup, une édition en très grand format, couverture cartonnée. Une édition de collection dont l’éditeur nous assure qu’elle demeurera à perpète au catalogue.

Paul à la campagne. Michel Rabagliati. La Pastèque 54p.   

 




 


Le coin Miam miam

Josée Di Stasio donne de ses nouvelles. A travers Le carnet rouge qui est, on s’en doute bien, un livre de recettes. Qui n’a pas de ligne directrice particulière. On peut passer du potage de fenouil et tomates aux œufs mollets dans une tasse jusqu’à des biscuits pour pitou. Il y en a pour tout le monde. Des recettes pour passer aussi le temps bien au chaud à déguster ou grignoter. Chez Flammarion Québec. Et chez Québec Amérique du sommelier TomVigeant, ce sont des Dégustations entre amis comment découvrir, partager et comprendre le vin. C’est vraiment un livre d’initiation au vin avec un descriptif en mode vulgarisation des pays et des régions productrices. Dans le genre c’est parfait. Si vous retenez toutes ces pages par cœur vous allez époustoufler votre entourage.

 




 


Il était une fois les régions du Québec

La maison d’édition Gid poursuit la belle mission qu’elle s’est donnée de faire découvrir l’histoire du Québec en photos d’archives. Dans sa fameuse collection « 100 ans noir sur blanc » deux nouveaux opus s’ajoutent au riche catalogue existant « Les Laurentides au temps du train du nord » Là on est vraiment à l’époque des Belles-Histoires-des-Pays-D’En-Haut de Claude-Henri Grignon. Son auteur, Marcel Paquette est un fin connaisseur de la région. Il a habité les Laurentides durant des années et y travaille depuis plus de 30 ans. Il est membre de la Société d’histoire de la la Rivière-du-Nord. Et a déjà signé dans cette collection d’autres titres tout aussi excellents. Comme celui qu’il consacre à L’Outaouais le cœur à l’ouvrage. Ici aussi on ne se lasse pas de feuilleter ces pages qui nous semblent sortis d’une autre planète. Et qui nous fait réaliser quels bonds prodigieux nous avons effectué dans la modernité et en si peu de temps. Hormis cette collection et toujours chez le même éditeur Nicolas Gagnon urbaniste de formation et ancien directeur de l’aménagement du territoire à la MRC de Rivière-du-Loup rend hommage à cette belle région par ses talent s de photographe. Ça donne La municipalité régionale de comté de Rivière-du-Loup. On admirera tout particulièrement le patrimoine du bâti dans ce beau coin du Bas-du-Fleuve et les images en vue aérienne des terres agricoles de toute beauté. De quoi ressentir un frisson de fierté pour ce beau Québec.

 






 


Le coin santé physique et psychique (1)

Les quatre titres suivants sont publiés chez Québec-Livres. Manon Fortin connue pour son essai percutant « Profession victime » nous invite à modifier notre existence par une vie de qualité supérieure. C’est Secrets d’âme qui suggère de s’ouvrir vraiment aux autres en se dévoilant davantage tel qu’on est. Nicolas Sarrasin, lu, a un programme ambitieux La croissance illimitée. Où comment multiplier les résultats pour en arriver à vivre la vie dont on rêve. C’est un peu dans le même créneau que le titre précédent. La psychologue Sylvie Rousseau est aussi conférencière et formatrice. Elle traite d’un thème très dans l’air du temps, la résilience. On en parle effectivement beaucoup. Mais comment Développer et renforcer sa résilience. En somme de vivre heureux même si on a eu un passé douloureux. Chacun a droit à sa petite parcelle de bonheur sur terre. Sylvie Sperandio aborde un sujet qui est la base de travail sur laquelle il faut s’appuyer pour forger son individualité propre, à savoir Dire non, cela s’apprend. C’est reprendre le pouvoir qui a été abandonné par faute de trop de concessions à l’entourage. Par ailleurs, nous sommes submergés par un flot d’informations sur la façon de se nourrir. C’est à s’arracher les cheveux, un livre contredisant l’autre. Virginie Parée vient à notre secours avec L’alimentation santé en pratique. Son propos est que pour mincir il faut manger. Pour en finir avec le surpoids, les intolérances alimentaires et l’inflammation chronique. Aux éditions Mosaïque santé. On réédite chez Québec Amérique de Bruno Rhéaume le maquilleur de Véronique Cloutier, Belles un ensemble d’outils et d’astuces pour un maquillage réussi. Pourquoi parle t’on de cet ouvrage sur le maquillage et quel rapport avec la santé ? C’est que si l’on se sent belle, c’est alors un capital additionnel de confiance en soi. Il passe en revue les pinceaux, les couleurs à choisir et quoi encore. Plein de trucs utiles pour apparaître éclatante.  

 






 


Le coin santé physique pet psychique (2)

Quel parcours que celui de Marie-Josée Arel cette très jolie femme, de la famille propriétaire du légendaire restaurant Le Madrid. Elle a entrepris des études en administration, communication et théologie. Taraudée par la quête de l’Absolue elle a même vécue en communauté religieuse de 22 à 28 ans! Puis elle a été d’une téléralité française. Plus marginale que ça tu meurs. Elle lance Dieu s’en moque qui est sa réflexion de la vie spirituelle sans le support d’une quelconque religion. Chez Québec Amérique. Aux éditions Béliveau, un titre arrive à point nommé au moment où il est question de l’instauration d’une Charte des valeurs québécoises. Il a pour titre Ces différences et coutumes qui dérangent de Blandine Soulmana en collaboration avec Monique T. Giroux. La question sous-jacente est « Jusqu’où ira-t’on dans les accomodements ? ».  L’auteure se demande si les communautés culturelles qui viennent vivre au Québec savent au moins qu’ils arrivent dans une société foncièrement laïque ? Aux éditions Béliveau. Élisa Brune ouvre un champ de curiosité infinie avec Le salon des confidences qui traite du désir des femmes et le corps de l’homme. Un certain discours tend à faire de la femme un sexe indifférent à l’attrait sexuel pour le corps de l’homme. Comme si tout devait passer obligatoirement par la voie de l’amour. Ici le corps de l’homme est désirable et désiré. Aux éditions Odile Jacob. Et toujours chez le même éditeur Loli le temps venu de Pierrette Fleutiaux. C’est une réflexion sur la reproduction. On se perpétue en temps qu’humain, mais pourquoi donc ? Il est question entre autres du lien grand-mère, petite-fille. Silvia Ostertag est une spécialiste du zen et en traite dans Éveil et quotidien aux éditions Accarias. S’il y a quelqu’un qui a très bien comprise la maxime, vivre au quotidien, c’est bien elle. Car le zen c’est le maintenant et non le lendemain. Vivre à plein le temps présent. Elle démystifie aussi ce qu’est l’illumination qui enflamme tant les imaginations. Une question simple en apparence C’est quoi la drogue ? Marie-Christine d’Welles y répond dans ce livre qui sort chez l’éditeur Jean-Cyrille Godefroy. En clair c’est un vade-mecum qui présente les drogues et leurs effets. C’est qu’on débat beaucoup de la légalisation de la marijuana. Est-elle sans danger ? Vous aurez ici les réponses souhaitées.  La couverture de Le Parcours de Robert Brisebois est intrigante. Publié aux éditions Le Dauphin Blanc c’est un livre sur la transformation de soi, bâti en cinq parties. Il interpelle ceux qui ont tendance à ressasser le passé qu’il compare à un roc, tandis que le futur est du sable mouvant. Seul le présent est stable et en notre possession. On ne sors pas indemne de sa lecture.

 




 


Poésie intuitive

C’est un premier recueil de poésie pour Roger Gingras natif de Saint-Apollinaire. Cet enseignant en architecture, sait faire aussi des plans de mots remarquables. Voici un extrait de La saveur de mes pensées aux éditions Gid « Je te dis que tu navigues oblongue dans la mer blême de mes chaudes espérances, tu vogues et tu gonfles dans l’espace en virulence… »

La saveur de mes pensées. Roger Gingras. Les éditions Gid 71p.  www.leseditionsgid.com

 






 


Le coin de la Foi

La Bible est l’ouvrage le plus traduit dans le monde et son approche peut rebuter le néophyte. C’est pourquoi Sébastien Doane qui est responsable du programme d’implication communautaire au Collège Saint-Jean-Vianney est aussi agent de pastorale. Il a concocté ce Lexique sympathique de la Bible pour initier le néophyte aux thèmes exploités dans le Livre des Livres. On y aborde la nudité, Babylone, le cœur, la Résurrection. Bref, c’est un excellent ouvrage de vulgarisation. C’est chez Novalis. D’autre part, le directeur du Théâtre du Nord-Ouest à Paris, Jean-Luc Jeener est un homme préoccupé par les questions spirituelles. Et il voit dans le théâtre un véhicule merveilleux pour diffuser les préceptes de la Bonne nouvelle. En tout cas, il apporte une vision du jeu extraordinaire vu de l’angle de la Foi. Sans miroir, la société est condamnée à mourir. En somme nous avons besoin du théâtre pour nous voir qui nous sommes réellement. Que l’on peut lire aux éditions Bayard.  Chez Mame, L’Eucharistie où tout est changé de Michel Salamolard. Il y a un mot savant la transsubstantiation qui est le moment où le pasteur reprend ce moment du rite de la Messe où le pain devient chair et le vin le sang du Christ. Phénomène de compréhension qui relève de la foi du charbonnier. Ce prêtre du diocèse de Sion en Suisse essaie de nous faire comprendre cette symbolique théologique.
Un prêtre qui défend l’idéal communiste! Ce peut paraître comme une provocation de la part d’un prêtre. Et sous Pie XII il aurait été excommunié. L’abbé Maurice Bellet s’est fendu d’un essai L’avenir du communisme chez Bayard où il reprend les idéaux d’origine qui ont nourri cette idéologie qui comme on le sait a fait plus de ravages, de carnages que toute autre. Mais il va juste puiser des idées qui peuvent servir dans un monde qui erre. Ne dit-on pas que du choc des idées jaillit la lumière ?  Toujours au sein de la même maison d’édition, avec le même auteur, ce dernier qui est aussi psychanalyste, nous donne La traversée de l’en-bas. Ça demeure dans l’esprit de son premier ouvrage qui cherche de l’espérance. Ici il nous rappelle que l’en-bas ce sont toutes nos misères au quotidien. Ce qu’il y a de plus sombre chez l’individu. Mais il ne faut pas désespérer dit-il et tenter de faire surgir une création d’humanité. De faire en sorte que le Dieu qui se trouvait en haut jadis, devienne celui d’en bas avec des bontés qui passeraient par nous sur le terrain des hommes meurtris.

 




 


Le coin poésie

Mark Z. Danielewski est un poète reconnu aux États-Unis, à telle enseigne que le Washington Post le consacra comme un des écrivains parmi les plus talentueux et polyvalents de notre époque, ce qui est peu dire. Le quotidien américain saluait ainsi la sortie de L’épée des cinquante ans un recueil de poésie qui nous arrive dans une traduction réussie d’Héloïse Esquié. Comment définir son contenu sinon que c’est l’emploi de mots forts présentés comme un conte pour adultes, non au sens érotique du terme, mais comme un vecteur de vérité. Extrait « Il n’y avait qu’un chemin qui s’offrit à ma vue. Là au moins mon ombre marchait à mes côtés et les airs que je sifflais demeuraient mélodies. En fait la montagne avait l’air d’une simple montagne ».  C’est aux éditions Denoël. Puis plus près de nous, nous avons François Hébert avec Où aller. Le critique que l’on a pu lire et entendre au Devoir et Radio-Canada parle ici de la vampirisation des corps et des âmes. N’a-t-on jamais été tenté de s’emparer d’un autre ? Extrait « les bouches béent dans la caverne, le rictus a ses stalactites, la carie ses entrées son humour noir. Aux éditions l’Hexagone.

 

 




 


L’histoire de nos téléromans

Renée Legris est une autorité pour ce qui est de l’histoire de la radio et de la télévision au Québec. Cette professeure titulaire à l’UQAM nous livre un travail de grande rigueur sur Le téléroman québécois de 1953 à 2008. On sait que ce genre se veut aussi le reflet d’une époque. C’est en regardant de vieux téléromans que l’on fait un retour en arrière pour voir comment on vivait et pensait à telle ou telle époque. C’est exactement le cheminement de cette chercheuse qui établit un parallèle constant entre la civilisation québécoise et sa représentation au petit écran. Un ouvrage qui fera date.

Le téléroman québécois. 1953-2008. Septentrion 301p.    www.septentrion.qc.ca

 

 




 


Un abbé cinéaste officiel de Duplessis

L’ancien premier ministre du Québec, Maurice Duplessis, ne jurait que sur le retour à la terre. Et pour faire l’apologie de la vie rurale sous son règne, il avait mandaté l’abbé Maurice Proulx (1902-1988) comme cinéaste officiel du gouvernement unioniste. Et grâce à ce prêtre, pionnier du cinéma québécois, nous avons des souvenirs conservés, immémoriaux, de ce qu’était la vie dans les champs. L’historien Marc-André Robert est spécialiste du cinéma gouvernemental au Québec. Il nous livre une merveilleuse biographie de ce pasteur ambitieux et de son legs en images.

Dans la caméra de l’abbé Proulx. Marc-André Robert. Septentrion 231p.   www.septentrion.qc.ca

 

 




 


Comment faire de son amant un amoureux permanent ?

C’est une histoire d’amour urbaine comme il y en a pas mal. D’un côté vous avez une femme, Sara, qui s’en va migrer vers New York car elle a été cocufiée par son ex compagnon. Et dans la Grosse Pomme elle va faire la connaissance de Max, un citoyen britannique qui a énormément de doigté au lit. Et là notre dame s’interroge sur la relation sur une base future, d’autant que lui aussi a multiplié les conquêtes. Réussira telle à lui mettre le grappin dessus ? Voilà l’argument de Charmant inconnu. Christina Lauren. Les éditions de l’Homme 310p.   

 

 




 


Les mécanismes qu8i ont conduit à la Première guerre mondiale

La Première guerre mondiale et l’établissement de l’impôt sur le revenu sur les fortunes des particuliers vont complètement faire passer le monde du XIXème au XXème siècle, de l’insouciance à la grande tragédie. L’historien Christopher Clark a potassé tous les ouvrages de référence concernant le premier grand conflit mondial de même qu’il a eu accès à des témoignages de première main. Il nous dit que ce n’est pas que le simple attentat mortel contre l’Archiduc François-Ferdinand d’Autriche à Sarajevo qui a fait basculer le monde dans l’horreur. Il y avait toutes sortes de prémices annonciatrices du pire. Et les dirigeants ont pris des décisions lourdes de conséquences. Ce sont Les somnanbules comme il les nomme. C’est un travail de recherche considérable. Mais c’est comme un puzzle dont on assemble toutes les pièces pour aboutir à un tableau d’horreurs.

Les somnabules. Christopher Clark. Flammarion 664p.   

 




 


L’heure des décisions

Aude est une jeune femme qui a décidé de quitter le Québec pour aller s’installer dans un petit coin des États-Unis où elle travaille comme correctrice d’épreuve pour une maison d’édition. Elle voulait faire table rase du passé et repartir à neuf. Mais ce n’est pas la tranquillité d’esprit qui l’attend là bas. Au contraire. Deux petits mâles vont la presser de leurs ardeurs. Il y aura aussi sa participation comme musicienne dans un band, les affaires de famille, etc. Il lui faut faire des choix. La croisée des saisons  de Vanessa Sénéchal-Castonguay est un livre charmant. On se prend d’empathie pour la protagoniste qui a tant de décisions à prendre.

La croisée des saisons. Vanessa Sénéchal-Castonguay. Les éditions Québec-Livres 222p.     www.quebec-livres.com

 

 




 


Deux bijoux de la radio de Radio-Canada sur Voltaire

C’est une petite plaquette mais si riche en contenu. Voltaire à la radio canadienne  ce sont deux textes de Louis Pelland (1912-1981) consacrés au philosophe qui s’est entre autres rendu célèbre en désignant le Canada comme seulement quelques arpents de neige. C’est écrit en toutes lettres dans son Candide. Pelland écrit donc deux textes qu’il fait mettre en ondes à la radio de Radio-Canada à l’âge d’or où celle-ci se dévouait pleinement à sa mission culturelle. Ces textes sont rassemblés ici annotés par MM. Joël Castonguay-Bélanger et Benoît Melançon. Des trésors de réflexions à chaque ligne.

Voltaire à la radio canadienne. Louis Pelland. Delbusso 87p.    www.delbussoediteur.ca

 

 




 


Les tribulations d’une agente immobilière riche et oisive

L’auteure de la célébrissime série « Sookie Stackhouse » Charlaine Harris poursuit sa saga avec son personnage de l’agente immobilière Aurora Teagarden. Nous en sommes au tome 3 « A vendre : trois chambres, un cadavre ». Aurora est donc devenue agente immobilière. Lorsqu’elle se pointera dans le premier immeuble à vendre, elle découvrira le cadavre d’une compétitrice. Et on regardera en direction de l’équipe de sa mère qui dirige l’agence où elle se trouve. Aurora entreprend donc de traquer le tueur qui entretemps aura récidivé.

Aurora Teagarden. Tome 3 A vendre : trois chambres, un cadavre de Charlaine Harris. Flammarion Québec 284p.     www.flammarion.qc.ca

 

 




 


On a découvert l’Amérique bien avant Colomb

Hans-Joachim Zillmer vient de jeter un pavé dans la mare en réécrivant l’histoire de l’Amérique. En effet, il n’a pas pris pour du comptant la version officielle de l’Histoire de la découverte de l’Amérique, à l’effet que ce continent a été découvert par Christophe Colomb. Les découvertes des Amériques avant Colomb preuves troublantes à l’appui nous éclairent noir sur blanc sur des visites antérieures d’autres civilisations qui ont laissé des traces tangibles de leur passage. Comme quoi on en a jamais fini d’apprendre.

Les découvertes des Amériques avant Colomb. Hans-Joachim Zillmer. Le jardin des Livres 350p.    www.lejardindeslivres.fr

 

 




 


Une rencontre fatidique

C’est une belle histoire que nous raconte Pierre Morency avec Vacances au Jardiun d’Éden. C’est d’abord la présentation d’un homme à qui tout lui réussit. Et qui tout à fait pat hasard, va faire la rencontre de Satya, quelqu’un d’assez mystérieux qui va lui prodiguer des enseignements précieux sinon tout la structure de vie de son interlocuteur va s’écrouler. Il y a un peu du rite initiatique du savoir qui est intéressant. C’est un roman bien sûr mais il a aussi tous les ingrédients du livre de croissance personnelle.

Vacances au jardin d’Éden. Pierre Morency. Les éditions de l’Homme 258p.    

 

 




 


La carte du ciel détaillé

Depuis cinquante ans l’Atlas du ciel de Sky & Telescope fait référence. Roger W. Sinnott y a contribué. Et c’est toute une pointure en astronomie. Tellement qu’un astéroïde le numéro 3706 a été baptisé en son honneur. Dans ce livre relié qui en facilite la consultation, vous allez trouver plus de 30 mille étoiles présentées selon leur magnitude individuelle, 1500 objets du ciel profond et 675 galaxies. C’est très savant et impressionnant à la fois.

Atlas du ciel de Sky & Telescope. Roger W. Sinnott. Broquet 24p.   www.broquet.qc.ca

 

 




 


Dans les profondeurs de l’Inde coloniale

Comme quoi il y a des moments de vie où tout bascule sans qu’on ait voulu le demander. Imaginait-elle cette jeune femme Mair Ellis, quand vidant le grenier de son père elle allait trouver un châle ancien et une boucle de cheveu d’enfant qui allait la mettre en contact avec le destin fabuleux de sa grand-mère Nerys, une galloise qui avait suivi son mari en Inde au début des années quarante. Ce dernier était pasteur. L’Inde était encore sous le joug des britanniques. Et cette grand-mère deviendra une femme si bien intégrée et remarquable que ça deviendra marquant. Mair Ellis va ouvrir un véritable album de vie à la redécouverte de ses grands-parents merveilleux. Nous vous recommandons très fortement Le châle de cachemire de Rosie Thomas. C’est un grand roman, le plus beau compliment qu’on puisse lui faire.

Le châle de cachemire. Rosie Thomas. Guy Saint-Jean éditeur 563p.     www.saint-jeanediteur.com

 

 




 


Le tome 5 de Marcia Pilote

Nous soupçonnons Marcia Pilote de s’être faite beaucoup d’amis avec les quatre tomes précédents de La vie comme je l’aime. La beauté de l’exercice c’est qu’elle nous met dans la confidence de ce qu’elle est, ce qu’elle ressent. Un beau chapitre est celui intitulé Être moi où elle confie se sentir plus belle à tout point de vue gagnant en assurance et débarrassée du poids des autres sur sa vie propre.

La vie comme je l’aime. Tome 5. Marcia Pilote. Éditions de Mortagne 249p.  

 

 




 


Guy Latraverse se raconte

Il a été le producteur le plus important de spectacles populaires au Québec. C’est même une légende du domaine. Souvenons-nous seulement du spectacle « Magie rose » au Stade olympique mettant en vedette Diane Dufresne, artiste avec laquelle il aura son lot de difficultés. Mais c’est bien avant que son aventure commence en produisant le premier artiste québécois francophone à la Place-des-Arts, Claude Léveillé. Latraverse raconte ce que fut sa vie de producteur, pas toujours facile, avec des faillites, sa bipolarité. Il n’utilise jamais la langue de bois. Et on découvrira une Mireille Mathieu étonnante, de même qu’il règle ses comptes avec Gilbert Rozon et dévoile l’ingratitude d’un Charles Aznavour…

50 ans de showbiz québécois. Guy Latraverse avec la collaboration de Daniel Lemay. Les éditions La Presse 221p.    

 

 




 


Un grand livre de réflexions sur la société québécoise

Ne vous laissez pas rebuter par la jaquette austère de la couverture de ces Exercices politiques de Mathieu Bock-Côté. Loin d’être un essai hermétique universitaire, c’est tout simplement un livre de considérations. De quelqu’un qui s’arrête pour réfléchir. Que l’on connaît par ses blogues au Journal de Montréal. Car il le dit, nous sommes submergés d’informations qu’on n’a même pas le temps de digérer. Lui le prends ce temps et il nous livre des commentaires censés. Ce sociologue connaît vraiment son Québec. Tout y passe, son esprit vagabondant partout. Vous aimerez confronter vos idées aux  siennes.

Exercices politiques. Mathieu Bock-Côté. VLB éditeur 377p.   

 

 




 


Nouvelle mouture pour Désespérées s’abstenir

Annie Quintin enseignante de son état, s’est démarquée de deux façons dans le monde des lettres. D’abord en publiant en 2011 « Désespérées s’abstenir » et son avant-dernier au titre coup de poing « Cher trou du cul » paru un peu plus tôt cette année. Elle réédite Désespérées s’abstenir revu et corrigé avec un nouveau chapitre inédit et final. Rappelons que la toile de fond de ce roman rigolo et dramatique à la fois, porte sur les amours à l’ère d’Internet. Il y a parfois de quoi effectivement désespérer.

Désespérées s’abstenir. Nouvelle édition. Annie Quintin. VLB éditeur 294p.  

 

 




 


60 ans de vie à chasser et à pêcher

Voici un livre d’homme qu’il fait bon lire où Jean Pagé le réputé chroniqueur de chasse et pêche livre ses plus beaux souvenirs de Nemrod. Ce sont des récits captivants où il nous décrit les conditions géographiques et climatiques qu’il a dû affronter pour satisfaire à sa passion. Des difficultés telles parfois qui l,ont obligé à se remettre en question. C’est de plus un formidable conteur. Au point que même si ces sports nous indiffèrent, la manière qu’il les content vaut l’intérêt de le lire.

Anecdotes chasse et pêche. Jean Pagé. Broquet 288p.    www.broquet.qc.ca

 

 




 


Une bombe qui révèle qui était derrière Nelligan

Jamais l’expression « un pavé dans la mare » n’a trouvé ici tout son sens qu’avec la publication de cette biographie Le naufragé du Vaisseau d’or d’Yvette Francoli. Ce qu’elle nous dévoile est sidérant. Louis Dantin qui est un alias du père Eugène Seers aurait été l’auteur de poèmes attribués à Nelligan et qu’il aurait de plus été le bâtisseur du mythe génial entourant la figure du poète interné. Car le véritable lettré c’était Dantin qui était entré en communauté, bisexuel, tourmenté par son goût de la sensualité. Mais comme sa vocation lui interdisait d’écrire autre chose que des œuvres dévotes, il utilisa des dizaines de pseudonymes. Et il réussira à vampiriser Nelligan pour faire passer à travers lui sa poésie. C’est un ouvrage rigoureux et très troublant. L’auteure démasque une autre supercherie de l’existence. Nelligan fait figure de pauvre individu encore moins en possession de sa vie que jamais.

Le naufragé du Vaisseau d’or. Les vies secrètes de Louis Dantin. Yvette Francoli. Delbusso 454p.    www.delbussoediteur.ca

 

 




 


La National Geographic Society fête ses 125 ans

 L’auguste société d’exploration a soufflé ses 125 bougies. Et au nombre des célébrations elle lance un superbe album National Geographic 125 ans qui est un assemblage de photos qui illustrent les expéditions mandatées par elle à travers le monde et qui a révélé à l’humanité les coins les plus reculés de la planète. Et il y a des vignettes forts anecdotiques qui accompagnent les illustrations. Pour certains aventuriers qui devaient affronter des défis naturels, leurs petits déjeuners comportaient des fruits mais aussi des truites et des filets mignons! On ne se lasse pas de parcourir ce gros livre à l’iconographie stupéfiante. C’est une partie de la mémoire du monde qui est consignée.

National Geographic 125 ans. Mark Collins Jenkins. Broquet 383p.   www.broquet.qc.ca

 

 




 


Des animaux bizarroïdes

Voici un livre animalier qui nous laisse pantois. Coréalisé par Laurence Puidebois et Nicolas Lacombe, l’ABC animaux insolites est un ensemble de dessins de mammifères, volatiles et poisson qui ont des allures bizarres. Que l’on pense à la grèbe, un oiseau ou le uaru, un poisson. Dessins faits avec une technique à base de scotch. Unique.

ABC animaux insolites. Laurence Puidebois et Nicolas Lacombe. Balivernes éditions.

 

 




 


Amours sous l’Occupation

Il y a une zone d’incertitude avec le livre de Nicole Balvay-Haillot « Les passeurs ». Sommes-nous devant un roman comme elle le désigne où bien un récit. Puisque l’auteure parle d’elle à la première personne. Et qu’elle revient sur ses parents qui l’auraient conçue à la faveur d’une réconciliation au temps de l’Occupation allemande en France. Comment démêler tout ça ? Mais bon, il n’en demeure pas moins qu’au strict plan littéraire c’est un très beau sujet à exploiter, car en temps de guerre tous les sentiments sont exacerbés. Vous avez là un concentré de toutes les passions. Le beau cohabite avec le laid. Tous ceux qui sont taraudés par la question de leurs origines et les autres aussi vont être enchantés par cette lecture.

Les passeurs. Nicole Balvay-Haillot. Vermillon 190p. 

 

 








 


Artisanat et calligraphies

Pour tuer le temps on a l’embarras du choix. Chez Fleurus, trois bouquins vous attendent. Claire Travers nous guide dans son Initiation à l’enluminure. Vous pourrez grâce à ces instructions, réalisez de belles graphies comme on en faisaient au Moyen-Âge et qui ornaient les beaux livres. Le mot enluminure vient du latin « illuminare » qui veut dire mettre en lumière. C’est un exercice de grande minutie, mais les résultats sont spectaculaires. Viennent ensuite deux titres consacrés l’un, le premier à une Initiation calligraphie chinoise de Lucien X. Polastron et Ouyang Jiaojia. D’un coup de pinceau c’est tenté de coucher sur une feuille deux millénaires de traditions. On y enseigne les styles possibles et même des calligraphies plus contemporaines. L’autre c’est l’Initiation à la calligraphie arabe avec Ghani Alani. On décrit les sept styles majeurs avec une progression dans les exercices à faire. Vous deviendrez ensuite habile à tracer ces courbes ensorcelantes. Aux éditions Marie Claire on vous offre Animaux à broder. Ce sont 50 grilles à broder qui représentent un ensemble animalier intéressant. Avec tous les conseils pour ne rien rater. Et en plus, ces créations s’offrent très bien dans le temps des Fêtes. Rien de tel qu’un cadeau personnalisé. Demeurons dans les initiations, cette fois en peinture avec l’art du pastel. Pastel une initiation pas à pas de Pierre de Michelis aux éditions Fleurus, est la réunion de vingt œuvres proposées à réaliser entre trois et six étapes. Après coup, plus rien ne vous interdira de produire des toiles aux couleurs intenses avec des textures veloutés. Et une fois le travail d’étudiant assimilé, pourquoi ne pas chercher des inspirations auprès des grands-maîtres. Nous vous recommandons chez Broquet, Les chefs-d’œuvres de la peinture analysés et décrits en détail. Vous avez pour chaque toile célèbre une fiche technique et des détails rapprochés. C’est encore mieux que si vous les aviez vu en personne.

 

 








 


Le coin santé physique et psychologique

Faire le Chemin de Compostelle est presque devenu la nouvelle activité spirituelle des bobos. C’est très branché. Plusieurs vedettes de la télévision et du cinéma inscrivent cette activité à leur activité. C’est le cas des Martin Sheen et Emilio Estevez qui l’ont faits à leur tour. Ça donne The way, la route ensemble. C’est que Sheen de son nom réel Ramon Antonio Estevez retrouvait le berceau de ces ancêtres. En déambulant sur la célèbre route, lui et son comparse se racontent leurs misères et leurs joies. C’est aux éditions Bayard. Du même éditeur Agathe ou la jumelle occultée de Denis Vasse est la cure d’une petite fille autiste. L’auteur est jésuite, médecin et psychanalyste. Il raconte le parcours d’Agathe, petite fille de quatre ans, murée en elle-même et qui va être ramenée à la communication par le biais du dessin. Un de ces petits miracles qui ne fera jamais la manchette d’un téléjournal, mais qui nous donne un sacré beau récit. Voici cette fois aux éditions Delbusso Le déclin de la culture scolaire de Marc Turgeon. Non, ce n’est pas une énième proposition inutile de refonte en éducation. Il constate que dans un monde pluriel, on ne peut plus s’accommoder d’une éducation unique qui n’intègre pas des disciplines pratiques et utiles. L’homme parle en connaissance de cause pour avoir été doyen de la Faculté des sciences de l’éducation de 1999 à 2009 à l’Université du Québec à Montréal. Les anges sont plus à la mode que jamais. Et Nos anges gardiens de Joan Wester Anderson participe de cet engouement angélique. C’est la traduction d’un best-seller américain qui parle des anges bien sûr, mais surtout de la prière. Il est fait selon la méthode bien américaine, de témoignages de gens qui ont été ou sont en contact avec les anges. Considérant que les québécois ont peur de tout, il faut saluer chez Québec-Livres ce témoignage exceptionnel de Louise Gareau infirmière à la retraite, qui raconte les pressions subies par les employeurs au cours de sa carrière. Elles sont soumises à des pressions considérables qui sont rien de moins que du harcèlement. Elle-même a vécu l’;puisement professionnel et un accident de travail. Les deux titres qui suivent sont édités aussi chez Québec-Livres. La sexologue en titre bien connu de l’empire Québécor, Julie Pelletier se fend d’un questionnaire pour les amoureux. Découvrez votre profil sexuel n’a d’autre but que de vous permettre une petite introspection en la matière. Par le biais du ludique on atteint ainsi à la découverte de soi. Il était une fois cinq femmes qui ont participé à un atelier d’écriture orchestré par le Carrefour Saint-Eusèbe dans le quartier Ville-Marie à Montréal. Sous un angle autobiographique, ces participantes devaient coucher sur papier ce qu’ont été leur existence jusqu’à présent. Pour beaucoup ça été un véritable exercice de délivrance. A tire d’elles nous livre ces confessions rassemblées par Diane Lambin. Maintenant deux tires aux éditions Alpen, Bien se nourrir pour vivre mieux un ouvrage collectif et le second Secrets de Jouvence d’Estelle Lefevre et Claudine Pons. Les nutritionnistes ont depuis longtemps tirés la sonnette d’alarme, nous mangeons trop mal. Qui prend réellement à cœur d’inscrire cinq fruits et légumes par jour pour combattre les acides gras trans ? Nous avons ici un guide innovant qui a pour but de répondre de façon claire à toutes nos questions en alimentation. Dans l’autre livre on nous fait souvenir que rendu à un certain âge on paie cruellement pour les excès du passé. Et que pour s’assurer des jours meilleurs il y a des possibilités de reconversion. De sorte que le corps peut avoir soixante ans, l’esprit peut toujours avoir vingt ans.  Et pour clôturer ce volet un livre d’une certaine exige de lecture, L’écologie de la conscience de Jean Bédard aux éditions Liber. Il rend compte d’un monde trouble pour lequel si nous voulons nous en sortir il faut passer nécessairement par trois règles : il faut croire en la conscience, la pensée et la vie. Des formes de lumière qui comme le dit l’essayiste, ont perdu de la recevabilité dans cette civilisation postmoderne. On appréciera son chapitre éclairant sur l’absurdité du monde.  

 

 






 


Le coin littérature jeunesse

Sylvie Payette poursuit sa fresque Savannah avec un autre épisode « Le secret d’Isis » aux éditions Recto Verso. Savannah et ses potes vont se rendre au chalet du grand-père de Rafi. Survient une importante tempête de neige. Dommage, Isis allait leur le secret du codex. De plus Rafi disparaît dans le blizzard. Que d’aventures par page. Les trois suivants sont aux éditions de Mortagne. Vous avez Amies à l’infini une autre saga signée Audrey Parily. L’épisode a pour titre Scénarios imprévus. Vous serez en compagnie d’Ophélie, de Chloé et de Zoé. Des sentiments de très jeunes femmes décrites avec une précision chirurgicale par une auteure de grand talent, par ailleurs folle de Nutella! Puis à quatre mains, Camille Beaumier et Sylviane Beauregard. La seconde est la mère de la première. Avec elles ont va rejoindre l’attachante Léa qui apprend que se trouve une cartomancienne dans le quartier. Elle veut absolument connaître son destin. De son côté Sophie Laroche débarque avec L’effet boomerang. C’est une histoire de squelette dans le placard familial. Où la protagoniste aura la révélation sur le tard qu’elle a eu un petit frère mort trois semaines après sa naissance. Un dévoilement qui de surcroît s’avèrera doublement pénible pour elle. Aux éditions Vermillon, un nouveau chapitre aventureux pour Viviane et Simon, avec pour décor Embrun, le village franco-ontarien. C’est que les deux devaient garder la ferme de l’oncle Jean-Guy. Pour leur malheur une poule va s’échapper. De quoi auront-ils l’air ? Comme vous voyez c’est un drame énorme qui finira heureusement très bien. Embrouilles à Embrun est une tendre histoire de Mireille Messier. Demeurons avec les éditions du Vermillon pour renouer avec Léo Lalune et les sentiments d’Éric Péladeau. On passe la journée enb compagnie de Léo qui doit aller à une fête chez son meilleur ami Joshua. Et il en pince pour la sœur de ce dernier. Mais avant de s’y rendre il va être trituré par toutes sortes de sentiments contradictoires. La star de la littérature jeunesse India Desjardins s’amène avec un conte de Noël illustré par Pascal Blanchet « Le Noël de Marguerite » aux éditions de la Pastèque.  Marguerite au soir de Noël veut avoir la paix et elle jouit à l’avance du bonheur qu’elle aura à demeurer seule à la maison, devant son téléviseur. Les enfants sont priés d’aller célébrer ailleurs. Mais elle en demandait trop. Sa soirée va être chamboulée comme jamais. Comme quoi on ne sait jamais ce que la vie nous réserve.

 

 




 


 Deux ouvrages sur des crises financières historiques

Étrangement, deux livres sont publiés en même temps chez le même éditeur Le jardin des Livres. Pour commencer un classique de la littérature financière de l’américain Andre Dickson White (1832-1918) qui était diplomate. Il a rédigé cette page d’histoire de la finance, indémodable, La crise financière française de 1789-1799. Ou comment l’usage des planches à billets par les Révolutionnaires a amené l’armée au pouvoir. Car il ne faut pas perdre de vue que la genèse de la Révolution française est une crise financière. Et les révolutionnaires apprend-on dans ce livre se sont grandement discrédités en imprimant à tout vent avec la planche à billets. Et là on fait un grand saut dans le temps avec un trader Satyajit Das qui écrit Extreme money. C’est un observateur bien placé pour nous décrire par le menu comment la dernière crise a vu le jour. Et il fait un retour en arrière pour faire le tableau des écoles de pensées qui s’opposent sur la conduite des finances. Surtout on verra que les traders et les banquiers ont eu des réactions surréalistes quand la crise leur a explosé en pleine finance.

 

 








 


Le coin Miam miam

Trois livres savoureux pour garnir les rayonnages de votre bibliothèque de cuisine. Le Guide restos Voir 2014 est arrivé avec le descriptif de 700 adresses réparties un peu partout au Québec. C’est fou le travail que àa doit représenter, chacun des restos bénéficiant d’une fiche détaillée. Et à l’endos vous avez en complément le Guide gourmand Voir avec sa sélection d’adresses de produits fins. Chez Québec Amérique. Chez Mango, Julie Schwob nous a concocté 50 recettes thaïlandaises avec Thaï thaï cook. Des recettes toutes simples comme le khao soi, un plat de nouilles sautées au curry jaune ou bien le moo yang, une brochette de porc grillé. Doit-on préciser que c’est une cuisine toute santé ? Et là, voici une très belle histoire d’un duo, Anicet Desrochers et Anne-Virginie Schmidt. Ce sont des génies du miel et pour le prouver ils ont écrits Miel, l’art des abeilles, l’or de la ruche aux éditions de l’Homme. Du bel ouvrage d’éditeur d’abord. Un album superbement illustré. Les deux auteurs exploitent les Miels d’Anicet dans le nord des Laurentides. Et c’est là qu’on peut apprécier le travail des abeilles. Vous avez des recommandations santé, des recettes. Vous découvrirez des applications culinaires insoupçonnées. La réception à l’occasion du lancement du livre fut une réussite sur tous les plans. A se procurer sans faute. C’est un joyau du genre.

 

 

ARTICLES ANTÉRIEURES


2013 :
janvier : fevrier : mars : avril : mai : juin : juillet : août : septembre : octobre
2012 :
janvier : fevrier : mars : avril : mai : juin : juillet et août : septembre : octobre : novembre : décembre
2011 :
janvier : février : mars : avril : mai : juin: juillet : août et septembre : octobre : novembre : décembre